Tags Posts tagged with "Sami Remadi,"

Sami Remadi,

par -
« Le secteur de la santé fait face

« Le secteur de la santé fait face, aujourd’hui, à un problème d’ordre structurel et une crise sans précédent », a indiqué Sami Remadi, président de l’Association Tunisienne pour la Transparence Financière (ATTF) et médecin, dans une déclaration à Africanmanager. Cette déclaration vient suite à plusieurs mouvements de protestation contre la loi relative au service obligatoire des médecins spécialistes dans les régions de l’intérieur pour une période de trois ans. Et de souligner que le secteur de la santé intéresse autant les étudiants que les médecins en exercice, les internes que les résidants, accusant, de ce fait, l’Assemblée nationale constituante (ANC) de dépasser ses prérogatives alors qu’elle est élue pour une période d’une année pour rédiger la constitution, et le gouvernement d’exercer sa mainmise sur tous les pouvoirs s’agissant principalement du corps de la magistrature et de la médecine.

Il a affirmé, en outre, que le gouvernement n’a rien fait pour la santé et que son bilan d’intervention dans le secteur demeure très négatif, précisant que cette loi relative au travail obligatoire des médecins spécialistes, pendant 3 ans, dans les régions défavorisées, n’est qu’une campagne électorale prématurée comme c’est le cas de la décision de créer des facultés de médecine dans certaines régions de l’intérieur.

Sami Remadi a expliqué qu’en Europe et plus précisément en Suisse, les grandes réformes dans le secteur de la santé se décident en concertation avec les Parlements, le gouvernement et toutes les parties prenantes comme le conseil de l’ordre des médecins, les médecins internes et résidents, les universitaires, et même les étudiants, contrairement à la Tunisie où le secteur est gouverné par des personnes qui ne sont pas mandatées pour une telle réforme et sans la moindre consultation, selon ses dires.

Il a reproché au ministre de la Santé, Abdelatif Mekki, d’orchestrer une campagne de dénigrement contre les jeunes médecins et allant jusqu’à prétendre que le médecin coûte à l’Etat 1 million de dinars, soulignant qu’il s’agit d’une campagne de dénigrement destinée à manipuler les citoyens qui demandent leur droits à la santé.

S’agissant des solutions, Sami Remadi a proposé une sorte de parrainage entre les hôpitaux universitaires et ceux des zones de l’intérieur, faisant remarquer, cependant, que les mouvements de protestation et de grèves des résidents, internes et externes en médecine vont se poursuivre encore jusqu’au retrait de ce texte de loi stipulant le travail obligatoire dans les régions de l’intérieur.

Le président de l’ATTF a exhorté toutes les parties prenantes à se concerter sur les moyens de trouver des solutions pour le corps médical et universitaire dans l’immédiat.

Khadija Taboubi

par -
 Auparavant, les voleurs s’infiltrent furtivement pour voler les biens publics, mais cette nuit (veut dire la nuit du dimanche à lundi ), alors que le pays est au bord de la faillite, le peuple tunisien a

 » Auparavant, les voleurs s’infiltrent furtivement pour voler les biens publics, mais cette nuit (veut dire la nuit du dimanche à lundi ), alors que le pays est au bord de la faillite, le peuple tunisien a été témoin en direct du vol des biens publics  » à l’Assemblée nationale constituante (ANC) , c’est ce qu’a écrit le président de l’association tunisienne pour la transparence financière (ATTF), Sami Remadi, sur sa page « Face book » officielle. Et d’ajouter que les » frères « ont voté la loi des compensations des prisonniers parmi ceux ayant exécuté des attentats dans des hôtels, attaqué des citoyens au vitriol, ou pris les armes contre l’armée et la garde nationale.

En effet, lors des premières heures du lundi 30 décembre 2013, le groupe parlementaire d’Ennahdha a proposé un article relatif à la création d’un fonds de réhabilitation des victimes de la répression. L’article en question a été adopté à 88 voix pour – 19 abstentions – 13 contre. Le chef du gouvernement Ali Laarayedh ainsi que le ministre des Finances, Elyes Fakhfakh étaient présent à la séance.

par -
Dans une déclaration à Africanmanager

Dans une déclaration à Africanmanager, le président de l’association tunisienne pour la transparence financière (ATTF), Sami Remadi, a appelé, aujourd’hui, les médias et les journalistes à rompre avec toutes les personnes et les parties qui portent atteinte à leur dignité. Cette déclaration vient suite à l’interdiction faite à Shems Fm d’assister à un rassemblement organisé par le mouvement Ennahdha. : « Interdire à un journaliste de couvrir un tel événement est une entrave non seulement à la liberté d’expression mais aussi au droit à l’information », a-t-il dit. Et d’ajouter : « Je souhaite voir des journalistes unis dans la lutte pour leur dignité ».

Sami Remadi a appelé, également, à boycotter les partis extrémistes et éviter de les inviter dans les plateaux de télévision pour défendre publiquement leurs idées et programmes.

