Yémen : Combien de temps tiendra le cessez-le-feu signé en Suède ?

Yémen : Combien de temps tiendra le cessez-le-feu signé en Suède ?

par -

Le Conseil de sécurité des Nations Unies a souligné lundi l’importance pour les parties yéménites de respecter les engagements qu’elles ont pris en Suède en décembre « dans l’intérêt du peuple » du Yémen.

Dans une déclaration à la presse, les membres du Conseil de sécurité ont notamment souligné combien il était important de progresser sur la voie d’un accord politique visant à mettre un terme au conflit et à soulager les souffrances humanitaires du peuple yéménite.

Les membres du Conseil se sont déclarés préoccupés par les allégations de violation du cessez-le-feu. Ils ont fermement condamné les actions qui compromettent les progrès réalisés par les parties dans le cadre de l’accord conclu en Suède en décembre 2018.

Dimanche, le Comité de coordination du redéploiement (CRC), chargé de superviser le cessez-le-feu à Hodeïda, a tenu sa troisième réunion à bord d’un navire de l’ONU amarré dans le port de cette ville yéménite en présence de représentants du gouvernement du Yémen et des rebelles houthis.

A cette occasion, le chef des observateurs de l’ONU, le général Cammaert, qui présidait cette réunion, a souligné l’importance de respecter le cessez-le-feu entré en vigueur le 18 décembre. Il a également mis en garde les parties contre la fragilité du cessez-le-feu et les exhortées de demander à leurs commandants sur le terrain de s’abstenir de toute nouvelle violation pouvant mettre en péril l’accord de Stockholm et le processus de paix au Yémen.

Craignant que l’escalade militaire et les hostilités puissent nuire à la confiance et compromettre les perspectives de paix, les membres du Conseil ont appelé les parties à faire preuve de retenue, apaiser les tensions, honorer leur engagement vis-à-vis de l’accord de Stockholm et aller de l’avant avec la mise en œuvre rapide de ce dernier. À cet égard, ils ont salué la libération de prisonniers par les deux parties comme un « signal encourageant ».
Les mouvements de l’ONU et des humanitaires ne doivent pas être entravés

Les membres du Conseil ont appelé les parties à coopérer de toute urgence avec le président du CRC et la Mission des Nations Unies d’appui à l’accord d’Hodeïda (MINUHA) afin de mettre en œuvre le plan convenu pour le redéploiement mutuel des forces de la ville et des ports d’Hodeïda, Salif et Ras Issa, conformément à leurs obligations et dans les meilleurs délais.

Ils ont également appelé les parties dans leurs zones de contrôle, en particulier les Houthis contrôlant ces ports, « à assurer la sécurité et la sûreté du personnel de la MINUHA ».

Face à la détérioration continue de la situation humanitaire, les membres du Conseil de sécurité ont souligné la nécessité de progresser vers un règlement politique global du conflit. Ils ont également réaffirmé qu’il importait que toutes les parties au conflit assurent la protection des civils et réitéré leur appel à ce qu’elles s’acquittent de leurs obligations en vertu du droit international humanitaire, notamment de respecter les principes de proportionnalité et de distinction.

Les membres du Conseil ont appelé les parties yéménites à faciliter « le flux rapide, sûr et sans entrave » des fournitures et des travailleurs humanitaires dans le pays.

AUCUN COMMENTAIRE

Laisser un commentaire