Tags Posts tagged with "calendrier électoral"

calendrier électoral

par -

Le Président de la Commission de l’Union africaine, Moussa Faki Mahamat, prend note avec satisfaction de la publication, par la Commission électorale nationale indépendante (CENI) de la République démocratique du Congo, du calendrier électoral pour les scrutins jumelés présidentiels, législatifs et provinciaux, maintenant prévus pour le 23 décembre 2018. Il rappelle que l’Union africaine a constamment appelé à la publication rapide d’un calendrier électoral crédible et aussi consensuel que possible, en application de l’Accord politique du 31 décembre 2016.

Le Président de la Commission souligne le devoir et l’obligation qui incombent aux institutions et acteurs concernés, y compris les partis politiques, la société civile et les dirigeants religieux, d’œuvrer résolument ensemble  pour que ce nouveau calendrier soit scrupuleusement respecté. Il souligne également la nécessité de tout faire pour que les scrutins prévus soient organisés dans les conditions requises de transparence, de crédibilité et de régularité,  conformément aux instruments pertinents de l’Union africaine, y compris la Charte africaine de la démocratie, des élections et de la gouvernance.

Le Président de la Commission exhorte tous les acteurs politiques à faire preuve d’esprit de responsabilité et de s’abstenir de tout propos ou acte de nature à générer des tensions. Il rappelle l’importance que revêt la prise urgente de mesures de nature à rétablir la confiance entre les acteurs en présence et à décrisper l’atmosphère politique, dans l’esprit de l’Accord politique du 31 décembre 2016.

Le Président de la Commission réitère l’engagement de l’Union africaine, en étroite collaboration avec les organisations régionales compétentes, les Nations unies et d’autres partenaires, à accompagner et à soutenir le processus électoral en République démocratique du Congo, pour aider le Congo à franchir avec succès cette étape démocratique importante, en conformité avec sa Constitution. A cet effet, l’UA ne ménagera aucun effort pour la mobilisation des ressources requises tant auprès des États membres que de la communauté internationale dans son ensemble.

par -

Après un retard incontestable qui a pris plusieurs années, le projet de loi relatif aux élections municipales et des référendums a été adopté, lors d’une séance plénière, tenue ce mardi 31 janvier 2017, à l’Assemblée des Représentants du Peuple (ARP) avec 139 voix. Lors de cette plénière, les députés y présents ont applaudi très fort l’approbation du projet de loi en question. En effet, bien que les députés de l’ARP aient entamé l’examen de cette loi depuis le mois de juin de l’année dernière, les discussions y afférentes ont été bloquées en raison de plusieurs différends entre les groupes parlementaires concernant certaines questions dont le fameux article autorisant les agents de sécurité et les militaires à participer à ces élections. C’est une des questions ayant causé un litige au sein de l’ARP avant d’être adopté, aujourd’hui, en plénière.

Les divergences d’opinion entre les blocs parlementaires qui datent déjà depuis une longue période, avaient entravé la tentative de trouver une solution à ce litige. Aujourd’hui,  c’est le ministre des Affaires locales, Riadh Mouakher qui a présenté un article supplémentaire, indépendamment de l’article 3, incluant le droit de vote des sécuritaires et des militaires pour les prochaines élections municipales.

Un article, bien que contesté par certains partis politique, a été adopté aujourd’hui avec une majorité confortable. Les membres des blocs parlementaires se sont unanimement  mis d’accord sur l’octroi aux militaires et aux sécuritaires du droit de vote pour les municipales.Même le mouvement Ennahdha était de la partie pour agréer la participation des sécuritaires et des militaires au vote, et ce après avoir estimé que l’expérience tunisienne en matière de démocratie est encore récente et fragile.

Quant au Front populaire , il s’est attaché à la participation des militaires et sécuritaires aux élections dans la mesure où leur participation ne signifie pas leur engagement dans la vie politique. Afek Tounes s’est également prononcé contre l’exclusion des forces de l’Armée et de la sécurité de participer aux élections régionales et municipales.

Force est de constater aussi que le retard accusé dans l’adoption de ladite loi a un grand impact sur le calendrier électoral. Dans une déclaration récente, le président de l’Instance supérieure indépendante des élections (ISIE), Chafik Sarsar a estimé que la retard considérable pris dans l’adoption de la loi relative aux élections municipales et locales va entraîner la révision de la totalité du calendrier électoral établi par l’ISIE dont principalement la date des élections municipales initialement fixée pour le 26 mars prochain.

Le meilleur des RS

Dans un récent statut sur sa page officielle, l’économiste Ezzeddine Saidane dit «Non, ce n’est pas vrai, il n’y a pas de reprise économique»....

INTERVIEW

Le président de la Conect (Confédération des Entreprises Citoyennes de Tunisie), Tarek Cherif, a accordé à Africanmanager une interview exclusive dans laquelle il a...

AFRIQUE

Au Bénin, le gouvernement prévoit d’injecter plus de 470,1 milliards FCFA (environ 845 millions $) dans 277 projets socio-économiques. Selon les données dévoilées par l’agence...

Reseaux Sociaux

SPORT

La sélection tunisienne de kyokushinkai a terminé à la 3e place du championnat arabe de cette catégorie organisé au Liban, avec un total de...