Tags Posts tagged with "or"

or

par -

Suite à une information parvenue sur une opération de contrebande de quantités d’or brut vers la Libye, les agents de la Douane relevant de la brigade de surveillance et de recherche de Gabès, sont parvenus à arrêter une personne et ont saisi sa voiture, au niveau du rond point de “Limaoua” sur la route nationale numéro 1, reliant Gabès à Médenine, annonce un communiqué de la Douane.

Une perquisition minutieuse de la voiture a permis de découvrir près de 14 kg d’or, dissimulés dans différents coins du véhicule, dont la valeur globale est estimée à 1 million de dinars, indique le même communiqué.

par -

Hatem Ben Youssef, président de la Chambre nationale des bijoutiers, a démenti dans une déclaration accordée à Africanmanager les déclarations de Nacer Dridi, membre du bureau exécutif de l’UTICA, selon lesquelles 70% de l’or commercialisé sur le marché est contrefait.

Et Ben Youssef de préciser que Nacer Dridi a recueilli ses informations dans un magazine publicitaire turc.

Il a, en outre, dénoncé les propos de Dridi, qui selon ses dires, porte atteinte à l’économie du pays et aux efforts menés par la douane tunisienne dans la lutte contre la contrefaçon.

Il a, sur un autre volet, appelé le membre de l’Utica à assumer la responsabilité de ses déclarations.

par -

Partenariat Afrique Canada (PACweb.org) a annoncé aujourd’hui que le projet Or juste a mis en place avec succès un système de traçabilité pour l’or artisanal légal et libre de conflit en République Démocratique du Congo.

Le projet Or juste a commencé comme un projet pilote dans la province de l’Ituri en 2015. L’annonce d’aujourd’hui marque un jalon pour le projet — qui suit l’étape du projet pilote — après avoir prouvé qu’il était possible de mettre en place une chaîne d’approvisionnement responsable allant du site minier jusqu’à l’exportateur.

« Après presque deux années de mise à l’essai du projet Or juste, dans le but de mettre en place un système de traçabilité et de devoir de diligence pour l’or artisanal en RDC, nous nous réjouissons de faire part de notre réussite », a dit Joanne Lebert, Directrice générale de Partenariat Afrique Canada.

« Le projet Or juste peut maintenant passer de l’étape des essais à celle de la mise en œuvre et garantir que nous possédons une solution à long terme durable et viable pour des exportations traçables, légales et libres de conflits à partir de la RDC », a dit Joanne Lebert. « Nous avons hâte de communiquer aux acteurs clés les leçons apprises et d’approfondir notre collaboration avec le gouvernement de la RDC. »

Le projet Or juste incite les mineurs du secteur aurifère artisanal à acheminer leur produit à des exportateurs légitimes — et, en fin de compte, à des consommateurs responsables — en offrant aux mineurs des prix justes et transparents et en proposant de renforcer leurs capacités au moyen, par exemple, d’une assistance technique, en échange de ventes légales. On enseigne aux mineurs des techniques d’exploitation améliorées; en échange, tout l’or produit doit faire l’objet d’un suivi et être vendu par l’entremise de voies légales.

« En prouvant que l’or artisanal de l’est de la RDC peut être libre de conflits, légal et traçable, nous avons fait un pas important vers l’approvisionnement responsable dans la région des Grands Lacs. Le gouvernement de la République démocratique du Congo fait de grands efforts pour se conformer aux normes régionales et démontrer comment la mise en œuvre du Guide de l’OCDE sur le devoir de diligence pour des chaînes d’approvisionnement responsables peut favoriser des améliorations progressives dans le secteur, en aidant les hommes et les femmes qui extraient de l’or artisanal à pénétrer les marchés internationaux », a dit Joanne Lebert.

En septembre 2016, Partenariat Afrique Canada a signé un protocole d’entente avec le Ministre des Mines, Martin Kabwelulu, qui exposait le soutien accordé aux activités de l’organisation visant à renforcer la gouvernance des ressources naturelles. Plus précisément, le Ministère des Mines a reconnu le projet Or juste à titre de système de traçabilité et a encouragé sa mise en œuvre. Partenariat Afrique Canada fournit du soutien technique au ministère depuis 2011.

Ses activités actuelles en RDC sont, entre autres, le projet pilote Or juste ; le renforcement des capacités pour la mise en œuvre du Mécanisme régional de certification (MRC) de la Conférence internationale sur la région des Grands Lacs (CIRGL) et du Guide de l’OCDE sur le devoir de diligence applicable aux minéraux de grande valeur; et le soutien à la société civile pour le suivi et la production de rapports relatifs à l’intégrité de la chaîne d’approvisionnement.

Partenariat Afrique Canada a aussi fait une analyse sexospécifique de la chaîne d’approvisionnement de l’or artisanal dans les communautés minières avoisinantes afin de comprendre le rôle des femmes dans le secteur. Dans le cadre du projet Or juste, des activités de sensibilisation et d’éducation améliorent la compréhension des droits des femmes et renforcent leur droit d’avoir accès aux ressources, de les contrôler et d’en profiter. PAC appuie et favorise le leadership des femmes par le renforcement des capacités et la formation sur les droits des femmes.

Les travaux de Partenariat Afrique Canada en RDC sont issus de son engagement à l’égard de la CIRGL à titre de partenaire technique. PAC fournit des services de renforcement des capacités dans le but de mettre en place les six outils élaborés par l’Initiative régionale de lutte contre l’exploitation illégale des ressources naturelles (IRRN) de la CIRGL.

Affaires mondiales Canada assure le financement du projet Or juste et du travail de Partenariat Afrique Canada dans la région des Grands Lacs. USAID verse un financement supplémentaire pour le projet Or juste par l’entremise du projet Renforcement des Capacités pour un Commerce Responsable des Minerais (CBRMT) et de l’Organisation internationale pour les migrations.

par -

Nul doute que la Douane tunisienne a joué son rôle de sécurisation des frontières commerciales de la Tunisie et comme barrière contre la contrebande de toutes sortes et quelle que soit sa provenance. Au terme de l’exercice 2016, les recettes de la douane ont apporté plus de 4,854 Milliards DT dans les caisses de l’Etat, dont plus de 2,7 milliards DT dans le domaine de la TVA sur les importations et plus de 1,2 Milliards DT en taxes sur la consommation sur les importations. Les différents services et ses différentes représentations sur le territoire ont bien travaillé, puisque les recettes ont augmenté de 11,7 % par rapport à celles de l’année 2015.

L’année dernière, 2016 aussi, c’est un stock de devises étrangères d’une valeur de 5,539 MDT et un stock de devises locales d’une valeur de plus de 2,305 MDT qui ont été saisis et ont rejoint les réserves de la BCT ou la trésorerie publique. Cela, sans compter les 66,733 MDT en marchandises et véhicules utilisés par les contrebandiers, qui ont été saisis. Des marchandises, soit détruits pour celles périssables ou dangereuses, soit redistribuées à certains ministères ou entreprises publiques, après autorisation de la justice, comme pour le cas des véhicules et certains équipements. Les services de la douane auraient ainsi fait «don», autorisé, pour plus de 20 MDT au cours de l’année 2016.

Mais la douane n’a pas fait saisie que de marchandises, elle a aussi intercepté d’importantes quantités d’or et d’argent. En 2016, ce sont presque 46 kilos d’or divers, en lingots ou en bijoux dont certains avec moult pierres précieuses, qui ont été saisis. La valeur des saisies en or a dépassé les 2,633 DT. D’importantes quantités d’argent ont été aussi saisies. En 2016, ce sont plus de 5,8 kilos d’argent massif d’une valeur de 14.958 DT. Toutes les quantités d’or, saisies chaque année depuis 2011, sont consignées dans un coffre spécial de la Douane auprès de la Banque Centrale de Tunisie. Les quantités d’argent sont généralement consignées dans d’autres coffres, à l’abri, dans différents endroits tenus secrets.

