Tags Posts tagged with "Tunisie, opticiens,"

Tunisie, opticiens,

par -
Face à une conjoncture difficile qu’a connue le secteur de l’optométrie en Tunisie

Face à une conjoncture difficile qu’a connue le secteur de l’optométrie en Tunisie, les négociations se poursuivent actuellement entre le premier ministère et la Chambre syndicale nationale des opticiens-optométristes pour l’adoption d’un cahier des charges, régissant le métier.

La mise en place de ce cahier sera une aubaine non seulement pour les professionnels qui ont été fortement touchés par la crise mais aussi pour un secteur qui s’échine à remonter la pente. Anis Fekih, nouvellement élu président de la Chambre syndicale nationale des opticiens-optométristes en Tunisie, appelle « les parties intervenantes à accorder « plus d’attention » à la profession qui se ressent encore de l’absence d’un cahier des charges».

Dans une déclaration à Africanmanager, il a indiqué que le chiffre d’affaires des opticiens en Tunisie a baissé de 40% en 2011. Dans quelques régions comme Kébili, Kasserine et Tataouine, la baisse a atteint de 50%. A cela s’ajoute la fermeture de 5 magasins spécialisés en raison des difficultés financières auxquels font face plusieurs opticiens.

C’est la raison pour laquelle, Anis Fekih, s’adresse au premier ministère ainsi que le ministère de tutelle pour qu’ils s’activent afin de sauver un secteur régi, selon lui, par les législations napoléoniennes. « On ne demande pas des solutions, juste la promulgation du cahier des charges sachant que le cahier actuel ne répond pas aux attentes des professionnels» explique t-il.

Des législations qui ne pourraient être modifiées qu’avec un nouveau cahier des charges, qui servira à garantir le développement d’un secteur assez promoteur jouissant pourtant d’un potentiel énorme et d’une main d’œuvre qualifiée et compétente. Un secteur où les prémices de reprise sont mises en évidence par les chiffres réalisés, du 1er janvier au 10 mars, avec une croissance de 10%. Des prémices qui ne cessent de motiver les professionnels du métier, qui ont beaucoup souffert de la concurrence déloyale. A ce propos, Anis Fekih nous affirme que les opticiens font face à un fléau inquiétant, celui de l’établissement illégal. D’ailleurs, 25 magasins ont été ouverts, en 2012, et le nombre des opticiens s’élève de fait à 1000 opticiens. Un chiffre important par rapport au chiffre annoncé par le ministère de la Santé et qui ne dépasse pas le 380.

Pour le reste, Anis Fekih reste confiant quant à l’avenir de la profession. Une meilleure connaissance et une organisation du secteur sont cependant très utiles. Et là, la Chambre syndicale nationale et ses sections régionales s’emploient actuellement, en collaboration avec les acteurs concernés, à protéger ce secteur en multipliant les efforts de façon à mieux combattre le marché parallèle qui a touché fortement la profession.

Wiem Thebti

INTERVIEW

«La politique africaine ne peut se développer uniquement avec les visites, sporadiques et de courte durée ou seulement à travers le seul ministre des...

AFRIQUE

Les États-Unis et le Togo seront co-organisateurs du Forum de la loi sur la croissance et les possibilités économiques en Afrique – Africa Growth...

Reseaux Sociaux