Tags Posts tagged with "passagers"

passagers

par -
0

Le trafic, passager et avions, se réveille un peu, mais sans qu’il y ait de quoi se lever la nuit. Sur les 7 premiers mois de l’exercice courant, le trafic passagers était en toute petite hausse de 0,37 %, notamment dans le régulier et le non-régulier (3,55 % chacun), alors que le trafic national était en forte baisse de 28,49% pour les aéroports gérés par l’OACA. Dans les deux aéroports de la TAV, c’est une baisse générale du trafic des passagers de 19,42 %. Pour l’ensemble des aéroports tunisiens (OACA et TAV), c’est une baisse générale de 4,25 % et de 9,23 % pour le trafic des avions. Le trafic des passagers ne s’est d’ailleurs légèrement réveillé qu’en juillet dernier, passant les 6 autres mois de l’année dans le rouge chez les deux opérateurs (OACA & TAV).

Cette situation ne semble en tous cas pas impacter l’activité de l’opérateur tunisien, dont le chiffre d’affaires facturé et TTC à fin juillet 2016 a même grimpé de plus de 23 MDT par rapport aux 7 premiers mois de l’exercice 2015, passant ainsi de 155,616 MDT à 178,844 MDT. Le CA est en grande partie composé des redevances aéronautiques qui ont augmenté de plus de 21 MDT, des frais de concession qui ont grimpé de 10 MDT.

trq

  • Déjà 9 aéroports et Tunis en veut plus. Besoin réel ou parfum de convoitise foncière ?

Il faut rappeler ici que la Tunisie compte 9 aéroports, dont sept gérés par l’Office de l’aviation civile et des aéroports, et deux (Monastir et Enfidha) entre les mains de l’opérateur turc TAV. Sur la période des 7 mois 2015, le trafic passager chez ce dernier était en baisse 19,42 % contre une toute légère hausse pour l’OACA.

Mais ce qui est le plus important ici, c’est que ces 9 aéroports représentent une capacité totale de 19,050 millions de passagers dont plus de 10,5 millions pour le seul opérateur public. Or les réalisations des 2 opérateurs (OACA & TAV) restent loin, très loin de la capacité cumulée dont dispose le pays, avec 4,213 millions de passagers contre 4,419 millions en 2015. Certains aéroports, comme celui de Sfax, ne font pas plus de 11 mille passagers au cours du mois de juillet, d’autres comme celui de Tabarka restent fermés depuis des lustres et d’autres comme Gafsa Ksar n’ont fait que 263 passagers en un mois.

Tout cela alors que la Tunisie, qui s’endette et n’arrive pas à boucler son budget 2016, se remet à parler de la nécessité de construire un nouvel aéroport et du choix non encore tranché entre la construction et l’extension de l’actuel Tunis Carthage. Elle en avait, il y a quelques années, un à Enfidha et avait dû le donner en concession, à perte, puisqu’elle dut lui ajouter Monastir pour que TAV accepte une concession pour laquelle elle ne paie plus, étant elle-même en difficulté, depuis quelques années.

L’un des plus fervents défenseurs de cette thèse du nouvel aéroport, comme il en a déjà parlé à Africanmanager depuis janvier 2016, est Khaled Chelli, qui explique ce besoin par «la capacité de l’aéroport de Tunis-Carthage qui est de 5 millions de passagers par an est qui est déjà atteinte depuis 2014 où on a déjà fait 5,3 millions». Le PDG de l’OACA précisait alors même que le dossier de l’extension avait déjà été officiellement déposé auprès du gouvernement. Pourquoi alors entend-t-on de nouveau parler d’un nouvel aéroport ?

Des sources qui désirent rester anonymes rappellent que la situation foncière de l’actuel aéroport de Tunis Carthage n’a jamais été tirée au clair et que les convoitises d’une telle superficie, à deux pas et désormais entourée de constructions, se seraient de nouveaux réveillées.

par -
0

Le poste frontalier de Ras Jedir (gouvernorat de Médenine) a été rouvert samedi matin au trafic passagers, entre la Tunisie et la Libye, a constaté la correspondante de la TAP dans la région.

La fermeture du poste de Ras Jedir date depuis le 27 avril dernier suite à une décision de la partie libyenne, rappelle-t-on.

La décision de réouverture du passage frontalier a été prise lors d’une séance de négociation entre les parties tunisienne et libyenne, la nuit de vendredi, couronnée par un accord de reprendre le trafic passagers samedi matin. La reprise des activités commerciales entre les deux pays à travers Ras Jedir est prévue pour lundi prochain sans toutefois préciser les nouvelles mesures prises concernant le trafic des marchandises.

Les habitants de Ben Guerdane ont accueilli favorablement la réouverture du passage frontalier espérant que les différentes parties respectent leur engagement afin de garantir la pérennité de l’activité au niveau du poste frontière.

Les habitants de la région ont également salué la formation d’un comité tuniso-libyen sous la présidence du gouverneur de Médenine et du responsable de la municipalité de Zouara (Libye), afin d’examiner la situation au niveau de ce passage et intervenir en cas d’urgence.

La reprise du trafic des marchandises permettra de rétablir le calme dans la ville de Ben Guerdane qui a connu, récemment, des mouvements de protestation et une tension depuis la fermeture du poste frontalier de Ras Jedir.

par -
0

Voici  un Tunisien auréolé d’une « success story » qui souligne un trésor d’imagination, de volonté et de persévérance. C’est Ahmed Mhiri, fondateur de la startup de location de voitures TravelerCar en France avec un réseau européen de plus de 100 000 utilisateurs.

Diplômé de l’Ecole Supérieure des Technologies et d’Informatique de Charguia (devenue Ecole Nationle d’ingénieurs de Carthage), Ahmed Mhiri est parti poursuivre un master en sécurité informatique l’université de Versailles en France où il s’est installé depuis maintenant 13 ans. Après quelques années passées en entreprise, où il travaillait dans la sécurité des systèmes d’information, il décide de se lancer dans l’entrepreneuriat.

Dans une interview au site Wajjahni, il a souligna qu’il a   toujours été adepte des nouveautés liées à l’économie collaborative et ce depuis les prémices. Son idée est la suivante : rendre le parking d’un aéroport gratuit, voire une source de revenu, et de rendre la location de voiture accessible à tous. Un service disponible dans les principaux aéroports, gares et ports en France mais aussi en Belgique, aux Pays-Bas et en Suisse. Une équipe de 26 personnes, 60 partenaires et 100 000 utilisateurs.

Plus concrètement, il s’agit pour le passager de bénéficier d’un parking gratuit pendant sos voyages en partageant sa voiture. TravelerCar, l’assure en tous risques, gère le process de A à Z, et le  rémunère en plus sur chaque kilomètre parcouru.

A-t-il des projets pour la Tunisie ? Ahmed Mhiri note que le service de parking gratuit n’existe pas encore en Tunisie mais TravelerCar y opère déjà un service différent : la location de voitures via des partenaires locaux ! Nous sommes aux aéroports de Tunis, Hamammet et Monastir où vous pouvez louer des véhicules à des tarifs défiant toute concurrence !

Pour ce qui est de ses projets, il a indiqué que « sa  priorité est de renforcer la présence de TravelerCar sur le territoire français et d’étendre sa couverture à toute l’Europe pour devenir le leader de la location de voiture entre voyageurs ».

Reseaux Sociaux

INTERVIEW

0
Dans une interview exclusive avec Africanmanager ce mercredi 18 janvier, le porte-parole de la Direction générale des prisons et de la rééducation, Kaïs Soltani,...

AFRIQUE

0
Cette année, l’Allemagne accueillera le premier événement privé exclusivement dédié au renforcement des liens commerciaux et des investissements entre l’Allemagne et le continent africain....

SPORT

0
Déclarations après le match Tunisie-Angola (43-34), disputé jeudi après-midi à Metz, pour le compte de la 5e et dernière journée du Mondial-2017 de handball...