C’est ainsi que les quantités d’or saisies depuis 2011 et consignées à la BCT dépassent désormais la tonne, ou plus exactement 1,212 tonne, soit en lingots ou en bijoux, dont moins de la moitié a fait l’objet de PV de conciliation et payé les contraventions y afférentes, sans pour autant que cela leur permette de reprendre les quantités d’or frauduleusement introduites. L’importation frauduleuse d’argent a été nettement plus importante. Depuis 2011 aussi, les quantités d’argent saisies dépassent les 3,4 tonnes (3.458 tonnes pour être exact).

Reste à savoir où vont toutes ces saisies et qu’en fait-on en Tunisie. Comme précisé plus haut, les devises étrangères vont gonfler les réserves tunisiennes à la BCT. L’argent liquide saisi va à la trésorerie de l’Etat. L’argent est pour l’instant conservé dans différents coffres. Un conseil ministériel devrait prochainement se réunir pour décider de la meilleure manière d’utiliser toutes ces quantités. Pour l’or, il pourrait être fondu en lingots qui rejoindraient les réserves nationales. Il s’ajouterait alors aux 6,779 tonnes d’or de la Nation (lingots et médailles commémoratives). Or, il se trouve qu’une bonne quantité de cet or saisi est sous forme de bijoux, parfois faits de mains de maîtres et ornés de pierres précieuses. Le concasser et le fondre pour en faire des lingots diminuerait fortement sa valeur dans une possible vente. Que décidera le gouvernement et communiquera-t-il à ce sujet ? On en doute !

par -

La production d’or au Soudan a connu une évolution de 13.9%, passant de 82 tonnes en 2015 à 93.4 tonnes en 2016, rapporte Al Jazeera net.
S’appuyant sur les dernières statistiques avancées par le ministère soudanais des Mines, la même source a jouté que les exportations de ce produit ont atteint 1,15 milliards de dollars au cours de l’année précédente contre 753 millions de dollars en 2015.
Il est à noter que les exportations de l’or représentent 37.7% de l’ensemble des produits exportés par ce pays.

par -

La Chine devrait continuer d’occuper la première place mondiale en matière de production et de consommation d’or, a indiqué Song Xin, directeur de l’Association de l’or de Chine (AOC) dans une déclaration rapportée par peopledaily.com

La Chine a produit 516 tonnes d’or en 2015, en hausse de 0,6% par rapport à 2014, soit plus que tout autre pays.

En raison de la hausse de la demande de bijoux en or et de lingots, la consommation d’or du pays a atteint 986 tonnes en 2015, soit une croissance de 3,7%, faisant de la Chine le premier consommateur d’or au monde.

Fin 2015, la Chine était le premier producteur d’or au monde depuis neuf années et le premier consommateur de ce métal depuis trois ans.

Au premier semestre 2016, la Chine a produit 229 tonnes d’or et en a consommé 529 tonnes, selon les statistiques de l’AOC.

En avril 2016, le pays a lancé un cours de référence de l’or libellé en yuan à Shanghai. Selon M. Song, cette décision illustre l’influence croissante de la Chine sur le marché mondial de l’or, indique la même source.

par -

Selon un article publié par le site « voaafrique », le Burkina Faso prévoit une production record de 40 tonnes d’or en 2016, grâce à l’ouverture de cinq nouvelles mines. Le ministre burkinabè de l’Energie, des Mines et des Carrières, Alpha Omar Dissa, a annoncé que “d’une production de 5,6 tonnes d’or en 2008, le Burkina Faso a exporté 36,5 tonnes en 2015. Il est attendu en 2016 (une production de) 39,6 tonnes”. Il s’exprimait à l’ouverture de la première édition de la Semaine des activités minières d’Afrique de l’Ouest (SAMAO) à Ouagadougou.

