AccueilLa UNELa Tunisie doit prouver qu'il n'y a pas eu un "coup d’État...

La Tunisie doit prouver qu’il n’y a pas eu un « coup d’État ! »

Ce qui s’est passé en Tunisie à la date du 25 Juillet 2021 est loin d’être  une affaire  exclusivement interne, car il touche aussi les relations avec l’extérieur, notamment avec les Etats Unis d’Amérique. En effet, pour que la Tunisie puisse continuer à bénéficier des aides financières de la part des USA, elle est dans l’obligation de présenter un rapport qui prouve que l’armée n’a aucune relation avec ce qui s’est passé dans la soirée du 25 juillet dernier et qu’il ne s’agit point d’un coup d’Etat.

- Publicité-

Cette question et d’autres relevant des relations de longue date unissant la Tunisie aux USA  ont été au centre d’un webinaire organisé, mercredi 20 octobre, par   l’Institut Arabe des Chefs d’Entreprise (IACE), dans le cadre de son rendez-vous hebdomadaire, sur le thème « les relations tuniso-américaines : La suite…et les conséquences économiques. »

Le chercheur en relations internationales, et directeur du centre de l’université Columbia en Tunisie, Youssef Chérif a affirmé dans l’analyse qu’il a livrée à cette occasion que les Etats-Unis doivent présenter un rapport au Congrès qui prouve que l’armée n’a aucune relation avec ce qui s’est passé le 25 juillet dernier en Tunisie et qu’il ne s’agit pas d’un coup d’Etat. Ceci permettrait à la Tunisie de continuer de bénéficier des aides financières de la part des USA.
En fait, le Congrès américain discute actuellement le budget de l’année prochaine, mais n’a pas encore coupé les aides. « Si le Congrès américain coupe cette aide, cela va être nocif pour la Tunisie », a-t-il dit.

Pour sa part, le représentant du « Center for International Private Enterprise », Ali Ayadi a expliqué que le système politique américain est différent du nôtre et qu’il n’est pas constitué d’une seule perspective. C’est la raison pour laquelle, il faut donner une image qui soit avantageuse pour la  Tunisie, sachant qu’il ya beaucoup de parties qui peuvent influencer les USA concernant la question des aides financières destinées à la Tunisie. « Nous sommes un pays qui donne de l’importance à la démocratie et aux libertés malgré tout… », ajoute-t-il.

Lobbying

Abordant le sujet du lobbying, Chérif a affirmé que c’est une stratégie qui existe  le plus légalement du monde aux Etats Unis, contrairement à ce qui se passe en Tunisie où on n’a pas les moyens de mettre en œuvre cette pratique .

« Tout est disponible en ligne aujourd’hui, c’est pour cela  qu’il faut bien promouvoir  l’image de la Tunisie. La façon dont cette image  est « commercialisée » est aussi d’une extrême importance, a-t-il souligné.

« Depuis une dizaine d’années, il ya eu des changements en Tunisie. En fait, si on fait des Tunisiens une partie prenante de leur pays, il n’y aura plus de risques… », affirme Chérif. Un referendum  s’avère alors nécessaire aujourd’hui, selon le chercheur qui a souligné l’importance de faire participer les citoyens et notamment les jeunes parmi eux.

Clarté de vision

Selon Ali Ayadi, ce qui manque à la Tunisie, ce  n’est pas la démocratie mais  bel et bien la clarté de vision. «La clarté de vision est aussi importante que la démocratie», soutient-il.

.«Pendant les dix dernières années, il y’avait une pression occulte et invisible exercée sur la Tunisie pour qu’elle suive un processus démocratique, sachant que les démocraties prennent du temps pour prendre corps», a-t-il dit.

Ayadi a évoqué également  le rôle de l’administration tunisienne qui doit être au service du citoyen pour lui faciliter la vie, ce qui redore le blason du pays.

En fait, a-t-il souligné,  la Tunisie a commencé à bâtir une démocratie qui n’a pas été achevée. « On a tenu des élections, on a mis en place un parlement, mais on n’a pas pu mettre en place des médias objectifs et impartiaux, ni des institutions au service du citoyen… », a-t-il indiqué.

2 Commentaires

  1. Domage que les ambassades et les institutions diplômatiques ne sont pas entrain de jouer leur rôle come il faut, notre ambassade aux USA et celles de l’UE sont pratiquement absentes de la saine politique. elles doivent écrire et sensibiliser leurs collègues diplômates sur la vérité de la Tunisie. Il faut revenir à l’agence tunisienne de communication extérieure et redynamiser son role de communication. Je me demande ce que font les corps diplômatiques de la Tunisie, c’est un métier de terrain et de promotion et non de bureau. Il faut les inviter en Tunisie our leur offrir des dattes ou produits de l’artisanat pendant les périodes de fête pour maintenir les bonnes relations, il faut aller les visiter avec de bonnes informations sur la Tunisie sur les salons, les congrés, les festifités en Tunisie et même sur le régime politique actuelle.

  2. la Tunisie doit compter sur elle même et ses citoyens pour sortir de ce bourbier et sous developpement depuis 10 ans de pouvoir islamique on n’a pas besoin d’une aide américaine ou européenne conditionnée ils peuvent nous conseiller nous proposer des solutions et ils peuvent orienter leurs aides dans le développement du pays sans interférer dans la vie politique du pays en favorisant une secte au détriment du peuple pourquoi ils n’ont intervenu pendant le règne du visionnaire feu Bourguiba et modestement pendant le règne du feu semi démocrate Ben ALI ? la réponse est claire il n’ y une secte ou un groupe qui peut payer des lobbyistes pour influencer les élus américains et européens .

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

108,654FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
4,851SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -

Derniers Articles