Tags Posts tagged with "Tunisiens, Ben Ali,"

Tunisiens, Ben Ali,

par -
Alors que la Tunisie s'apprête à célébrer le 3ème anniversaire de la Révolution

Alors que la Tunisie s’apprête à célébrer le 3ème anniversaire de la Révolution, il est observé une vague de nostalgie pour l’ancien dictateur du pays, Zine el-Abidine Ben Ali, actuellement en exil en Arabie Saoudite.

“Ben Ali, ils nous dupent! Revenez bientôt! “Tel est le slogan que l’on pouvait entendre, le mardi 7 janvier, dans les rues de Tunis, Ariana, Mahdia, Sfax et d’autres villes en Tunisie. Les manifestants sont descendus dans la rue pour exprimer leur colère face aux hausses de redevances appliquées aux véhicules de transport en commun et agricoles, mais beaucoup ont exprimé une nostalgie de l’époque Ben Ali qui semble être de plus en plus commune, rapporte la chaîne tv France 24.

Dans la capitale, l’inscription “Vive Ben Ali” a été gribouillée sur les murs des bâtiments, et une page Facebook intitulée «Pardonne-nous, Monsieur le Président” a été inondée de messages d’affection et d’hommage.

Dans une interview accordée à France 24, Vincent Geisser, un spécialiste de l’islam et du monde arabe au Centre national pour la recherche scientifique (CNRS), a déclaré, à ce propos, qu’il existe effectivement une vague de nostalgie, mais sur plusieurs niveaux. « Tout d’abord, ce genre de nostalgie est un phénomène historique commun. Les transitions politiques favorisent l’incertitude et la peur de l’avenir. Les citoyens disent combien étaient « grands » les vieux jours, sans spécifier comment. Il ya aussi des Tunisiens qui sont nostalgiques du régime Ben Ali, mais pas pour Ben Ali lui-même. En tant que personne, Ben Ali est largement détesté. Il symbolise le népotisme. La nostalgie pour son régime, cependant, peut être fondée sur … l’impression que les choses étaient mieux avant. Certaines personnes ont perdu le sens de l’ordre et de la sécurité que l’ancien régime leur procurait ».

Enfin, ajoute le chercheur, « il ya la nostalgie des gens au pouvoir qui ont également été au pouvoir sous Ben Ali, en particulier les hauts fonctionnaires au sein des partis politiques ou des entreprises. Ils sont nostalgiques, mais ne peuvent pas le crier sur tous les toits, parce que c’est encore tabou. Ben Ali n’est pas un personnage charismatique, il était personnellement impopulaire et intellectuellement médiocre. Les gens peuvent toujours admirer ouvertement l’ancien président tunisien Habib Bourguiba, mais pas vraiment Ben Ali », souligne-t-il.

Interrogé s’il voit dans cette vague de nostalgie, l’expression d’un rejet du parti islamiste au pouvoir, le chercheur a estimé que « les gens expriment l’anxiété et la peur de l’avenir. Les transitions politiques provoquent des sentiments d’incertitude. La Tunisie est actuellement dans une zone grise: l’ancien régime est terminé, mais le pays n’est pas encore une démocratie » Et d’ajouter: « Mais les Tunisiens ont découvert la liberté d’expression. Ils peuvent dire ce qu’ils veulent et comme ils le veulent. Ce qui surprend les Occidentaux, c’est surtout la virulence de ce qu’ils disent. Ennahda est dans une crise de transition. Les islamistes ont remporté les élections, mais des divergences internes demeurent. Le parti fonctionne toujours comme si c’étaient les années 80 ou 90. Il doit mettre en œuvre des réformes s’il veut être un parti islamiste moderne » conclut Vincent Geisser.

INTERVIEW

«La politique africaine ne peut se développer uniquement avec les visites, sporadiques et de courte durée ou seulement à travers le seul ministre des...

AFRIQUE

Les exportations de l'Algérie ont nettement augmenté à 18,141 milliards de dollars (mds usd) sur la première moitié de l'année 2017 contre 13,323 mds...

SPORT

Reseaux Sociaux