Tags Posts tagged with "encours"

encours

par -
L’Union Bancaire pour le Commerce et l’Industrie (UBCI) a décidé de porter son capital social de 80 493 965 Dinars à 100 007 645 Dinars

L’encours des crédits à la clientèle (net de provisions et d’agios réservés) chez la banque UBCI a enregistré une augmentation de 323 MDT pour atteindre 2 846 MDT, réalisant ainsi une variation positive de 12,83 % par rapport au 31 mars 2017. Les dépôts de la clientèle affichent une progression de 11,09% par rapport au 31/03/2017, avec un encours de 2 409 MDT. Les produits d’exploitation ont atteint 83 MDT, soit +25,07% d’évolution par rapport au 31/03/2017. Les charges d’exploitation ont atteint 29 MDT, soit une progression de 30,62% comparativement à la même période 2017. Le produit net bancaire au terme du premier trimestre 2018 est de 54 MDT, en progression de 22,28% par rapport à fin Mars 2017. Les charges opératoires ont augmenté de 16,64% par rapport à la même période de l’exercice 2017 avec un accroissement des frais du personnel de 12,35%, des charges d’exploitation de 31,39% dont une augmentation de 23,31% due à la constitution de la provision au titre de la cotisation du Fonds de Garantie des Dépôts bancaires. Les capitaux propres au 31/03/2018 sont présentés avant distribution des dividendes.

par -

Le taux d’endettement de la Tunisie a atteint, à fin juin 2017, 66,9% du PIB, contre 60,3% du PIB en juin 2016, c’est ce qui ressort de ” la brochure de la dette publique “, publiée le 4 septembre courant, par le ministère de Finances.
L’encours de la dette publique est passé entre 2016 et 2017, de 52,7 milliards de dinars, à 62,791 milliards de dinars, ce qui représente presque le double du budget de l’Etat pour l’année en cours (32,27 milliards de dinars).
La dette extérieure représente plus des deux tiers de la dette publique (43,6 milliards de dinars), et est composée de la dette multilatérale (47%), de la dette bilatérale (15%) et du Marché Financier International -MFI (38%).
Quant à la dette intérieure (19,19 milliards de dinars), elle est composée, essentiellement, de Bons de Trésors Assimilables (64%) et de dépôts à la TGT (28%).
Toujours selon le document du ministère de Finances, le service de la dette s’est élevé, à la fin du premier semestre 2017, à 3,6 milliards de dinars, contre 2 milliards de dinars, à fin juin 2016.

par -

“La  BCT est confrontée à un dilemme, soit relever son taux pour maintenir la stabilité du dinar, ce qui augmente le coût du crédit des ménages et des entreprises soit le diminuer pour favoriser la reprise éventuelle de l’investissement et la croissance économique”. C’est ce qui a été indiqué dans le billet économique de l’intermédiaire en bourse Mac Sa. Néanmoins, l’appréciation du dollar suite à la hausse récente du taux d’intérêt directeur américain aura principalement deux effets : primo, accroissement de la dette en dollars. En effet, on estime que pour chaque appréciation du dollar face au dinar de dix millimes correspond à un coût additionnel du service de la dette de 20 millions de dinars du fait que le tiers de l’encours est libellé en dollars américains.
Secondo, un accroissement des subventions et du déficit budgétaire : Dans ce cadre, les experts prévoient une hausse du prix des matières premières et des hydrocarbures en 2017. Le prix moyen du baril de pétrole dépassera celui adopté par la loi de finances, 50 dollars. On estime que pour chaque hausse d’un dollar du prix du baril, le budget décaissera 48 millions de dinars, ce qui est l’équivalent de 8% de la facture des subventions dédiées aux hydrocarbures.

Dans cette note, il a été également indiqué que globalement notre économie sera moins impactée que les pays dont la monnaie est rattachée directement au dollar. Les prévisions de la BCT postulent que la croissance économique suivra une trajectoire ascendante. La progression du PIB, aux prix constants de 2010 sera de 2,2% en 2017 et 2,8% en 2018.

