Tags Posts tagged with "Tunisie, médias"

Tunisie, médias

par -
Contrairement à ce qu’a été circulé par certains partis et personnalités politiques

Contrairement à ce qu’a été circulé par certains partis et personnalités politiques, les medias tunisiens bénéficient encore d’une bonne image auprès de leur spectateurs. Selon un sondage d’opinion réalisé par le bureau d’études, Sigma Conseil et publié par le journal « Le Maghreb », il apparait que la majeure partie, soit 47,4% des Tunisiens sont satisfaits du rendement des médias contre 46,8% qui ont exprimé leur insatisfaction. Toutefois, ceux qui sont très satisfaits ne représentent que 6,6% contre 24,6% soit le 1/3 estime qu’ils ne sont pas satisfaits du tout de ce que véhiculent les médias, notamment après le 14 janvier 2011, où les peuple a vachement crié pour leur liberté.

Malgré que la situation des médias s’est améliorée avec la Révolution et les journalistes sont devenus de plus en plus indépendants, il reste toujours beaucoup à faire pour tout le secteur de l’information et de la communication.

Au sujet de leur satisfaction à l’égard de la société civile, 42,4% des Tunisiens ont répondu par satisfait alors que 38,4% ont répondu par insatisfait. Le plus surprenant dans le sondage est que les Tunisiens accordent beaucoup de confiance aux agents de la sécurité ce qui n’étais pas le cas quelques mois après la Révolution. En effet, 62,6% des Tunisiens estiment qu’ils sont satisfaits du rendement de la police, ce qui explique le recul de la peur voire la reprise de la situation sécuritaire dans le pays. Toutefois, le niveau de satisfaction à l’égard de la police reste un peu médiocre du point de vue que le pourcentage des personnes qui sont totalement satisfaits n’a pas dépassé 10,5%, ce qui explique que la confiance envers la police reprend mais les Tunisiens gardent encore la distance.

par -

Un nouveau syndicat des journaux indépendants et ceux des partis politiques nés  après la révolution du 14 janvier, vient de voir jour. A cette occasion, un point de presse s’est tenu au siège du syndicat national des journalistes tunisiens (SNJT) pour analyser  les enjeux de ce nouveau- né visant à mettre en place un code de déontologie relatif à l’exercice de la  profession.

Youssef Oueslati, le président du comité exécutif, a relevé, lors de son intervention, que l’inégalité de la répartition de la publicité publique, l’absence des circuits de distribution clairs et transparents et le coût élevé de l’impression sont parmi les raisons  majeures de  la création de ce syndicat.

Ce nouveau mécanisme est appelé à défendre les intérêts des journalistes appartenant à ces journaux dans une phase transitoire.

INTERVIEW

«La politique africaine ne peut se développer uniquement avec les visites, sporadiques et de courte durée ou seulement à travers le seul ministre des...

AFRIQUE

Anticipant l’accroissement des besoins humanitaires et médicaux, les équipes de Médecins Sans Frontières (MSF) renforcent l’aide qu’elles apportent dans les zones difficilement atteignables de...

Reseaux Sociaux