AccueilLa UNETunisie : 250 mille « désœuvrés » dans la fonction publique, selon...

Tunisie : 250 mille « désœuvrés » dans la fonction publique, selon Jalloul Ayed

250 mille fonctionnaires ne font rien dans les administrations publiques, a affirmé Jalloul Ayed, ancien ministre des Finances, lors d’un débat, organisé, ce lundi, 8 avril 2013, par le centre d’études de l’islam et de la démocratie, autour du thème « Les défis de l’économie tunisienne et les moyens de les relever ». Lors de cette rencontre, Jalloul Ayed a critiqué le recrutement massif dans la fonction publique, précisant que cette méthode ne peut que saturer l’administration tunisienne avec des incompétences, ce qui va peser lourdement sur l’économie du pays : « C’est une mauvaise méthode pour résoudre le problème du chômage. Créer de l’emploi dans la fonction publique est une solution qui va coûter très cher à la Tunisie et cela devient, de plus en plus, inquiétant», a estimé jalloul Ayed en ajoutant que ce genre de recrutement ne peut pas créer de la valeur pas plus qu’il n’est basé sur la compétence.

L’ancien ministre des Finances a reproché, en outre, au gouvernement de ne pas établir un système d’évaluation des compétences dans la fonction publique. Et d’expliquer que, ce faisant, la Tunisie va se retrouver continuellement aux prises avec les mêmes problèmes. Il a proposé de réorienter les augmentations des salaires vers les plus compétents uniquement et ceux qui créent de la valeur ajoutée, sinon on va se retrouver avec un stock de dettes au titre des salaires : « Ce n’est pas avec les dépenses publiques qu’on peut résoudre les problèmes économiques », a-t-il dit.

Il a précisé, en outre, que l’investissement privé est le seul créateur de la valeur ajoutée et qu’il s’agit de l’épine dorsale de l’économie tunisienne.

Sous un autre angle, Jalloul Ayed a précisé que la Tunisie a cruellement besoin, aujourd’hui, d’un Etat différent de celui d’après l’Indépendance : « On a vraiment besoin d’un Etat qui contrôle, sanctionne et soit plus intelligent », a souligné Jalloul Ayed en appelant à repenser totalement les procédures et les mécanismes appliqués auparavant.

L’ancien ministre des Finances a évoqué le fossé qui existe entre l’université et l’entreprise. Et de préciser que les facultés tunisiennes sont en train de produire des chômeurs. « Il s’agit d’une incompatibilité entre les institutions universitaires et le marché de l’emploi », a-t-il dit.

Il a affirmé aussi que l’Etat ne s’occupe pas des PME et des PMI bien qu’elles constituent 80% du tissu économique et que le vrai problème de ces dernières n’est pas l’accès au financement mais plutôt l’absence de fonds propres. C’est ainsi qu’il a appelé à la création d’un marché de fonds propres et d’expliquer que ce marché aurait du être créé depuis longtemps.

Il a ajouté que le système bancaire est très en retard : « Il doit y avoir un système qui tire l’économie vers le haut et non un système à la traîne », a-t-il déclaré en faisant savoir, par contre, que le pays qui ne soigne pas son acte d’investir se dispense de réussir économiquement, citant, à ce propos, l’exemple du Singapour qui a créé un fonds d’amorçage dans l’objectif d’aider les nouveaux diplômés à lancer leur propres projets.

Il a fait remarquer, aussi, que l’industrie de la micro-finance n’est pas organisée en Tunisie et il a appelé à restructurer ce business, dès maintenant, afin de donner de l’espoir à ceux qui y postulent dont 60% sont des femmes.

Jalloul Ayed a relevé, dans ce cadre, que plusieurs crédits ont été approuvés par la Banque de solidarité mais qui n’ont pas été décaissés suite à l’absence des fonds propres chez les candidats à ce financement.

Evoquant les grands projets, Jalloul Ayed a souligné que l’Etat doit réunir les conditions de leur réussite. Il a expliqué que même avec un budget modeste, l’Etat peut trouver des solutions pour les promoteurs des projets, précisant, cependant, que la caisse de compensation a dépassé de loin le budget alloué à l’Equipement, ce qui est grave pour la Tunisie, a-t-il estimé.

Khadija Taboubi

- Publicité-

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

108,654FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
4,994SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -