AccueilLa UNETunis-Nomination des gouverneurs : Habib Essid sous les feux croisés de ses...

Tunis-Nomination des gouverneurs : Habib Essid sous les feux croisés de ses alliés et de l’opposition!

Le chef du gouvernement Habib Essid vient d’opérer un remaniement partiel dans le corps des gouverneurs avec la nomination de six nouveaux gouverneurs à Gafsa, Tataouine, Jendouba, Zaghouan, Gabès et Kairouan. Un mouvement qui a vite fait de susciter des critiques chez les uns voire même un tollé chez les autres.

- Publicité-

Ennahdha, deuxième parti au pouvoir a vivement contesté le recours aux services de certaines figures du régime déchu. La formation islamiste s’est gardée de confier la contestation de ces décisions à des dirigeants de premier rang laissant cette charge aux seconds couteaux.

Afek Tounes n’était pas en reste et a dénoncé le fait que l’on ne demande pas son avis à propos les personnes choisies dont l’une avait occupé les fonctions de délégué à l’époque de Ben Ali et était même un militant actif au sein de l’ex parti RCD.

Pour le dernier allié de Nidaa Tounes, l’UPL, il a choisi de garder le silence !!!!

Un mauvais départ pour Essid

Surtout, ce mouvement partiel dans le corps des gouverneurs a été vivement stigmatisé non seulement par les alliés de Nidaa Tounes, mais aussi par d’autres partis politiques. C’est le cas d’Echâab qui par la voix de son secrétaire général Zouhair Maghzaoui, a affirmé que « Habib Essid n’a pas pris en compte les facteurs de la transparence et de la compétence dans les récentes nominations qui ont touché l’administration et le corps des gouverneurs ». « Ces mesures viennent satisfaire une partie déterminée au sein de Nidaa Tounes », a estimé Maghzaoui.

Il a par ailleurs fait savoir que les répercussions de ce genre des mesures sont graves étant donné que les nominations ont été faites sur la base du népotisme. « Le chef du gouvernement doit patienter avant de prendre une telle décision. Car, on ne peut jamais en juguler les effets », a-t-il encore dit considérant cette action comme « un mauvais départ pour l’équipe ministérielle d’Essid ».

Dans l’entretemps, plusieurs observateurs ont affirmé que les remous suscités au sein de la formation gouvernementale à la suite de cette vague de nominations risquent de semer le désordre. « En réalité, il n’existe pas de coalition au sein du gouvernement mais plutôt des individus qui appliquent la règle du donnant-donnant », a dit le professeur de droit public Abdelmajid Abdelli soulignant qu’ « on n’a pas encore acquis la notion d’un parti politique qui exerce le pouvoir mais plutôt des individus qui le font en lieu et place. Ces derniers n’ont pas , au demeurant, la culture de l’exercice démocratique de ce même pouvoir ».

Habib Essid auditionné ?

Dans ce climat « tendu », plusieurs députés à l’ARP ont estimé que ces nominations ont été décidées sur la base l’allégeance politique. D’ailleurs, il est envisagé d’interpeller le chef du gouvernement, Habib Essid, à ce propos.

Plusieurs représentants du peuple s’emploient à réunir les signatures pour les besoins d’une pétition pour convoquer le chef du gouvernement à une plénière d’interpellation concernant les critères retenus dans le processus des nominations.

L’impératif des critères objectifs…

Sur un autre plan, le président de l’Union Nationale pour la neutralité de l’administration et du service public, Abdelkader Labbaoui a relevé que 63% des nominations effectuées par Habib Essid sont suspectes et ne sont pas neutres. « Ces nominations n’ont pas respecté la Constitution et elles ont été décidées sur une base partisane en faveur de Nidaa Tounes.», a constaté Labbaoui dans un entretien téléphonique avec « Africanmanager » affirmant que « certains ministres ont procédé à des changements tout en désignant leurs proches aux postes importants ».

Le président de l’Union a d’autre part déclaré que le nombre de nominations a atteint 182 jusqu’au 15 avril courant dont 116 ne sont pas neutres.

Il a appelé le gouvernement à associer tous les intervenants ainsi que les différentes composantes de la société civile tout en exigeant l’adoption de critères objectifs dans les nouvelles nominations.

Wiem Thebti

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

108,654FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
4,914SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -

Derniers Articles