AccueilLa UNETunis : Manipulation de chiffres au ministère de l’Investissement.

Tunis : Manipulation de chiffres au ministère de l’Investissement.

«Durant l’année 2012, les investissements directs étrangers (IDE) ont enregistré une augmentation de 79 % pour atteindre un montant de 3079,5 millions de dinars (MD), contre 1718,3 MD en 2011, selon les données de l’Agence de Promotion de l’Investissement Extérieur (FIPA)». Cette information a été rapportée, dans un communiqué du ministère de l’Investissement et de la Coopération internationale diffusé par l’agence Tap, sous le titre «flan-flan» des IDE qui augmentent de 79%.

Cette information trompeuse est d’autant plus fallacieuse que cette évolution est due, en grande partie, aux opérations de cession des actions de l’Etat dans certains biens confisqués, précise le rapport des IDE 2012 de la FIPA. Il s’agit de l’acquisition de 13% du capital de la Banque de Tunisie (BT), d’une valeur de 218 MD, par le Crédit Mutuel Français et de 15% du capital de l’opérateur Tunisiana, d’une valeur de 636,9 MD par Qatar Telecom. Deux investissements sans aucune création supplémentaire de postes d’emploi. Globalement, ces derniers ont même baissé de 5% par rapport à 2011 et de 29 % par rapport à 2010. Il est connu, dans tout schéma de développement, comme actuellement celui de la Tunisie, qui repose, entre autres choses, sur les IDE, que le but de ces IDE est de créer un surcroît de postes d’emploi. Les 218 MDT des 13 % de la Banque de Tunisie, ont été incorporés dans le budget de l’Etat dont les ressources vont à plus de 70 % pour le fonctionnement de l’Etat et non pour la création de l’emploi. Les 636,9 MDT de Tunisiana, quant à eux, ont servi, presqu’en totalité, à payer les dettes t de Sakher El Materi auprès de banques tunisiennes et de l’ABC Bank, étrangère. A l’évidence donc, cette autre somme de milliards n’a pas servi non plus à créer de l’emploi.

Autres investissements, très peu créateurs d’emploi, ceux qu’on appelle les investissements de portefeuille. Selon le communiqué du ministère, ils sont de 83,4 MD contre 102,4 MD en 2011. Les vrais IDE sont donc de 2996,1 MD d’IDE, contre 1615,9 MD. La croissance est ainsi loin des 79 % dont s’enorgueillit le ministère de l’Investissement et de la Coopération internationale.

– Les seuls chiffres des vrais IDE.

Les investissements réalisés hors énergie et opérations de privatisation et acquisition, sont répartis à hauteur de 181,55 MD en projets de création et de 486,4 MD en projets d’extension, soit 123 projets de création et 185 projets d’extension, précise le rapport. Ces projets qui sont concentrés essentiellement dans le secteur de l’industrie manufacturière (251 projets) et plus précisément le textile/habillement (66 projets), ont permis la création de 10263 nouveaux emplois.

Parmi ces 123 projets, 107 sont implantés dans les régions côtières, notamment, Tunis (23), Sousse (19) et Monastir (17), moyennant une enveloppe de 120,4 MD permettant la création de 5338 emplois et seulement 16 sont implantés dans les régions de l’intérieur, notamment, à Zaghouan (7) et Jendouba (3), d’un coût de 61,2 MD permettant la création de 875 emplois.

L’analyse sectorielle des IDE réalisés fait ressortir une reprise de l’ensemble des secteurs par rapport à 2011, à l’exception du secteur des services qui a régressé de 36% passant de 196,7 MD, en 2011, à 124,7 MD en 2012.

Selon le même document, certains secteurs ont même dépassé le niveau de 2010, à savoir le secteur de l’agriculture qui est passé de 2,8 MD, en 2010, à 4,6 MD, en 2012, soit une hausse de 64,3% et de 100% par rapport, à 2011 (2,3 MD). Le secteur de l’énergie est le premier secteur récepteur des IDE avec 1378,1 MD, au cours de 2012, contre 1317,1 MD, en 2010, soit une hausse de 4,6% par rapport à 2010 et de 29,6% par rapport à 2011 (1063,4 MD). Les IDE réalisés, en 2012, dans le secteur du tourisme et de l’immobilier, ont atteint 77 MD, contre 22,9 MD, en 2011, soit une hausse de 236,2%.

Les investissements dans le secteur industriel ont augmenté de 60,8% pour atteindre une valeur de 531,6 MD, en 2012, contre 330,6 MD, en 2011.

– Le Qatar «ami» est le moins créateur d’emplois et l’Italie en a créée le plus.

Les évolutions des IDE au niveau des secteurs par rapport à 2010 et 2011 ne sont pas proportionnelles à l’évolution globale de l’IDE. Ceci est dû aux opérations de privatisation (20,7% du total des IDE) qui ont fait augmenter le montant global des IDE, précise la FIPA.

Selon le classement par pays d’origine des IDE, le Qatar vient en tête avec un montant de 784,2 MD, dont 636,9 MD pour l’acquisition de 15% du capital de Tunisiana et 70 MD pour l’achat d’un hôtel à Tabarka, talonné par la France avec un montant de 388,31MD (dont 218 MD pour l’acquisition de 13% du capital de la BT), puis l’Italie avec 133,96 MD et l’Allemagne avec 102 MD. Les investissements qataris n’ont pas permis la création d’emplois, puisqu’il s’agit de projets d’extensions et d’acquisitions, souligne le rapport de la FIPA. Par contre, le classement des pays, selon le potentiel de création d’emplois, place l’Italie au 1er rang (3342 emplois), suivi de la France (3006 emplois), l’Allemagne (1191 emplois) et la Belgique avec 505 emplois.

- Publicité-

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

108,654FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
4,994SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -