Tags Posts tagged with "Tunisie, UE, macro-financière,"

Tunisie, UE, macro-financière,

par -
L'UE et la Tunisie ont tenu leur deuxième Conseil d'association

L’UE et la Tunisie ont tenu leur deuxième Conseil d’association, hier, à Luxembourg, au cours duquel elles ont scellé un accord politique sur le partenariat privilégié, dans le cadre du nouveau Plan d’action. Elles ont également discuté des étapes à venir de la coopération ainsi que des questions régionales d’intérêt commun.

Le Conseil d’association a été présidé par le vice-ministre grec des Affaires étrangères Dimitris Kourkoulas au nom du chef de la diplomatie européenne, Catherine Ashton. La Commission européenne était représentée par Štefan Füle, commissaire chargé de l’élargissement et de la politique de voisinage. La délégation tunisienne était conduite par le secrétaire d’Etat aux Affaires étrangères, Fayçal Gouia.

La délégation tunisienne a rappelé les développements politiques et institutionnels positifs récents directement liés à l’adoption de la nouvelle Constitution, soulignant l’importance de renforcer les relations bilatérales à travers la mise en œuvre du partenariat privilégié avec l’UE. La Tunisie a également souligné ses attentes vis-à-vis de l’UE en termes de soutien politique et économique, ainsi que ses priorités dans le commerce et la mobilité.

L’UE a réitéré son plein appui au processus de transition de la Tunisie, soulignant l’importance de la mise en œuvre de la nouvelle Constitution et le renforcement des droits de l’homme, des libertés fondamentales et de la primauté du droit. L’UE a affirmé qu’elle est consciente des importants défis socio-économiques et de sécurité auxquels la Tunisie est confrontée et l’a assurée de son soutien croissant. L’UE a souligné qu’elle reste convaincue que les perspectives économiques et sociales de la Tunisie dépendent en grande partie de l’évolution de la transition politique, de la consolidation de ses institutions et de son secteur bancaire, de la modernisation de la gestion des finances publiques, mais aussi de la mise en place de réformes structurelles, ce qui nécessite la poursuite du dialogue entre les partenaires sociaux, en mettant l’accent sur le rôle de la société civile.

L’UE a réitéré son offre pour une intégration progressive de la Tunisie dans le marché intérieur européen, pour une reprise des négociations pour la libéralisation du commerce agricole et du transport aérien, et pour un soutien accru pour les PME grâce à la participation de la Tunisie aux programmes communautaires et à travers des initiatives d’entrepreneuriat.

Ce Conseil d’association a également été l’occasion de rappeler que l’offre de l’UE concerne également l’amélioration de la mobilité des citoyens européens et tunisiens à travers la mise en œuvre du partenariat pour la mobilité signé, le 3 mars. Reconnaissant les préoccupations exprimées par la société civile tunisienne, l’UE a réaffirmé son engagement à répondre d’une manière responsable, globale et équilibrée à tous les aspects de la migration, sans obsession de la sécurité, tout en offrant un cadre de coopération coordonnée avec dix États membres qui se sont engagés aux côtés de Tunisie à faire de ce partenariat un succès.

L’UE a présenté aux autorités tunisiennes le nouvel instrument financier pour aider les pays voisins, l’Instrument européen de voisinage (ENI), qui bénéficiera à la Tunisie dans le cadre du nouveau Cadre Financier Pluriannuel 2014-2020. L’UE a rappelé que l’aide à la Tunisie a presque doublé depuis 2011 dans le cadre de l’Instrument de voisinage précédent pour atteindre € 485 000 000, dont 60% sous forme d’appui budgétaire. La Tunisie est aussi le premier récipiendaire du programme SPRING dédié à aider les pays en transition. Il a également été rappelé que, pour aider la Tunisie à faire face à ses défis macro-économiques, le Parlement européen s’apprête à voter une importante assistance macro-financière de € 300 millions sous forme de prêts à des conditions très favorables.

Enfin, le Conseil d’association a lancé le processus d’adoption de deux protocoles additionnels à l’accord d’association UE-Tunisie, le premier concernant l’adhésion de la Bulgarie et de la Roumanie, et le second portant sur un accord-cadre prévoyant l’accès de la Tunisie aux programmes et agences de l’UE .

par -
L'UE et la Tunisie ont tenu leur deuxième Conseil d'association

L’UE et la Tunisie ont tenu leur deuxième Conseil d’association, hier, à Luxembourg, au cours duquel elles ont scellé un accord politique sur le partenariat privilégié, dans le cadre du nouveau Plan d’action. Elles ont également discuté des étapes à venir de la coopération ainsi que des questions régionales d’intérêt commun.

