Tags Posts tagged with "consommation"

consommation

par -
0

Les personnes emprisonnées suite à la consommation et la vente de drogue arrivent en tête du classement. C’est ce qu’a déclaré le ministre de la Justice, Ghazi Jeribi.
Lors de son intervention devant la commission de la Sécurité et de la Défense à l’ARP, le ministre a ajouté que le nombre des prisonniers a atteint 6662.
Le ministre a par ailleurs indiqué que les détenus pour des affaires liées au terrorisme s’élèvent à 1674.

par -
0

La baisse hebdomadaire de 9% des prix du pétrole brut n’a pas été ressentie sur les marchés de détail des carburants dans le monde entier. Au cours de la dernière semaine, la moyenne mondiale des prix de l’essence et du diesel a augmenté respectivement de 0,98 et de 0,87 USD par litre. Au niveau régional, la moyenne européenne de prix de l’essence a légèrement diminué de 0,4% et il est actuellement à un niveau de 1,33 USD par litre. Les prix de détail ont également diminué légèrement de 0,3% au Canada et de 0,1% en Asie. Cependant, il y avait de nombreuses régions du monde où les prix de l’essence au détail ont augmenté la semaine dernière, comme l’Amérique du Sud, les Etats-Unis, en Australie et en Afrique.

En regardant les différents pays, les changements de prix de l’essence varient de -2% (Suède) à 4,6% (Malawi). Il y avait une augmentation dans 26 des 103 pays étudiés, aucun changement dans 49 pays, et une diminution dans 28 pays. Le prix de l’essence au détail a diminué de plus de 1,5% en Suède, en Jamaïque, en Turquie et en Espagne. À l’autre extrême, l’essence est devenua de plus chère de 3% en Moldavie et au Malawi. Au Malawi, l’Autorité de régulation de l’énergie (MERA) ajusté à la hausse les prix de détail de l’essence et du diesel dans les premiers jours de Novembre. L’ajustement a été causé par une augmentation des produits pétroliers, les coûts d’importation et de la dépréciation de la monnaie locale par rapport au dollar américain.

En Tunisie, où la consommation est estimée à 86 mille barils de pétrole par jour (80ème dans le monde selon le site spécialisé Globalpetrolprices), le pays est la 37ème place en matière de prix avec 0,72 USD  pour un prix moyen mondial de 1 USD, toujours selon la même source, comme au Maroc où il est à 1,02 USD, contre 0,29 USD en Algérie grand producteur de pétrole et 4ème prix le plus bas au niveau mondial.

 

par -
0

La brigade de la police judiciaire à Manouba a réussi, en début de semaine, à démanteler un réseau de trafic et consommation de drogues dont de la cocaïne.
Trois membres du réseau ont été pris dans un guet-apens tendu par la police, suite à des informations parvenues autour d’un jeune de la cité Amal qui vend du cannabis et de la cocaïne à travers un intermédiaire, a affirmé une source sécuritaire à la correspondante de l’Agence TAP.
Le revendeur, l’intermédiaire et un consommateur (cadre bancaire) ont été arrêtés. Un quatrième membre, qui s’est avéré le fournisseur du réseau, a pris la fuite, a précisé la même source.
Un avis de recherche a été lancé par la police contre le quatrième membre qui est originaire du Kram (Tunis). Les personnes appréhendées ont été transférées au tribunal de première instance de Manouba, a ajouté la même source.

par -
0

Selon les chiffres de l’Office national des statistiques (ONS), publiés ce mardi 25 octobre via l’agence TSA, les prix à la consommation en Algérie ont connu une hausse de 4,68% au mois de septembre 2016, comparativement au même mois de l’année dernière.

Tous les groupes de produits, à l’exception de la catégorie « éducation, culture et loisirs » (-3,8%), sont concernés par cette inflation des prix. Les transports et communications enregistrent la plus forte hausse, avec 13,7% en glissement annuel.

Les prix de l’habillement et chaussures progressent quant à eux de 10,3 points de pourcentage, indique l’ONS.

