Tags Posts tagged with "Maya Jribi"

Maya Jribi

par -
Maya Jribi

Maya Jribi, secrétaire générale du parti Al Joumhouri, qui se bat actuellement contre une maladie à évolution lente, a surpris son monde en démentant l’information selon laquelle elle a tiré un trait sur la vie politique. “Je quitterai la vie politique quand je serai morte,” a-t-elle affirmé sur Mosaïque Fm hier vendredi 03 février 2017, à l’occasion de l’ouverture du 6ème congrès de son parti. “Je résiste,” a-t-elle asséné, avec l’énergie et le punch qu’on lui connait, même si la maladie l’a un peu affaiblie…

Elle a ajouté que les ondes positives que lui envoient les Tunisiens lui font du bien et l’aident à faire face. Mais elle n’a pas souhaité en dire plus, histoire de ne pas perturber le déroulement du congrès.
Elle a toutefois tenu à envoyer un message “aux descendants d’Al Joumhouri” qui font partie de l’équipe de Youssef Chahed. Elle les a invités à donner corps aux valeurs et principes de son parti. “Les intérêts du pays doivent être la priorité de tous les membres du gouvernement, et pas seulement des membres du parti Al Joumhouri”, a-t-elle lâché, en mettant le doigt sur la nécessité de de se conformer aux résolutions du Pacte de Carthage.

Enfin Maya Jribi a confirmé qu’il n’est pas question de se présenter pour un nouveau mandat. “Nous croyons en la démocratie et à la succession du pouvoir,” a-t-elle déclaré…

par -
Maya Jribi

Maya Jribi, secrétaire générale d’Al Jomhouri, a fait constater que Mehdi Jomaâ, chef du gouvernement s’est engagé lors de sa rencontre avec les représentants des partis politiques à ne pas prendre des mesures qui affectent le pouvoir d’achat des citoyens avant qu’elle ne soient débattues lors d’un dialogue national.

par -
On vient d’apprendre qu’un débat interne se déroule depuis une période entre les dirigeants d’Al Joumhouri sur le futur candidat du parti pour les élections présidentielles. Certains dirigeants

On vient d’apprendre qu’un débat interne se déroule depuis une période entre les dirigeants d’Al Joumhouri sur le futur candidat du parti pour les élections présidentielles. Certains dirigeants du parti veulent présenter la militante Maya Jribi, secrétaire générale d’ Al-Joumhouri à la présidentielle au lieu d’Ahmed Néjib Chebi.

Une source du parti nous a informé que l’idée de remplacer Ahmed Nejib Chebi par Maya Jribi est venue suite à la chute libre de la popularité d’Ahmed Nejib Chebi, dans les sondages politiques, alors que Nidaa Tounes et Ennahdha se présentent comme les forces principales du pays.

La même source a précisé que si Ahmed Néjib Chebbi se présente aux présidentielles, il va certainement échouer devant les candidats d’Ennahdha et Nidaa Tounes et la popularité du parti va encore chuter d’où le choix de Maya Jeribi.

par -
La secrétaire générale du parti Al Joumhouri

La secrétaire générale du parti Al Joumhouri, Maya Jribi, a critiqué le « faible rythme » du Dialogue national parrainé par l’UGTT.

Dans une déclaration à Jawhara fm, elle a relevé l’existence de plusieurs problèmes juridiques dont celui de l’ISIE, suite à la décision du tribunal administratif, ajoutant que les députés retirés ne regagneront leurs sièges à l’ANC qu’à la condition que le gouvernement proclame son intention de démissionner conformément à la feuille de route du Quartet.

par -
Dans une déclaration à Africanmanager

Dans une déclaration à Africanmanager ,Maya Jribi a souligné que cette session du dialogue national constitue unedernière chance pour le pays , assurant que le parti Al-Joumhouri va s’employer à convaincre toutes les parties à se doter de la lucidité requise , et saisir cette occasion pour activer la feuille de route du Quartet.

Maya Jribi a relevé que la situation caractérisée par une crise politique et économique impose un sursaut national pour mettre en œuvre les orientations du dialogue national .

par -
Le juge d’instruction du 3ème bureau au tribunal de première instance de Tunis

Le juge d’instruction du 3ème bureau au tribunal de première instance de Tunis, a émis, mercredi, un mandat de dépôt contre l’auteur des menaces contre Maya Jribi, secrétaire générale du parti Al Joumhouri.

