Tags Posts tagged with "responsabilité sociétale"

responsabilité sociétale

par -

“Le contenu du projet de loi sur la responsabilité sociétale des entreprises, présenté à l’Assemblée des représentants du peuple (ARP) ne répond pas aux normes internationales en vigueur“, a indiqué le ministre des Affaires Locales et de l’Environnement, Riadh Mouakhar.
“La responsabilité sociétale des entreprises, qui est un concept nouveau (apparu lors de la conférence des Nations unies sur le développement durable 2012, //,RIO+20//), n’est pas claire même au niveau mondial“, a indiqué le ministre.
Intervenant, jeudi 04 janvier 2018, lors d’une séance d’audition tenue par la commission de l’industrie, de l’énergie, des ressources naturelles, de l’infrastructure et de l’environnement, sur le projet de loi relatif à la responsabilité sociétale des entreprises, le ministre a expliqué que ce concept “vise à changer le schéma de développement basé exclusivement sur la réalisation de bénéfices sans penser aux responsabilités sociétale et environnementale de l’entreprise“.

Le ministre a rappelé que son département “a lancé depuis 2017 une étude visant à identifier les moyens à même d’obliger les entreprises à assumer leur responsabilité sociétale“.
Mouakhar a en outre mis l’accent sur l’importance d’inviter les ministres de l’Energie et des Finances, pour débattre de ce projet de loi. La présence aujourd’hui du département des Affaires locales et de l’Environnement s’inscrit dans le cadre de la démarche visant à expliquer le vrai concept de responsabilité sociétale, a-t-il encore fait savoir, précisant qu’il “n’est pas contre ce projet de loi“.
Je suggère de changer l’intitulé de ce projet de loi qui deviendra //loi sur la participation des entreprises au développement local//“, a indiqué Mouakhar. Et d’ajouter que la réforme de la situation environnementale ne se limite pas à la promulgation des lois, mais nécessite également une révision des lois existantes.
Il a, dans ce cadre, rappelé que les industriels et le ministère de l’industrie se sont plusieurs fois opposés à des législations environnementales qui ne reflètent pas leurs intérêts.

Il y a lieu de souligner que le projet de loi sur la responsabilité sociétale, qui comporte 11 articles, vise à améliorer le climat d’affaires à l’intérieur et à l’extérieur de l’entreprise, contribuer à un développement équitable et solidaire des régions, outre la conciliation entre l’entreprise et son environnement.
Le président de la commission, Amer Laarayedh, a précisé que cette initiative ne constitue en aucun cas une alternative aux engagements des entreprises envers l’Etat, mais c’est un engagement envers la société locale, soulignant que la plénière consacrée à l’adoption de cette loi se tiendra à la mi-février.

La députée Leila Ouled Ali a évoqué l’impact négatif des entreprises industrielles dans les régions. Ces entreprises polluantes, comme la Compagnie des Phosphates de Gafsa (CPG), exploitent les richesses et font des bénéfices, a-t-elle encore indiqué.
La députée a ajouté que le projet de loi n’obligera pas les entreprises à respecter à la lettre les normes, étant donné que cette démarche nécessitera du temps, des mécanismes de suivi et d’accompagnement.
Et de poursuivre, que la loi exige des entreprises ayant une situation financière confortable et qui exploitent les richesses naturelles de consacrer une partie de leurs bénéfices au profit de la région ou elles se situent.
Cette loi œuvrera à réglementer et à imposer la transparence concernant les contributions financières accordées par les entreprises dans le cadre de la responsabilité sociétale, a-telle encore fait savoir.

TAP

par -

C’est dans une ambiance conviviale et chaleureuse dans l’un des hôtels des berges du Lac que l’opérateur de téléphonie, Tunisie Telecom et la Fondation Almadanya, ont annoncé, le mercredi 15 novembre 2017, le renouvellement de leur convention de partenariat et de parrainage. La convention a été signée par le PDG de TT, Fadhel Kraiem et le président de ladite association, Lotfi Maktouf et ce, en la présence d’un bon nombre de journalistes. L’idée de ce projet, baptisé “Fatma”, vient en hommage à une fillette qui fait des kilomètres pour aller à l’école.