Par ailleurs, les produits de santé et d’hygiène corporelle augmentent de 8,7%, suivis de la catégorie « logement et charges », en hausse de 6,06%, poursuit la même source. Le prix des meubles évoluent de 5,7%, tandis que la catégorie « alimentation et boissons non-alcoolisées » progresse légèrement de 0,67%, a ajouté l’agence TSA.

par -
0
Le volume des subventions accordées à la société tunisienne de l’électricité et du Gaz (STEG) dans le cadre du budget de l’État a atteint 2500 millions de dinars, rapporte le journal « Assarih » dans son édition de ce lundi 1er août citant une source de la Steg.
Ce volume s’explique par la hausse de la consommation durant ces dernières années, passant ainsi de 82 gigawatt en 1984 à 573 gigawatt en 2009.
Pour cette année, la Steg prévoit une consommation entre 3000 et 3500 mégawatt.

par -
0

Un CIM se déroule depuis ce matin à La Kasbah. Deux sujets seraient à l’ordre du jour. D’abord, de nouvelles mesures qui pourraient être annoncées en faveur de la balance commerciale. On croit ainsi savoir que de nouvelles taxes, internes, pourraient être annoncées. Ces nouvelles taxes, internes faut-il encore le préciser, pourraient concerner tous les produits de consommation de luxe et notamment ceux qui ont un équivalent en Tunisie. L’idée serait de rendre ces produits importés plus chers, ce qui devrait rapporter quelques millions de DT aux caisses de l’Etat.

Le second sujet à l’ordre du jour serait, selon nos informations, la situation financière et celle du Dinar tunisien en particulier. Nos sources excluent des annonces genre dévaluation volontaire, mais évoquent la possibilité de mettre en exécution dans les plus brefs délais la sortie financière pour une nouvelle dette avec la garantie et le tirage très rapidement de nouveaux crédits de la Banque Mondiale. En renflouant les caisses en devises, le gouvernement tunisien espère faire une inflexion, même plus ou moins légère, sur le cours du Dinar tunisien dont la chute impacte lourdement toute l’économie tunisienne.

par -
0

La consommation des carburants routiers a diminué dans l’ensemble de 4% entre fin avril 2015 et fin avril 2016 pour se situer à 820 ktep, tout en représentant 59% de la consommation totale des produits pétroliers à fin avril 2016.

La consommation de gasoil ordinaire a diminué de 4%, celle de l’essence sans plomb de 13% contre une augmentation du gasoil 50 de 14%.

La consommation de GPL a accusé une baisse de 6 % entre fin avril 2015 et fin avril 2016 pour se situer à 215 ktep.

La consommation de fuel a enregistré un recul de 64% du fait qu’il n’a pas été utilisé dans la production électrique.

La consommation de coke de pétrole a diminué de 6% entre fin avril 2015 et fin avril 2016 et s’est située à 195 ktep.

En ce qui concerne le pétrole lampant, sa consommation a connu une chute de 18%.

Quant à la consommation de jet aviation, elle continue sa tendance baissière observée après l’attaque du musée du Bardo et l’attentat de Sousse avec 16% de moins que la même période de l’année écoulée.

par -
0

Les agents de contrôle économique et la police municipale ont perquisitionné un dépôt à Radès et saisie une quantité importante de fruits de mer et d’autres produits alimentaires impropres à la consommation, rapporte Mosaique Fm.

Il est à signaler à ce propos que les opérations de contrôle sanitaire des aliments se sont multipliées durant ce mois de Ramadan. Une importante quantité de produits alimentaires impropres à la consommation a été saisie dans plusieurs endroits.

par -
0

L’opération pilote relative aux caisses enregistreuses pour les activités de consommation sur place a démarré ce mercredi 1er juin 2016, a indiqué Sihem Nmssia, directrice générale des études et de la législation fiscales, lors d’un point de presse ce mercredi au ministère des Finances.
80 professionnels du secteur des restaurants et des salons de thé se sont inscrits volontairement à ce projet pilote. Le chiffre des adhérents pourrait atteindre 300 d’ici la fin de la semaine en cours.
Le premier ticket relatif à ce projet a été reçu ce mercredi depuis un salon de thé se trouvant à Lafayette.

par -
0

Selon le ministère du commerce Mohsen Hassen, les Tunisiens peuvent s'attendent à des baisses des prix des produits de base pendant le mois de Ramadan.

Le ministère du commerce et les professionnels ont convenu d’appliquer, à partir du 1er juin 2016 jusqu’à la fin du mois de ramadan, des baisses oscillant entre 5% et 30% sur les prix de huit produits de consommation et de fixer un plafond pour certains autres produits, a annoncé, mardi, le ministre du commerce Mohsen Hassen.

