Tags Posts tagged with "Tunisie, investissements agricoles,"

Tunisie, investissements agricoles,

par -
L'Agence de Promotion des investissements agricoles table sur une croissance de 9% des investissements agricoles privés qu'elle approuvera en 2012

L’Agence de Promotion des investissements agricoles table sur une croissance de 9% des investissements agricoles privés qu’elle approuvera en 2012, et une augmentation de 30% des investissements promus par les jeunes promoteurs bénéficiant du programme de formation et ceux encadrés au niveau des pépinières d’entreprises. Toutefois, l’agence a approuvé près de 299 MDT d’investissements privés dans l’agriculture et la pêche, soit une baisse de près de 6% par rapport à 2011 et ce durant les 10 premiers mois de l’année 2012.

D’après le bulletin mensuel de l’agence, ces investissements permettront de créer environ 3.950 postes de travail permanents, dont 185 emplois seulement bénéficieront aux diplômés du supérieur, contre 3.916 emplois en 2011 (179 pour les diplômés).

S’agissant la répartition géographique de ces investissements, le gouvernorat de Mahdia arrive en tête avec 28,6 millions de dinars, suivi de Sidi Bouzid (26,8 MDT), Kasserine (26,4 MDT), Nabeul (23,3 MDT), Sousse (21,5 MDT), Sfax (18,8 MDT) et Gafsa (17,5 MDT). L’ensemble de ces régions a attiré 54% des investissements globaux.

 

L’investissement agricole privé a enregistré une nette hausse notamment dans les gouvernorats de Sousse (+52%) et Kairouan (+49%). En revanche, il a régressé dans la moitié des gouvernorats du pays, particulièrement dans les gouvernorats de Monastir (-58%), Zaghouan (-50%) et Gabès (-45%).

Sur un autre volet, la même source indique que les investissements sont essentiellement orientés vers les activités agricoles (183,5 MDT, en baisse de (9,5%) et les services (67,9 MDT, en hausse de 107,6%).

La commission nationale chargée de l’octroi des avantages a approuvé, jusqu’à fin octobre 2012, 89 crédits fonciers pour un montant global de 5,5 MDT, contre 106 crédits d’une valeur globale de 7,1 MDT en 2011. Ces crédits vont permettre à 89 jeunes promoteurs de s’installer à leur propre compte.

 

S’agissant des investissements réalisés par les jeunes promoteurs, ils ont évolué de 4,7%, à 43,8 MDT, en 2012. Les investissements réalisés par les Tunisiens de l’étranger ont, en revanche, baissé de 7%, à 6,4 MDT, à fin octobre 2012 et les investissements des sociétés à participation étrangère se sont élevés à 3,7 MDT, en 2012 (+6,7%).

Le taux de financement des investissements agricoles par les banques a accusé une baisse de 20,9%, en 2011, à 17%, en 2012. De même, les intentions d’investissements agricoles déclarés, jusqu’à fin novembre 2012, se sont élevées à 400 millions de dinars, progressant de 2% par rapport à 2011.

Force est de dire que le gouvernement tunisien doit redoubler d’efforts pour attirer les investissements privés. Ces efforts devraient permettre à la Tunisie de s’assurer un avenir plus serein, et encourager les investissements privés dans le secteur agricole.

par -
L'Agence de Promotion des investissements agricoles table sur une croissance de 9% des investissements agricoles privés qu'elle approuvera en 2012

L’Agence de Promotion des investissements agricoles table sur une croissance de 9% des investissements agricoles privés qu’elle approuvera en 2012, et une augmentation de 30% des investissements promus par les jeunes promoteurs bénéficiant du programme de formation et ceux encadrés au niveau des pépinières d’entreprises. Toutefois, l’agence a approuvé près de 299 MDT d’investissements privés dans l’agriculture et la pêche, soit une baisse de près de 6% par rapport à 2011 et ce durant les 10 premiers mois de l’année 2012.

D’après le bulletin mensuel de l’agence, ces investissements permettront de créer environ 3.950 postes de travail permanents, dont 185 emplois seulement bénéficieront aux diplômés du supérieur, contre 3.916 emplois en 2011 (179 pour les diplômés).

S’agissant la répartition géographique de ces investissements, le gouvernorat de Mahdia arrive en tête avec 28,6 millions de dinars, suivi de Sidi Bouzid (26,8 MDT), Kasserine (26,4 MDT), Nabeul (23,3 MDT), Sousse (21,5 MDT), Sfax (18,8 MDT) et Gafsa (17,5 MDT). L’ensemble de ces régions a attiré 54% des investissements globaux.