En vertu de ce partenariat, TT s’engage annuellement à cofinancer les campagnes des rentrées scolaires durant les années scolaires 2017/2018, 2018/2019 et 2019/2020 et à assurer le transport scolaire de 2000 élèves par an, répartis sur 13 gouvernorats, à savoir Béja, Bizerte, Jendouba, Kasserine, Kairouan, Kébili, Le Kef, Mahdia, Nabeul, Siliana, Sidi Bouzid, Manouba et Zaghouan.

Lors de cette cérémonie de signature, le PDG de TT a tenu à préciser que cette convention de partenariat répond à des ambitions fortes et à des défis que tout leader économique se doit de relever, à savoir garantir un meilleur avenir à l’enfance et lutter contre l’abandon scolaire : “Le droit à l’éducation doit être accessible à toute l’enfance tunisienne où qu’elle soit, car son avenir en dépend ; c’est un défi que nous devons relever pour le bien être de nos enfants“, a-t-il dit.

Par ailleurs, il a assuré que dans le cadre de ce programme, 1300 élèves répartis sur 8 gouvernorats seront quotidiennement transportés vers leurs écoles. TT envisage également de soutenir les familles nécessiteuses pour acquérir les fournitures scolaires pour leurs enfants. Des cartables seront gratuitement distribués à un bon nombre d’élèves. “L‘objectif pour les prochaines années“, a annoncé Kraiem, est de toucher 2000 élèves répartis sur 13 gouvernorats.

Fadhel Kraiem a en outre indiqué que Tunisie Telecom s’est concentrée sur le secteur de l’enseignement, assumant sa responsabilité sociétale mais qu’elle pense toucher d’autres secteurs comme la santé.

Le PDG de TT a profité de cette occasion pour annoncer que la société a remporté l’appel d’offres du ministère des Technologies de l’information visant à couvrir par le téléphonie mobile : “Ce projet devrait être exécuté d’ici le mois de juin prochain“, a-t-il ajouté.

Quant à lui, le président de l’Association signataire de cette convention a fait remarquer que cette initiative vise en priorité à lutter contre l’absentéisme et l’abandon scolaire, soulignant à ce propos que chaque année, plus de 155 mille cas d’abandon scolaire sont enregistrés en Tunisie.

Il a ajouté que grâce à ce projet “Fatma”, le taux d’absentéisme des élèves dans les écoles a baissé à seulement 3% contre 45% auparavant. “Nous sommes fiers et heureux de ce partenariat conclu avec l’opérateur public TT qui assume pleinement sa responsabilité sociétale, tout en assurant son rôle d’acteur économique national et de pionnier technologique“, a-t-il dit.

Il est à noter que le partenariat entre TT et l’association Almadanya visant à assurer le transport des écoliers habitant dans les zones rurales remonte à l’année 2014. Depuis dette date, les deux acteurs ont facilité l’accès à 3900 écoliers.

par -
Une intrusion de grande ampleur a eu lieu dans les bases de données de l'opérateur téléphonique Orange en France . Il s'agit d'un piratage de grande ampleur

Dans le cadre de sa responsabilité sociétale, Orange encourage les porteurs d’idées innovantes ainsi que les startups de moins de trois ans qui s’appuient sur les nouvelles technologies à proposer des produits ou services qui répondent aux différents problèmes sociaux et/ou environnementaux du pays.

A travers ce prix, quatre candidats seront donc sélectionnés pour gagner des dotations équivalentes à 25 000, 15 000, 10 000 et 5 000 euros ; ce dernier montant étant réservé à un projet au « contenu culturel ».

En plus de l’appui financier, Orange offrira aux 10 finalistes et au projet « Coup de cœur » qui sera sélectionné par les internautes un accompagnement d’une durée de 6 mois par l’ONG « GrowMovement ».