La croissance hors agriculture s’établirait autour de 2,2% en 2017 et 2,6% en 2018. Cette faiblesse attendue s’explique par l’instabilité politique et la baisse de la récolte des olives en 2017. Les prévisions de l’inflation poursuivront une  tendance haussière pour atteindre une moyenne annuelle de 5% en 2017 et de  4,2% en 2018. Cette tendance est expliquée par la persistance des pressions sur le taux de change et la hausse des prix mondiaux des matières premières.  L’inflation sous-jacente reste élevée.

“Les États-Unis ont renoué avec la croissance et l’inflation depuis 2015, quand la zone euro a demeuré dans le bas du cycle. Ce constat prouve que les cycles économiques en Europe et aux États-Unis ne sont  pas synchronisés (retard de 2 à 4 années). Cette solidité relative de l’économie américaine donne des arguments au FED pour remonter ses taux pour les années à venir entraînant une attractivit  du dollar et son appréciation”, lit-on dans cette note.

En outre, l’Europe devient plus compétitive, c’est-à-dire la production et les exportations augmentent. A l’inverse, les importations du pétrole seront plus  chères car les règlements se font en dollar. En revanche, les pays émergents seront en difficulté car lorsque les taux américains étaient proches de zéro, ces pays ont attiré des capitaux du fait que les obligations américaines étaient moins rentables. L’évolution future des taux de la FED entraînera un reflux des investisseurs vers les États-Unis. En outre, l’appréciation du dollar risque d’augmenter les déficits budgétaires suite à la hausse du prix des matières premières et des hydrocarbures, de grever davantage le déficit de la balance des paiements et d’accroître le coût de la dette en dollars.

Mac Sa

par -

Avec de très bons indicateurs en 2016, la BIAT conforte sa place de numéro 1 dans le paysage bancaire tunisien. L’évolution du PNB (produit net bancaire) est saisissante, +11% en comparaison avec 2015 pour s’établir à 590,6 millions de dinars (MD).

S’agissant des produits d’exploitation bancaires, ils se situent, fin décembre 2016, à un montant global de 810,8 MD, en progression de 12%. Dans le détail, la part des intérêts monte à 514,7 MD, les commissions en produits 151,1 MD et les revenus du portefeuille-titres commercial 144,9 MD.

Par contre les charges d’exploitation bancaires se sont gonflées, +15%, s’établissant à 220,2 MD contre 191,6 MD l’an dernier.

La hausse des dépôts de la clientèle est une des grosses satisfactions de 2016 : 9,078 milliards de dinars, un de plus par rapport à décembre 2015, autant dire un record absolu…

L’encours des crédits nets sur la clientèle a également suivi la dynamique, +16,6%, un total de 7,679 milliards de dinars à fin décembre dernier contre 6,583 milliards en décembre 2015.

Enfin les emprunts et ressources spéciales de la BIAT affichent 183 millions de dinars en 2016 contre 118,6 millions en 2015, en progression de 54%.

par -
Les crédits nets de l’ATB ont atteint 3.152

Au cours de l’année 2015, l’ATB a atteint plus de 95% de ses objectifs. C’est ce qui a été indiqué lors de l’assemblée générale ordinaire (AGO) de la banque tenue ce jeudi 19 mai 2016 dans l’un des hôtels à Gammarth. Les encours des crédits ont totalisé à fin 2015 un montant de 35598 MD pour un objectif de 3668 MD,  soit un taux de réalisation de 98%.

Le volume des créances de collecte des ressources, l’encours des dépôts s’est établi à 3877 MD comparé aux  objectifs de 3724 MD, soit un taux de réalisation de 104%.

FOCUS 🔍

Les chiffres des immatriculations de nouvelles voitures pour le mois de septembre 2018, laissent voire que les ventes des véhicules particuliers de la marque...

Le meilleur des RS

Ce Post, intitulé «Polémiques hôtelières», est l'oeuvre d'un homme qui a une grande expérience dans le secteur du tourisme et un ancien DG de...

INTERVIEW

L'expert en économie et ancien ministre des Finances Houcine Dimasi a accordé à Africanmanager une interview exclusive où il a évoqué plusieurs points dont...

AFRIQUE

L'Union africaine (UA) est censée entamer sa mue, pour plus d'action, plus d'efficacité, moins de bureaucratie... Bref, pour gommer tout ce qu'on reproche à...

Reseaux Sociaux

SPORT