AccueilSantéAgence tunisienne du médicament

Agence tunisienne du médicament

L’année 2023 verra-t-elle la mise en place en Tunisie d’une Agence nationale du médicament et des produits de santé ?

C’est ce qu’on espère. D’autant qu’il s’agit d’une revendication très ancienne de tout le corps des professions médicales et pharmaceutiques.

En 2017 déjà, Dr Mohamed Kallel, alors chef de service de pharmacie au C.H.U Sahloul de Sousse et ancien doyen de la Faculté de pharmacie de Monastir écrivait: « C’est la question qu’on ne cesse de poser depuis au moins une dizaine d’années, tant le besoin de créer cette agence se fait de plus en plus sentir et je pense que cette nouvelle structure sera la solution qui permettra de réorganiser et de coordonner les missions et les tâches des différentes structures impliquées dans l’enregistrement des médicaments ».

En 2019, également, la question avait été remise à l’ordre du jour à plusieurs reprises et  au plus haut niveau. Les hauts responsables de la santé publique avaient promis de passer au stade de la réalisation.

En 2022, la Tunisie, encore dépourvue d’une Agence nationale du médicament, a cru bon de présenter sa candidature pour abriter le siège de l’Agence africaine des médicaments , aux côtés du Maroc, de l’Algérie. Mais, les trois pays maghrébins ont été déboutés et c’est le Rwanda qui a été finalement choisi pour accueillir cette structure panafricaine.

Suite à cette déconvenue de la Tunisie, le président de la chambre nationale de l’industrie pharmaceutique en Tunisie, Tarek Hammami, a parlé d’un choc, car la déconvenue  a été justement causée par la non création en Tunisie d’une Agence nationale du médicament. A cette occasion, il a demandé aux autorités tunisiennes d’accélérer la mise en place de l’Agence nationale du médicament pour rationaliser l’approbation des médicaments et alléger les procédures de l’autorisation des mises en vente des médicaments en Tunisie, trop lourdes et très lentes, au point d’être devenues un grand sujet de mécontentement pour plus d’un laboratoire pharmaceutique.

Or, le secteur de la production des médicaments en Tunisie est actif, et gagnerait énormément avec la création d’une Agence nationale du médicament comme il aurait beaucoup gagné si la Tunisie avait été choisie pour abriter l’Agence africaine du médicament. 

- Publicité-

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

108,654FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
5,020SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -