Tags Posts tagged with "libération"

libération

par -

La sixième Chambre correctionnelle du Tribunal de première Instance a ordonné ce jeudi 4 octobre 2018 la libération de Samir El Wafi, a confié son avocat Hatem Zoueri à Mosaïque FM.
Il a ajouté que l’animateur avait été placé en détention, avec un autre suspect, pour avoir trempé dans une affaire de blanchiment d’argent.
Nous avons insisté pour que le tribunal statue aujourd’hui” sur le cas El Wafi, “le tribunal a enfin agréé notre requête et Sami El Wafi passera la nuit chez lui, si Dieu le veut” a ajouté l’avocat.

par -

L’armée nigériane a annoncé lundi que près de 1000 otages de Boko Haram ont été libérés, rapporte le site d’information africaine Africanews.

Toutefois, dans la perspective de la présidentielle de 2019, cette libération on ne peut plus spectaculaire pourrait constituer un gros coup politico-médiatique pour le président nigérian Muhammadu Buhari. Lui qui, pendant la campagne pour la présidentielle de 2015 avait promis de tout faire pour neutraliser Boko Haram et partant libérer les otages, précise la même source.

par -

Le juge d’instruction relevant du pôle judiciaire et financier a décidé mercredi 28 mars 2018 de libérer le directeur central au ministère du Tourisme, arrêté depuis des mois dans le cadre d’une affaire de corruption et de blanchiment d’argent.

Dans cette affaire, un ressortissant français qui réside en Tunisie est aussi impliqué, rapporte Mosaïque fm.

par -

L’ancien directeur général de la Douane, Slimane Ourak a été libéré, aujourd’hui, mercredi 24 janvier 2018, et ce, suite à une décision rendu public, hier, par le Tribunal de première instance de Tunis.

Le recours déposé, le 23 janvier 2018, par les avocats de l’ancien directeur général de la Douane, devant le tribunal de première instance de Tunis a été accepté, rapporte Mosaïque Fm.

Du coup, la peine de prison le condamnant à 24 ans d’emprisonnement a été annulée et l’instruction sera reconduite de nouveau.

par -

Des associations de Degache, dans le gouvernorat de Tozeur, ont émis un communiqué ce jeudi 18 janvier 2018 pour dénoncer la libération d’un agent des forces de sécurité qui avait été condamné suite à son implication dans le décès de martyrs pendant la révolution, d’après Mosaïque Fm. En fait l’individu en question a été gracié par le président de la République à l’occasion de la fête de la révolution et de la jeunesse.
Plus étrange encore, selon ces associations, cet agent aurait bénéficié d’une promotion. Elles ont déclaré, dans le texte, que la grâce présidentielle favorise l’impunité et déshonore les familles des blessés et martyrs de la révolution.

par -

La chambre 13 auprès de la cour d’appel de Tunis, spécialisée dans les affaires financières, a rejeté, jeudi 28 septembre 2017, la demande de libération du journaliste Samir El Wefi.

Dans une déclaration jeudi à la TAP, l’avocat, membre du collectif de défense d’El Wefi, Hatem Zouari, a indiqué que le collectif de défense “estime que la cour d’appel n’a pas pris la bonne décision”.

Selon les avocats, toutes les conditions juridiques sont réunies pour permettre la libération de leur client, “notamment après le règlement du dossier de l’affaire, le remboursement de la somme due et du retrait de la plainte”.
Le juge d’instruction auprès du pôle économique et financier avait émis en juin dernier un mandat de dépôt à l’encontre du journaliste Samir El Wefi pour blanchiment d’argent et escroquerie.

