Algérie

par -

Le ministère de l’Agriculture algérien a annoncé que la production céréalière a atteint 34,8 millions de quintaux (qx) pour la campagne 2016-2017, contre 34,3 millions de qx lors de la saison 2015-2016.

Ce pré-bilan indique que 57% des productions céréalières obtenues sont constituées de blé dur avec une production de plus de 20,03 millions qx, et 28% des productions obtenues sont formées d’orge pour un volume de plus de 9,68 millions de qx.

Durant la campagne 2016-2017, il est constaté que la superficie moissonnée a augmenté par rapport à celle de la saison précédente. D’après la même source, la superficie moissonnée a été de plus de 2,35 millions d’hectares (ha), soit 91% de la superficie déclarée à moissonner qui est de près de 2,58 millions ha, contre plus de 2,2 millions ha durant la campagne précédente.

par -

Le ministère des Finances algérien a annoncé que le projet de loi portant amendement de l’ordonnance relative à la monnaie et au crédit en vigueur sera présenté mardi prochain devant la Commission des finances et du budget de l’Assemblée populaire nationale (APN), relate APS.

Ce projet de loi modifie et complète l’ordonnance de 2003 en introduisant un article 45 bis qui stipule que “la Banque d’Algérie procède, dès l’entrée en vigueur de la présente disposition, à titre exceptionnel et durant une période de cinq années, à l’achat directement auprès du Trésor, de titres émis par celui-ci, à l’effet de participer, notamment à la couverture des besoins de financement du Trésor, au financement de la dette publique interne et au financement du Fonds National d’Investissement (FNI).

En outre, l’article 45 bis note que “ce dispositif est mis en oeuvre pour accompagner la réalisation d’un programme de réformes structurelles économiques et budgétaires devant aboutir, au plus tard, à l’issue de la période susvisée, notamment, au rétablissement des équilibres de la trésorerie de l’Etat et de l’équilibre de la balance des paiements“.

Un mécanisme de suivi de la mise en œuvre de cette disposition, par le Trésor et la Banque d’Algérie, est défini par voie réglementaire.

Dans l’exposé des motifs, les concepteurs de ce projet de loi expliquent tout d’abord que l’Algérie fait face, depuis près de quatre années, à un “choc externe sévère” découlant de la chute des prix sur le marché pétrolier mondial.

Cette situation a eu pour conséquence “une baisse importante de plus de 50% des recettes tirées des exportations d’hydrocarbures“.

Cette baisse a impacté négativement, d’une part, la balance des paiements qui a enregistré dés 2014 un déficit qui s’est aggravé en 2015 et 2016 et, d’autre part, le budget de l’Etat dans un contexte marqué par la poursuite de l’effort de développement.

C’est ainsi que l’épargne publique a été complètement consommée, ce qui a conduit le Trésor à mobiliser des ressources additionnelles“, note le texte portant l’exposé des motifs dont l’APS a obtenu une copie.

Un emprunt obligataire national a été levé. En outre, le Trésor a bénéficié de dividendes substantiels prélevés sur les résultats de la Banque d’Algérie. En dépit de tous ces apports, le besoin de financement du Trésor pour l’année 2017 demeure supérieur à 500 milliards DA“.

Le maintien des prix sur les marchés pétroliers, à leur niveau actuel, “accentuera les tensions sur la trésorerie de l’Etat, à court et à moyen termes“.

Cette perspective “fait donc peser un risque majeur sur la capacité de l’Etat à poursuivre ses efforts de développement économique et social.

D’autant que le marché monétaire et financier interne voit ses capacités se contracter, limitant ainsi les capacités de financement des investissement économiques“, prévient l’exposé des motifs.

Rappelons que les pouvoirs publics “ont judicieusement prohibé le recours à l’emprunt extérieur” pour compenser la crise financière que traverse le pays, le même texte note que le Gouvernement a donc décidé de recourir à un instrument de financement mis en œuvre ces dernières années à travers le monde connu sous la dénomination de “financement non conventionnel” ou ”d’assouplissement quantitatif” , précise la même source.

par -

Dans la loi de finances 2018, le gouvernement algérien n’envisage pas  de renoncer à la politique de subvention actuelle, particulièrement pour ce qui est des  produits de large consommation subventionnés comme l’huile, le sucre et le  lait, a indiqué  M. Ouyahia en réponse aux questions des députés.