Au cours d’une conférence de presse organisée, mardi à la Kasbah, le ministre a souligné que ces baisses seront de l’ordre de 10% pour les œufs emballés, les eaux minérales, les boissons gazeuses et les confiseries Chamia, 15% pour les conserves de tomates et de thon (160 g à 1kg), 15% pour les huiles végétales de 1litre et de 3 litres, entre 7% et 10% pour les dérivés du lait et entre 20% et 30% pour les produits d’hygiène.

Un plafond (4990 dinars le kg) a été fixé pour le prix de poulet, les steaks de dinde à 8990 dinars le kg et les viandes ovines emballées (sans os) à 17 dinars le kg.

Hassen a par ailleurs annoncé qu’au cours du mois de ramadan, 20 points de vente du producteur au consommateur seront ouverts dans les différentes régions du pays, en coopération avec l’Union tunisienne de l’agriculture et de la pêche (UTAP) pour maitriser les prix et préserver le pouvoir d’achat du citoyen.

Le ministère a mis en place des quantités exceptionnelles supplémentaires estimées à 3000 tonnes d’huiles végétales subventionnées qui seront injectées sur le marché tout au long du mois de ramadan, selon le besoin du marché, a précisé Hassen, ajoutant qu’un quota mensuel de 13,3 mille tonnes a été mis en place pour garantir la régulation du marché, lutter contre le monopole et l’utilisation illégale d’huile végétale et protéger le consommateur.

S’agissant du contrôle économique au cours du mois de Ramadan, le ministre a précisé qu’il sera généralisé et concernera les cafés, les espaces de loisir, les magasins de prêt à porter et des chaussures et les pâtisseries. Il s’agit également de se concentrer sur les marchés de gros et les marchés municipaux ainsi que les grandes surfaces.

Il a souligné que son département a pris plusieurs mesures pour rationnaliser la consommation des citoyens. Il s’agit de la diffusion de spots publicitaires de sensibilisation dans quatre radios publiques qui mettent l’accent sur la nécessité de lutter contre le gaspillage du pain, dont la consommation enregistre une hausse de 138%, au cours du mois de ramadan.

Hassen a relevé que le ministère a élaboré une stratégie pour promouvoir l’exportation, rationnaliser l’importation, dynamiser la politique commerciale, notamment à travers la révision du cadre législatif et institutionnel.

Il s’agit, également, de développer le commerce électronique, mettre à niveau les chambres du commerce et de l’industrie, réviser les textes, et les circuits de distribution et de lutter contre la contrebande et le commerce parallèle. (TAP)

par -
0

Même si les dates de début et de fin du mois de jeûne ne sont pas connues à l’avance, cette année, Ramadan 2016 – 1437 devrait débuter le 6 ou le 7 juin 2016

Le 29ème jour du mois de « Chaâbane » les musulmans observent le ciel à la recherche du croissant de lune. S’ils le voient, le mois de ramadan débute le lendemain. Sinon, le Saint mois débute le surlendemain.

Même si les dates de début et de fin du mois de jeûne ne sont pas connues à l’avance, cette année, Ramadan 2016 – 1437 devrait débuter le 6 ou le 7 juin 2016. En tout cas, tous les musulmans du monde l’attendent avec impatience.

Le calendrier des horaires début du jeûne, de ruptures et durée du jeûne, prévues pour cette année a déjà été publié, dont nous en affichons une copie :

امساكية شهر رمضان 2016

 