 

L’investissement agricole privé a enregistré une nette hausse notamment dans les gouvernorats de Sousse (+52%) et Kairouan (+49%). En revanche, il a régressé dans la moitié des gouvernorats du pays, particulièrement dans les gouvernorats de Monastir (-58%), Zaghouan (-50%) et Gabès (-45%).

Sur un autre volet, la même source indique que les investissements sont essentiellement orientés vers les activités agricoles (183,5 MDT, en baisse de (9,5%) et les services (67,9 MDT, en hausse de 107,6%).

La commission nationale chargée de l’octroi des avantages a approuvé, jusqu’à fin octobre 2012, 89 crédits fonciers pour un montant global de 5,5 MDT, contre 106 crédits d’une valeur globale de 7,1 MDT en 2011. Ces crédits vont permettre à 89 jeunes promoteurs de s’installer à leur propre compte.

 

S’agissant des investissements réalisés par les jeunes promoteurs, ils ont évolué de 4,7%, à 43,8 MDT, en 2012. Les investissements réalisés par les Tunisiens de l’étranger ont, en revanche, baissé de 7%, à 6,4 MDT, à fin octobre 2012 et les investissements des sociétés à participation étrangère se sont élevés à 3,7 MDT, en 2012 (+6,7%).

Le taux de financement des investissements agricoles par les banques a accusé une baisse de 20,9%, en 2011, à 17%, en 2012. De même, les intentions d’investissements agricoles déclarés, jusqu’à fin novembre 2012, se sont élevées à 400 millions de dinars, progressant de 2% par rapport à 2011.

Force est de dire que le gouvernement tunisien doit redoubler d’efforts pour attirer les investissements privés. Ces efforts devraient permettre à la Tunisie de s’assurer un avenir plus serein, et encourager les investissements privés dans le secteur agricole.

par -
Les investissements privés dans l'agriculture et la pêche

Les investissements privés dans l’agriculture et la pêche, approuvés par l’APIA, ont baissé de 5,9%, à 298,9 MD, entre les 10 premiers mois de 2011 et 2012.

Selon le bulletin mensuel de l’Agence de Promotion des Investissements Agricoles? ces investissements approuvés permettront de créer 3951 postes de travail permanents, dont 185 emplois seulement bénéficieront aux diplômés du supérieur, contre 3916 emplois en 2011 (179 pour les diplômés).

La répartition géographique des investissements approuvés montre que le gouvernorat de Mahdia tient le haut du pavé avec 28,6 millions de dinars (MD), suivi de Sidi Bouzid (26,8 MD), Kasserine (26,4 MD), Nabeul (23,3 MD), Sousse (21,5 MD), Sfax (18,8 MD) et Gafsa (17,5 MD).

L’ensemble de ces régions a attiré 54% des investissements globaux.

L’investissement agricole privé a enregistré une nette hausse notamment dans les gouvernorats de Sousse (+52%) et Kairouan (+ 49%).

En revanche, ils ont régressé dans la moitié des gouvernorats du pays, et particulièrement au niveau des gouvernorats de Monastir (-58%), Zaghouan (-50%) et Gabès (-45%).

Les investissements orientés vers les activités agricoles et de services .

Les investissements sont essentiellement, orientés vers les activités agricoles (183,5 MD, en baisse de 9,5%) et les services (67,9 MD, en hausse de 107,6%).

La commission nationale chargée de l’octroi des avantages a approuvé jusqu’à fin octobre 2012, 89 crédits fonciers pour un montant global de 5,5 MD, contre 106 crédits d’une valeur globale de 7,1 MD en 2011. Ces crédits vont permettre à 89 jeunes promoteurs de s’installer à leur propre compte.

S’agissant des investissements réalisés par les jeunes promoteurs, ils ont évolué de 4,7%, à 43,8 MD en 2012. Les investissements réalisés par les tunisiens à l’étranger ont en revanche, baissé de 7%, à 6,4 MD à fin octobre 2012 et les investissements des sociétés à participation étrangère se sont élevés à 3,7 MD, en 2012 (+6,7%).

Le taux de financement des investissements agricoles par les banques a accusé une baisse, reculant de 20,9% en 2011, à 17% en 2012.