par -

Une douzaine de jeunes tunisiens enlevés lundi par des éléments appartenant aux brigades libyennes de Nalout ont été libérés mardi soir, annonce une source sécuritaire au correspondant de l’agence Tap dans la région.
Les membres de ce groupe revendiquaient la libération d’un citoyen libyen arrêté la semaine dernière par une patrouille militaire tunisienne dans la zone tampon de Dhehiba, a ajouté la même source.
Selon la même source, les brigades de Nalout ont bien traité les Tunisiens durant la période de leur enlèvement. Ces derniers sont des contrebandiers de carburants originaires de la ville de Dhehiba.
La même source a précisé que le passage frontalier a été fermé pendant une courte période par mesure de précaution, soulignant que les responsables au poste frontalier du coté tunisien ont de bonnes relations de coopération avec leurs homologues du coté libyen (Ouazen) ce qui a facilité les négociations entre les deux parties.
Les douze Tunisiens ont été enlevés mardi par des éléments appartenant aux brigades de Nalout, près de la zone tampon “El Manzla” au niveau de la frontière tuniso-libyenne, rappelle-t-on.
Dans un communiqué publié, le 8 septembre courant, le ministère de la Défense nationale avait indiqué qu’un individu armé de kalachnikov a été interpellé dans la zone militaire tampon d’El Manzla (Jenine). Il avait en sa possession deux chargeurs et 38 cartouches et ne détenait aucun papier d’identité.
L’individu en question a déclaré être de nationalité libyenne et âgé de 24 ans. Il a, en outre, avoué que trois autres personnes qui l’accompagnaient avaient pris la fuite vers le territoire libyen, après avoir livré à un trafiquant tunisien un véhicule chargé de 6000 litres de carburant de contrebande.

par -

L’ex-président égyptien, Hosni Moubarak, est désormais libre et a quitté ce vendredi l’hôpital militaire du Caire dans lequel il a passé l’essentiel de ses six années de détention, rapporte Tribune de Genève

On rappelle que la Cour de cassation l’a définitivement acquitté des accusations d’implication dans le meurtre de manifestants durant la révolte de 2011, au cours de laquelle quelque 850 personnes ont été tuées lors d’affrontements avec la police.

par -

Le second fils de Mouammar Kadhafi a été libéré par la milice de Zintane. C’est le colonel Ajmi Al-Atiri, chef de la brigade d’Aboubakr Al Seddik – responsable des prisons de la ville libyenne de Zintane -, qui a confirmé l’information à la chaîne France24.

« Seïf Al-Islam est mis en liberté et se trouve sur le sol libyen. C’est tout ce que je peux vous dire », a confié le haut responsable.

Condamné à mort, le 28 juillet 2015, pour son rôle dans la répression meurtrière de la révolte ayant mis fin à l’ancien régime en 2011, le fils de Kaddafi a bénéficié d’une loi d’amnistie générale décrétée par le gouvernement parallèle de Tobrouk.

par -

Le syndicaliste sécuritaire Issam Dardouri, à peine sorti de prison, renoue avec les sorties médiatiques, qui l’avaient envoyé derrière les barreaux. Il a déclaré dans l’émission “Liman Yajroo Fakat” (à celui qui ose seulement), diffusée dimanche 12 mars 2017 dans la soirée, sur Al Hiwar Ettounsi, qu’il a été incarcéré à cause de ses révélations explosives. Dardouri est revenu sur la conversation qu’il a eue avec l’ancien directeur général de la sûreté, Abderrahmen Haj Ali, au sujet de l’infiltration des organes de la sécurité tunisienne par les services secrets israéliens.

« Lorsque j’ai livré ces informations, ma liberté a été menacée. Toutefois tous les propos que j’ai tenus sont étayés par des documents et des preuves irréfutables. J’invite le chef du gouvernement et le président de la République à m’accorder un entretien afin que je puisse leur dévoiler toutes les informations en ma possession. Et si je ne dis pas la vérité, qu’on me condamne à la peine de mort », a-t-il dit.

Par ailleurs le syndicaliste sécuritaire a affirmé qu’il a révélé l’existence d’une grosse mine de quartz et d’éclats de diamant, qui contient plus de 1000 tonnes de ces matières, selon lui, et d’où la Tunisie peut tirer un profit. Il a indiqué qu’il en a acquis la certitude après les vérifications nécessaires et qu’il a transmis les données aux autorités dont elles relèvent

Pour rappel, Dardouri a écopé d’un an de prison ferme suite à une plainte déposée par des responsables sécuritaires, dont Abderrahman Haj Ali. Il est sorti de prison le 4 mars 2017, après un séjour de 8 mois, mais sous le régime de la liberté conditionnelle. Il a donc intérêt à rester tranquille, mais à le voir hier dimanche, il n’en a pas l’intention!

par -

Le président de la chambre correctionnelle du tribunal de première instance de Jendouba a décidé aujourd’hui, 22 janvier 2017, la libération provisoire de l’huissier de justice qui a été arrêté pour usurpation d’identité, rapporte Shems Fm.

L’audience a quant à elle été reportée au 19 mars prochain, sur demande de la défense, indique la même source.

par -

Les six journalistes interpellés dimanche à Abidjan, ont été remis en liberté, mardi 14 février, mais ils sont toujours inculpés, selon des informations rapportées mercredi par Jeune Afrique.

Ces derniers ont été arrêtés pour “divulgations de fausses informations” en lien avec la récente mutinerie des forces spéciales d’Adiaké.Plusieurs dizaines de journalistes étaient là pour accueillir leurs confrères libérés, fatigués, mais soulagés.

par -
Le régime burundais a ordonné, ce mardi, la libération d’un quart de la population carcérale, afin de désengorger les prisons, rapporte France 24.
Ces libérations, qui s’inscrivent dans le cadre d’une grâce présidentielle, visent à désengorger les prisons pour permettre à ceux qui y restent de vivre dans des conditions acceptables ; l’objectif est aussi la “consolidation de la réconciliation nationale”, a déclaré la ministre de la Justice, au cours d’une cérémonie officielle en présence du corps diplomatique accrédité au Burundi.

par -

Un Tunisien résidant en Allemagne et qui avait été arrêté depuis mercredi dernier par les autorités vient d’être libéré. Il était suspecté d’être en contact avec Anis Amri, l’auteur de l’attentat au camion-bélier de Berlin, rapportent les médias allemands.

On rappelle que l’attentat a fait douze morts et plus de cinquante blessés sur un marché de Noël à Berlin, le 19 décembre 2016.

par -

Les marins pêcheurs libérés par les autorités libyennes depuis plus d’une semaine rentreront en Tunisie ce dimanche 18 décembre 2016, a déclaré l’activiste spécialisé dans les affaires libyennes Mustapha Abdelkabir.
Lors de son passage sur Mosaïque fm, il a ajouté que les pêcheurs se trouvent actuellement dans la ville de Zaouia.
Pour rappel, trois bateaux de pêche tunisiens avaient été arraisonnés, le 15 novembre 2016, par les garde-côtes libyens et escortés vers le port de Zaouia, avait indiqué le ministère tunisien des Affaires étrangères.
54 marins pêcheurs dont 26 issus de la ville de Melloulech (gouvernorat de Mahdia) étaient à bord de ces chalutiers. Ils ont été libérés le 6 décembre 2016 après le paiement d’une amende.

par -

40 Tunisiens travaillant en Libye ont été libérés aujourd’hui, dimanche 6 novembre 2016, et ce après avoir été retenus pendant des heures par des milices armées à la région d’Ouerchfana en Libye. Ce groupe conteste contre l’arrestation de leur proche en Tunisie.

Mustapha Abdelkebir, activiste dans le domaine de défense des droits de l’homme a indiqué à Mosaïque Fm, qu’un accord a été trouvé avec le conseil des tribus d’Ouerchfana. Il s’est avéré que leur proche n’a pas été arrêté.

par -
Le sort des deux journalistes Sofiene Chourabi et Nadhir Guetari enlevés en Libye depuis septembre 2014 demeure dans le flou et les informations sur l’assassinat de deux journalistes récemment annoncées par le gouvernement Libyen

Sonia Rjeb, la mère du journaliste Nadhir Guetari, a fait savoir lors d’une conférence de presse tenue hier mardi 4 octobre 2016, au siège du syndicat des journalistes, qu’un autre journaliste algérien qui était détenu avec Nadhir et Sofiane Chourabi a été libéré grâce aux efforts des autorités algériennes.