par -
0

Le comportement alimentaire des Tunisiens change au mois de Ramadan. Ils semblent faire fi des conseils des nutritionnistes pendant ce mois du jeûne, où la consommation explose et des produits phares restent les mêmes chaque année. Selon des statistiques de l’Institut National de la Consommation (INC), qui a effectué une comparaison entre la consommation moyenne au courant de l’année et celle du mois saint, c’est la consommation du sucre et sucreries qui atteint un pic de 60% au mois de ramadan, avec tout le lot de maladies qui en découlent.
Tarek Ben Jazia, directeur général de l’INC a indiqué, dans un entretien accordé à l’Agence TAP, que le Tunisien revient, pourtant, à des mets traditionnels plus sains à l’instar de la Bsisa (+51%) et s’oriente vers certains produits plutôt que d’autres, compte tenu de la dégradation de son pouvoir d’achat. Il a évoqué, dans ce contexte, la campagne lancée, depuis le 29 mai par l’INC pour inciter à consommer tunisien, sachant que 7% seulement des citoyens savent que le code à barre des produits nationaux est de 619. La campagne de l’INC se poursuivra jusqu’au début du mois de Ramadan.
36 oeufs par personne par mois
Les Tunisiens tentent, au cours de ce mois, de satisfaire leurs besoins alimentaires avec un coût moindre, parfois sans se soucier ni de la qualité ni des apports en calories. Par exemple, pour couvrir ses besoins en protéines, le Tunisien consomme plus d’œufs. Sa consommation de ce produit, habituellement d’une moyenne de 14 œufs par mois, grimpe à 36 oeufs/per au mois de Ramadan, selon les statistiques de l’INC relatifs à Ramadan 2015. L’institut pointe également une importante progression de la consommation du foie de volaille de 140% et aussi du foie de veau qui reste moins cher que la viande.
Il est aussi un grand consommateur de viandes blanches, avec une progression de 41% de viande de volaille et 32% de l’escalope. Pour Tarek Ben Jazia, la consommation des viandes blanches s’explique entre autres par le renchérissement de la viande ovine de Ramadan 2010 à Ramadan 2015, facteur qui a fait baisser la consommation de cette viande de 11%. L’année dernière le kg de viande ovine s’élevait à 23 et 24 dinars. Toutefois, la consommation moyenne de cette viande augmente de 24%, au cours du mois saint, puisque le citoyen lambda passe de 0,76 kilogramme (Kg) en temps normal à 1 kg au mois de Ramadan. Pour ce qui est de la viande bovine, la consommation a augmenté de 47%.
Pendant le mois du jeûne, les Tunisiens consomment aussi davantage de produits laitiers. A titre d’exemple, la consommation de yaourt passe d’une moyenne habituelle de 7 yaourts par mois par personne à 17 par mois/per au cours du mois de Ramadan. Si le tunisien boit 7,9 litres (L) de lait par mois en temps normal, sa consommation s’accroit à 9 L au cours du mois saint .C’est surtout le lait frais non stérilisé et ses dérivés Raib et Lben (lait caillé) qui intéressent les tunisiens (+120% de consommation).
Pour ce qui est de la Malsouka, 80% de la consommation de ce produit se fait au cours du mois saint. Le Tunisien consomme 25 feuilles de Malsouka au courant du mois de Ramadan. Entre 2010 et 2015, l’utilisation de la Malsouka a grimpé 45%.
Augmentation de 420% de la consommation du thon
La consommation du thon et des poissons en conserve explose littéralement au cours du mois de Ramadan par rapport aux autres mois de l’année. Cette consommation a augmenté, selon l’INC, de 420%, ce qui fait que chaque individu mange 215 grammes au cours du mois saint.
Il y a également, d’après les analyses de l’INC, un engouement spécial pour la baguette et les pains spéciaux. La consommation augmente de 35% au mois de Ramadan alors que la consommation du gros pain n’augmente que de 20%. Ben Jazia rappelle, à cet effet, le gaspillage du pain qui engendre une perte quotidienne pour le pays estimée à de 300 mille dinars par jour.
En général, le gaspillage alimentaire est estimé au tiers de tout ce qui est acheté, conservé, cuit et consommé en Tunisie. Ben Jazia cite, à ce niveau l’exemple des gens qui achètent une boite de thon en conserve d’un kilo au début du mois de Ramadan pour jeter ensuite la boite entamée parce que le thon commence à pourrir.

par -
0

Selon un rapport publié par le Programme des Nations unies pour l’environnement (UNEP) et le Global Footprint Network (GFN), les prix des produits à la consommation pourraient connaître une hausse dans les années à venir en Tunisie, en Égypte et au Maroc,

Le Bangladesh et les Philippines, sont aussi des pays qui risquent d’être touchés de plein fouet par la hausse des prix des matières premières alimentaires, qui entraîneraient une hausse de plus de 10% des prix des produits à la consommation.

par -
0
Le ministre de l’Industrie

Le chef du gouvernement , Habib Essid, a présidé jeudi un Conseil ministériel restreint consacré aux préparatifs du gouvernement en vue de faire face au pic de consommation de l’énergie pendant la saison estivale avec des prévisions de 39000 mégawatts de consommation d’électricité, soit une augmentation de 4% par rapport à l’été dernier.

Le chef du gouvernement a mis l’accent sur la nécessité de renforcer l’infrastructure de la production et du transport de l’électricité en vue de répondre aux besoins des citoyens ainsi qu’à l’augmentation attendue de la consommation.