Le suspect a également reconnu devant les policiers avoir planifié l’assassinat du journaliste Soufiène Ben Farhat , mais s’est rétracté lors de son interrogatoire par le magistrat instructeur.

par -
Le secrétaire général du parti républicain Maya Jribi   a déclaré

Le secrétaire général du parti républicain Maya Jribi a déclaré, jeudi, que les partis politiques à l’exception du mouvement Ennahdha participant au dialogue national initié par le président provisoire de la république Moncef Marzouki ont convenu d’un régime présidentiel modéré basé sur l’équilibre des prérogatives entre les deux têtes du pouvoir exécutif. Autrement dit, l’accord s’est fait sur un régime parlementaire dit dualiste où le gouvernement est à la fois responsable devant le parlement et devant un chef de l’État actif, un régime qui se fonde sur le principe d’égalité et de collaboration des pouvoirs,

D’après Maya Jribi, citée par Mosaïque fm, le mouvement Ennahdha a abandonné en apparence le régime parlementaire et accepté le régime présidentiel mais avec des prérogatives très limitées accordées au président de la république.

En revanche, le présentant du mouvement Ennahdha Sahbi Attig a souligné que le mouvement a fait des concessions en abandonnant le régime parlementaire et n’est nullement prêt à en faire d’autres en ce qui concerne les prérogatives. Et ceci rappelle par bien des côtés le régime parlementaire moniste ou classique où le chef de l’État ne joue un rôle politique que très minime, son statut est avant tout honorifique et il est principalement le symbole et le garant de l’unité nationale.

Ont participé à cette session Ettakatol, le mouvement Ennahdha, le CPR, El Moubadra, El Amen,El Aridha El chaabia, le parti républicain et la coalition démocratique.

par -
Le secrétaire général du parti républicain Maya Jribi   a déclaré

Le secrétaire général du parti républicain Maya Jribi a déclaré, jeudi, que les partis politiques à l’exception du mouvement Ennahdha participant au dialogue national initié par le président provisoire de la république Moncef Marzouki ont convenu d’un régime présidentiel modéré basé sur l’équilibre des prérogatives entre les deux têtes du pouvoir exécutif. Autrement dit, l’accord s’est fait sur un régime parlementaire dit dualiste où le gouvernement est à la fois responsable devant le parlement et devant un chef de l’État actif, un régime qui se fonde sur le principe d’égalité et de collaboration des pouvoirs,

D’après Maya Jribi, citée par Mosaïque fm, le mouvement Ennahdha a abandonné en apparence le régime parlementaire et accepté le régime présidentiel mais avec des prérogatives très limitées accordées au président de la république.

En revanche, le présentant du mouvement Ennahdha Sahbi Attig a souligné que le mouvement a fait des concessions en abandonnant le régime parlementaire et n’est nullement prêt à en faire d’autres en ce qui concerne les prérogatives. Et ceci rappelle par bien des côtés le régime parlementaire moniste ou classique où le chef de l’État ne joue un rôle politique que très minime, son statut est avant tout honorifique et il est principalement le symbole et le garant de l’unité nationale.

Ont participé à cette session Ettakatol, le mouvement Ennahdha, le CPR, El Moubadra, El Amen,El Aridha El chaabia, le parti républicain et la coalition démocratique.

par -
La secrétaire générale du Parti Républicain (PR) Maya Jribi a réitéré

La secrétaire générale du Parti Républicain (PR) Maya Jribi a réitéré, samedi, son appel en faveur de la dissolution des Ligues de protection de la Révolution (LPR). « Ces ligues continuent à agresser les militants des partis politiques qui s’opposent à la coalition au pouvoir », a-t-elle déploré, lors d’un meeting à Sousse, dénonçant, à ce propos, la perturbation de la réunion du PR qui était prévue, vendredi, dans la délégation de Dahmani (gouvernorat du Kef), rapporte l’agence TAP.

Reseaux Sociaux

INTERVIEW

Les craintes n’ont pas lieu d’être et l’Etat n’est pas au bord de la faillite, a assuré le ministre conseiller auprès du chef du...

AFRIQUE

La compagnie aérienne Air France met le paquet sur le Maroc. Dimanche 26 mars 2017, une nouvelle ligne entre les aéroports Paris-Charles-de-Gaulle et Marrakech...