Algérie

par -

L’Algérie est le seul pays maghrébin autosuffisant en viande ovine, ce qui lui évite de recourir aux importations de moutons même durant les fêtes de l’Aïd El Adha, relate l’agence APS.

Selon les informations rapportées par l’union nationale des paysans algériens (UNPA) Avec un cheptel de plus de 28 millions de têtes ovines, chaque famille algérienne peut se permettre un mouton à un prix raisonnable.

Pour lutter contre la spéculation, l’UNPA a conseillé aux citoyens de ne pas se précipiter sur les marchés de bétail et de temporiser que les prix du mouton baissent avant d’acheter.

par -

Le gouvernement algérien a décidé d’octroyer une aide humanitaire d’urgence de trente tonnes à la République du Niger, composée essentiellement de produits alimentaires et de médicaments, nous apprend APS.

Selon un communiqué rendu public par le ministère des Affaires étrangères, cette nouvelle aide humanitaire que l’Algérie accorde au Niger, destinée à la ville d’Agadez, qui enregistre une arrivée massive de migrants, s’inscrit dans le cadre de sa politique de solidarité et de bon voisinage envers le peuple nigérien frère et constitue une contribution aux efforts des autorités de la ville pour faire face aux difficultés générées par la situation migratoire.

par -

Horst Köhler, l’envoyé spécial du secrétaire général de l’ONU pour le Sahara occidental, serait en passe de réaliser une véritable prouesse : Réunir autour de la même table les émissaires de Rabat et du Front Polisario, pour des «négociations directes” et ce, “avant la fin de l’année», d’après des sources proches du dossier, citées par AlgérieMondeInfos. «Le médiateur onusien a informé mercredi le Conseil de sécurité, lors d’un briefing tenu à New York, de sa démarche d’envoyer dans les prochaines semaines des invitations au Front Polisario et au Maroc pour reprendre les négociations directes, à l’arrêt depuis 2012», confient ces sources, qui indiquent que «Horst Köhler compte organiser ce nouveau round de négociations avant la fin de l’année, probablement vers la fin d’octobre ou début novembre».

Le Front Polisario a manifesté, dans un communiqué émis le 8 août 2018, «sa volonté de à coopérer avec M. Köhler dans le cadre de l’opération politique de l’ONU et d’engager des négociations conformément à la résolution du Conseil de sécurité». Toutefois il invite «les Nations unies, notamment les membres du Conseil de sécurité, à s’acquitter de leurs responsabilités de manière à se conformer aux principes de la charte des Nations Unies et à respecter le droit du peuple sahraoui à l’autodétermination et à l’indépendance», ce qui signifie que cette rencontre ne sera pas une partie de plaisir pour Köhler et qu’il va falloir y aller avec doigté pour ne faire chou blanc…

L’Algérie, soutien indéfectible du Polisario et sans laquelle une solution politique est très improbable, a montré de bonnes dispositions pour cette affaire et affirme son «soutien aux efforts de l’Onu et à M. Köhler, en sa qualité d’envoyé personnel du secrétaire général des Nations unies pour le Sahara occidental». On verra la suite…

par -

La célèbre marque de lubrifiants, Motul s’installe en Algérie. Elle sera distribuée par l’entreprise algérienne Meklati Automobiles, déjà présente dans la distribution auto-moto, des pièces de rechanges, des produits d’entretien et de la maintenance de véhicules depuis plus de 50 ans, rapporte motors-dz.

L’annonce de la concrétisation de l’accord a été célébrée mercredi 1er août 2018, à Alger en présence des responsables de Meklati Automobile, des représentants de Motul, des membres du réseau du distributeur algérien et de la presse nationale, indique la même source.

Motul qui est une marque française de lubrifiants mondialement connus pour leur implication dans les courses de moto, les 24 heures du Mans et un tas d’autres compétitions automobiles arrive, ainsi, officiellement en Algérie.

par -

Une baisse de 65% du tarif de l’électricité, c’est la solution qu’a trouvée le gouvernement pour calmer la grogne des citoyens du Sud. L’annonce a été faite jeudi 02 août 2018, par le ministre de l’Energie, Mustapha Guitouni, qui s’est rendu dans la wilaya de Relizane, rapporte Algerie360.

Rappelons que les habitants des wilayas du sud, incommodés par les coupures d’électricité incessantes, ont tapé du poing sur la table. Il faut dire aussi que du fait des fortes chaleurs qui ont atteint des records cette année, les citoyens se sont rués vers les climatiseurs, ce qui a occasionné des pics de consommation et des ruptures dans l’approvisionnement. Cette affaire a fait aussi de sacrés dégâts chez les entreprises opérant dans cette partie du pays.

Reste que la réduction des prix de l’électricité ne règle en rien les problèmes de fond, seule la hausse des capacités des réseaux du Sud pourra apporter des remèdes. Et on en est loin pour le moment. Paradoxe suprême, ça n’empêche pas aux autorités algériennes de nourrir l’ambition d’exporter de l’électricité vers d’autres pays du continent, des contrats ont même été paraphés dans ce sens, alors que les besoins des citoyens ne sont même pas encore satisfaits.

Pourtant l’Algérie a tout ce qu’il faut pour passer à la vitesse supérieure, avec le très gros potentiel en matière d’énergies renouvelables, notamment le solaire, avec un désert qui s’étale sur 80% de la superficie totale du pays et un ensoleillement qui dure presque toute l’année. Mais voilà, les mégas projets censés révolutionner le pays n’ont pas encore dépassé le stade des effets d’annonce…

par -

Sept militaires ont été tués, lundi 30 juillet 2018, lors d’un violent accrochage à Besi, dans la daïra de Azzaba, située dans la wilaya de Skikda, a appris TSA ce soir de sources sécuritaires sur place […]. Plusieurs autres militaires ont été blessés dont certains dans un état jugé sérieux», a écrit TSA.

Selon le site d’information, l’unité de l’ANP qui ratissait les lieux a été accrochée par un groupe terroriste composé «de 15 à 20» membres, dont 4 ont été éliminés et un cinquième a été capturé vivant.

Selon les mêmes sources citées par TSA, les militaires ont récupéré des armes et des munitions. «D’importants renforts de l’armée, avec notamment des hélicoptères ont été acheminés vers la zone de combats», ont-elles indiqué.

Source : sputniknews

par -

À Genève, le Comité des droits de l’homme a affiché jeudi 26 juillet 2018 son inquiétude face aux allégations d’arrestations collectives de migrants, de demandeurs d’asile et de réfugiés.

Ces personnes auraient fait l’objet « de détentions administratives et d’expulsions collectives, et ce sans aucune procédure ».

Les experts indépendants onusiens se sont dits particulièrement préoccupés par les récentes allégations selon lesquelles « 13.000 personnes auraient été renvoyées collectivement vers le Niger et auraient été abandonnées dans le désert, parmi lesquelles des femmes enceintes et des enfants ».

Dans ces conditions, le Comité invite Alger à s’abstenir de toute arrestation collective de migrants et de demandeurs d’asile, à éviter de placer ces derniers en détention de manière arbitraire et à veiller à ce qu’ils aient accès à un avocat et à l’information relative à leurs droits.

Tout en dénonçant catégoriquement toute expulsion collective de migrants et demandeurs d’asile, a fortiori dans des conditions inhumaines et dégradantes, les autorités algériennes « devraient entreprendre toutes les mesures afin d’adopter dans les meilleurs délais une loi d’asile, conforme au Pacte et aux normes internationales, protégeant les demandeurs d’asile et réfugiés », souligne le Comité.

Charte pour la paix et réconciliation nationale et lutte contre l’impunité

Le Comité des droits de l’homme a également réitéré ses profondes préoccupations concernant l’article 45 de l’ordonnance n° 06-01 du 27 février 2006, mettant en œuvre la Charte pour la paix et la réconciliation nationale en Algérie. Selon les experts onusiens, cette Charte « éteint tout recours efficace et disponible pour les victimes de violations des dispositions du Pacte commis par les agents responsables de l’application de la loi y compris les forces armées et les services de sécurité et favorise l’impunité ».

S’il prend note des difficiles circonstances vécues au cours du conflit des années 1990 par la population algérienne et de l’adoption d’une stratégie de paix et de réconciliation à la suite de tels évènements, le Comité s’inquiète « des nombreuses graves violations qui auraient été commises et qui n’ont fait à ce jour l’objet d’aucune poursuite et condamnation ».

Dans leurs recommandations, les experts invitent l’Algérie à s’assurer que l’article 45 de l’ordonnance n°06-01 n’entrave pas le droit à un recours effectif, notamment pour « les graves violations des droits de l’homme telles que la torture, le meurtre, la disparition forcée et l’enlèvement ».

Lutte contre le terrorisme

Le Comité des droits de l’homme souligne que « l’Etat partie doit garantir que les allégations de graves violations des droits de l’homme portées à sa connaissance, telles que les massacres, tortures, viols et disparitions, commises par les agents responsables de l’application de la loi et les membres des groupes armés (fassent) l’objet d’enquêtes, de poursuites et de condamnations ».

Pour cet organe onusien des traités, aucun responsable de grave violation des droits de l’homme ne doit se voir accorder de grâce, commutation, remise de peine ou extinction de l’action publique.

S’il reconnait les exigences liées à la lutte contre le terrorisme, le Comité reste préoccupé par l’application de l’article 87 bis du code pénal. Ce dernier retient une définition du crime de terrorisme trop large et peu précise permettant la poursuite de comportements pouvant relever de la pratique de l’exercice de la liberté d’expression ou de rassemblement pacifique.

Il s’inquiète également des allégations faisant état de l’utilisation indue des dispositions antiterroristes à l’encontre de défenseurs des droits de l’homme ou de journalistes. L’État partie devrait donc réduire la durée initiale de la garde à vue à quarante-huit heures au maximum, y compris pour les affaires liées au terrorisme, et permettre l’accès à un avocat dès le début de la détention.

A noter que le quatrième rapport périodique de l’Algérie a été examiné les 4 et 5 juillet dernier à Genève.

par -
Le lundi 23 juillet 2018, des informations erronées ont été publiées au sujet des procédures de prise de rendez-vous pour les demandes de visas pour la France auprès du prestataire VFS Global. Certains articles de presse ont fait état d’une supposée « impossibilité d’obtenir des rendez-vous de demande de visas avant juillet 2019 ».
L’Ambassade de France en Algérie dément cette information et confirme qu’il n’y a aucun gel des demandes de rendez-vous pour l’année à venir concernant les demandes de visas auprès du prestataire VFS Global.
Chaque jour, entre 1.000 et 1.500 créneaux de rendez-vous sont ouverts par le Consulat général de France. Ainsi, sur une période de deux mois, entre 60.000 et 90.000 rendez-vous sont proposés au public.
L’accès à des créneaux disponibles est cependant difficile en raison d’un niveau élevé de la demande et de l’intervention trop fréquente d’intermédiaires indésirables qui préemptent les rendez-vous disponibles pour ensuite les revendre. Le Consulat général de France et VFS Global travaillent à des solutions techniques visant à écarter ces derniers et invitent les particuliers à ne pas faire appel à leurs services.
Il est rappelé que la prise de rendez-vous s’effectue sur le site www.France-visas.gouv.fr sur lequel doit également être saisie la demande de visa en ligne.

par -

C’est un tableau peu confortant que le Fonds monétaire international a dressé sur les perspectives de l’économie algérienne dans son analyse qui s’étale sur une période de 5 années, jusqu’en 2023, rapporte elmoudjahid.

Le FMI qui ne partage pas la vision des autorités algériennes sur bien des plans, notamment en ce qui concerne les subventions et la politique de financement, n’a pas innové en la matière puisque la majorité de ses analyses sur notre pays se ressemblent. Cette fois-ci, les critiques de l’institution de Bretton Woods ciblent la manière dont l’Algérie a opéré souverainement pour faire face à la crise financière. Des perspectives loin d’être rassurantes, car selon le FMI la croissance devrait très fortement ralentir dès 2020, ce qui accroîtra le taux du chômage, indique la même source.

Les mises en garde du FMI sont justifiées par une persistance des déficits budgétaires et externes, comme conséquences qui vont écarter progressivement toutes les marges de manœuvre dont dispose encore l’Algérie, cela en ramenant les réserves de change à moins de 5 mois d’importation dès 2022 et à 12 milliards de dollars, soit 3 mois d’importation en 2023. Aussi, dans le cas où «le très ambitieux assainissement des finances publiques annoncé pour 2019 et au-delà ne se déroule pas comme prévu, les déséquilibres pourraient rapidement devenir non-soutenables car les politiques actuelles affaiblissent la résilience de l’économie au lieu de la renforcer».

par -

Le ministère de la Santé algérien a annoncé jeudi 19 juillet 2018, sa décision de retirer, «sur la base du principe de précaution», les lots de 16 spécialités pharmaceutiques à base de Valsartan (seul ou en association), rapporte l’agence de presse officielle APS.

La décision de retirer ces lots des laboratoires Inpha Medis, Merinal, Nad Pharmadic et Taphco intervient suite à l’alerte internationale mettant en garde contre la présence d’une impureté appelée «N-nitroso diméthylamine (NDMA)» contenue dans une substance active fabriquée par la société chinoise Zhejiang Huahai Pharmaceuticals, a précisé le ministère de la Santé dans un communiqué.

Cette impureté, qui a été identifiée au cours de la fabrication de la substance active par le laboratoire chinois, est classée comme probablement cancérogène mais ne représente pas de «risque aigu pour le patient», indique la même source.

par -

Le taux de chômage en Algérie a atteint 11,1% en avril 2018 contre 11,7% en septembre 2017, soit une baisse de 0,6 point entre les deux périodes, a appris mardi l’APS auprès de l’Office national des statistiques (ONS).

Quant au nombre de la population en chômage, il a été estimé à 1,378 million de personnes (contre 1,440 million de personnes en septembre 2017 et 1,508 million de personnes en avril 2017).

Le taux de chômage a atteint 9% auprès des hommes et 19,5% chez les femmes, tandis que des disparités significatives sont observées selon l’âge, le niveau d’instruction et le diplôme obtenu.

Le taux de chômage des jeunes de la tranche d’âge 16-24 ans a ainsi atteint 26,4% contre 28,3% en septembre 2017, soit un recul de 1,9 point.

Par ailleurs, la répartition des chômeurs selon le diplôme obtenu fait ressortir que 680.000 chômeurs n’ont aucun diplôme, soit près de la moitié de l’ensemble de la population en chômage (49,4%).

Sur l’ensemble de la population en chômage, les diplômés de la formation professionnelle en constituent 25,7%, alors que les diplômés de l’enseignement supérieur en forment 24,9%. En moyenne, six chômeurs sur dix sont des chômeurs de longue durée, soit 59,2% cherchant un poste d’emploi depuis une année ou plus.

Sonelgaz va s’exporter encore plus d’électricité. Selon Mohamed Arkab, P-dg de la société, “un accord avait été signé entre son groupe, l’Office marocain de l’électricité et de l’eau potable (ONE) et la Société tunisienne de l’électricité et du gaz (STEG)”.

 Selon les données rapportées par APS, «Cet accord a été conclu vendredi dernier en Tunisie et porte sur la fourniture de 200 à 300 Megawatts (MW) par l’Algérie et le Maroc pour permettre à la Tunisie de faire face à sa demande en cette énergie», a-t-il précisé, dimanche,  lors d’une rencontre tenue avec les  entreprises nationales spécialisées dans la réalisation des réseaux électriques.

Le P-dg de Sonelgaz a appelé les  entreprises nationales spécialisées dans la réalisation des réseaux électriques à prendre part au projet de réalisation des lignes électriques  de haute et très haute tension.  Il s’agit d’atteindre l’objectif de 24 506  kilomètres à  l’horizon 2027, a-t-il ajouté

«Nous avons un manque dans les lignes de haute et très haute tension et nous comptons sur les entreprises nationales pour atteindre notre objectif», a-t-il souligné.

Arkab a affirmé que son groupe mise sur les entreprises nationales pour la réalisation des infrastructures énergétiques.

Le P-DG de Sonelgaz a promis de porter son aide  et son accompagnement à ces entreprises en leur fournissant le conseil nécessaire en matière de formation, d’organisation et de réalisation de leur business-plan.

par -

La 10e édition de Pollutec Maroc se déroulera du mardi 2 au vendredi 5 octobre 2018 à la foire internationale de Casablanca.

Il s’agit d’un premier rendez-vous de l’environnement international au Maroc et s’inscrit comme le lieu de rencontres, de partage de projets et de connaissances entre les acteurs du secteur.

Tourné vers l’Afrique, il apporte de nouvelles opportunités d’affaires avec les pays sub-sahariens en quête de solutions environnementales.

La Guinée Conakry, sera l’invité d’honneur à cette édition, c’est dans ce contexte qu’une délégation guinéenne de décideurs du pays, menée par le ministère de l’environnement, des eaux et forêts,  sera active sur toute la durée du salon pour présenter aux professionnels présents, les projets nationaux en cours et échanger avec les partenaires potentiels.

par -

Le déficit de la balance des paiements de l’Algérie a poursuivi sa tendance baissière au 1er trimestre 2018 avec une diminution de plus de deux milliards de dollars par rapport à la même période de 2017.

