Tags Posts tagged with "Tunisie, BNA,"

Tunisie, BNA,

par -
L’encours des créances sur la clientèle de la BNA a atteint 6.375 millions de dinars au 31.12.2012 contre 5.917 millions de dinars au 31/12/2011

L’encours des créances sur la clientèle de la BNA a atteint 6.375 millions de dinars au 31.12.2012 contre 5.917 millions de dinars au 31/12/2011, enregistrant ainsi une augmentation de 7,7%.

Les dépôts de la clientèle ont enregistré, entre décembre 2011 et décembre 2012, une augmentation de 231 millions de dinars, soit un taux d’accroissement de 4,6%.

Les produits d’exploitation bancaire se sont élevés à 462 millions de dinars au 31/12/2012 contre 430,9 millions de dinars au 31/12/2011, enregistrant une augmentation de 31,1 millions de dinars, soit un taux d’accroissement de 7,2%.

Les charges d’exploitation bancaire ont, au contraire, enregistré une diminution de 5,8 millions de dinars, soit une régression de 3,4%.

Le produit net bancaire s’est établi à 296 millions de dinars au 31/12/2012 contre 259 millions de dinars au 31/12/2011, enregistrant ainsi une progression de 14,2%.

Le montant total des charges opératoires a progressé de 8,1% entre décembre 2011 et décembre 2012.

par -
L’encours des créances sur la clientèle de la BNA a atteint 6.375 millions de dinars au 31.12.2012 contre 5.917 millions de dinars au 31/12/2011

L’encours des créances sur la clientèle de la BNA a atteint 6.375 millions de dinars au 31.12.2012 contre 5.917 millions de dinars au 31/12/2011, enregistrant ainsi une augmentation de 7,7%.

Les dépôts de la clientèle ont enregistré, entre décembre 2011 et décembre 2012, une augmentation de 231 millions de dinars, soit un taux d’accroissement de 4,6%.

Les produits d’exploitation bancaire se sont élevés à 462 millions de dinars au 31/12/2012 contre 430,9 millions de dinars au 31/12/2011, enregistrant une augmentation de 31,1 millions de dinars, soit un taux d’accroissement de 7,2%.

Les charges d’exploitation bancaire ont, au contraire, enregistré une diminution de 5,8 millions de dinars, soit une régression de 3,4%.

Le produit net bancaire s’est établi à 296 millions de dinars au 31/12/2012 contre 259 millions de dinars au 31/12/2011, enregistrant ainsi une progression de 14,2%.

Le montant total des charges opératoires a progressé de 8,1% entre décembre 2011 et décembre 2012.

par -
L'agence internationale de notation de crédit

L’agence internationale de notation de crédit, Capital Intelligence (CI) a annoncé, lundi, qu’elle a abaissé la note à long terme en devises de la Banque Nationale Agricole (BNA) de ‘BB’ à ‘BB-‘ en raison de liquidité serrée, et de baisse de la rentabilité et de la solvabilité tout à la fois. La note à court terme des devises étrangères a été maintenue à «B». CI a également abaissé la note de soutien extérieur de ‘2’à ‘3 ‘, l’agence estimant qu’il y a une forte probabilité que la BNA soit soutenue in extremis, étant la propriété du gouvernement et détenant une part de marché importante, mais la capacité souveraine à fournir des ressources suffisantes en temps opportun, a été réduite eu égard à la conjoncture actuelle.

La note de solidité financière est maintenue à «B». La perspective pour toutes les notes est maintenue à «négative». Les notes sont restreintes par une position de liquidité actuellement faible en raison d’un marché des dépôts des clients serré et du faible niveau des liquidités, de capitaux insuffisants par rapport à l’insuffisance éventuelle des provisions et la faiblesse de la qualité des actifs de prêts, au sujet de laquelle il ya toujours un risque pour le portefeuille à court terme, en raison de l’environnement économique.

Le profil financier de la BNA est caractérisé par une mauvaise qualité des actifs et une liquidité très faible. Bien que les prêts non performants (PNP) aient été stables en 2011, le niveau des créances improductives devrait continuer à augmenter et la qualité des actifs des prêts sous-jacents est considérée comme faible. L’économie tunisienne continue de faire face à d’importants défis, ce qui va continuer à mettre la pression sur la qualité des actifs de la Banque.