Selon les données rapportées par APS , le Premier ministre a laissé entendre l’éventualité d’imposer une nouvelle taxe pour les voyages à l’étranger, écartant toutefois l’application de  cette mesure en 2018.

Une telle mesure serait de nature à rationaliser le comportement du consommateur algérien de manière à promouvoir le tourisme interne, a-t-il  dit ajoutant que ces fonds pourraient être destinés au financement des  cantines scolaires.

par -

Dans le cadre de la lutte antiterroriste et grâce à l’exploitation efficiente de renseignements, un détachement de l’Armée nationale populaire a découvert à El Milia, wilaya de Jijel/5 RM, une cache d’armements et de munitions contenant: une mitrailleuse FMPK, un pistolet mitrailleur de type Kalachnikov, un fusil semi-automatique de type Simonov, un fusil de chasse, des roquettes pour RPG-7, 600 balles de différents calibres, deux  quintaux de produits chimiques servant à la fabrication des explosifs, ainsi qu’un micro-portable et une importante quantité de denrées alimentaires”, rapporte APS.

Cette opération de qualité, venant s’ajouter à l’ensemble des résultats concrétisés sur le terrain, réitère la grande vigilance et la ferme détermination des unités et des éléments de l’Armée nationale populaire à préserver la sécurité du pays, sa stabilité et son unité”, conclut la même source.

par -

Un nouveau programme d’appui à la justice algérienne (PASJA), s’inscrivant dans le cadre de la réforme du secteur, sera officiellement lancé le mercredi 20 septembre 2017 à Alger par l’Algérie et l’Union européenne (UE), relate APS.

Ce programme est cofinancé par l’UE à hauteur de 9 millions d’euros, par l’Algérie ainsi que la France avec des contributions respectives de 1,10 millions d’euros et 450.000 euros soit, un montant total de 10,550 millions d’euros (environ 1,3 milliard de dinars).

Il est mis en œuvre par deux opérateurs, à savoir Justice Coopération internationale (JCI) et l’UAP-PASJA (consortium IBF/BIRD) et ce, pour une durée de 34 mois.

Après Justice I et Justice II, le PASJA est le 3ème programme de soutien à la justice algérienne, bénéficiant d’un appui financier et technique de l’UE, indépendamment des diverses autres actions d’Euromed Justice et d’opérations de jumelage, précise la même source.

par -

La directrice générale de la chambre algérienne du commerce et de l’industrie, Ouahiba Behloul  a annoncé que l’ activité de récupération et de valorisation des déchets est susceptible de rapporter 38 milliards de DA annuellement et de créer, en outre, de nombreux postes d’emplois, rapporte APS.

En outre, elle a indiqué que des statistiques récentes montraient que sur un marché de prés de 300.000 tonnes/an de déchets spéciaux (pneus, huiles usagées, batteries…) en Algérie, seulement 150.000 tonnes sont valorisées et exploitées, soit 50%.

A ce propos, elle a relevé un certain intérêt d’entreprises privées algériennes et étrangères pour la valorisation et la récupération des déchets.

Selon elle, une dizaine d’entreprises privées nationales activent actuellement dans la récupération et la valorisation des pneus usagés qui sont destinés à la réalisation principalement de tapis de routes dont le marché reste “très prometteur”.

par -

Dans le cadre de la lutte antiterroriste et lors d’une opération de fouille et de ratissage à Tipaza/1 Région militaire, un détachement de l’Armée nationale populaire a découvert et détruit,  douze casemates pour terroristes, quatre  bombes de confection artisanale, des outils de détonation, des moyens de liaison, des denrées alimentaires, des effets vestimentaires et d’autres objets, relate APS.

De même, un autre détachement a détruit quatre  casemates à Boumerdès”, précise la même source.

D’autre part, et dans le cadre de la sécurisation des frontières et de la  lutte contre la criminalité organisée, un détachement de l’ANP a saisi, à Tamanrasset/6 RM, “un pistolet mitrailleur de type kalachnikov et une quantité de munitions”, tandis que des éléments de la Gendarmerie nationale ont intercepté, à Oran et Tlemcen/2 RM, “six  narcotrafiquants et saisi 119,5 kilogrammes de kif traité et 750 comprimés psychotropes”.

par -

Dans le cadre de la lutte antiterroriste et lors d’une opération de ratissage et de fouille à Bouira /1 RM, un détachement de l’Armée nationale populaire a détruit, le 11 septembre 2017, trois abris pour terroristes, relate APS.

