Un test sanguin pourrait prédire le risque de cancer du sein 10...

Un test sanguin pourrait prédire le risque de cancer du sein 10 ans avant son apparition

par -
Des chercheurs britanniques annoncent avoir mis au point un nouveau test sanguin permettant de déterminer 10 ans avant l’apparition d’une éventuelle tumeur

Des chercheurs britanniques annoncent avoir mis au point un nouveau test sanguin permettant de déterminer 10 ans avant l’apparition d’une éventuelle tumeur, les femmes à risque de cancer du sein. Un tel test permettrait alors de pouvoir prendre les mesures préventives qui s’imposent chez les femmes concernées.

Des chercheurs de l’University College of London et de l’Université de Manchester, viennent donc d’annoncer dans la revue médicale Genome Medicine, avoir découvert un test sanguin permettant de repérer les femmes présentant un risque de cancer du sein, 10 ans avant que la tumeur n’apparaisse. Le délai offert par ce test pourrait alors permettre aux femmes concernées de prendre les mesures de prévention nécessaires afin de réduire le risque d’apparition réel de la tumeur.

Les cancers non génétiques concernés

A ce jour, un tel test existait mais uniquement pour les femmes porteuses d’un gène BRCA1 défectueux, comme l’avait médiatisé l’actrice américaine, Angelina Jolie. En revanche, aucun test ne permettait d’évaluer le risque d’apparition d’un cancer héréditaire, alors que ce type de cancer concerne 90% des cas.

Le test mis au point par les Britanniques permettrait de reconnaitre une “signature” sur l’ADN des cellules du sang, la “mythélion de l’ADN”. Cette signature offrirai alors une prédiction sûre à 0.65, 1 étant l’exactitude. Pour Martin Widschwendter, le professeur à l’origine de cette découverte, un tel test devrait être proposé à toutes les femmes arrivant à l’âge de la ménopause, puis tous les 5 ans. Selon le résultat du test, selon l’importance du risque détecté, les mesures préventives seront alors adaptées. Elles pourront aller d’une simple modification de l’hygiène de vie à un suivi médical intensif, voire une chimiothérapie préventive.

AUCUN COMMENTAIRE

Laisser un commentaire