Tags Posts tagged with "Tunisie, Kais hammami, emploi, Said Aidi"

Tunisie, Kais hammami, emploi, Said Aidi

par -

« La prospective et l’employabilité » tel est thème d’une rencontre tenue, lundi, à l’occasion du “Mois de l’emploi et du développement régional” qui a démarré le 12 septembre pour se conclure, le 30 courant, sous le signe « l’emploi : notre responsabilité à tous »

Cette rencontre qui a réuni plusieurs acteurs, notamment le ministère de l’Emploi et de la Formation professionnelle et celui de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique à l’enseigne de « l’avenir à construire » dans le cadre d’une approche participative.

En effet, le secteur de l’emploi en Tunisie comme partout dans le monde se trouve contraint à évoluer dans un environnement complexe notamment avec 700 mille chômeurs, dont 200 mille parmi les diplômés de l’enseignement supérieur, soit un taux global de chômage de 19 à 20%, et de 30 à 35% pour les diplômés. “La capacité d’absorption du marché de l’emploi ne dépasse pas 25 mille par an en Tunisie, ce qui fait de l’emploi en Tunisie un problème structurel”, a affirmé Said Aidi, ministre de la Formation professionnelle et de l’Emploi, à l’ouverture de journée, et qui n’a pas manqué de pointer du doigt les systèmes de formation, lesquels, selon lui «doivent être un stimulateur dans l’activité économique».

Le ministre estime que le problème de l’emploi est le résultat de l’absence d’une cohérence entre les disciplines académiques au niveau des structures de formation et les exigences mutantes du marché de l’emploi. D’où le rôle stratégique de la prospective qui est l’anticipation des futurs possibles au service d’une action efficace et performance. Le passage à cette performance est conditionné par l’implication des différents acteurs qui devraient maitriser tous les éléments de leurs environnements pour pouvoir avancé.

Dans cette démarche, Refaat Chaabouni, le ministre l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique a précisé que la prospective est un domaine où nous avons beaucoup des choses à faire, et d’ajouter : « Ce n’est pas une méthode pour prévoir le futur. Au contraire, il s’agit d’utiliser le futur pour débusquer les opportunités du présent tout autour de nous, dans nos communautés ; c’est une méthode qui permet d’agir à travers l’élaboration des scenarios de l’évolution tout en apportant les correctifs nécessaires ». D’après le ministre, la prospective est un puissant outil de participation basée sur des méthodes adéquates capables d’améliorer de plus en plus la ressource humaine, qui constitue de nos jours le facteur essentiel de tout développement

Quelle importance d’être prospectiviste en matière de l’emploi ?

Kais Hammami, prospectiviste, nous a confié que la prospective est tout d’abord une démarche etmême un outil d’aide à la décision qui permet de penser autrement la complexité d’un système, de gérer les situations de crise, d’infléchir les cours des événements vers le souhaitable et le réalisable, et par conséquent de définir les orientations stratégiques. Un outil d’aide à la bonne gouvernance surtout dans une période postrévolutionnaire. Ceci exige, selon lui, la mobilisation de l’ensemble des acteurs tout en prenant en considération tous les facteurs de développement (démographique, politique religieux, culturels et technologique)

Il a rappelé dans ce cadre que la prospective a été écartée dans le passé vu sa capacité à détecter les failles d’un système. Pour cela, les efforts se déploient actuellement afin de vulgariser cet outil comme étant une attitude. « Il faut aider les gens à s’imprégner de cette attitude prospective pour pouvoir annoncer des projets », a-t-il ajouté tout en se déclarant optimiste quant à cette initiative qui pourrait ouvrir les portes pour un futur meilleur.

Wiem Thebti

INTERVIEW

«La politique africaine ne peut se développer uniquement avec les visites, sporadiques et de courte durée ou seulement à travers le seul ministre des...

AFRIQUE

SPORT

Reseaux Sociaux