Par ailleurs, et dans le cadre de la lutte contre la criminalité organisée, un détachement de l’Armée nationale populaire a saisi au niveau du secteur opérationnel Sud Tindouf/3 RM, une grande quantité de kif traité s’élevant à dix  quintaux.

En outre, “à Tamanrasset et In Guezzam/ 6 RM, des détachements de l’ANP ont intercepté un contrebandier et saisi un véhicule tout-terrain, 1,6 tonne de denrées alimentaires et des outils d’orpaillage, tandis que des éléments de la Gendarmerie nationale ont intercepté à El Bayadh, Tlemcen et Mascara /2 RM, deux  narcotrafiquants, quatre (04) contrebandiers et saisi 51,5 kilogrammes de kif traité et 2690 paquets de tabac.

D’autre part et dans le cadre de la lutte contre l’immigration clandestine, des Gardes-frontières ont arrêté, à Béni Saf /2 RM, 14 personnes à bord d’une embarcation de construction artisanale, tandis que 18 immigrants clandestins de différentes nationalités ont été appréhendés à Tlemcen, Adrar et Naâma”, conclut la même source.

par -

Le groupement des intérêts économiques de monétique GIE a annoncé que plus de 100.000 transactions ont été effectuées depuis le lancement officiel du paiement électronique en Algérie en octobre dernier, relate APS.

Le développement du paiement électronique s’est également traduit par le nombre de cartes interbancaires (CIB) distribuées et dont la majorité des détenteurs ont obtenu le mot de passe pour pouvoir effectuer des opérations de paiement via internet.

par -

Le champ à vocation pétrolière de Hassi-Messaoud produira, pour la première fois, d’ici deux mois du gaz avec une capacité de 10 millions de mètres cubes (m3) par jour, relate APS.

Ce projet sera opérationnel dans deux mois sans des investissements supplémentaires. Il va permettre de récupérer d’importantes quantités de gaz au niveau de Hassi-Messaoud, a précisé la même source.

par -

Dans le cadre de la lutte antiterroriste et suite à une opération de fouille et de ratissage, un détachement de l’Armée Nationale Populaire a découvert et détruit huit casemates à Boumerdès/1 RM, rapporte l’APS.

Par ailleurs et dans le cadre de la lutte contre la contrebande et la criminalité organisée, des éléments de la Gendarmerie Nationale ont intercepté, à Adrar/3 RM, deux contrebandiers et saisi deux  camions chargés de 55 quintaux de tabac.

D’autre part, des éléments des Gardes-côtes et de la Gendarmerie Nationale ont mis en échec, respectivement à Annaba/5 RM et Oran/2 RM, des tentatives d’émigration clandestine de 18 personnes à bord d’embarcations de construction artisanale, tandis que 56 immigrants clandestins de différentes nationalités ont été appréhendés par des éléments des Gardes-frontières et de la Gendarmerie Nationale à Béchar, Adrar, Oran, Tlemcen et Naâma, précise la même source.

par -

Selon une étude sur les déchets spéciaux et déchets spéciaux dangereux commandée par la direction de l’environnement locale et rapportée par APS, une quantité de 953 tonnes d’amiante, considérée comme déchets spéciaux dangereux (DSD), est générée annuellement au niveau de la wilaya d’Oran.

La production d’amiante ciment est inexistante en Algérie, depuis des années, avec la fermeture de des usines spécialisées dans ce créneau, à commencer par l’usine de Gué de Constantine (Alger) en 1998, suivie de celles implantées à Mascara, Skikda, Bordj Bou Arréridj et Meftah.

L’utilisation même d’amiante est proscrite depuis la décision prise par le gouvernement, en octobre 2009, d’interdire la fabrication, l’importation et la commercialisation de tout type de fibre d’amiante et des produits qui en contiennent.

Les déchets d’amiante existant au niveau de la wilaya d’Oran proviennent principalement des travaux de réhabilitation et de démolition dans le secteur du bâtiment et travaux publics, précise APS.

par -

Un programme d’investissement d’urgence a été adopté à court terme à Annaba pour faire face à la pénurie d’eau potable liée à une baisse du niveau d’eau des deux barrages d’Echaffia et Meksa, a annoncé APS.

Ce programme porte sur la requalification de 32 forages du champ de Boutheldja (wilaya d’El Tarf) pour la mobilisation, à court terme, de 35.000 m3/jour d’eau potable et le doublement sur 22 km de la canalisation Meksa-Lehnichet pour éliminer le problème des fuites qui dilapident 60% du volume d’eau destinée à l’alimentation de la population.

Il porte également sur la réhabilitation des deux stations de pompage de Meksa et Chaïba, le fonçage de nouveaux forages à travers la wilaya, la résolution d’urgence du problème des fuites et la mobilisation de citernes pour renforcer l’alimentation en AEP des habitants des (zones) “points noirs”, a ajouté la même source.

par -

Une cache d’armes et de munitions a été découverte mercredi à Adrar par un détachement de l’Armée nationale populaire (ANP) lors d’une patrouille de reconnaissance menée près des frontières, nous apprend APS.

Il s’agit d’une cache d’armes contenant une mitrailleuse 14,5 mm avec base, une lance-roquettes de type RPG-7, trois pistolets mitrailleurs de type Kalachnikov, quatre roquettes A/C, ainsi qu’une énorme quantité de munitions de différents calibres (66573 balles)”, précise la même source.

par -

La facture d’importation des produits alimentaires s’est établie à 5,17 milliards de dollars sur les sept (7)  premiers mois de l’année en cours (contre 4,69 milliards de dollars durant la même période de 2016), tandis que celle des médicaments a connu une baisse de plus de 6%, a appris l’APS auprès des Douanes.

Pour ce qui concerne les laits et produits laitiers, la facture a bondi à 879,38 millions de dollars contre 566,13 millions de dollars durant la même période de l’année dernière, en hausse de 55,33%, détaille le Centre national de l’information et des statistiques des Douanes (CNIS).

Une même tendance haussière est constatée pour les sucres et sucreries dont les importations se sont chiffrées à 698,51 millions de dollars contre 510,12 millions de dollars, soit une augmentation de 36,93 %.

Pour les huiles destinées à l’industrie alimentaire, leurs importations ont grimpé à 512,81 millions de dollars contre 409,98 millions de dollars, en hausse de 25,08%.

Quant aux céréales (blé dur, tendre…), semoule et farine, ils ont été importés pour un montant de 1,68 milliard de dollars contre 1,56 milliard de dollars, en hausse de 8,02%.

La facture d’importation du café et thé a atteint 251,01 millions de dollars contre 221,81 millions de dollars (+13,16%).

Quant aux légumes secs et autres, ils ont été importés pour un montant de 197,35 millions de dollars contre 165,71 millions de dollars  (+19,09%), détaille la même source.

par -

L’Algérie a décidé d’octroyer une aide humanitaire au profit du Niger, frappé par un déficit alimentaire causé par une crise pastorale aiguë, rapporte APS.

Cette aide humanitaire, “qui intervient en cette veille de célébration de l’Aïd El Adha, s’ajoute aux multiples actions de solidarité que l’Algérie a manifestées à l’égard de ce pays frère et voisin, y compris pour le soutenir dans la gestion des flux humains sur son sol, induits par la lutte contre les groupes terroristes et suite à la détérioration de la situation  sécuritaire dans la région du Sahel, souligne la même source.

Cette aide qui sera cheminée dans les prochains jours, constitue également une mesure immédiate d’accompagnement des opérations de rapatriement de ressortissants nigériens en situation irrégulière”, détaille APS.

 

par -

Alors que les Européens avaient bel et bien boudé la Tunisie, notamment après l’attaque meurtrière à Sousse en 2015, les Algériens ont continué à fréquenter le pays. Ils s’engageaient même sur les réseaux sociaux à y venir en masse pour passer leurs vacances. Promesse tenue !

Pour cette saison estivale, beaucoup d’hôtels à Tabarka et Sousse ont affiché à nouveau complet. D’ailleurs les touristes algériens connaissent tous les hôtels de Tunisie, en particulier au Nord du pays.

Selon les derniers chiffres dévoilés par la ministre du Tourisme, Salma Elloumi Rekik, le nombre de visiteurs algériens en Tunisie a bondi de 60% pour cette année.

L’offre touristique devrait être révisée !

La Tunisie est désormais mûre pour développer à moyen terme une offre touristique plus diversifiée, qui pourrait attirer davantage de visiteurs. Il est temps d’innover, de sortir des sentiers trop battus, de se dégager de sa zone de confort ; l’avenir économique du pays et le succès de la Révolution en dépendent, du moins en partie.

