Tags Posts tagged with "production pétrolière"

production pétrolière

par -

La compagnie pétrolière canadienne Serinus Energy vient de rendre publics ses résultats financiers et d’exploitation pour le premier trimestre 2017.

Elle a annoncé qu’au cours de ladite période, la moyenne de la production s’est située à 698 barils/ jour, soit une baisse de 1154 bep / j au cours de la période correspondante de 2016, une baisse estimée à 40%. Ce recul est dû à la fermeture du champ dans Chouech Es Saida pendant 54 jours, pour des problèmes de main-d’œuvre. Le champ Chouech Es Saida est fermé depuis le 28 février 2017. La chute de la production à partir de ce puits a été partiellement compensée par une augmentation de la production de celui de Sabria.

Le revenu net au 1er trimestre 2017 était 14,68 $ par baril contre 11,44 $ au 1er trimestre 2016. Une hausse tirée par celle des cours des produits de base en partie contrebalancée par la hausse de dépenses de la production et des redevances par baril.

Les fonds provenant de l’exploitation a été de 0,2 millions pour la période de trois mois terminée le 31 mars 2017, contre 2,7 millions $ au 1er trimestre 2016. Les fonds provenant de l’exploitation pour les trois mois comprenaient des fonds provenant de l’exploitation en Tunisie d’une valeur de 0,9 M $ compensée par une perte entre sociétés de 0,7 millions $.

La perte nette pour la période de trois mois terminée le 31 mars, 2017 a été de 2,1 millions $, comparativement à une perte nette des activités poursuivies de 4,1 millions au 1er trimestre 2016.

par -
La Compagnie nationale de pétrole (NOC), a demandé à la Banque centrale de Libye (BCL) de fournir plus de liquidités pour le secteur de l’énergie, pour l’aider à augmenter la production de pétrole, rapporte  « afriquejet.com »
Selon la NOC, la production de pétrole en Libye augmentera de 70% au cours du second semestre de 2017 pour atteindre plus de 1,2 million de barils par jour.
Quatrième producteur africain avant la révolution du 17 février 2011 avec 1,6 million de b/j, la Libye a vu sa production chuter en raison de l’insécurité pour s’établir aujourd’hui à 720.000 b/j, nous apprend la même source.

par -

L’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) a annoncé, hier mercredi  28 septembre 2016, une baisse d’environ 700 000 barils de la production pétrolière journalière, rapporte l’agence « Reuters »

La production de pétrole par jour va passer d’environ 33 millions de barils par jour à 32,5 millions de barils, selon les pays membres, qui ont tenu une réunion, mercredi, à Alger. Il s’agit de la plus forte réduction de la production depuis 2008.

Cette réduction devrait permettre aux pays producteurs de relever le cours du pétrole, qui est en nette baisse, à la suite d’une offre excédentaire depuis plusieurs mois. Conséquence de la décision prise à Alger, le prix du baril de Brent a augmenté d’environ 5 % aux Etats-Unis, a relevé la même source.

par -

S’appuyant sur des informations qui ont fuité, le quotidien « Achourouk » a révélé qu’une proposition relative à la transformation de certains sites de production pétrolière en zones militaires fait actuellement l’objet d’une étude à la présidence du gouvernement .
Toujours selon la même source, ce projet s’explique par la montée de la grogne sociale, notamment les mouvements de protestation dans plusieurs zones spécialisées dans la production de pétrole et de phosphates, ce qui a provoqué des pertes énormes.

par -

L’Africa Finance Corporation (« AFC ») est l’arrangeur principal d’une facilité de prêt mezzanine senior plafonnée à 425 millions de dollars pour New Age (African Global Energy) Limited (« New Age »), une société à capital privé d’exploration, de développement et de production pétrolière dont les actifs se trouvent principalement en Afrique, afin qu’elle puisse consolider ses actifs existants et agrandir ses opérations. L’AFC investit 75 millions de dollars US dans cet accord.

Le consortium prêteur et l’AFC déboursent immédiatement un montant initial de 350 millions de dollars US de la facilité, et mettent également à disposition un « accordéon » permettant d’ajouter 75 millions de dollars US de capital par la suite. Grâce à cet investissement, New Age sera en mesure de refinancer une facilité de prêt existante, de développer des projets au Nigéria, dans la République du Congo et d’étendre ses opérations dans plusieurs autres pays d’Afrique. Les prêteurs incluent notamment EIG Global Energy Partners, et un Fonds souverain basé au Moyen-Orient.

New Age compte augmenter la production de sa gamme de haute qualité dans l’ensemble du continent avec ce prêt. La société a déjà fait des progrès notables pour atteindre ses objectifs de croissance. À titre d’exemple, en tant qu’exploitant technique du champ Aje d’OML 113 au Nigéria, elle est devenue première productrice pétrolière en visant 11 000 barils par jour, faisant ainsi officiellement de Lagos un État producteur de pétrole. Le champ Aje est aussi considéré comme un potentiel fournisseur pétrolier majeur pour les projets énergétiques et industriels de Lagos. De plus, New Age est devenu premier producteur au cours des deux dernières années dans les champs marins offshore de Litchendjili et Nene, dans les eaux du Congo-Brazzaville.