La mauvaise qualité des actifs a conduit à une faible rentabilité due à la charge continue de provisionnement élevé, qui absorbe une grande partie du faible bénéfice d’exploitation. La liquidité est serrée, principalement en raison du fait que les prêts représentent un pourcentage élevé du total des actifs, et la base des actifs liquides est faible. En outre, le marché des dépôts de la clientèle clients en Tunisie est actuellement très étroit.

par -
L'agence internationale de notation de crédit

L’agence internationale de notation de crédit, Capital Intelligence (CI) a annoncé, lundi, qu’elle a abaissé la note à long terme en devises de la Banque Nationale Agricole (BNA) de ‘BB’ à ‘BB-‘ en raison de liquidité serrée, et de baisse de la rentabilité et de la solvabilité tout à la fois. La note à court terme des devises étrangères a été maintenue à «B». CI a également abaissé la note de soutien extérieur de ‘2’à ‘3 ‘, l’agence estimant qu’il y a une forte probabilité que la BNA soit soutenue in extremis, étant la propriété du gouvernement et détenant une part de marché importante, mais la capacité souveraine à fournir des ressources suffisantes en temps opportun, a été réduite eu égard à la conjoncture actuelle.

La note de solidité financière est maintenue à «B». La perspective pour toutes les notes est maintenue à «négative». Les notes sont restreintes par une position de liquidité actuellement faible en raison d’un marché des dépôts des clients serré et du faible niveau des liquidités, de capitaux insuffisants par rapport à l’insuffisance éventuelle des provisions et la faiblesse de la qualité des actifs de prêts, au sujet de laquelle il ya toujours un risque pour le portefeuille à court terme, en raison de l’environnement économique.

Le profil financier de la BNA est caractérisé par une mauvaise qualité des actifs et une liquidité très faible. Bien que les prêts non performants (PNP) aient été stables en 2011, le niveau des créances improductives devrait continuer à augmenter et la qualité des actifs des prêts sous-jacents est considérée comme faible. L’économie tunisienne continue de faire face à d’importants défis, ce qui va continuer à mettre la pression sur la qualité des actifs de la Banque.

La mauvaise qualité des actifs a conduit à une faible rentabilité due à la charge continue de provisionnement élevé, qui absorbe une grande partie du faible bénéfice d’exploitation. La liquidité est serrée, principalement en raison du fait que les prêts représentent un pourcentage élevé du total des actifs, et la base des actifs liquides est faible. En outre, le marché des dépôts de la clientèle clients en Tunisie est actuellement très étroit.

par -
L’encours des créances de  la Banque nationale agricole  sur la clientèle a atteint 6.540 millions de dinars au 30 septembre 2012 contre 6.009 millions de dinars

L’encours des créances de la Banque nationale agricole sur la clientèle a atteint 6.540 millions de dinars au 30 septembre 2012 contre 6.009 millions de dinars, un an auparavant, enregistrant ainsi une augmentation de 8,8 %. Dans le même temps, les dépôts de la clientèle ont enregistré une augmentation de 220,3 millions de dinars, soit un taux d’accroissement de 4,7 %.

Pour leur part, les produits d’exploitation bancaire ont atteint 340 millions de dinars au 30 septembre 2012 contre 334 millions au de dinars une année plus tôt, soit une progression de dinars (+1,8 %).

En revanche, les charges d’exploitation bancaire ont diminué de 9,5 millions de dinars, soit un taux de régression de 7,3 %, alors que le produit net bancaire s’est établi à 219 millions de dinars au 30.09.2012 contre 203 millions de dinars au 30.09.2011, enregistrant ainsi une progression de 7,6 %.

par -
5.510 millions de dinars au 31.03.2011

L’encours des créances sur la clientèle a atteint 6.137 millions de dinars au 31.03.2012 contre 5.510 millions de dinars au 31.03.2011, enregistrant ainsi une augmentation de 11,4 %. Les dépôts de la clientèle ont enregistré, entre mars 2011 et mars 2012 une diminution de 25 millions de dinars, soit une légère baisse au t aux de 0,5 %.

