AccueilActualitésSami Remadi à Africanmanager : « L’ANC a abusé de ses...

Sami Remadi à Africanmanager : « L’ANC a abusé de ses prérogatives et le gouvernement a mis sous sa coupe tous les pouvoirs »

« Le secteur de la santé fait face, aujourd’hui, à un problème d’ordre structurel et une crise sans précédent », a indiqué Sami Remadi, président de l’Association Tunisienne pour la Transparence Financière (ATTF) et médecin, dans une déclaration à Africanmanager. Cette déclaration vient suite à plusieurs mouvements de protestation contre la loi relative au service obligatoire des médecins spécialistes dans les régions de l’intérieur pour une période de trois ans. Et de souligner que le secteur de la santé intéresse autant les étudiants que les médecins en exercice, les internes que les résidants, accusant, de ce fait, l’Assemblée nationale constituante (ANC) de dépasser ses prérogatives alors qu’elle est élue pour une période d’une année pour rédiger la constitution, et le gouvernement d’exercer sa mainmise sur tous les pouvoirs s’agissant principalement du corps de la magistrature et de la médecine.

- Publicité-

Il a affirmé, en outre, que le gouvernement n’a rien fait pour la santé et que son bilan d’intervention dans le secteur demeure très négatif, précisant que cette loi relative au travail obligatoire des médecins spécialistes, pendant 3 ans, dans les régions défavorisées, n’est qu’une campagne électorale prématurée comme c’est le cas de la décision de créer des facultés de médecine dans certaines régions de l’intérieur.

Sami Remadi a expliqué qu’en Europe et plus précisément en Suisse, les grandes réformes dans le secteur de la santé se décident en concertation avec les Parlements, le gouvernement et toutes les parties prenantes comme le conseil de l’ordre des médecins, les médecins internes et résidents, les universitaires, et même les étudiants, contrairement à la Tunisie où le secteur est gouverné par des personnes qui ne sont pas mandatées pour une telle réforme et sans la moindre consultation, selon ses dires.

Il a reproché au ministre de la Santé, Abdelatif Mekki, d’orchestrer une campagne de dénigrement contre les jeunes médecins et allant jusqu’à prétendre que le médecin coûte à l’Etat 1 million de dinars, soulignant qu’il s’agit d’une campagne de dénigrement destinée à manipuler les citoyens qui demandent leur droits à la santé.

S’agissant des solutions, Sami Remadi a proposé une sorte de parrainage entre les hôpitaux universitaires et ceux des zones de l’intérieur, faisant remarquer, cependant, que les mouvements de protestation et de grèves des résidents, internes et externes en médecine vont se poursuivre encore jusqu’au retrait de ce texte de loi stipulant le travail obligatoire dans les régions de l’intérieur.

Le président de l’ATTF a exhorté toutes les parties prenantes à se concerter sur les moyens de trouver des solutions pour le corps médical et universitaire dans l’immédiat.

Khadija Taboubi

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

108,654FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
4,919SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -

Derniers Articles