Tags Posts tagged with "interdiction"

interdiction

par -

Dans un communiqué, l’UTICA a indiqué que le marché tunisien est inondé de jus et de boissons gazeuses en provenance de l’Algérie. Ces produits bénéficient de l’exonération des droits de douane à leur entrée en Tunisie, ce qui n’est pas le cas des produits tunisiens à leur entrée en Algérie.

L’Utica a, à ce propos, expliqué que selon le principe de réciprocité, les produits tunisiens ne devraient pas être soumis à un droit de douane à leur entrée en Algérie alors qu’ils le sont à un taux de 30% .

La chambre syndicale des producteurs de boissons non alcoolisées demande instamment aux autorités tunisiennes d’intervenir afin de faire respecter le principe de réciprocité de façon à ce que les échanges se rétablissent et se développent sur une base équitable.

Il convient de rappeler que l’Algérie avait interdit l’importation de 24 produits alimentaires et industriels sur son sol. Cette restriction des importations peut être vue comme un moyen de contrer la baisse des réserves de changes due à la chute des cours du brut.

On trouve dans la liste des produits alimentaires interdits d’importation : les sauces, les préparations pour soupes, le pain, les pizzas, les pâtes alimentaires, les fruits secs et arachides, les jus de fruits, les eaux et les confitures.

Du côté des articles industriels, l’exportation des produits suivants vers l’Algérie est désormais interdite : les articles de robinetterie, les transformateurs électriques, les briques et tuiles, les tapis, les produits finis en plastique et les meubles.

par -

Voici un article, dont nous reproduisons traduction, du très sérieux journal anglais «The Independent». Il confirme que le touriste anglais n’a cure des Warning du ministère des Affaires étrangères de Sa Majesté et que les compagnies aériennes, anglaises ou françaises, reprennent déjà la route de la Tunisie.  «Malgré les problèmes persistants en Tunisie, les liens aériens vers le pays nord-africain frappé par le terrorisme se développent rapidement. Le dernier bulletin du Foreign Office indique aux voyageurs britanniques que l’état d’urgence a été prolongé d’un mois et avertit que “les terroristes sont très susceptibles d’essayer d’effectuer des attaques en Tunisie», affirme le journal, lequel ne semble pas être au courant des multiples démantèlements tunisiens de cellules terroristes, ni du plus mauvais classement de l’Angleterre, en matière de risques terroristes, que la Tunisie.

Pourtant, Londres a maintenant un lien quotidien avec la capitale, Tunis. La compagnie aérienne nationale, Tunisair, a ajouté un service Gatwick supplémentaire. Quatre vols chaque semaine proviennent d’Heathrow et les trois autres sont de Gatwick. Un porte-parole de British Airways a déclaré que la restauration du lien de la compagnie aérienne avec Tunis n’est pas à l’ordre du jour : “Nous évaluons constamment notre réseau d’itinéraires et la demande de nos clients, mais nous n’avons pas de plans actuels.”
Mais la compagnie aérienne sœur de BA, Vueling, a lancé une liaison de Barcelone vers la capitale tunisienne et prévoit un deuxième service hebdomadaire à partir du mois prochain. The Independent a analysé les informations du spécialiste du calendrier de l’aviation OAG, en comparant les vols pour juin 2017 à décembre 2016. Seuls les itinéraires vers et depuis la capitale ont été remis en cause. Air France, par contre, a ajouté deux vols supplémentaires par semaine de Paris. De Francfort, Lufthansa a augmenté les services de sept à 11 vols par semaine. Tui, propriétaire de Thomson, a de nombreux vols de vacances d’Allemagne en Tunisie, tels que Francfort à Enfidha et Berlin à Djerba».

par -

Les Marocains ne sont plus les bienvenus en Libye. Le gouvernement dit d’«entente nationale», issu des accords de Skhirat en décembre 2015, a interdit aux citoyens marocains l’entrée sur le territoire qu’il contrôle. La décision a été prise dimanche 6 mai 2017 par l’administration de Faïez al-Sarraj.

