8 C
Tunisie
mardi 1 décembre 2020
Accueil La UNE Que possédait l’Etat tunisien, jusqu’au 14 janvier 2011 ?

Que possédait l’Etat tunisien, jusqu’au 14 janvier 2011 ?

L’Etat tunisien est-il riche ? Plus d’un vous dira que oui. Cela, même s’il n’a pas arrêté d’être volé tout au long de son histoire, tantôt  par ses dirigeants, tantôt autres fois par l’entourage de ces derniers, parfois par les deux et ces derniers temps même par le simple citoyen avec l’alibi du bien du peuple.

- Publicité-

Les biens de l’Etat tunisien, ce sont des biens meubles et immeubles, allant du parc des véhicules aux entreprises commerciales et industrielles. Mais c’est surtout des terres agricoles où la plupart des dépassements ont pu avoir lieu, de la part du chef de l’Etat lui-même au bénéfice surtout des familles de sa femme.

500 mille hectares dont plus de 12 mille loués aux parents et amis.

Juste après l’Indépendance et après la loi sur la nationalisation des terres agricoles, l’Etat tunisien disposait de 828 mille hectares, immatriculés ou non immatriculés. Depuis, par contrat ou sans contrat mais toujours avec l’accord des commissions consultatives régionales et nationales, 328 mille hectares ont été cédés aux privés. Cela s’est, bien sûr, fait sur une période de plus de 50 ans, entre l’ère Bourguiba et l’ère Ben Ali. Ainsi et au jour d’aujourd’hui donc, l’Etat tunisien  ne possède plus que 500 mille hectares.

Sur ce total des cinq cent mille hectares de terres domaniales, 189728 hectares sont dits «non structurés » et exploités par différentes structures publiques, dont 157 mille entre les mains de l’OTD (Office des terres domaniales), 17629 sont sous forme de coopératives agricoles non encore dissoutes depuis la disparition du collectivisme d’Ahmed Ben Salah. Il reste les 14595 hectares qui sont entre les mains d’autres structures tels que l’office de l’élevage ou celui de la recherche agricole.

Les 31772 hectares restants, sont dits «structurés » au sens où ils sont loués, dont sous forme de société de valorisation agricole comme les SMVDA. 35 de ces sociétés locatrices de terres agricoles du domaine de l’Etat, sur une superficie de 12372 hectares et donnés à des parents et proches des familles BA&T, devraient, nous dit-on au ministère des domaines de l’Etat,  faire l’objet de la nomination d’un administrateur judiciaire. Seules 8 SMVDA d’une superficie de 3333 hectares ont fait l’objet de reprise par le biais de l’administrateur judiciaire. On ne sait pas encore le nombre et la superficie des terrains purement agricoles, et dont la vocation a été changée pour être revendues, à petits prix, aux amis et aux membres des familles. L’exemple de Bricorama pour Imed Trabelsi est le plus connu, mais c’est loin d’être la seule grande surface qui a profité de la générosité de l’ancien chef de l’Etat et du caractère désinvolte de sa gestion des terres de l’Etat.

Presque 100 mille voitures, 852 terrains nus et plus de 13 mille bâtiments.

L’Etat tunisien n’a cependant pas que les terres agricoles. Ce que l’Etat possède, va des aires de passage des trains, aux mosquées, en passant par les cimetières ou les forêts. Le plus visible, c’est surtout les bâtiments administratifs qui sont au nombre de 13424, les logements administratifs qui sont au nombre de 10689 mis à la disposition des cadres et hauts cadres surtout lorsqu’ils se déplacent pour les besoins de leur travail. On notera aussi que l’Etat tunisien est propriétaire de 852 terrains nus, dispose de pas moins de 26 mille 540 voitures dont ceux mis à la disposition des membres du gouvernement, des PDG, DG et autres responsables publics. Cela, sans compter les 70035 autres véhicules  à la disposition des municipalités (9066), des conseils régionaux (1925) et des entreprises publiques (32504 voitures). Cela fait un  parc automobile de l’Etat de 96 mille 575 voitures, avec le carburant, mis à la disposition de ses employés et cadres, nationaux, régionaux et locaux.

Mais l’Etat tunisien dispose aussi de 1.898.856 hectares en forêts, de 2172 kilomètres de voie ferrée, de 4829 mosquées de toutes sortes auxquelles s’ajoutent 2565 zaouïas ou tombeaux de «saints», ainsi que 224 cimetières. Les biens immobiliers enregistrés sur ses tablettes sont au nombre de 41518, dont 16456 au titre de biens publics. L’Etat tunisien est aussi propriétaire de 5492 entreprises publiques et de 3685 bâtiments publics.

Après la Révolution, tout ce patrimoine devra être mieux conservé, mieux géré surtout. Il devrait aussi, bien que provisoirement, s’agrandir au moins par les prochaines confiscations, un acte qui ne fait pas encore l’unanimité, sauf chez ceux qui n’ont rien à perdre.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

105,486FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
4,379SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -

Derniers Articles