Tags Posts tagged with "Bloomberg"

Bloomberg

par -

La Tunisie reste la destination préférée des touristes algériens. Leur nombre dépasse les 2 millions chaque année. L’Algérie est, depuis plusieurs années, le premier marché du tourisme tunisien.

Selon des chiffres officiels dévoilés par les médias algériens, les passages frontaliers entre l’Algérie et la Tunisie ont connu des pics essentiellement durant les derniers jours du mois écoulé. Environ 30 mille Algériens et 10 mille véhicules ont passé les frontières tunisiennes depuis dimanche 31 décembre 2017.

Les agences de voyages en Algérie proposent toujours des séjours organisés pour les Algériens devant se rendre en Tunisie. Les prix proposés sont aussi attrayants, ce qui explique la ruée vers cette destination.

En effet, des données récemment avancées par le commissariat régional du tourisme de Tabarka confirment que les hôtels de la zone Tabarka-Aïn Draham ont fait le plein avec 100% d’occupation depuis le week-end dernier. Selon la même source, les touristes algériens arrivent en tête des visiteurs étrangers qui ont passé leurs vacances en Tunisie, soit une augmentation de plus 40% par rapport à 2016.

Généralement les Algériens, notamment ceux issus de la classe moyenne, aiment passer leurs vacances en Tunisie et ils continuent de le prouver d’une saisons à l’autre !

Les recettes affluent en 2017

Le ministère du Tourisme et de l’Artisanat a annoncé, dans une vidéo publiée, mardi, sur sa page facebook, que les recettes touristiques ont dépassé les 2 700 millions de dinars (MD) en 2017, soit une hausse de 377 MD par rapport à 2016.
Ledit département a précisé que les entrées touristiques en Tunisie ont atteint un record de 7 051 813 personnes, durant toute l’année 2017, ce qui correspond à une hausse de 23,2%, par rapport à celle écoulée. Cette hausse est due, essentiellement, à l’accroissement du nombre de touristes européens de 20% et maghrébins de 31%.

Il a rappelé, dans ce cadre, que la Grande Bretagne, les Pays-Bas, la Pologne et la Belgique ont levé, au cours de 2017, l’interdiction de voyage vers la Tunisie, décidée suite à l’attaque terroriste qui a eu lieu à Sousse en juin 2015.

Un nombre de compagnies aériennes et de tours opérateurs, notamment Brussels Airlines, Thomas Cook, Air Malta et TUI Fly, ont renoué, de leur côté, avec la destination tunisienne. Le ministère a rappelé également que la Tunisie a signé le 11 décembre 2017 un accord avec l’Union Européenne sur l’Open Sky.

Pour rappel, le site Bloomberg a classé la Tunisie parmi les 22 destinations touristiques les plus intéressantes dans le monde. Avec cette prestigieuse distinction, le ciel du tourisme tunisien devrait être très dégagé en 2018…

par -

La Tunisie a la cote en ce moment. Elle figure dans le classement des 22 destinations touristiques phares de 2018 établi par Bloomberg et publié hier mardi 02 janvier. A noter que ces pays se sont fait remarquer par leurs manifestations et festivités, leurs lieux authentiques, signalés par Google et des professionnels du voyage dignes de “confiance“, affirme Bloomberg.

La Tunisie trône aux côtés du Brésil, du Chili, du Singapour, de Los Angeles, des îles FIJI, de Washington, du Mexique, de Copenhague ou de la Nouvelle-Orléans.

Affublé d’une comparaison avec une “île grecque“, la Tunisie marque les esprits avec avec ses quartiers atypiques et ses plages de sable fin, mais beaucoup plus calmes que celles de la Grèce.

L’hôtel Four Seasons de Tunis a également tapé dans l’oeil des rédacteurs du rapport ; ils ont souligné son style traditionnel nord-africain et “son architecture en forme de dôme“. Idem pour la chaîne d’hôtels asiatique Anantara, présenté comme un endroit idéal pour les lunes de miel. Le nouvel hôtel Six Senses à Gammarth, qui sera ouvert au public l’été prochain, a également les faveurs de Bloomberg.

par -

Le classement Bloomberg 2017 confirme au moins une chose : Les riches sont de plus en plus riches… Et les super-riches encore plus ! En effet on a appris dans cette étude que le magot des 500 personnes les plus fortunées de la planète a encore gonflé, de 1.000 milliards de dollars en 2017, c’est 22,7% de plus que ce qu’elles ont amassé l’an dernier.
Autre indication, pour donner la mesure du pactole des 500 personnes les plus riches du globe : Il monte à 5.400 milliards de dollars, soit plus du double du PIB de la France.