D’après les données rapportées par APS, le solde global de la balance des paiements a ainsi affiché un déficit de 4,36 milliards de dollars à la fin mars 2018 contre un déficit de 6,38 milliards de dollars à la fin mars 2017.

La balance des paiements se compose des flux à la fois des biens (exportations et importations des marchandises), des services, des revenus, des transferts de capitaux et des flux financiers réalisés entre l’Algérie (Etat, entreprises et particuliers) et le reste du monde, c’est-à-dire l’ensemble des entrées et sorties de devises entre l’Algérie et les autres pays.

Par catégorie des composantes de ces flux, le déficit de la balance commerciale (marchandises) s’est établi à 2,33 milliards de dollars au 1er trimestre 2018 contre un déficit de 4,2 milliards de dollars à la fin mars 2017, soit un recul de 44,5%, sachant que les exportations et importations sont calculées en FOB (free on board). Quant au poste “Services hors revenus des facteurs”, le déficit s’est chiffré à 2,03 milliards de dollars à fin mars 2018 contre un déficit de 2,4 milliards de dollars à fin mars 2017.

par -

Une ligne maritime reliant Alger (la Pêcherie) à Tamentfoust a été lancée mardi 10 juillet en cours, a annoncé lundi l’Entreprise nationale de transport maritime de voyageurs (ENTMV).

Selon les informations rapportées par APS, ce service sera assuré du 8h à 19h à raison de 16 traversées par jour.

S’agissant des tarifs, ils ont été fixés à 250 DA pour les adultes et 100 DA pour les enfants de moins de 12 ans.

par -

Le ministre du Commerce, Said Djellab, a indiqué mardi à Alger que l’étude portant sur les prix des véhicules fabriqués localement sera bientôt achevée, rapporte l’agence APS.

“L’étude sur les prix des véhicules est pratiquement finalisée et ses résultats seront connus dès la fin de ce travail”, a indiqué le ministre à la presse en marge de sa rencontre consultative sur les exportations hors hydrocarbures.

“Nous faisons un travail approfondi. Nous somme en train de voir avec les constructeurs qui ont beaucoup coopéré avec nous en nous donnant tous les documents nécessaires et les structures de coût”, a fait savoir le ministre.

Selon lui, les services de son ministère “sont en train de travailler sur les structures de coût pour voir quel est le coût du produit, la marge qui est prise au niveau de la sortie d’usine ainsi que la marge qui est prise jusqu’au consommateur”.

par -

Les aéroports à travers tout le territoire national ont été placés en état d’alerte maximale, et les contrôles de sécurité y ont été renforcés, rapporte observalgerie citant plusieurs voyageurs.

Selon les mêmes sources, une présence renforcée des éléments des services de sécurité a été remarquée au niveau des aéroports depuis quelques jours. Les contrôles des voyageurs ont également été renforcés.

Ces mesures de sécurité au niveau des aéroports ont été instaurées dans le sillage de la saisie, au mois de mai dernier, de 701 Kg de cocaïne au port d’Oran. Les services de sécurité sont ainsi à pied d’oeuvre, pour veiller à ce que les personnes visées par les enquêtes concernant cette affaire ne quittent pas le territoire national, ont indiqué les mêmes sources.

par -

L’office national des statistiques (ONS) vient d’annoncer que la production industrielle du secteur public a enregistré une baisse de 0,7% au premier trimestre 2018 par rapport au même trimestre de 2017, a appris l’agence APS.

Dans le secteur des Hydrocarbures, la production a reculé de 3,6%, relève la même source.

Deux activités ont influé sur cette tendance baissière des hydrocarbures, qui sont la production du pétrole brut et gaz naturel et la liquéfaction du gaz naturel.

Ainsi, la production du pétrole brut et du gaz naturel a baissé de 2,8%, tandis que la liquéfaction du gaz naturel a diminué de 13,3%.

En revanche, l’activité de raffinage de pétrole brut a été marquée par une hausse de 2% au premier trimestre 2018.

Globalement, l’ONS indique que le secteur de l’Energie (électricité, hydrocarbures…) a été marqué par une croissance de 4%, proche de celle observée au 4ème trimestre 2017 (+4,5%), mais un peu plus élevée comparativement à celle relevée au 1er trimestre 2017 (+3,5%).

Par ailleurs, l’Office note que le secteur des Mines et Carrières a enregistré une baisse de 17,4% au 1er  trimestre 2018.