Andrew Alli, président et PDG de l’AFC, a commenté ainsi l’annonce :

« La volatilité récente de l’industrie du pétrole a été source de défis, mais l’AFC reste convaincue que le marché actuel fournit des opportunités pour les investisseurs à long terme sur l’ensemble de la chaîne de valeur.

New Age a connu ces dernières années un succès d’exploitation considérable dans ses implantations pan-africaines. Nous souhaitons les aider à bâtir sur ces fondations à l’avenir. La société dispose d’une base d’actionnaires bien capitalisée, désormais complétée par un nouveau financement par des institutions financières du meilleur niveau avec un long historique d’investissement dans des projets pétroliers internationaux : un signe fort de la confiance suscitée par leur business model, et une assurance de la capacité de New Age à mener à bien de futurs projets de capitaux à grande échelle. Les prêteurs du consortium travaillent aussi avec New Age pour améliorer davantage la gouvernance d’entreprise robuste.

L’AFC se réjouit vivement de pouvoir contribuer à la croissance et à la prospérité de la société, particulièrement dans cet environnement difficile. L’importance de cet investissement réside dans les liens entre la production pétrolière de la société et le secteur de l’énergie au Nigeria en particulier, ainsi que sa réplicabilité pour le développement d’un réseau d’infrastructure de l’énergie sur l’ensemble du continent africain. »

par -

la production de pétrole dans le pays a régressé à 50 mille barils/jour et le gouvernement œuvre à aider les sociétés pétrolières installées en Tunisie à surmonter les difficultés, au moment où certaines d’entre elles envisagent de quitter, a affirmé le ministre l’énergie et des mines Mongi Marzouk Il a ajouté dans un entretien accordé à l’agence TAP que l’Entreprise tunisienne d’activités pétrolières (ETAP) œuvre à garantir la pérennité des activités des sociétés étrangères opérant en Tunisie, dans un contexte marqué par une baisse des prix sur le marché international et l’essoufflement de la production de certains champs pétroliers.
« Des sociétés ont exprimé leur intention de quitter le pays » a-t-il dit, notant que le coût de la production en Tunisie dépasse actuellement le prix de vente dans les marchés internationaux.
Concernant la société Petrofac installée à SFAX qui a menacé de quitter le pays, Marzouk a souligné qu’il a été décidé de transmettre le dossier des sit-inneurs à la présidence du gouvernement en vue de tenir un conseil ministériel sur ce dossier. Environ 266 diplômés du supérieur bloquent le site de la société Petrofac, à Kerkennah ce qui a poussé l’investisseur britannique à demander la fermeture du site et à mettre 1200 agents de la société au chômage technique.
Journée porte ouverte sur le secteur pétrolier
le ministre a indiqué que la production de pétrole en Tunisie a régressé à 50 mille barils quotidiennement alors que la production du gaz naturel a atteint 6,5 millions mètres cubes quotidiennement.
Il a souligné que la régression de la production de pétrole est liée à la crise de pétrole sur le marché international surtout que les puits à faible rendement sont devenus non rentables pour les sociétés internationales. Marzouk a relevé que le ministère prépare l’organisation d’une journée porte ouverte sur le secteur pétrolier, le 26 mars 2016, en vue de présenter des données sur le secteur.
Il a précisé que cette manifestation permettra aux acteurs et experts ainsi qu’à la société civile de prendre connaissance du dossiers du pétrole, objet de controverse depuis la révolution outre la présentation d’information sur l’évolution de la production et de la consommation de pétrole en Tunisie.
Publication des textes d’application sur les énergies renouvelables
Le ministre a affirmé que le département publiera au cours du mois de mars les textes d’application de la loi sur les énergies renouvelables adoptée l’année dernière, par l’Assemblée des représentants du peuple (ARP).
Il a ajouté que ces lois permettront d’exploiter les  ressources nationales dans le domaine des énergies renouvelables et de réglementer la relation entre les producteurs de ces énergies et les sociétés de commercialisation, notant que les autres projets de production tels que le projet « TUNUR » seront soumis aux conditions, prévues dans le cahier des charges relatif à la production des énergies renouvelables.
Les textes d’application sont publiés sur le site du ministère pour recueillir les avis des intervenants dans domaine. Marzouk a précisé que le ministère œuvre à actualiser le code des hydrocarbures pour qu’il soit conforme à la constitution et de manière à introduire les principes relatifs à la bonne gouvernance et la diffusion  des contrats.
Il a ajouté que l’élaboration des textes d’application de la loi sur la production des énergies renouvelables permettra de déterminer les besoins en matière de subvention pour la production annuelle de ces énergies dans le pays.

TAP

INTERVIEW

«La politique africaine ne peut se développer uniquement avec les visites, sporadiques et de courte durée ou seulement à travers le seul ministre des...

AFRIQUE

SPORT

Reseaux Sociaux