A titre de suggestion, les tarifs des vols aériens devraient être révisés pour viser non seulement toutes les catégories d’Algériens mais aussi les autres touristes qui n’ont pas forcément l’habitude de venir en Tunisie. Il faut aussi envisager une vaste campagne promotionnelle et encourager les agences de voyage tunisiennes à assurer les transferts directs en profitant des bonnes relations que le pays à avec l’Algérie.

De telles initiatives pourraient gonfler les recettes touristiques, surtout que de nombreuses localités tunisiennes sont susceptibles d’attirer tant des professionnels que des touristes algériens, grâce à ce qu’elles présentent comme produits touristiques, à savoir l’attractivité naturelle et la diversité culturelle.

On rappelle qu’en 2016, près de deux millions de touristes algériens avaient séjourné en Tunisie. Cette année, le nombre total d’Algériens pourrait atteindre trois millions à la fin de la saison. Selon les professionnels du secteur, cette hausse serait due à la campagne de promotion menée par le département du Tourisme. Les mesures prises par la Douane algérienne pour réduire le temps d’attente aux postes frontaliers et la difficulté d’obtenir des visas pour l’Europe ainsi que la fermeture de la frontière marocaine ont également profité à la Tunisie.

En dépit de la dégradation de la situation économique du pays de la révolution du Jasmin, les voisins algériens n’ont jamais cessé de venir passer leurs vacances en Tunisie. Le touriste algérien est très prisé en Tunisie car il a la réputation de mettre facilement la main à la poche…

Le partage de la même langue, l’histoire et les traditions entre Algériens et Tunisiens sont des éléments déterminants dans le choix de la Tunisie, qui présente aussi un produit touristique diversifié répondant aux attentes.

par -

Le ministère des Ressources en eau algérien a donné des instructions visant à préparer un dispositif de prévention et d’intervention, et ce pour faire face au risque d’inondations en prévision des premiers orages de fin d’été, rapporte APS.

Ces actions entreprises pendant la saison estivale réduiront d’une façon significative, selon le ministère, les dégâts qui pourraient être occasionnés suite à des inondations provoquées par les premières pluies d’automne, caractérisées parfois par une forte intensité.

par -

Le ministère de l’Agriculture, du Développement  rural et de la Pêche procèdera, prochainement, à la relance de l’importation de bovins, et ce après avoir endigué les foyers de la grippe aphteuse enregistrés dans certaines wilayas, ayant affecté nombre de vaux d’engraissement, rapporte APS.

“Les services vétérinaires s’attellent aux préparatifs organisationnels et aux démarches juridiques en vue de relancer  l’importation de bovins  notamment ceux destinés à l’engraissement”, a déclaré le directeur des services vétérinaires par intérim et Inspecteur vétérinaire principal chargé du contrôle sanitaire au ministère, Khaled Bara.

L’activité a été gelée depuis mars dernier après l’apparition de foyers de grippe aphteuse de type “A” qui a affecté quelques bovins (vaux d’engraissement) dans plusieurs wilayas, a précisé la même source.

S’agissant des mesures préventives prises en vue d’empêcher la contamination, toutes les inspections vétérinaires de wilayas ont été mobilisées pour procéder à l’isolement des bovins affectés par le virus afin d’empêcher sa propagation. Un système de contrôle sanitaire a été en outre mis en place au niveau de toutes les wilayas.

Le ministère concerné a interdit la circulation du cheptel de et vers chaque wilaya affectée, tout en autorisant seulement leur déplacement direct vers les abattoirs après l’obtention du “certificat sanitaire” délivré par les services vétérinaires.

Après avoir été affectée par la fièvre aphteuse à travers 18 wilayas en 2014, l’Algérie a pris toutes les mesures appropriés en obtenant et distribuant plus de 2 millions doses de vaccins.

Un  milliard de dinars est consacré chaque année pour obtenir des vaccins contre la fièvre aphteuse, la rage, la variole et la brucellose.

Le meilleur des RS

C’est court, mais pertinent. Professeur universitaire avec notamment un doctorat en finances de Paris-Dauphine et ancien ministre, Chokri Mamoghli ne mâche pas ses mots...

INTERVIEW

Nejib Snoussi, directeur général de l'Habitat au ministère de l'Équipement, de l'Habitat et de l'Aménagement du territoire, a accordé à Africanmanager une interview exclusive...

AFRIQUE

Youtap a lancé Youtap Cloud, une plate-forme de traitement des paiements proposée sous forme de service dans le nuage pour les prestataires de paiements...

Reseaux Sociaux

SPORT