Selon les informations rapportées par le site yabiladi, outre les nationaux, les Égyptiens, les Soudanais, les Syriens et les Bangladais sont également concernés par la même mesure. Pour l’instant, les autorités libyennes n’ont avancé aucune justification à ce tour de vis opéré contre les ressortissants des cinq pays.

Le 28 avril 2017, un autre média faisait état de l’«arrêt pendant des heures» des opérations à l’aéroport. La cause : des dizaines de jeunes Marocains qui s’apprêtaient à se rendre dans la ville de Sebrata, haut lieu de l’immigration illégale.

La même source a fait savoir que le seul point aérien encore opérationnel dans l’ouest du pays échappe totalement au contrôle du gouvernement d’entente nationale.

par -

La Haute autorité indépendante de la communication audiovisuelle (HAICA) a annoncé dans un communiqué rendu public ce mercredi 12 avril 2017 qu’elle a décidé d’interdire à la chaîne Nessma TV de diffuser ses programmes sur les bandes FM des radios régionales.

Les radios concernées sont Oxygène FM, Ulysse FM, Nejma FM, Karama FM, Sawt El Manajem, Kasserine FM, et Dream FM. La HAICA a ajouté que « en diffusant ses programmes sur ces chaînes régionales, Nessma TV a enfreint les dispositions du décret-loi 116 paru le 2 novembre 2011 ».

par -

Mongi Harbaoui, député de Nidaa Tounes, a annoncé qu’il travaille sur un projet de loi visant à interdire l’utilisation répétée des bouteilles en verre, comme pour l’huile végétale et les boissons gazeuses.

Selon Shems fm, le député a précisé que ces bouteilles peuvent contenir des résidus sales et qu’on ne peut pas fermer les yeux en 2017 sur des découvertes d’insectes et de souris.

« Nous avons conclu un accord avec les cadres de l’Organisation de défense du consommateur pour élaborer cette initiative législative avant de la présenter à l’Assemblée. Nous allons aussi consulter les patrons et les producteurs d’huile végétale et de boissons gazeuses », a déclaré le député.

par -

Une interdiction de circuler va toucher 22% du parc national de camions, soit les poids lourds de plus de 20 ans : c’est ce qui résulte des dernières réunions tenues par le ministère de l’Equipement et des Transports et celui de l’Industrie et du Commerce.

D’après les données dévoilées par La Vie éco, l’environnement, la sécurité et les charges en carburant ont été les arguments phares soutenus en marge de cette décision. «Les accidents de la circulation impliquant ces épaves se multiplient, leurs émissions polluent énormément l’air, tandis que les nouvelles générations de camions et autocars, fabriqués selon les normes Euro 5 et plus, peuvent réduire de plus de 20% les coûts de l’énergie», soutiennent les deux départements.

Cette conclusion intervient suite à une étude menée par le ministère de l’Equipement et des Transports, qui montre que le délabrement de ces véhicules impacte négativement le parc national. Les poids lourds de plus de 10 ans atteignent en effet 55%, tandis que 22% ont plus de 20 ans.

par -

L’Assemblée nationale a entériné hier mercredi l’interdiction d’explorer et d’exploiter les hydrocarbures non conventionnels, c’est-à-dire les huiles et gaz de schiste, en achevant l’examen en première lecture du projet de réforme du code minier. Des députés y ont vu un simple « effet d’annonce » en raison du calendrier parlementaire, rapporte l’AFP.

La disposition avait été votée en commission via un amendement du rapporteur et président de la Commission développement durable, Jean-Paul Chanteguet (PS). Elle est destinée à compléter la loi de juillet 2011 qui était jusqu’alors limitée à l’interdiction de la technique de la fracturation et ne visait donc pas une substance, a précisé la même source.

par -

Les autorités marocaines ont annoncé l’interdiction de la vente de la burqa dans le pays. Des commerçants, notamment dans les grandes villes du royaume, ont été priés de stopper la vente ou la confection de ce voile intégral.

Un responsable de haut rang au ministère de l’Intérieur marocain a confié au site 360.ma : «Nous avons pris la mesure d’interdire totalement l’importation, la fabrication et la commercialisation de ce vêtement dans toutes les villes et localités du royaume», a-t-il affirmé.

par -

La Tunisie est prête à accueillir à nouveau les touristes britanniques sitôt le gouvernement de Londres lui donnera son feu vert, a assuré le directeur commercial de l’office national du tourisme tunisien, espérant au moins un assouplissement de l’avis déconseillant les voyages en Tunisie.

S’exprimant lors du salon World Travel Market, cette semaine à Londres, Sami Tounsi, a affirmé que cela donnerait un signal au reste du monde. « L’infrastructure est entièrement intacte et nous serons prêts à la remettre en marche le lendemain », a-t-il dit, ajoutant que « tout le monde a les yeux braqués sur le Royaume-Uni », et assurant que l’activité commerciale, y compris les tournées d’information et de familiarisation et les campagnes de marketing, commencerait immédiatement.

« Même si le Royaume-Uni ne lève pas totalement l’interdiction, nous espérons qu’il l’assouplira pour les zones touristiques majeures, telles que l’île de Djerba, Hammamet et Port El Kantaoui », la station où a eu lieu l’attentat terroriste qui a fait en juin 2015 38 tués dont 30 touristes britanniques.

Ce faisant, a-t-il souligné, le gouvernement britannique ferait un geste symbolique qui encouragerait d’autres pays à suivre son exemple, sachant que de nombreux gouvernements européens qui avaient interdit à leurs citoyens de se rendre en Tunisie, tels que ceux d’Allemagne, de France et d’Espagne, ont levé leurs interdictions, la Tunisie étant redevenue une destination sûre grâce aux strictes mesures de sécurité au niveau de sites touristiques et ses frontières, a-t-il indiqué.

La justice entre en lice en pleine période de réservations

Dimension sécuritaire et touristique, mais aussi judiciaire dans la perspective de l’ouverture des enquêtes et des procès sur l’attentat de Sousse qui a fait en juin 2015 trente tués parmi les vacanciers britanniques. C’est essentiellement leur date et leur calendrier qui posent problème, dans la mesure où la justice a décidé de s’en saisir à partir du 16 janvier 2017, soit la période qui marque l’apogée des ventes et des réservations pour la saison estivale 2017, lesquelles se poursuivront pendant huit semaines.

« C’est la pire chose qui puisse arriver à l’industrie du voyage en termes de calendrier», a affirmé un expert en marketing voyage dans une déclaration au magazine « Tavel Weekly », la référence en matière de voyage au Royaume-Uni. Le président exécutif du cabinet de relations publiques Brighter Group, Steve Dunn, a expliqué que « les troubles géopolitiques sont un problème plus grave que ceux des prix et du Brexit pour les consommateurs, el la seule chose qui échappe au contrôle de l’industrie du voyage est la sécurité ».

“Si vous envisagez de réserver et d’acheter un séjour de vacances et alors que tout d’un coup, les Unes et les manchettes des journaux sont consacrées aux récits d’horreur sur la plage, cela pourrait avoir un effet néfaste”, a-t-il dit, estimant peu probable que les enquêtes et procès empêchent les vacanciers de faire des réservations, mais il pense que certaines destinations de la Méditerranée orientale, du Moyen-Orient et même d’Asie pourraient en souffrir.

Le tour-opérateur TUI a déclaré que son approche vis-à-vis de l’opération sera « des plus délicates ». Son directeur général pour le Royaume-Uni et l’Irlande, Nick Longman, a souligné que « nous assumons pleinement et activement notre rôle dans les enquêtes, dès lors que nous voulons, à l’instar d’autres, comprendre les circonstances particulières qui ont entouré ce terrible événement ».