Le Prix Orange de l’Entrepreneur Social Innovant Tunisien (POESIT) : l’innovation sociale au service du développement local

Pour promouvoir davantage la dynamique entrepreneuriale locale déjà très forte, Orange Tunisie augmente vos chances de gagner et vous propose, pour la deuxième année consécutive, un prix de 10 000 dinars pour la meilleure application mobile citoyenne et un accompagnement gratuit par les experts d’Orange Developer Center (ODC) pour développer et/ou améliorer votre solution.

Par ailleurs, et pour encourager la diversité des genres et l’entrepreneuriat féminin, un prix spécial sera dédié à la meilleure application mobile citoyenne conçue par une équipe féminine.

Pour rappel, lors des précédentes éditions du Prix Orange de l’Entrepreneur Social, beaucoup de jeunes entrepreneurs tunisiens ont déposé leurs candidatures, dont des success stories comme Amine Chouaieb et sa startup Chifco, lauréat en 2013 du POESAM, Mohamed Wael Soltani, promoteur de Karhbetna et candidat au POESAM 2014, Wala Kasmi, présidente de Youth Decides et lauréate, avec l’application citoyenne I Decide, du 1er prix du POESIT 2015, Marwen Zmerli, co-fondateur de mina7 et lauréat du 2eme prix du POESIT 2015…Alors pourquoi pas vous aujourd’hui ? Vous avez donc une semaine pour postuler sur entrepreneurclub.orange.com

Qui peut participer au Prix Orange de l’Entrepreneur Social ?

–         Tout entrepreneur de plus de 21 ans ou toute entité légale existante depuis moins de trois ans au moment du concours, sans restriction de nationalité, peut participer gratuitement à ce Prix.

–         Les projets présentés doivent faire intervenir les TIC de manière innovante pour contribuer à améliorer les conditions de vie d’une population donnée.

Deux dates clés

–         Les candidatures sont ouvertes jusqu’au 21 septembre 2016 sur le nouveau portail d’Orange : entrepreneurclub.orange.com

–         Les cérémonies de remise des prix auront lieu le 16 novembre 2016 lors des AfricaCom Awards à Cape Town (Afrique du Sud) pour le POESAM et en janvier 2017 à Tunis pour le POESIT.

Quelles sont les différences majeures entre les deux Prix ?

–         Le POESAM est un concours international alors que le POESIT est un concours national.

–         Les projets présentés au POESAM doivent proposer des applications web et/ou mobile alors que le POESIT repose plutôt sur des applications mobiles.