De même, le CMR a examiné une proposition du ministère de l’Energie et des mines visant la mise en place d’un mécanisme de régulation automatique des prix de certains produits pétroliers eu égard notamment aux fluctuations des cours mondiaux du pétrole, et ce dans le but d’atténuer autant que possible leurs répercussions sur le marché national.

par -
0

Le ministre du Commerce Mohsen Hassen a déclaré ce jeudi 19 mai 2016 que «  en prévision du mois de Ramadan, un stock estimé à 85 millions litres de bouteilles d’eau sera  disponible.  a ajouté qu’ «  il a été également convenu de baisser le tarif des bouteilles d’eau minérale pendant le mois saint.  La remise estimée est de 5%.
A noter  que la consommation d’eau minérale en juin, juillet et août,  représente environ 34% du taux de consommation annuelle.

par -
0

« La production mensuelle  en  viandes blanches  pour le mois de  mai 2016, atteindra les 106636 tonnes de volailles, 6739 tonnes de dindes et 156 millions d’œufs,  a déclaré, ce jeudi 19 mai 2016, le ministre du Commerce Mohsen Hassen , lors de la tenue de la réunion du 24e conseil national pour la protection du consommateur. Il a ajouté qu’il n’y aura pas de pénurie ni en viandes rouges ni en viandes blanches durant le mois de Ramadan.

par -
0

Le ministère du commerce a annoncé des baisses exceptionnelles des prix de certains produits de consommation et a fixé les prix d’autres produits, au mois de ramadan.

À l’occasion du mois de ramadan, le ministère a, dans un communiqué publié jeudi à Tunis, annoncé des baisses exceptionnelles des prix de certains produits de consommation et fixé les prix d’autres produits, soulignant que ces baisses entreront en vigueur à partir du 1er juin 2016.

Ces baisses concerneront les produits suivants :

L’eau minérale et les boissons gazeuses : baisse de 5% à 10%.

Les huiles végétales de 1 litre et de 3 litres : réduction de 15%.

Les conserves de tomate : baisse de 7% à 10%.

Les œufs emballés de 15 unités et de 30 unités : une baisse de 10%.

La boîte de confiserie Chamia : une baisse de 10%.

Les produits d’hygiène : une réduction entre 20% et 30%.

Sur un autre plan, les prix maximums de certains produits ont été fixés.

Viande de poulet : 4990 millimes le kilo

Escalope de dinde : 8990 millimes le kilo

Le ministère a précisé que la baisse décidée auparavant pour la viande bovine sans os emballée sera maintenue à 17 dinars le kilo. (TAP)

par -
0

La production nationale en pétrole brut a baissé de 9,4% à fin février 2016 atteignant 373kt et ce, en comparaison avec la même période de l’année précédente.

 D’après l’Observatoire National de l’Énergie, cette baisse s’explique par la chute de la production dans certains champs dont notamment Franing, Baguel et Trafat (-13kt), Hasdrubal (-9kt), Aniguid Est et cherouq (-5kt), Adem (-4kt). Ces derniers ont déjà totalisé à eux seuls une baisse de 36kt entre fin février 2015 et fin février 2016.

Sur un autre plan, la demande nationale de produits pétroliers a aussi affiché un recul de 15% au cours de cette période en se situant à 679ktep contre 796ktep à fin février 2015. Ceci est du à la chute de demande de fuel de 66%.

De même, la consommation des carburants routiers a diminué de 5%, en atteignant 397ktep sachant qu’elle représente 59% de la consommation totale des produits pétroliers durant les deux premiers mois de 2016. C’est le même constat pour la consommation de gasoil qui a baissé de 4%.