“C’est une question qui revêt une extrême importance pour nous et à laquelle nous allons continuer à être incroyablement sensibles alors que nous abordons ce qui est traditionnellement une période de négociation clé pour nous en tant qu’entreprise et pour l’industrie du voyage en général », a-t-il dit, cité par Travel Weekly.

Les enquêtes devraient évaluer la pertinence des conseils de Voyage émis par le Foreign Office et les compagnies de voyage.

Il est à signaler que les parents de 17 victimes sur les 30 familles britanniques qui ont perdu les leurs dans l’attentat de Sousse ont lancé une action en justice contre le Groupe TUI.

par -

L’émirat du Qatar, qui accueillera la coupe du monde en 2022, a annoncé l’interdiction de la vente d’alcool dans les rues et les espaces publics, nous apprend, ce vendredi 11 novembre 2016, le journal Le Monde.

Quatre ans après la Russie, en 2018, l’organisation du Mondial-2022 de foot a été confiée au Qatar.

par -

Le Maroc, incontestablement, est un des bons élèves du continent dans le domaine économique, avec ses investissements étrangers qui font pâlir d’envie ses voisins, son taux de chômage en-dessous de 10%, son dynamisme en Afrique subsaharienne (récompensé par une avalanche de contrats)… Mais en matière de liberté de la presse, le pays a des progrès à faire. BBC News l’a appris à ses dépens. En effet les autorités marocaines ont refusé d’octroyer un permis au ténor mondial de l’univers des médias pour tourner à Casablanca une de ses émissions-vedettes : «Global Questions». L’enregistrement devait se faire fin septembre 2016 et la diffusion le 4 décembre prochain, nous apprend L’Economiste ce vendredi 11 novembre 2016.

Une source ministérielle aurait confié à la chaine britannique, officieusement, que leur émission n’est ni «adaptée”, ni “équilibrée», et que le tournage est donc impossible. Sans plus de détails. L’Economiste dit avoir tenté de joindre le secrétariat général du ministère de la Communication, qui n’aurait pas souhaité s’exprimer sur la question. Titillé sur cette affaire, l’ex-ministre du même département, Mustapha El Khalfi, aurait invoqué «le devoir de réserve», lui qui pourtant était censé participer à l’émission. «Pourtant, le Maroc a été choisi car il est le pays le plus stable de la région», précise la BBC dans un texte envoyé au ministère.

A signaler que le thème de l’émission devait être «La place de l’islam dans la politique». Le prix Nobel de littérature, Orhan Pamuk, faisait partie des invités. Par ailleurs l’émission fait un tabac dans le monde, avec une moyenne de 78 millions de téléspectateurs chaque semaine. La malheur des uns faisant le bonheur des autres, la Tunisie, qui a été désignée pour accueillir l’équipe de la BBC, a toutes les raisons de se frotter les mains, elle qui a perdu une flopée d’investisseurs étrangers depuis le fameux 14 janvier 2011, dont un bon paquet a d’ailleurs pris la direction… du Maroc.

par -

Cinq jours après la tuerie de San Bernardino – Syed Farook et sa femme, Tashfeen Malik, avaient abattu 14 personnes et blessé 23 autres, un assaut au nom de Daech -, le président fraichement élu, Donald Trump, qui était à la pêche aux voix, avait choqué le monde en déclarant que l’un de ses premiers actes, en tant que patron de la Maison Blanche, serait d’interdire aux musulmans l’accès au territoire américain. Alors tout le monde l’attendait au tournant sur cette affaire hautement explosive, maintenant qu’il est effectivement aux manettes. Le moins qu’on puisse dire est que le revirement a été rapide, fulgurant même vu que cette proposition a tout bonnement disparu du site web de Trump. Premier reniement ? Première trahison aux yeux de certains de ses électeurs, racistes et xénophobes ? Sand doute, mais il y en aura d’autres, le costume de candidat étant, par définition, beaucoup plus large que celui de président…