Il a appelé, en outre, à ne pas courir derrière les députés et les constituants qui refusent de donner des déclarations et à boycotter les travaux et les activités des partis politiques qui attaquent les journalises et les traitent de « journalistes de la honte ».

par -
Le président l'Association tunisienne pour la Transparence financière (ATTF)

Le président l’Association tunisienne pour la Transparence financière (ATTF), Sami Remadi défie le Ministre des Droits de l’homme et de la Justice transitionnelle,

Il révèle que la préparation de la loi sur la justice transitionnelle a coûté 14 millions de dinars . Il a écrit dans sa page face book officielle le statut suivant :  » Je défie Samir Dilou, dans le cadre de la transparence financière, s’il publie le rapport annuel de son ministère où il a dépensé plus de 14 milliards pour mettre en place la loi de la justice transitionnelle ».

par -
Le président de l'Association Tunisienne pour la Transparence Financière

Le président de l’Association Tunisienne pour la Transparence Financière, Sami Remadi a écrit, ce mardi, 10 décembre 2013, sur sa page face book ce qui suit : « Des extraits du livre Noir de la présidence du gouvernement me font poser une question : Pouvez-vous vous expliquer sur les 150 mille dinars reçus d’un homme d’affaires ayant financé votre campagne électorale et sur sa fille qui a officié comme conseillère alors que son âge de dépassait pas 23 ans ? Interrogé par Africanmanager, Sami Remadi a confirmé ce qu’il a écrit sur sa page en apostrophant l’auteur du livre noir : « Pouvez-vous vous expliquer encore sur la voiture que vous a prêtée cet homme d’affaires et que vous avez utilisée tout au long de votre campagne électorale ? »

par -
Dans une déclaration à Africanmanager

Dans une déclaration à Africanmanager, le président de l’Association Tunisienne pour la Transparence Financière, Sami Remadi, a appelé le procureur de la République à ordonner la saisie des archives suite à la publication par la présidence de la République du Livre Noir qui a déclenché une grande politique. L’utilisation des archives elle qu’elle a été faite par la présidence de la République est une atteinte à la paix sociale, selon ses dires.

En revanche, il a précisé qu’avec cet appel, il ne défend pas les personnes dont leurs noms sont cités dans ce livre, mais plutôt pour l’intérêt général du pays.

par -
Dans un statut posté ce mardi sur sa page « face book »

Dans un statut posté ce mardi sur sa page « face book », Sami Remadi, président de l’Association Tunisienne pour la Transparence Financière (ATTF) a écrit : « Je n’accepte pas qu’une chaine de télévision fasse briller l’image d’un ancien président d’une équipe de football, dont la corruption est de notoriété publique ».

Qualifiant Slim Chiboub de l’un des plus grands voleurs qui ont pillé les richesses du pays et reçu des pots de vin pour l’approbation et la mise en place de projets publics , Sami Rémadi déclare qu’il est en possession de preuves irréfutables qui confirment ces accusations , mais par obligation de réserve, il ne peut pas les divulguer du fait que l’affaire est entre les mains de la justice (en Tunisie et à l’étranger) .

Sami Rémadi qui reproche à la chaîne de télévision pour avoir permis à Slim Chiboub de soigner son image, console le peuple tunisien pour son président provisoire, qui par ses futilités, et son jeu avec les archives présidentielles, a fait d’un voleur une victime .

par -
Sami Remadi

Sami Remadi, président de l’Association Tunisienne pour la Transparence Financière (ATTF) a écrit dans un statut postulé sur sa page « Facebook » que « l’on parle de 5 nouvelles facultés de médecine dans un pays où on n’arrive pas à fournir des gants pour l’examen gynécologique des femmes enceintes : « Eh oui, les femmes en salle de travail (salle de pré-accouchement) sont examinées avec des gants usagés (utilisés pour l’examen d’autres femmes enceintes) avec tout ce que cela comporte comme risques de contamination », a-t-il dit

par -
Le Qatar n’a nullement contribué à la récupération de l'argent spolié déposé dans des banques  au Liban. C’est ce qu’a annoncé Sami Remadi

Le Qatar n’a nullement contribué à la récupération de l’argent spolié déposé dans des banques au Liban. C’est ce qu’a annoncé Sami Remadi, président de l’Association Tunisienne pour la Transparence, sur sa page personnelle sur facebook .

Sami Remadi a précisé que le Liban a exonéré la Tunisie des frais d’enregistrement et de taxes dont le montant serait de 1.44 million de dollars.

par -
Le Qatar n’a nullement contribué à la récupération de l'argent spolié déposé dans des banques  au Liban. C’est ce qu’a annoncé Sami Remadi

Le Qatar n’a nullement contribué à la récupération de l’argent spolié déposé dans des banques au Liban. C’est ce qu’a annoncé Sami Remadi, président de l’Association Tunisienne pour la Transparence, sur sa page personnelle sur facebook .

Sami Remadi a précisé que le Liban a exonéré la Tunisie des frais d’enregistrement et de taxes dont le montant serait de 1.44 million de dollars.

par -
Le président de l’Association tunisienne de transparence financière

Le président de l’Association tunisienne de transparence financière, Sami Rémadi, a dénoncé les avantages dont bénéficient les trois présidents, celui de la République, du Gouvernement et de l’ANC.

Il a demandé, à cet égard, l’abrogation de la loi accordant au président de la République des rémunérations à vie d’un montant de 30 mille dinars , après la fin de son mandat, critiquant aussi le refus de la présidence du Gouvernement de publier, à ce jour, le décret-loi relatif aux avantages accordés aux ministres et aux secrétaires d’Etat.

Il a, en outre, affirmé que le président de l’ANC, Moncef Ben Jaafar, a fixé de son propre chef et de façon unilatérale, son salaire mensuel.

Reseaux Sociaux

INTERVIEW

Dans une interview exclusive accordée à Africanmanager, le PDG de la Poste Tunisienne, Moez Chakchouk, a mis l’accent sur les efforts fournis par l’entreprise pour...

AFRIQUE

SPORT