Nabil karoui nie tout lien avec le contrat de lobbying

Nabil karoui nie tout lien avec le contrat de lobbying

par -

L’équipe de campagne électorale de Nabil Karoui a apporté un démenti aux ” rumeurs sur un prétendu contrat signé entre un certain Mohamed Bouderbala et la société dénommée Dickens et Madson Canada Inc”, selon les termes d’un communiqué publié , jeudi , où sont apportées les précisions suivantes :

1- Il n’existe aucun lien, ni de près ni de loi, entre Nabil Karoui élu au second tour de l’élection présidentielle, et les parties signataires du contrat et encore moins à son contenu.
Cette affaire s’inscrit dans le cadre de campagnes diffamatoires féroces engagées contre Nabil Karoui, depuis plusieurs années et qui ont franchi, toutes les lignes rouges. Nous ne pouvons plus taire ces agissements, affirme l’équipe de la campagne électorale de Nabil Karoui.

2- Nabil Karoui a décidé de recourir à la justice pour que soit assumée la responsabilité de tous ceux qui lui ont porté atteinte et l’ont impliqué dans des affaires aussi « mesquines » dont l’objectif n’est autre que de nuire à sa réputation, d’influencer les électeurs et de perturber le processus électoral dans le pays.

3- L’équipe de campagne rappelle la position constante et de principe de M. Nabil Karoui consistant à soutenir la cause palestinienne et son engagement à défendre le peuple palestinien frère pour l’instauration de son État sur son territoire avec Al Qods pour capitale; Elle rappelle également que cette question figure parmi les points importants de son programme électoral, indique son communiqué.

L’affaire a éclaté suite à une information sur un document qui aurait été publié et rendu public par le département américain de la justice, dont il a été fait état par l’agence AFP qui rapporte que «la publication par les autorités américaines d’un contrat de lobbying international d’un million de dollars visant à promouvoir un leader emprisonné à l’élection présidentielle en Tunisie a déclenché un tollé dans le pays ». L’agence précise que «le ministère américain de la Justice a publié une copie de l’accord avec Dickens et Maddison, basé au Canada, pour faire lobbying en faveur du nabab des médias emprisonné Nabil Karoui “aux Etats-Unis, dans la Fédération de Russie, aux Nations Unies … afin de prendre la Présidence de la République de Tunisie », et que «le contrat d’un an, daté du 19 août, dépasse de loin les limites des dépenses de campagne de la Tunisie».

Notons par ailleurs, que le lobbying est une activité, plus que légale dans différents pays, dont les USA, ce qui expliquerait que le document soit public. En Tunisie, il y a un vide juridique et une très mauvaise interprétation de cette pratique, surtout lorsqu’elle est liée à la politique. Bien avant Karoui, Ennahdha avait fait pareil, mais pour du lobbying auprès des médias étrangers. Il s’agissait alors de «Burson Cohn & Wolf » et le contrat, dont avait parlé Jeune Afrique depuis janvier 2019, était de 60 MDT.

AUCUN COMMENTAIRE

Laisser un commentaire