Pour Slate.com, même si une mutation radicale «semble hautement improbable”, on peut s’attendre à “une disparition de certaines des parties les plus répugnantes de sa campagne».
«Après avoir nourri une vague anti-musulmans chez ses soutiens, qui l’a portée vers la Maison-Blanche, la campagne Trump a discrètement supprimé de son site son appel nocif à interdire l’immigration de musulmans aux États-Unis», ajoute le journal.
L’opération a été rondement et discrètement menée dès le 08 novembre 2016, date du scrutin présidentiel ; la proposition sulfureuse a été subrepticement remplacée par un lien qui renvoie vers la page d’accueil sur laquelle le staff de campagne du républicain exprime sa gratitude pour la «majorité silencieuse» qui a voté pour Trump et son colistier Mike Pence. Fini la provocation et les déclarations incendiaires…

Le journal Le Monde souligne que Donald Trump avait finalement revu à la baisse ses prétentions  «face à l’impossibilité constitutionnelle d’appliquer une telle mesure. Le candidat veut désormais limiter l’interdiction du territoire américain aux ressortissants des “États et nations terroristes”, tout en réclamant une “extrême vigilance” pour les musulmans désirant se rendre aux États-Unis».

par -
L'ex-ministre délégué chargé des dossiers politiques

Le dirigeant du parti Ennahdha Lotfi Zitoun a démenti les informations relayées par plusieurs médias, selon lesquelles certains leaders nahdhouis sont interdits d’accès en Turquie.
Dans une déclaration au quotidien Assarih dans son édition de ce vendredi 16 septembre, il s’est dit surpris par la publication de ce genre d’information, surtout qu’il a effectué une visite en Turquie il y a deux mois.

Il est à rappeler que des informations ont été publiées par plusieurs médias selon lesquelles certains dirigeants nahdhouis, ayant des liens avec Fathallah Gülen, sont interdits d’entrer en Turquie.
Gülen est accusé par l’Etat turc d’avoir planifié la tentative de coup d’Etat du 15 juillet 2016.

par -

Mounira Ben Hlima, directrice des arts audiovisuels au ministère de la Culture, a stoppé net, sur Mosaïque Fm ce mercredi 14 septembre, les bruits selon lesquels le film iranien “Mohamed” a reçu l’agrément du département de la Culture et passera à la salle “Le Colisée” à Tunis.

Elle a ajouté que le réalisateur iranien du film veut effectivement que son film soit diffusé en Tunisie mais il n’a pas encore eu l’aval du ministère de la Culture.
Elle a précisé que le ministère ne peut pas autoriser le passage d’un film qui matérialise les prophètes et les ‘Sahaba’ (compagnons) du prophète Mohamed (SAWS). Mme Ben Hlima a déclaré qu’aucune salle de cinéma ne peut diffuser le film sans l’accord du ministère de la Culture.

Pour rappel, l’institution religieuse Al Azhar en Egypte avait mis son véto sur la projection du film “Mohamed” dans les pays arabes. Seul l’Irak avait passé outre en permettant le visionnage du film dont le tournage a duré 8 ans.

par -

Le directeur régional du commerce à Béja, Kais Yazidi a indiqué à la correspondante de la TAP dans la région que des mesures ont été prises afin d’interdire la vente des moutons suspectés d’être introduits au marché de bétail de Béja via des réseaux de contrebande.

Il a ajouté qu’un nombre d’ovins de contrebande a été saisi et que la douane tunisienne participe pour la première fois aux opérations de contrôle économique dans la région, en collaboration avec les directions de la sécurité, du commerce et de la santé, depuis le 10 aout dernier.