Les produits d’exploitation bancaire ont atteint 108 millions de dinars au 31/03/2012 contre 105 millions au de dinars au 31/03/2011 enregistrant une augmentation de 2,6 millions de dinars, soit un taux d’accroissement de 2,5 %. Les charges d’exploitation bancaire ont, cependant enregistré une diminution de 5,6 millions de dinars, soit un taux de régression de 12,7 %.

par -
Dans une opinion

Dans une opinion, publiée ce mardi 7 février sur les pages du quotidien Assabah, le politicien Eskander Rekik, indique que la BNA (Banque Nationale Agricole) bloque depuis 2011, un projet de création d’une unité exportatrice dénommé «Ecobois».

Selon le politicien, ce projet dans le tour de table duquel il y aurait un fond d’investissement arabe et des Sicar, dont le capital est de 2,5 MDT déjà bloqué, depuis juillet 2011, dans un compte à la BNA et un investissement de 5 MDT, et qui serait capable de créer 650 emplois, resterait toujours bloqué chez la banque nationale agricole. Cette dernière refuserait le plan financier, pourtant avalisé par toutes lses parties dont l’API et les autres banques partenaires du financement.

par -
Dans une opinion

Dans une opinion, publiée ce mardi 7 février sur les pages du quotidien Assabah, le politicien Eskander Rekik, indique que la BNA (Banque Nationale Agricole) bloque depuis 2011, un projet de création d’une unité exportatrice dénommé «Ecobois».

Selon le politicien, ce projet dans le tour de table duquel il y aurait un fond d’investissement arabe et des Sicar, dont le capital est de 2,5 MDT déjà bloqué, depuis juillet 2011, dans un compte à la BNA et un investissement de 5 MDT, et qui serait capable de créer 650 emplois, resterait toujours bloqué chez la banque nationale agricole. Cette dernière refuserait le plan financier, pourtant avalisé par toutes lses parties dont l’API et les autres banques partenaires du financement.

par -
 Au terme de l’exercice 2011

 Au terme de l’exercice 2011, les dépôts de la clientèle ont enregistré, par rapport à décembre 2010,  une augmentation de 189 millions de dinars, soit un taux de progression de 4 %. Dans le même temps, les produits d’exploitation bancaire ont atteint 433 millions de dinars au 31/12/2011 contre 407 millions au de dinars un an auparavant enregistrant une augmentation de 25,7 millions de dinars, soit un taux d’accroissement de 6,3 %.

 Les charges d’exploitation bancaire ont, par ailleurs, enregistré une augmentation de 26,1 millions de dinars, soit un taux d’accroissement de 17,9 %.

 Le produit net bancaire s’est établi à 261,2 millions de dinars au 31.12.2011 contre 261,6 millions de dinars au 31.12.2010, enregistrant ainsi une légère baisse de 0,2 %.

Enfin, le montant total des charges opératoires est passé de 130,5 millions de dinars au cours de l’exercice 2010 à 138,8 millions de dinars au cours de l’année 2011, soit une augmentation de 6,4%.

par -
 Au terme de l’exercice 2011

 Au terme de l’exercice 2011, les dépôts de la clientèle ont enregistré, par rapport à décembre 2010,  une augmentation de 189 millions de dinars, soit un taux de progression de 4 %. Dans le même temps, les produits d’exploitation bancaire ont atteint 433 millions de dinars au 31/12/2011 contre 407 millions au de dinars un an auparavant enregistrant une augmentation de 25,7 millions de dinars, soit un taux d’accroissement de 6,3 %.

 Les charges d’exploitation bancaire ont, par ailleurs, enregistré une augmentation de 26,1 millions de dinars, soit un taux d’accroissement de 17,9 %.

 Le produit net bancaire s’est établi à 261,2 millions de dinars au 31.12.2011 contre 261,6 millions de dinars au 31.12.2010, enregistrant ainsi une légère baisse de 0,2 %.

Enfin, le montant total des charges opératoires est passé de 130,5 millions de dinars au cours de l’exercice 2010 à 138,8 millions de dinars au cours de l’année 2011, soit une augmentation de 6,4%.

Reseaux Sociaux

INTERVIEW

Les craintes n’ont pas lieu d’être et l’Etat n’est pas au bord de la faillite, a assuré le ministre conseiller auprès du chef du...

AFRIQUE

L'Union africaine (UA), les Nations unies (NU), l'Union européenne (UE) et l'Organisation internationale de la Francophonie (OIF) continuent de suivre de près l'évolution de...