par -
Quatre compagnies pétrolières ont consacré un budget de 11,6 millions de dinars à la promotion de la responsabilité sociétale, mais aussi pour soutenir le développement du gouvernorat de Tataouine. Il s’agit de l’Entreprise Tunisienne des Activités Pétrolières (ETAP), Eni, Medco et OMV, qui ont signé une charte de responsabilité sociétale avec le ministère de l’Industrie, de l’Energie et des Mines en mai 2015.
Cette charte a porté sur la mise en place d’un programme triennal (2015-2018) visant à appuyer les micro-entrepreneurs, à renforcer l’infrastructure, à assurer le développement à travers les associations, tout en œuvrant pour la promotion du territoire. Pour ce faire, trois partenariats ont été signés avec des institutions financières différentes, notamment la BTS et la BFPME, de manière à surmonter la contrainte de cofinancement des banques commerciales et à contribuer à l’implantation des petites et moyennes entreprises dans ladite région.
L’achèvement de la première année fixée pour la réalisation du programme triennal était l’occasion pour ces compagnies de tenir ce jeudi 2 juin 2016 un point de presse afin de mettre sous la lumière les résultats enregistrés jusqu’à ce jour. Y étaient conviés le gouverneur de Tataouine, Mohssen Ben Ali, le directeur général des Énergies au ministère de l’Industrie, des Mines et de l’Énergie et les représentants de ces quatre compagnies.
Pour l’ensemble des participants, ce genre d’initiative est fructueux dans la mesure où des résultats positifs ont été enregistrés.
Partenariat fructueux…
D’après le représentant de l’ETAP, Mehdi Majdoub, ces partenariats ont permis actuellement de financer 164 microcrédits pour un montant de 640 mille dinars au profit de micro-entrepreneurs, 90 micro-projets pour un investissement total de 1,69 millions de dinars dont 340 mille dinars alloués par le programme sous forme d’autofinancement, sachant que ces projets ont permis de générer 230 postes d’emploi. Ajoutons à cela le financement de cinq petites et moyennes entreprises pour un investissement total de 2,4 millions de dinars dont 600 mille dinars alloués par le programme.
Dans le même contexte, le responsable a indiqué que le programme réalisé par les compagnies pétrolières a aussi permis la restitution et l’aménagement d’une école primaire à Bir Thlathine pour un montant de 70 mille dinars et ce, dans le cadre de leur participation au mois de l’école, le forage de 4 puits d’eau dont le cout est estimé à 64 mille dinars
Parmi les autres acquis, il cite également la création d’un périmètre irrigué par les eaux usées traitées pour un montant de 180 mille dinars, la construction d’un terrain de foot (140 mille dinars), la restauration du site de dessins rupestres à Ghomrassen (27 mille dinars) et la construction d’un château d’eau dans la zone de Kambout (350 mille dinars).
Un fond de 3MD pour le gouvernorat de Kebili
Avec la réussite de ce programme, les quatre compagnies ont décidé aussi d’élaborer un autre programme  visant cette fois la région de Kebili, a annoncé de son coté Lamia Ben Mim, directeur central à la direction générale de l’ETAP.
Dans une déclaration accordée à Africanmanager, elle a précisé qu’un fonds de trois millions de dinars a été consacré à la réalisation de cet objectif qui s’étalera sur une période de trois ans, sachant que le démarrage a eu lieu en avril 2016.
Pour l’étape actuelle, les efforts se conjuguent pour l’élaboration d’un plan d’action, la préparation des workshops ainsi que l’identification des différents types de projets ou programmes qui peuvent bénéficier de ce programme et constituent, selon ses dires, réellement le tissu économique de la région.
Vers la généralisation de cette initiative
Pour ce faire et afin de mieux développer cette initiative, une stratégie nationale pilotée est en cours de réalisation  dans le but d’étendre ce programme à d’autres régions de la Tunisie.
Cette idée est confirmée par Ridha Bouzoueda, directeur général des Énergies au ministère de l’Industrie, des Mines et de l’Énergie. Il a annoncé que ce programme sera prochainement généralisé pour toucher d’autres nouvelles régions.
Il a cependant signalé lors d’une déclaration à Africanmanager que ce programme concerne uniquement les compagnies qui opèrent et qui produisent. Pour les autres compagnies qui n’ont pas encore d’acquis, elles ne peuvent pas participer à ce genre de programme puisqu’elles n’en ont pas les moyens.

par -

Soucieuse d’asseoir la responsabilité sociétale de l’entreprise, la société Monoprix vient de lancer la création de la fondation Monoprix. C’est ce qu’a annoncé le directeur général de Monoprix lors de la communication financière de la société, qui se tient actuellement à la Bourse de Tunis.

Cette Fondation engagera l’entreprise dans une démarche de responsabilité sociale de proximité avec comme champs d’actions prioritaires l’éducation, l’environnement, la santé et le bien-être des populations.

Le meilleur des RS

Ancien responsable à différents postes en matière de communication, enseignant en journalisme et journaliste, Fethi Houidi est ce matin d’humeur massacrante. Beaucoup le comprendraient...

INTERVIEW

Il n’est pas le ministre des Finances, mais il en connait tous les arcanes. C’est un survivant du gouvernement «Essid» et il est l’homme...

AFRIQUE

INVESTOUR a réuni près de 30 ministres africains du tourisme pour débattre et échanger des expériences concernant le développement du secteur sur le continent....

Reseaux Sociaux

SPORT

L'entraîneur tunisien Faouzi Benzarti va succéder au Marocain Hussein Ammouta à la tête du Widad Casablanca, annonce le club champion d'Afrique en titre, vendredi. Benzarti,...