La même source a affirmé que des équipes de contrôle effectuent des opérations de contrôle dans les points de vente des légumes et viandes, ajoutant que 3 points de vente de viande au kilo ont été mis en place.

par -

Dans une interview exclusive accordée ce mercredi 7 septembre 2016, à Africanmanager, le porte-parole du ministère de l’Intérieur, Yesser Mosbah, a déclaré que son département avait interdit à 1877 Tunisiens de voyager en Syrie et ce, durant les quatre premiers mois de l’année en cours.
Il a dans le même cadre ajouté que 1400 individus, soupçonnés d’appartenance à des organisations terroristes, ont été déférés en justice au cours de la même période.
Toujours selon la même source, à fin avril de cette année, 1294 personnes accusées d’appartenir à des organisations terroristes ont été arrêtées .
Le nombre des affaires terroristes et celles en relation avec des réseaux d’envoi de djihadistes dans des camps d’entraînement en Libye et en Syrie s’est élevé à 931.
Nous y reviendrons

par -

Encore une fois, le parti Ettahrir défie l’État, hausse le ton et menace de “couper des mains et des têtes” et ce, en signe de protestation contre l’arrachage d’une bannière placée au siège du parti à la Soukra. Une réaction qui n’est pas très surprenante de la part d’un parti qui n’a cessé depuis sa création de légitimer la violence et l’irrespect envers les institutions de la République et les lois. Depuis plusieurs semaines déjà, le parti manifeste contre la décision de l’État tunisien de suspendre ses activités pour une période de 30 jours. Preuve à l’appui : Un jour après, le parti a envoyé des invitations aux médias pour une conférence de presse qui aura lieu quelques jours après au siège du parti. Un comportement qui ne peut que refléter l’image d’un parti qui ne pourra guère se soumettre à l’État, à ses ordres et à ses instructions, mais plutôt à ses propres chefs.

Bien que la décision de suspension ait été prise d’une manière légale et suite à un recours déposé par le gouvernement, le parti n’a cessé, depuis lors, de réagir et de contester.

Cette fois-ci, la réaction du parti a été plus agressive que jamais. Dans un statut posté ce mardi sur sa page officielle, et qui a fait le buzz sur les réseaux sociaux, le parti a dénoncé le retour “de la police politique”, dénonçant ainsi l’arrachage, “à deux reprises”, d’une bannière du parti par près de 300 agents des forces de l’ordre. Il estime qu’il s’agit là d’une violation totale de toutes les procédures administratives et juridiques et des mœurs politiques. Selon le parti, les agents de la police n’ont présenté aucun ordre municipal des autorités concernées pour enlever la bannière en question.

Le gouvernement tunisien après avoir remis le ministère de l’Intérieur de l’Ambassade de Grande-Bretagne pour nous concevoir une stratégie en matière de sécurité, a voulu prouver à ses maîtres européens ennemis de la Tunisie et de son peuple qu’ils ne l’appuient pas en vain et ce à travers des attaques contre Hizb Ettahrir mais aussi contre la campagne l’appel à ‘Islam”, indique le parti.

Dans le même statut, Hizb Ettahrir a accusé l’État tunisien de recourir à des actes de banditisme et de faire usage de la police, comme l’ont fait Ben Ali et Bourguiba et ce, suite à son échec de faire face au parti Ettahrir et à l’État islamique du Califat, que ce soit à travers l’idéologie, la politique ou les lois.

Les menaces du parti Ettahrir ne se sont pas arrêtées là, dans un message adressé au gouvernement, le parti a dit : ” Que le gouvernement et ses criminels sachent que l’heure est venue et que les islamistes n’ont pas oublié les crimes commis à leur encontre. Il y a des têtes et des mains qui devraient être coupées et personne à ce moment ne pourra les sauver, ni les Européens, ni les Américains ou encore l’OTAN”.