Dans le détail, Jeff Bezos, le boss d’Amazon, occupe la première place du podium. Sa fortune a évolué de 34,7 milliards de dollars en comparaison avec 2016. Cette poussée lui permet de détrôner l’inamovible Bill Gates, le fondateur de Microsoft, qui est assis sur 91,6 milliards de dollars. Quant à Bezos, il a le temps de voir venir avec 100 milliards de dollars dans ses coffres.

A la troisième place on retrouve Warren Buffet, avec 85,5 milliards de dollars, puis Amancio Ortega (75,7 milliards) et Mark Zuckerberg (73,2 milliards). Mais ce dernier est encore jeune – à peine 33 ans -, il a tout le temps pour rattraper ces messieurs.

Bloomberg a donné l’explication de cette embellie pour les super-riches : La bonne santé des marchés financiers. Le Dow Jones, une référence aux Etats-Unis, affiche par exemple +25% depuis le début de l’année.

par -

Bloomberg, une agence de presse américaine spécialisée dans les dossiers économiques, s’est penchée sur les affaires très florissantes du président congolais, Joseph Kabila et sa famille. L’enquête, qui a été mise sur la place publique hier jeudi 15 décembre 2016, fourmille de détails sur le gros business des Kabila. Le travail, qui a pris un an, a été fait par trois journalistes ; ils sont rentrés dans les arcanes du système de la famille présidentielle, grâce à plusieurs dizaines d’entretiens et des “milliers de documents d’entreprises et de documents judiciaires”.

D’après ce rapport fracassant, qui confirme des informations déjà ébruitées par le magazine Forbes, “les Kabila ont bâti ensemble un réseau d’entreprises qui s’étend dans tous les secteurs de l’économie congolaise et qui a rapporté des centaines de millions de dollars à leur famille (…). Depuis 2003, la famille Kabila a mis en place un réseau international d’affaires avec des participation dans 70 entreprises au moins”. Bloomberg précise que Kabila, son épouse, ses deux enfants et huit de ses frères et sœurs sont derrière “plus de 120 permis d’extraction d’or, de diamants, de cuivre, de cobalt et d’autres minerais” en RDC.

Mais l’appétit des Kabila ne s’arrête pas là, ils auraient également mis le grappin sur “la banque, l’agriculture, la distribution de carburant, le transport aérien, la construction de route, l’hôtellerie, la fourniture de produits pharmaceutiques, le secteur des agences de voyages, le commerce et les boîtes de nuits”, indiquent les auteurs de l’enquête. Ces entreprises, d’après eux, opèrent au Congo, mais également aux États-Unis, à Panama, en Tanzanie et sur l’île de Niue, un paradis fiscal notoire du Pacifique. Bref, c’est un véritable empire que les Kabila se sont bâti là ! De manière illicite, bien entendu, la moindre des entorses étant un énorme conflit d’intérêt…

D’après Bloomberg, tout ce système économique très juteux “pourrait aider à comprendre la raison pour laquelle le président (congolais) ignore les appels des États-Unis, de l’Union européenne et d’une majorité de Congolais à rendre son pouvoir la semaine prochaine”, comme le lui dicte la Constitution, au terme de son deuxième mandat. Mais Kabila traine les pieds et n’hésite pas à faire preuve de poigne, sanglante, pour tenir en respect l’opposition.

La RDC, comme on le sait, est assise sur d’immenses richesses minières, mais l’écrasante majorité de la population – près de 90% – ne voit pas la couleur de cette fortune brassée par les autorités et se contente de moins de 1,25 dollar par jour, d’après l’ONU.
L’actuel président a pris les rênes du pays après le meurtre de son père, Laurent-Désiré Kabila, un chef rebelle qui a poussé à l’exil le dictateur Mobutu Sese Seko, en mai 1997, et a pris sa place. Joseph Kabila a joué le jeu de la démocratie en 2006 et a été élu ; il a même été réélu en 2011, mais cette fois avec des soupçons, et même plus, de fraudes massives. Il est censé rendre le pouvoir ce 20 décembre, mais les bruits de botte qu’on entend dans le pays font penser qu’il va garder son fauteuil, par la force…

Le meilleur des RS

C'est un Taoufik Baccar très remonté qui a pris sa plume ce mardi 20 février 2018... ou plutôt son clavier. Sur sa page Facebook,...

INTERVIEW

Syndicaliste, de père en fils, le ministre tunisien de l’Energie, des Mines et des Energies renouvelables, détruit le mythe de l’abondance pétrolière, s’adresse aux...

AFRIQUE

L’Agence Américaine pour le Développement International (USAID) a le plaisir d’annoncer la signature d’un nouvel accord de partenariat avec l’entreprise Entrepreneurial Solutions Partners (ESP)...

Reseaux Sociaux

SPORT