Selon l’APIA, les intentions d’investissements agricoles déclarés, jusqu’à fin novembre 2012, se sont élevés à 400 Millions de dinars (MD), progressant de 2%, par rapport à 2011.

par -
Les investissements agricoles approuvés jusqu’à fin avril 2012 ont atteint une valeur de  2.107 millions de dinars

Les investissements agricoles approuvés jusqu’à fin avril 2012 ont atteint une valeur de  2.107 millions de dinars, soit une hausse de 5,21% par rapport à la même période de l’année 2011 et de 1,23% par rapport à l’année 2010, ont indiqué les chiffres de l’Agence de promotion des investissements agricoles, APIA. 
Plus encore, 1338 opérations d’investissements ont été approuvées durant l’année 2012 contre 1240 opérations durant l’année 2010, enregistrant de ce fait une amélioration de 98 opérations d’investissement.
De même, la commission nationale d’octroi d’avantages a approuvé durant le mois de mai de cette année, des investissements d’une valeur de 27 millions de dinars. Il est prévu également d’approuver des investissements avec une valeur de 15 millions de dinars au niveau des commissions régionales d’investissement.

par -
Bien que l’environnement socio – économique ne fût pas du tout favorable durant l’année 2011

Bien que l’environnement socio – économique ne fût pas du tout favorable durant l’année 2011, l’Agence de Promotion des Investissements Agricoles affiche un volume total d’investissements agricoles de l’ordre de 476.8 MD, et un taux de croissance des investissements des catégories «B» et «C» agrées durant l’année écoulée, qui a atteint 5.8% par rapport à l’année 2010, et ce malgré la faible contribution des sociétés de mise en valeur et de développement agricole en 2011 (5.9 MD) contre (24.8 MD) en 2010

Plus particulièrement, le volume conséquent des investissements agréés, au mois de décembre 2011, ont représenté 18.6% de l’investissement total de l’année, soit 88.7 MD. L’analyse des données par activité, montre que les investissements dans les projets d’aquaculture confirment leur position dans le volume global des investissements agrées, et ce grâce à une enveloppe de 85.8 MD soit 18% et à un taux de croissance de 44.7% en comparaison aux résultats de l’année 2010. Ces investissements permettront le lancement de 18 grands projets dans les gouvernorats de Bizerte, Nabeul, Sousse, Monastir et Mahdia.

Quant aux projets de services et malgré la régression enregistrée au niveau des investissements en 2011 (46.6 MD) en comparaison avec ceux de l’année 2010 (61.9 MD), les résultats de ces deux années reflètent une tendance globale vers la croissance sachant que ces investissements n’ont pas dépassé les 12 MD durant l’année 2009 et les années précédentes.

En revanche, une régression continue d’entacher les investissements relatifs aux activités de première transformation en 2011 en comparaison à 2010 (-18.7%) mais d’une façon moins remarquable que celle enregistrée en 2010 en comparaison à 2009 (-47.1%). Ce ci n’est pas vraiment inquiétant étant donné qu’une grande partie des actions d’investissement sont agréées au niveau de l’Agence de Promotion de l’Industrie et de l’Innovation faute de l’intégration à des activités agricoles qui est une condition imposée par le code d’incitation à l’investissement pour qu’un dossier de projet de première transformation soit traité au niveau de l’APIA. Signalons, à cet égard, que le montant des investissements déclarés au niveau de l’APII en 2011 se rapportant aux projets d’industries agro-alimentaires y compris la première transformation, est de l’ordre de 826 MD.

Quant au nombre d’emplois prévus par l’ensemble des investissements agrées en 2011, il a atteint 1.7% contre 5.8% pour les investissements. D’où l’importance d’instaurer un cadre législatif incitatif permettant de surmonter ce problème d’emploi au niveau des projets agricoles bénéficiant des avantages de l’Etat.

Pour 2012, les prévisions tablent sur un accroissement des investissements privés approuvés par l’APIA de l’ordre de 9% et une meilleure contribution dans l’emploi notamment des diplômés par l’augmentation de 30% des investissements promus par les jeunes promoteurs bénéficiant du programme de formation et ceux encadrés au niveau des pépinières d’entreprises.

INTERVIEW

«La politique africaine ne peut se développer uniquement avec les visites, sporadiques et de courte durée ou seulement à travers le seul ministre des...

AFRIQUE

SPORT

Reseaux Sociaux