D’après la même source, le métal jaune a rapporté en 2015 168,41 milliards de francs CFA (environ 256 millions d’euros) contre 191 milliards de FCFA (291 millions d’euros) en 2012, selon les chiffres du ministère des Finances, les recettes variant en fonction des effets combinés du cours du dollar et du métal. Entre 2000 et 2016, les investissements directs étrangers du secteur minier ont atteint 1.200 milliards de francs CFA (environ 1,8 milliard d’euros) et plus de 10.000 emplois ont été créés grâce aux activités d’exploitation des mines industrielles.

par -

Les autorités ivoiriennes ambitionnent de faire de la Côte d’Ivoire un pays minier. L’activité minière ne représente que 5% du produit intérieur brut du pays. Et le cacao est le premier produit d’exportation, rapporte ce lundi 5 septembre , la chaîne BBC.

En 2015, la production industrielle d’or en Côte d’Ivoire a augmenté de 15% par rapport à 2014. Elle s’est établie à 23,5 tonnes contre 20 tonnes en 2014. En constante progression, elle est assurée par cinq exploitations.

Le potentiel aurifère de la Côte d’Ivoire est évalué à 600 tonnes à exploiter par les compagnies minières. Les autorités pensent que ce potentiel devrait être revu à la hausse si les recherches menées par une dizaine d’autres sociétés s’avèrent fructueuses à l’avenir.

Un expert affirme toutefois sur la base d’une étude en cours que cet important potentiel minier est menacé par l’orpaillage clandestin, dont “l’ampleur est énorme”, a affirmé la même source.

par -

Quatorze lingots d’or de contrebande d’une valeur de plus de 2 MD ont été saisis par une patrouille de la garde douanière à Gabes, a indiqué samedi, la direction générale des douanes dans un communiqué.

Ces lingots de 39 Kg et ne portant pas de poinçon, ont été découverts lors d’une patrouille de contrôle effectuée lundi. Ils étaient dissimulés sous le cache moteur d’une voiture portant une matricule locale et conduite par un Tunisien.

Les quantités d’or saisies ont fait l’objet de calibrage et de description. Il s’agit bien de l’or pur de différents calibres à savoir 24 carats, 18 carats et 9 carats, selon le communiqué.

Un procès verbal de saisie des lingots et de la voiture a été établi et le dossier a été transmis à la direction des recherches douanières.

par -

Vendredi 21 janvier 2011 à Tunis, la Banque centrale de Tunisie affirmait que «les réserves du pays en or s’élèvent à 6,8 tonnes dont 5,3 tonnes sont conservées dans les coffres de la BCT et 1,5 tonne dans ceux de la Banque centrale britannique, et ce, depuis 20 ans».

Février 2015, le Conseil Mondial de l’Or (CMO) publiait la liste officielle des cent pays détenant les plus grandes réserves d’or au monde. Selon ce rapport, basé sur les données du Fonds monétaire international (FMI), la Tunisie occupe la 79ème place dans le monde avec des avoirs en or estimés à 6,8 tonnes. Février 2016, la BCT annonçait sur son site Internet que les avoirs en or de la Tunisie sont de 301,581 MDT. Il est inutile à ce propos de préciser que les différences de valeur sont dues aux variations du prix international du métal jaune.

or22

Et avant que la «fièvre de l’or » ne s’empare de nos lecteurs, il faut préciser qu’il s’agit là uniquement de l’Or monétaire. L’autre Or dont dispose la Tunisie sans qu’on n’en connaisse les quantités est l’Or bijoutier et il est du ressort du ministère des Finances.

Depuis la révolution, la Tunisie découvre pourtant une autre source d’Or, celui que les services de la Douane confisquent. Cinq lingots kilos ont été, par exemple, saisis en avril 2011, dans les bagages d’un citoyen en partance pour Istanbul rapporte le site de la Douane. Les quantités confisquées depuis 2011, ont atteint les 304,850 kilogrammes. La valeur (non définitive car variant selon le prix de l’Or) de cet or, en lingots et en bijoux divers, a dépassé les 15,294 MDT. Force est cependant de constater que les quantités qui ont été confisquées ne sont certainement qu’une goutte dans l’océan de ce qui a été détourné.

or14

Comme on le constate dans cette figure, le plus fort moment du détournement de l’or pour le faire sortir hors des frontières des pays, aura été l’année 2011, l’année de la révolution, celle où tous les rouages de l’Etat étaient en destruction totale ou en état de profonde déliquescence. Mais on pourrait aussi dire l’année du gouvernement de la Troïka.

