Tags Posts tagged with "Tunisie, Carthage Cement,"

Tunisie, Carthage Cement,

par -
0
L’assemblée générale ordinaire de Carthage Cement

L’assemblée générale ordinaire de Carthage Cement, tenue, jeudi 22 juin, a approuvé la gestion de l’exercice 2011. Lors de cette rencontre, il a été décidé aussi de ratifier la nomination de Kilani Bouchahoua en tant qu’administrateur représentant à l’Etat et ce pour une période de trois ans. Concernant la distribution des dividendes, il n’y aura pas de distribution tant que l’entreprise est engagée dans un plan d’investissement.

Pour ce qui est des réalisations, il est à signaler que malgré l’instabilité politique et économique qui a suivi la Révolution, provoquant l’entrée de l’économie tunisienne dans une sorte de stagnation caractérisée par une croissance négative et un taux d’inflation fort, Carthage Cement est parvenue à réaliser de bons chiffres. D’ailleurs, la société n’a jamais fermé ses portes mêmes pour de très brèves périodes. Les chiffres s’annoncent aussi bons pour l’année 2012. A travers une centralisation de l’administration financière et un suivi quotidien de tous les mouvements débits des comptes, la société a relevé les failles qui avaient existé auparavant.

En effet, au début de l’année 2012, la société est parvenue à éliminer les risques de malversation qui ont été liés à un problème d’organisation concernant la décentralisation du service financier de l’activité agrégat à Ben Arous. Après les investigations, la société a découvert que cette personne avec un complice à l’étranger ont fourni des garanties réelles à la Banque de l’Habitat. Carthage Cement est parvenue à récupérer environ 400 mille dinars et bloquer 100 mille de dinars. La complice est actuellement en prison et des recherches sont déjà en cours pour mettre la main sur l’autre suspect.

Au sujet de tensions sociales, un membre du management a indiqué à Africanmanager que la société a dépassé les différents conflits qui avaient surgi. « On ne veut pas amplifier les choses. On n’a pas arrêté notre activité même pour un jour malgré tous les problèmes rencontrés. Beaucoup de bruit pour rien », a-t-il ajouté. La masse salariale a enregistré une hausse de 30% par rapport à l’année 2011. Il a été aussi décidé d’embaucher environ 200 personnes pour faire avancer dans les travaux.

En 2011, le chiffre d’affaires de Carthage Cement a été de l’ordre de 30 millions de dinars. Avec l’entrée en production de l’usine du ciment en mars 2013, la société a fixé un chiffre d’affaires d’environ 40 millions de dinars.

A fin de l’année dernière, le chiffre d’affaires de la société s’est établi à près de 9 MDT, soit une augmentation de plus de 25% par rapport à l’exercice précédent. Au cours de l’exercice 2011, la production d’agrégats a augmenté de près de 2% par rapport à 2010 alors que le volume des ventes a baissé de près de 19%. En tenant compte des livraisons internes qui s’élèvent à environ 112 00 tonnes en 2011, la différence des quantités livrées entre les exercices 2011 et 2010 est de -13%. La baisse des ventes s’est enclenchée, à partir du mois de mai 2011. A partir de cette date, un grand nombre de projets d’infrastructure et de promotion immobilière ont freiné leurs rythmes. De même, l’ouverture de nouveaux marchés est restée quasi nulle, au cours de l’année 2011.

Le résultat brut d’exploitation est en augmentation de 15,3MDT à 18,3MDT, soit une hausse de 20% par rapport à 2010. Le résultat net est passé de 6,9MDT à 5,8MDT, soit une baisse de -16%, et ce malgré l’augmentation du RBE d’environ 3MDT. Cette baisse est liée à la présence, en 2010, de produits exceptionnels pour 4,1MDT liés aux abandons octroyés par les banques à l’époque.

Au sujet des projets futurs, le responsable a indiqué à Africanmanager que la société n’a aucun mal à vendre sur le marché local qui absorbe les 80% de la capacité de l’entreprise. Toutefois, avec l’entrée en production de l’usine de ciment, la société développera beaucoup d’autres projets notamment en ce qui concerne l’utilisation du carburant alternatif et tout ce qui est fuel moderne. Ces projets vont être développés, à partir de mars 2013. « On va essayer aussi d’utiliser tout ce qui est déchets afin de mettre en place un système de tri dans l’objectif de récupérer du fuel alternatif », a-t-il ajouté.

Côté investissement, la société a débloqué, en 2012, environ 70 millions de dinars. 140 millions de dinars le seront d’ici la fin du mois de mars 2013. Depuis sa création, la société a investi un montant équivalent à 700 millions de dinars et 130 millions de dinars dans la carrière.

Kh.T

par -
0
L’assemblée générale ordinaire de Carthage Cement

L’assemblée générale ordinaire de Carthage Cement, tenue, jeudi 22 juin, a approuvé la gestion de l’exercice 2011. Lors de cette rencontre, il a été décidé aussi de ratifier la nomination de Kilani Bouchahoua en tant qu’administrateur représentant à l’Etat et ce pour une période de trois ans. Concernant la distribution des dividendes, il n’y aura pas de distribution tant que l’entreprise est engagée dans un plan d’investissement.

Pour ce qui est des réalisations, il est à signaler que malgré l’instabilité politique et économique qui a suivi la Révolution, provoquant l’entrée de l’économie tunisienne dans une sorte de stagnation caractérisée par une croissance négative et un taux d’inflation fort, Carthage Cement est parvenue à réaliser de bons chiffres. D’ailleurs, la société n’a jamais fermé ses portes mêmes pour de très brèves périodes. Les chiffres s’annoncent aussi bons pour l’année 2012. A travers une centralisation de l’administration financière et un suivi quotidien de tous les mouvements débits des comptes, la société a relevé les failles qui avaient existé auparavant.

En effet, au début de l’année 2012, la société est parvenue à éliminer les risques de malversation qui ont été liés à un problème d’organisation concernant la décentralisation du service financier de l’activité agrégat à Ben Arous. Après les investigations, la société a découvert que cette personne avec un complice à l’étranger ont fourni des garanties réelles à la Banque de l’Habitat. Carthage Cement est parvenue à récupérer environ 400 mille dinars et bloquer 100 mille de dinars. La complice est actuellement en prison et des recherches sont déjà en cours pour mettre la main sur l’autre suspect.

Au sujet de tensions sociales, un membre du management a indiqué à Africanmanager que la société a dépassé les différents conflits qui avaient surgi. « On ne veut pas amplifier les choses. On n’a pas arrêté notre activité même pour un jour malgré tous les problèmes rencontrés. Beaucoup de bruit pour rien », a-t-il ajouté. La masse salariale a enregistré une hausse de 30% par rapport à l’année 2011. Il a été aussi décidé d’embaucher environ 200 personnes pour faire avancer dans les travaux.

En 2011, le chiffre d’affaires de Carthage Cement a été de l’ordre de 30 millions de dinars. Avec l’entrée en production de l’usine du ciment en mars 2013, la société a fixé un chiffre d’affaires d’environ 40 millions de dinars.

A fin de l’année dernière, le chiffre d’affaires de la société s’est établi à près de 9 MDT, soit une augmentation de plus de 25% par rapport à l’exercice précédent. Au cours de l’exercice 2011, la production d’agrégats a augmenté de près de 2% par rapport à 2010 alors que le volume des ventes a baissé de près de 19%. En tenant compte des livraisons internes qui s’élèvent à environ 112 00 tonnes en 2011, la différence des quantités livrées entre les exercices 2011 et 2010 est de -13%. La baisse des ventes s’est enclenchée, à partir du mois de mai 2011. A partir de cette date, un grand nombre de projets d’infrastructure et de promotion immobilière ont freiné leurs rythmes. De même, l’ouverture de nouveaux marchés est restée quasi nulle, au cours de l’année 2011.

Le résultat brut d’exploitation est en augmentation de 15,3MDT à 18,3MDT, soit une hausse de 20% par rapport à 2010. Le résultat net est passé de 6,9MDT à 5,8MDT, soit une baisse de -16%, et ce malgré l’augmentation du RBE d’environ 3MDT. Cette baisse est liée à la présence, en 2010, de produits exceptionnels pour 4,1MDT liés aux abandons octroyés par les banques à l’époque.

Au sujet des projets futurs, le responsable a indiqué à Africanmanager que la société n’a aucun mal à vendre sur le marché local qui absorbe les 80% de la capacité de l’entreprise. Toutefois, avec l’entrée en production de l’usine de ciment, la société développera beaucoup d’autres projets notamment en ce qui concerne l’utilisation du carburant alternatif et tout ce qui est fuel moderne. Ces projets vont être développés, à partir de mars 2013. « On va essayer aussi d’utiliser tout ce qui est déchets afin de mettre en place un système de tri dans l’objectif de récupérer du fuel alternatif », a-t-il ajouté.

Côté investissement, la société a débloqué, en 2012, environ 70 millions de dinars. 140 millions de dinars le seront d’ici la fin du mois de mars 2013. Depuis sa création, la société a investi un montant équivalent à 700 millions de dinars et 130 millions de dinars dans la carrière.