On rappelle que les deux journalistes tunisiens ont été enlevés le 8 septembre 2014, alors qu’ils effectuaient un reportage socio-économique sur la situation libyenne pour la chaîne first TV, dans le cadre de l’émission “Dossiyete”.

par -

Le ministère des Affaires étrangères a salué, lundi soir, la libération de l’otage franco-tunisienne Nourane Houas, détenue au Yémen depuis le 1er décembre 2015 déclarant que la nouvelle avait été accueillie avec un “immense soulagement”.

Dans un communiqué, le département des AE adresse ses remerciements à toutes les parties ayant contribué au dénouement de ce rapt citant, particulièrement, les autorités omanaises et le Comité international de la Croix Rouge (CICR).

Le ministère ajoute que depuis l’enlèvement de Nourane Houas au Yémen, la diplomatie tunisienne avait contribué à la mobilisation des efforts à travers ses missions à l’étranger notamment à Genève, Paris et à Mascate (Oman) pour obtenir sa libération.

L’otage franco-tunisienne Nourane Houas, enlevée depuis le 1er décembre 2015 au Yémen, a été libérée, lundi, et transférée à Oman, avait appris l’agence TAP auprès des sources concordantes.

Selon l’agence de presse d’Oman, le ministère omanais des Affaires étrangères a indiqué avoir réussi en coordination avec certaines parties yéménites, à retrouver l’otage Nourane Houas et à la transférer, lundi soir, au sultanat en attendant son rapatriement”.

Nourane Houas, employée du Comité international de la Croix Rouge (CICR), avait été enlevé le 1er décembre 2015 par un groupe armé, alors qu’elle se rendait au travail dans la capitale yéménite Sanaa.

Dans une vidéo diffusée au mois de mai, au cours de sa captivité, Nourane Houas avait lancé un appel à l’aide, se disant en danger de mort.

Une vaste campagne de solidarité avait été lancée sur internet pour réclamer sa libération.

par -

Les avocats de Seif Al Islam Kadhafi, fils de l’ancien colonel de la Libye Mouammar Kadhafi, ont fait savoir ce mercredi 06 juillet 2016 que leur client a été libéré, d’après un article paru sur le site web de France 24. Il est dit que le détenu a bénéficié de la loi d’amnistie générale, en dépit des lourds chefs d’inculpation qui avaient conduit à son incarcération.

Pour rappel, le fils de Kadhafi a été déclaré coupable de crimes contre l’humanité lors du soulèvement populaire libyen en 2011.

Si cette libération est confirmée, ce serait un camouflet pour la Cour pénale internationale, qui n’a cessé de réclamer l’extradition de Seif Al Islam. La justice libyenne a toujours refusé, arguant qu’elle est tout à fait outillée pour juger comme il se doit le fils de Kadhafi…

par -

Le tribunal cantonal de Tunis a ordonné mercredi 22 juin la remise en liberté du receveur de bureau de poste de Tozeur, Ahmed Ben Othman, accédant à la demande de la défense.

Il est à rappeler que la cour de cassation avait dépaysé  l’affaire  en décidant son renvoi du tribunal cantonal de Tozeur à celui de Tunis.

Le prévenu a été arrêté pour avoir refusé de remettre à l’huissier du tribunal de Tozeur le courrier destiné à cette juridiction tant qu’il n’apportait pas la preuve qu’il était chargé d’en prendre livraison.

FOCUS 🔍

Comme chaque année et pour la 8ème fois consécutive, Orange Tunisie a organisé son Orange Summer Challenge (OSC), le rendez-vous incontournable des jeunes technophiles,...

Le meilleur des RS

La loi antiraciste vient d'être votée par le Parlement, avec son lot de sanctions qui en refroidit plus d'un (fortes amendes et même peine...

INTERVIEW

Slim Feriani, le ministre de l'Industrie et des PME et de l'Energie par intérim, a récemment accordé à Africanmanager une interview exclusive où il...

AFRIQUE

Des dirigeants d’affaires, des décideurs et des militants pour le développement se sont joints à plus de 200 délégués pour lancer le premier Forum...

Reseaux Sociaux

SPORT