AccueilLa UNETunisie: Les stations-services en grève, le 25 février, en cas d’échec...

Tunisie: Les stations-services en grève, le 25 février, en cas d’échec des négociations

Les stations-services observeront une grève générale, le samedi 25 février 2012, a confirmé le président de la chambre syndicale des stations-services, Mustapha Ben Tekaya, lors d’une conférence de presse, mercredi.

- Publicité-

Toutefois, a-t-il tenu à préciser, « cette grève sera annulée si les différentes parties traitent immédiatement nos demandes qui concernent la lutte contre le marché parallèle, c’est-à-dire le trafic de contrebande » .

Selon lui, cette grève qui est prévue pour ce samedi 25 février pourrait se prolonger encore trois jours. « Nous avons demandé aux autorités concernées, à savoir les ministère des Finances, de l’Industrie, et de l’Intérieur, de trouver une solution à la vente illégale d’essence qui arrive depuis l’Algérie et la Libye via des opérations de contrebande bien organisées ».En l’absence d’une réponse qui tarde à venir, les agents des stations de services observeront une grève qui touchera la totalité des points de vente des carburants.

Il a, en outre, averti que les pratiques illégales de la vente d’essence entraîneront la fermeture de plusieurs stations à travers la Tunisie, ce qui se traduira forcément par la mise au chômage d’un grand nombre d’employés.

« Nous avons enregistré une baisse au niveau de nos recettes entre 40 % et 70% », a-t-il ajouté expliquant cette baisse par « les bas prix pratiqués par les contrebandiers qui s’enhardissent à aller, en toute impunité, s’approvisionner en produits pétroliers à nos frontières avec la Libye et l’Algérie ».

Déjà depuis un bon bout de temps, ces contrebandiers importaient illicitement de l’essence à partir de l’Algérie. Il y a toujours eu un trafic de jerricanes notamment d’essence, aux frontières est, ouest et au sud du pays.

Depuis le début du conflit en Libye et en Tunisie, le nombre des réseaux de contrebande de carburants, gaz et essence a augmenté d’un jour à l’autre, face au grand silence des parties concernées. « Nous sommes vraiment déçus, car nos demandes ont été ignorées », a-t-il affirmé.

Tout ce que nous réclamons c’est qu’on arrête cette situation qui continue d’étrangler un secteur qui fait vivre quelque 600 familles. Et tout en restant ouverts au dialogue, nous tenons à réaffirmer que la grève serait maintenue pour le 25 février, en cas d’échec des négociations», a-t-il prévenu.

Nadia Ben Tamansourt

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

106,721FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
4,567SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -

Derniers Articles