Cela pourrait d’ailleurs être expliqué par la peur de ceux qui ont longtemps thésaurisé et transformé leur argent en or de voir leurs biens saisis par les tenants de la révolution. Cela démontre cependant une chose : il y a beaucoup de richesses matérielles en Tunisie. Elle n’est cependant pas entre les mains de l’Etat, car circulant dans des circuits non-conventionnels. Ce n’est donc pas le Tunisien (en général, cela  s’entend) qui est en faillite, mais uniquement l’Etat. Les richesses existent, mais hors de portée des circuits dont l’Etat pourrait tirer profit.

On ne connaîtra certainement jamais les quantités d’Or qui ont été fuitées en dehors des frontières. Mais en 2015, les saisies d’Or par la Douane reprenaient de plus belle et ce sont plus de 80 kilogrammes qui ont été confisqués.

La question que se posera, à ce stade, tout le monde est : où se trouve maintenant tout cet Or ? Où sont passés les 304 kilogrammes d’Or saisies par les services de la Douane ? La réponse nous a été donnée par ces mêmes services. Tout l’Or saisi serait actuellement en dépôt dans les coffres-forts de la banque centrale ! Qu’en fera cette dernière ? On posera la question au Gouverneur !

Il y a lieu, aussi, de poser la question sur l’issue des dossiers transmis par la Douane à la justice. Qui a détourné toute cette quantité d’Or et à quelle fin ? Qui a profité du crime ou à qui a profité ce crime ?

par -

Le ministère de l’Energie et des mines a catégoriquement démenti les informations selon lesquelles une opération de prospection de l’or est actuellement menée  dans le Nord du pays par une compagnie australienne.

Il a ajouté que la société en question avait effectué des recherches en 2005 dans le cadre d’un permis qui lui avait été accordé en 2004 sur la base des résultats d’une étude géochimique entreprise par l’Office national des mines qui avait conclu à la présence d’une petite quantité d’or dans certaines régions du Nord-ouest, précisant qu’il ne s’agissait que de simples indices.

Le ministère a précisé dans un communiqué que cette étude avait confirmé la présence du métal précieux dans la région de Kef Agueb, du gouvernorat de Jendouba, avec un taux de récupération maximum dans le meilleur des cas de l’ordre de 1,7gr/tonne et non de 4gr/tonne comme le bruit en a couru, ce qui ne revêt aucune rentabilité économique.

par -
La garde nationale de Ben Guerdene

La garde nationale de Ben Guerdene , a récemment réussi à saisir 10 Kg d’or, selon des informations rapportées par les différents supports médiatiques. Lors d’une poursuite sécuritaire, le propriétaire de cette marchandise a pris la fuite vers le territoire libyen.

par -
Les agents de la garde nationale de Meknassi ont saisi dans la nuit de jeudi à vendredi 60 kilos d'or d'une valeur d'environ 5 millions de

Les agents de la garde nationale de Meknassi ont saisi dans la nuit de jeudi à vendredi 60 kilos d’or d’une valeur d’environ 5 millions de dinars.

L’opération s’est déroulée dans le cadre du dispositif sécuritaire mis en place par la garde nationale à l’occasion des fêtes de fin d’année.

Une patrouille a arrêté une camionnette suspecte et découvert de l’or dissimulé dans des petits cartons à l’intérieur de caisse en plastique.

Le conducteur de la camionnette et son compagnon ont été arrêtés.

INTERVIEW

«La politique africaine ne peut se développer uniquement avec les visites, sporadiques et de courte durée ou seulement à travers le seul ministre des...

AFRIQUE

Le président français, Emmanuel Macron, est décidément très actif sur le contient africain. Après avoir parrainé la force conjointe anti-djihadiste des pays du Sahel,...

Reseaux Sociaux