Tags Posts tagged with "Yosr Développement, Casus Group"

Yosr Développement, Casus Group

par -
Les retombées de la création de sociétés  de placement de fonds comme «  Yosr Développement » et « Casus Group » suscitent encore l’émoi  parmi la communauté financière et les cercles juridiques en Tunisie.

Les retombées de la création de sociétés de placement de fonds comme « Yosr Développement » et « Casus Group » suscitent encore l’émoi parmi la communauté financière et les cercles juridiques en Tunisie.

Pour Salah Riahi, président de l’association « Transaprency First », ce type d’institution est classique et date de 1920, avec la naissance de la chaîne italienne « Ponzi » consistant déjà à rémunérer les premiers souscripteurs par le capital injecté par les souscripteurs subséquents. « Cette rémunération servie à certains, ne correspond plus à des bénéfices ou des plus-values effectivement réalisées. Mais, il s’agit des prélèvements sur les capitaux nouvellement reçus », nous a précisé Salah Riahi.

Les institutions de placement de fonds tunisiennes opèrent, d’après lui, selon le même principe de ladite chaîne. « C’est le bon exemple qui prouve que le cadre juridique et légal en Tunisie n’est pas prêt pour s’attaquer à ces nouvelles formes d’escroquerie », a-t-il relevé avant d’ajouter que « ledit cadre n’institue pas en fait des obligations de contrôle, lors de la création de ce genre d’entreprises ».

Salah Riahi a pointé du doigt plusieurs défaillances, à savoir l’absence des commissaires aux comptes. Dans ce contexte, il s’est interrogé sur le rôle du tribunal, qui n’a pas vérifié le statut de ce genre d’institutions lors de l’inscription au registre de commerce.

De même, le gouvernement, selon lui, n’a pas mis en place suffisamment de mécanismes aux fins de la protection des témoins et des experts. A cela s’ajoute, l’absence d’une culture de transparence, notamment dans le secteur privé, qui constitue le fondement de l’économie tunisienne composée principalement des PMEs.

Les victimes d’Adel Dridi ou Marwa Trabelsi ne pourront pas récupérer leur argent

Dans pareille situation, Salah Riahi a fait savoir que les victimes d’Adel Dridi ou Marwa Trabelsi ne pourront pas récupérer leur argent, car il est difficile de se rabattre sur les biens personnels d’un associé dans une entreprise à responsabilité limitée afin de recouvrer des dettes auprès de la société.

L’expert s’est interrogé dans ce contexte sur la méthode de remboursement qui va être mise en œuvre par les deux propriétaires. Pour rappel, l’avocat d’Adel Dridi en détention, depuis 22 juin dernier, Mahmoud Yacoub, a fait savoir que les personnes arnaquées ne pourraient récupérer leur argent qu’après deux ans, si le propriétaire de « Yosr Développement » n’était pas libéré.

Une vérité qui a poussé les personnes arnaquées à observer des sit-in devant le siège des plusieurs institutions gouvernementales, pour exiger la libération des responsables, comme seule issue à se faire rembourser.

Comment agir ?

Dans une déclaration à Africanmanager, Salah Riahi prévoit que le seul recours est de chercher s’il existe des actifs pour ce genre d’institutions. « Ceci ne pourra se faire qu’à travers un audit complet sur ces dernières, précisément sur les fonds versés, et ce afin de cerner les actifs de ces sociétés ». D’après l’expert, on peut faire un inventaire de tous les actifs de ces sociétés essentiellement des comptes ouverts dans les systèmes bancaires.

Pour l’expert, l’inventaire des actifs de cette société demeure une mission compliquée face à une situation catastrophique que vit la majorité de banques tunisiennes avec des systèmes d’informations qui ne permettent pas de fournir des réponses claires concernant la liste des comptes qu’après plusieurs mois.

Le renforcement de l’intégrité et la transparence condition pour mettre fin à la fraude

Comme solution, il a suggéré le renforcement de l’intégrité et la transparence dans le secteur public et privé. D’ailleurs, la convention des Nations unies pour la lutte contre la corruption adoptée par la Tunisie, depuis 2008, a prévu plusieurs mesures préventives pour mettre fin à toute sorte de corruption et de malversation. Parmi ces mesures, on cite également celles relatives aux opérations de contrôle et d’audit.

De même, la société civile devrait renforcer son rôle à travers la promotion des actions de contrôle et la sensibilisation des citoyens à la transparence. Ce travail devra être consolidé avec l’implication de tous les acteurs concernés, les médias également.

Wiem Thebti

par -
Les gens qui ont perdu leur argent

Les gens qui ont perdu leur argent , mis chez les deux institutions de placement de fonds : Yosr Développement et Casus Group ,se sont rassemblés devant le palais de justice de Tunis ,pour exiger la libération des responsables ,comme seule issue à se faire rembourser .Ils ont affirmé lors du sit-in organisé à Bab Bnet ,mercredi matin dans la capitale ,que leur seul espoir ,est de voir les deux responsables Adel Dridi et Marwa Trabelsi libérés pour qu’ils leur rendent leur argent ,selon leur engagement ,surtout à l’approche du Ramadan et la saison estivale caractérisée par les grandes dépenses .

Les mêmes sit-ineurs ont accusé le gouvernement de vouloir mettre la main sur leur argent .

Les dates de remboursement d’une grande partie des placements se situent correspondent au mois de ramadan .

Il est à noter que la stratégie de Adel Dridi particulièrement consiste à faire pression sur l’institution judiciaire par les petits épargnants qu’il est arrivé à convaincre que s’il est libéré , il les remboursera .

Pour sa Sana Trabelsi, directrice de Casus Group, elle a publié sur Facebook, le 2 juillet , une vidéo dans laquelle elle indique que sa sœur Marwa qui est la gérante de la société et donc la seule personne habilitée à signer les chèques de remboursement pour ses clients . Sana Trabelsi a tenu à rassurer ses clients en déclarant que leur groupe possédait des biens (l’hôtel Lido à Nabeul ) et menait plusieurs activités dans le tourisme et la location de voitures notamment, et de ce fait , il n’y a pas lieu de s’inquiéter pour leur argent.

Sana Trabelsi a demandé à ses clients de ne surtout pas porter plainte contre Marwa , pour ne donner aucune raison à la justice de prolonger son incarcération .

INTERVIEW

«La politique africaine ne peut se développer uniquement avec les visites, sporadiques et de courte durée ou seulement à travers le seul ministre des...

AFRIQUE

Les exportations de l'Algérie ont nettement augmenté à 18,141 milliards de dollars (mds usd) sur la première moitié de l'année 2017 contre 13,323 mds...

SPORT

Reseaux Sociaux