Kh.T

par -
0
La production d’agrégats de la carrière de Djebel Ressas a diminué de -6% durant le 1er trimestre 2012 par rapport à la même période de l’année 2011.

La production d’agrégats de la carrière de Djebel Ressas a diminué de -6% durant le 1er trimestre 2012 par rapport à la même période de l’année 2011. Cette baisse de la production est liée à la baisse des ventes des produits de carrière. La Production de Ready-Mix s’est élevé à 26,9 milles m3 au 31 mars 2012 contre 8,4 milliers de tonnes à la même période de l’année 2011.
Le Chiffre d’Affaire de la société au 31 mars 2012 s’est élevé à 6,866 MDT HTVA, contre 6,055 MDT à la même période de l’année 2011, soit une croissance des ventes de +13,4%. Les ventes d’agrégats ont connu une baisse de -17% par rapport au premier trimestre 2011, expliquée, selon Carthage Cement, par le caractère exceptionnel du 1er trimestre 2011 pour le marché des matériaux de construction durant les premier mois de la révolution. Cela s’expliquerait aussi, par la tendance baissière, constaté depuis le troisième trimestre 2011, à cause de la baisse continue de la demande du marché notamment en travaux publics d’infrastructure

 

 

par -
0
Nous apprenons

Nous apprenons qu’une réunion importante devrait se tenir, cet après midi, au siège de la société Carthage Cement, au Lac. Au menu, la décision d’augmentation du capital de cette entreprise, confisquée par l’Etat tunisien chez son ancien propriétaire Belhassen Trabelsi. L’augmentation de capital, pour laquelle tout le pool bancaire finançant Carthage Cement aurait déjà donné son accord, devrait être de 80 MDT.

La réunion d’aujourd’hui, devrait aussi et surtout permettre de fixer définitivement la feuille de route de l’exploitation de cet important projet. On croit ainsi savoir que, dès le mois de janvier 2013, le four de cuisson de Carthage Cement commencera à tourner, que les premières roches de clinker devraient êtres produites, en février 2013, et que le premier sac de ciment devrait être produit en mars 2013.

par -
0
Conformément aux dispositions de l’article 11 du décret loi n° 2011-68 du 14 juillet 2011 relatif à la création d’une

Conformément aux dispositions de l’article 11 du décret loi n° 2011-68 du 14 juillet 2011 relatif à la création d’une commission nationale de gestion des avoirs et des fonds objets de confiscation ou de récupération en faveur de l’Etat, et sur proposition du ministère des Finances, Président de la dite commission, la société Carthage Cement a effectué les changements suivants :

– Au niveau de Carthage Cement : le conseil d’administration a décidé la désignation de Kilani Bouchahoua en tant qu’administrateur représentant de l’Etat (soumis à ratification de l’Assemblée Générale), la nomination de Kilani Bouchahoua en tant que Président du conseil d’administration et la nomination de Riadh Ben Khalifa en tant que Directeur Général de Carthage Cement.

– Au niveau de Bina Holding détenant 60% du capital de Bina Corp et un siège dans le conseil d’administration de Carthage Cement: cooptation de Riadh Ben Khalifa en tant qu’administrateur représentant de l’Etat et sa nomination en tant que Directeur Général de Bina Holding

Au niveau de la société Bina Corp détenant 50,3% du capital de Carthage Cement et un siège dans son conseil d’administration : cooptation de Kilani Bouchahoua en tant qu’administrateur représentant de l’Etat et nomination de Riadh Ben Khalifa en tant que Président Directeur Général de Bina Corp

Suite à ces nouvelles nominations et sur la base des dispositions de l’article 2 du même décret loi n° 2011-68 concernant la gestion des biens confisqués ou récupérés en faveur de l’Etat, l’administration judiciaire a été levée au niveau de Carthage Cement en date du 16 avril 2012

par -
0
On croit savoir que l’ancien DG de Somocer

On croit savoir que l’ancien DG de Somocer, Riadh Ben Khalifa, pourrait être nommé à la tête de la société cotée Carthage Cement que dirige toujours l’administrateur judiciaire. Riadh Ben Khalifa avait démissionné de Somocer. Le futur DG aurait déjà rencontré les employés de la société qui étaient derrière les quelques remous qui avaient secoué, il y a quelques semaines, Carthage Cement. Si cette nomination se confirmait, Hatem Garbouj devrait ainsi quitter son poste d’administrateur judiciaire et revenir à ses anciennes fonctions  de DGA de Carthage Cement.

Reseaux Sociaux

INTERVIEW

0
Le député du bloc parlementaire Ennahdha Houcine Jaziri est d'avis que le gouvernement d’union nationale est appelé à prendre en compte les intérêts de...

AFRIQUE

SPORT