A ce propos, il est relevé qu’a l’exception de l’extraction du minerai de fer, qui a connu une hausse de 21,3%, et du minerai-matières minérales avec une augmentation de 42,6%, le reste a accusé des baisses.

Même tendance baissière dans les Industries Sidérurgiques, Métalliques, Mécaniques, Electriques et Electroniques dont la production a dégringolé de 15,4%, après une hausse appréciable de 6,2% enregistrée au quatrième trimestre 2017.

 Plusieurs activités ont contribué à cette contreperformance dont celles de la fabrication de biens intermédiaires métalliques, mécaniques et électriques et la sidérurgie et transformation de la fonte et acier.

Cependant, un relèvement assez appréciable a caractérisé la fabrication de biens d’équipement électrique et celle des biens d’équipement métallique.

Pour ce qui est de la production des Matériaux de Construction, elle a été marquée par une hausse de 16,3% au premier trimestre 2018, note la même source.

par -

L’Algérie va augmenter sa production pétrolière de 26.000 barils/jour à partir du mois prochain, et ce, dans le cadre de l’application des dernières mesures prises par l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) et ses partenaires, visant à maintenir l’équilibre entre l’offre et la demande, a indiqué le ministre de l’Energie, Mustapha Guitouni à l’agence de presse APS.

“Les pays de l’OPEP et leurs partenaires hors OPEP ont décidé de compenser le recul des exportations de certains pays, en répartissant la production qui manquait sur le marché au prorata sur les autres pays. L’Algérie aura donc à produire 26.000 barils/jour de plus, ce qui va ramener sa production totale à 1.106.000 barils/jour”, a expliqué M. Guitouni lors d’une conférence de presse en marge d’une réunion avec les directeurs de distribution d’électricité.

En effet, les 24 pays producteurs OPEP et non OPEP, ont convenu le 23 juin dernier à Vienne de limiter à 100% leur niveau de respect des engagements pris dans le cadre de l’accord de baisse qui vise à retirer du marché 1,8 millions de barils/jour (1,2 millions barils/jour pour les membres de l’OPEP, 0,6 million barils/jours pour les producteurs hors OPEP).

“Cette baisse permettait au marché de déstocker la production et maintenir un prix qui arrange les producteurs et consommateurs à la fois “, note le ministre.

Toutefois, la production a baissé plus que prévu et le taux global de conformité a atteint même 152% par rapport aux niveaux fixés pour chaque pays, en raison de l’impossibilité du Venezuela, de la Libye et du Nigeria à remplir leur quota.

par -
Selon la direction  de contrôle économique au sein du ministère du commerce et de l'artisanat

Le ministère de l’Agriculture, du développement rural et de la pêche a annoncé que la production nationale des viandes rouges s’est établie à 5,44 millions de quintaux (qx) en 2017 pour une valeur 596 milliards de DA, nous apprend APS.

Par catégorie, la production a été de 3,25 millions de qx de viande ovine, de 1,25 million de qx de viande bovine, de 0,42 million de qx de viande caprine, de 0,1 million de qx de viande cameline et de 141 quintaux de viande équine.

S’agissant des effectifs du cheptel, l’Algérie compte 28,4 millions de têtes d’ovins, 1,9 million de têtes de bovins et de 5 millions de têtes de caprins.

Les wilayas potentielles dans la production des viandes rouges sont Djelfa avec une production de 544.200 qx, El Bayadh avec 336.990 qx et Tiaret avec 302.572 qx.

En ce qui concerne la disponibilité alimentaire en viandes rouges, elle est de 14,4 kg/an/habitant, note la même source.

FOCUS 🔍

L’Union Internationale de Banques (UIB) vient de franchir le cap symbolique d’un Milliard de Dinars de Capitalisation boursière, soit l’équivalent de 1% du PIB...

Le meilleur des RS

Des appels au civisme fusent de partout en ce moment, pour des villes propres et des canalisations dégagées, notamment dans la perspective des débordements...

INTERVIEW

Walid Ben Salah, expert comptable, a accordé à Africanmanager une interview exclusive où il a évoqué plusieurs points dont l'augmentation et à plusieurs reprises...

AFRIQUE

«Nous avons traduit les promesses en travaux, beaucoup a été fait ; nous avons enregistré des avancées, et nous devons défendre nos acquis. C’est...

Reseaux Sociaux

SPORT

 Le Serbe Novak Djokovic, grâce à sa première victoire au Masters 1000 de Cincinnati dimanche aux dépens de Roger Federer, s'est un peu plus rapproché des...