Le Conseil d’association a été présidé par le vice-ministre grec des Affaires étrangères Dimitris Kourkoulas au nom du chef de la diplomatie européenne, Catherine Ashton. La Commission européenne était représentée par Štefan Füle, commissaire chargé de l’élargissement et de la politique de voisinage. La délégation tunisienne était conduite par le secrétaire d’Etat aux Affaires étrangères, Fayçal Gouia.

La délégation tunisienne a rappelé les développements politiques et institutionnels positifs récents directement liés à l’adoption de la nouvelle Constitution, soulignant l’importance de renforcer les relations bilatérales à travers la mise en œuvre du partenariat privilégié avec l’UE. La Tunisie a également souligné ses attentes vis-à-vis de l’UE en termes de soutien politique et économique, ainsi que ses priorités dans le commerce et la mobilité.

L’UE a réitéré son plein appui au processus de transition de la Tunisie, soulignant l’importance de la mise en œuvre de la nouvelle Constitution et le renforcement des droits de l’homme, des libertés fondamentales et de la primauté du droit. L’UE a affirmé qu’elle est consciente des importants défis socio-économiques et de sécurité auxquels la Tunisie est confrontée et l’a assurée de son soutien croissant. L’UE a souligné qu’elle reste convaincue que les perspectives économiques et sociales de la Tunisie dépendent en grande partie de l’évolution de la transition politique, de la consolidation de ses institutions et de son secteur bancaire, de la modernisation de la gestion des finances publiques, mais aussi de la mise en place de réformes structurelles, ce qui nécessite la poursuite du dialogue entre les partenaires sociaux, en mettant l’accent sur le rôle de la société civile.

L’UE a réitéré son offre pour une intégration progressive de la Tunisie dans le marché intérieur européen, pour une reprise des négociations pour la libéralisation du commerce agricole et du transport aérien, et pour un soutien accru pour les PME grâce à la participation de la Tunisie aux programmes communautaires et à travers des initiatives d’entrepreneuriat.

Ce Conseil d’association a également été l’occasion de rappeler que l’offre de l’UE concerne également l’amélioration de la mobilité des citoyens européens et tunisiens à travers la mise en œuvre du partenariat pour la mobilité signé, le 3 mars. Reconnaissant les préoccupations exprimées par la société civile tunisienne, l’UE a réaffirmé son engagement à répondre d’une manière responsable, globale et équilibrée à tous les aspects de la migration, sans obsession de la sécurité, tout en offrant un cadre de coopération coordonnée avec dix États membres qui se sont engagés aux côtés de Tunisie à faire de ce partenariat un succès.

L’UE a présenté aux autorités tunisiennes le nouvel instrument financier pour aider les pays voisins, l’Instrument européen de voisinage (ENI), qui bénéficiera à la Tunisie dans le cadre du nouveau Cadre Financier Pluriannuel 2014-2020. L’UE a rappelé que l’aide à la Tunisie a presque doublé depuis 2011 dans le cadre de l’Instrument de voisinage précédent pour atteindre € 485 000 000, dont 60% sous forme d’appui budgétaire. La Tunisie est aussi le premier récipiendaire du programme SPRING dédié à aider les pays en transition. Il a également été rappelé que, pour aider la Tunisie à faire face à ses défis macro-économiques, le Parlement européen s’apprête à voter une importante assistance macro-financière de € 300 millions sous forme de prêts à des conditions très favorables.

Enfin, le Conseil d’association a lancé le processus d’adoption de deux protocoles additionnels à l’accord d’association UE-Tunisie, le premier concernant l’adhésion de la Bulgarie et de la Roumanie, et le second portant sur un accord-cadre prévoyant l’accès de la Tunisie aux programmes et agences de l’UE .

INTERVIEW

«La politique africaine ne peut se développer uniquement avec les visites, sporadiques et de courte durée ou seulement à travers le seul ministre des...

AFRIQUE

Les exportations de l'Algérie ont nettement augmenté à 18,141 milliards de dollars (mds usd) sur la première moitié de l'année 2017 contre 13,323 mds...

SPORT

Reseaux Sociaux