ll est à rappeler à ce propos que la colère gronde depuis un moment au sein du parti Ettahrir, suite à la décision du gouvernement tunisien de geler ses activités. En effet, les activités d’Ettahrir ont été suspendues pour trente jours, et ce suite à la décision du président du tribunal de première instance de Tunis rendue publique à la date de ce mardi 16 août 2016. Il s’agit de la dernière étape avant la suspension définitive du parti. La décision de gel a été prise suite à un recours déposé par le gouvernement, tout en se basant sur le code régissant les partis.

par -

Plus de 40 moutons ont été touchés par la  peste dans la délégation de Zaârour dans la délégation de Tinja à Bizerte, à Béja. Une source vétérinaire a affirmé que cette maladie s’est propagée depuis 2 mois.

Dans une déclaration accordée à Africanmanager, le député de « voix des agriculteurs» à l’ARP Fayçal Tebini a affirmé que « l’importation illégale de moutons explique l’augmentation des cas de peste détectés chez 40 animaux dans les gouvernorats de Bizerte et Béja. L’Etat assume sa responsabilité dans cette affaire et est appelé à intensifier les opérations de contrôle sécuritaire et douanier sur les frontières tuniso-algéro-libyennes.

Il a ajouté qu’« il est urgent de mettre en place une série de mesures préventives contre la propagation de cette maladie et ce à travers le lancement d’une campagne de vaccination dans plusieurs autres régions de la Tunisie », a-t-il affirmé.

Les puces ravagent plus de 350 têtes de bétails !

Des agriculteurs et éleveurs de bétail à la délégation de Nasrallah, au gouvernorat du Kairouan, se sont plaints de la propagation des puces qui se nourrissent essentiellement de sang, ravageant ainsi plus de 350 têtes de bétail dans une ferme agricole. Les craintes à présent résident en un éventuel élargissement du champ d’action de ces insectes, qui deviendront incontrôlables.

 Selon Cap fm, le vétérinaire du département de la production animale à la délégation régionale d’agriculture au Kairouan, a révélé l’existence de cet insecte, appelant les agriculteurs à renforcer les opérations de nettoyage et de traitement de chaque étable.

Une « fatwa autorisant les Tunisiens à boycotter les moutons !

Suite à la propagation de la maladie de la peste dans diverses régions , le secrétaire général du syndicat des Imams, Fadhel Achour, a appelé Dar al-Ifta à l’émission d’une fatwa autorisant les Tunisiens à boycotter cette année le sacrifice du mouton de l’Aïd si les rumeurs portant sur la présence d’une maladie touchant les moutons, à savoir la peste des petits ruminants, se confirment.

L’autre son de cloche !

Le ministère de l’Agriculture, a annoncé, mardi, que  les moutons touchés  par la peste ne représentent aucune menace pour la santé des Tunisiens. Le 10 août dernier, il avait déclaré  que des analyses effectuées sur des troupeaux d’ovins à Bizerte et à l’Ariana ont montré que 25 moutons ont été touchés par la peste. Ledit département ajoute  que le virus de la peste existe en Tunisie depuis 2008, assurant qu’il n’y aura pas d’importation de moutons cette année en vue du Aïd el idha.

par -

Pokemon Go n’est pas encore officiellement disponible en Arabie saoudite. Cela n’a pas empêché un certain nombre de personnes de télécharger illégalement ce jeu… au grand dam des autorités. Pour preuve, l’organe religieux le plus important du pays a publié une fatwa anti-Pokemon.

Le Comité permanent des recherches et des fatwas a annoncé sur son site internet avoir de nouveau publié un décret sur les jeux Pokemon après avoir “reçu de nombreuses questions” du public à son propos. La fatwa n’est pas nouvelle : Elle avait été prononcée en 2001 par le mufti du royaume qui l’avait notamment assimilé à un jeu d’argent, prohibé par l’islam.

 

INTERVIEW

«La politique africaine ne peut se développer uniquement avec les visites, sporadiques et de courte durée ou seulement à travers le seul ministre des...

AFRIQUE

SPORT

Reseaux Sociaux