par -
0
Avec une valeur  voisine  de  - 36.7 % en avril 2012

Avec une valeur  voisine  de  – 36.7 % en avril 2012, contre – 42.3 % enregistrée trois mois  auparavant,  l’indice du climat de consommation continue, à petits pas, son mouvement ascendant traduisant l’amélioration à doses homéopathiques  ressentie par les ménages ,  selon une récente enquête du Centre Tunisien de  Veille et d’Intelligence Economique , relevant de l’IACE
  En fait,  en dehors des appréciations favorables relatives à la situation économique générale et à l’évolution anticipée des prix, rien ne semble inciter les consommateurs à effectuer de  grands achats durant les prochaines semaines.
A la question relative à l’évolution  du budget familial durant les trois derniers mois, près de 57%  des répondants déclarent qu’il est resté sensiblement le même. Pour prés de 30 % des enquêtés, les revenus se sont dégradés. Seuls 13 % déclarent que leur budget s’est amélioré.
Néanmoins, ces trois chiffres constituent une légère amélioration de la situation par rapport à ce qu’elle était perçue trois mois auparavant.
Interrogés sur la capacité de ce budget à subvenir ou non aux besoins de la famille, la proportion  des répondants estimant qu’il est insuffisant à tel point qu’ils sont poussés à l’endettement est évaluée à 20 %. Cette proportion enregistre une amélioration continue par rapport aux précédentes enquêtes, du fait que cette proportion était de 71% trois mois auparavant et 47 % le semestre précédent.
Pour les autres répondants à la présente enquête, plus de 75 % déclarent que le budget est tout juste suffisant en utilisant l’épargne. Le reste des répondants, soit près de  5% estiment que leur budget est suffisant et déclarent qu’il leur permet de réaliser une épargne. 
Concernant l’évolution passée du niveau général des prix, les appréciations sont unanimes: les prix ont augmenté pour près de 98 % des répondants et sont restés sensiblement aux mêmes niveaux pour les 2 % restants. Aucun des consommateurs enquêtés ne relève une régression des prix.
Pour l’actuel trimestre, les anticipations des consommateurs sont  aux antipodes des appréciations relatives aux derniers mois: près de 82 % d’entre eux prévoient une baisse des prix contre  7 % qui s’attendant à une  hausse. Le reste, soit près de  11 % des enquêtés envisagent une stabilité des prix. Face à ce changement d’appréciation entre le passé vécu et les anticipations, il convient de s’interroger si ces anticipations de baisse sont rationnelles et objectives ou expriment-elles une évolution beaucoup plus désirable qu’objective ?   On est fortement tenté d’opter pour la deuxième alternative.
L’enquête auprès des consommateurs s’intéresse à l’anticipation des familles de réaliser ou non des acquisitions de produits durables tels que les logements, les voitures, les meubles, etc. Il s’agit de savoir si oui ou non le moment actuel est opportun pour effectuer de tels achats.
Les réponses  des consommateurs enquêtés  sont  sans appel : négatives à  100 % pour le logement, contre  une proportion de  98 % durant le trimestre précédent. Les réponses sont également négatives à 98 % pour les voitures, négatives à 94 %  pour les meubles et négatives à prés de 83 %  aussi bien pour les produits électroménagers que pour le matériel électronique et/ou informatique et à 67 % pour l’acquisition de n’importe quel autre produit durable. 
Les principaux arguments avancés  par les consommateurs justifiant le report de leurs décisions d’achat  évoquent, pour près de 43 %, les problèmes de financement et pour 33% l’incertitude quand à l’évolution de la conjoncture. Le reste des répondants ne ressentent pas actuellement le besoin d’achat des produits cités.
 Invités à préciser leurs appréciations sur la situation économique globale relative aux trois derniers mois,  près de  59 % des enquêtés estiment qu’elle s’est dégradée, contre une proportion de 51 % trois mois auparavant. La situation est jugée restée sensiblement la même pour 29 %. Seuls 12 % estiment qu’il y eu une amélioration de la situation économique.
Indice de climat de consommation : un léger mieux  
Etant donnés les soldes d’opinion aux diverses questions, notamment,  les soldes relatifs aux questions qui impliquent l’intention de consommer ou qui engendrent une dynamique favorable des prix  permettent d’évaluer l’indice du climat de consommation. Ce dernier est susceptible de varier entre -100% et +100 %. Une valeur de 100 % signifie que tous les soldes sont à leurs valeurs maximales correspondantes à une situation très favorable. La valeur de -100% signifie le contraire.
  Compte tenu que les soldes des différentes questions sont dans l’ensemble négatives, l’indice du climat de consommation du mois d’avril s’établit à une valeur  ICC= -36.7 % contre une valeur de – 42.3%, trois mois auparavant.
Cette valeur met en évidence un comportement de report d’acquisition de produits durables de la part des consommateurs en dépit d’une appréciation moins défavorable qu’auparavant de l’évolution des prix et des revenus et de la situation économique globale.

Reseaux Sociaux

INTERVIEW

0
Le dirigeant d’Ennahdha Abdellatif Mekki appelle à l’organisation d’un dialogue sociétal qui dépassera les partis, les organisations, pour cibler les coordinations des mouvements sociaux....

AFRIQUE

0
Le Premier ministre algérien, Abdelamalek Sellal, a fait une grosse annonce lors du 27ème sommet Afrique-France, à Bamako, au Mali. Samedi 14 janvier 2017,...

SPORT