Authors Posts by African Manager

African Manager

39506 POSTS 0 COMMENTAIRES

par -

 

 

Accueil La Une Actualités Finances HI-Tech Contact


Newsletter 10/12/2018

La UNE

Que faisait Azzabi chez BCE ?

La dernière quinzaine a été politiquement marquée par un ballet de rencontres du chef de l’Etat tunisien, Béji Caïed Essebssi (BCE), avec au moins trois chefs de partis politiques tunisiens.

 

J.E.S : Un pèlerinage 4*, entre BCBG, autistes, sourds et muets

Le seul content des 33èmes JES (Journées de l’Entreprise de Sousse), aura certainement été le propriétaire des hôtels, lieux de ce qui ressemble de plus en plus à un pèlerinage

 

Avec cette offre, la dénonciation sera un sport national !

Le combat contre la corruption a donné à Youssef Chahed ses premiers galons de chef de gouvernement et est la source, en grande partie, de sa popularité, quoiqu’en baisse ces

 

Actualités

Ben Guerdene : Arrestation de 10 clandestins à la frontière entre la libye et la Tunisie
 

Des patrouilles mixtes relevant de la garde nationale de Ben Guerdene (gouvernorat de Médenine) ont arrêté, samedi, 10 africains alors qu’ils franchissaient clandestinement les frontières entre la Libye et la

 

L’Indien Va Tech Wabag construira l’usine de dessalement de Zarat
 

L’appel d’offres pour la construction de l’usine de dessalement d’eau de mer de Zarat a été remporté par la multinationale indienne Va Tech Wabag, spécialisée dans le traitement de l’eau

 

Marzouk met en garde contre la gravité des manœuvres orchestrées par certaines parties pour entraîner la Tunisie dans une spirale de chaos et de violence
 

Le Secrétaire général du Mouvement Machrou Tounes, Mohsen Marzouk, a mis en garde dimanche contre la gravité des manœuvres orchestrées par certaines parties pour entraîner la Tunisie dans une spirale

 

Démission collective de directeurs d’établissements éducatifs à Sidi Bouzid
 

Des directeurs, directrices et censeurs exerçant dans des collèges et lycées du gouvernorat de Sidi Bouzid ont présenté une démission collective en signe de protestation contre “l’humiliation et le harcèlement

 

Bulletin météo: Vent fort à très fort sur le Nord et les hauteurs
 

Durant le reste de la journée du dimanche 9 décembre 2018 et la journée de demain lundi 10 décembre 2018, une dépression qui s’est formée sur la mer Adriatique, continue

 

Les instituteurs en grève de deux heures demain en soutien à leurs collègues du Secondaire
 

Les cours seront suspendus, demain lundi, dans tous les établissements primaires publics pendant deux heures à cause de la grève des instituteurs ordonnée par la fédération générale de l’enseignement de

 

L’ASBU Congress Center, un prochain 5 étoiles conçu par Sfaxi, Zoghlami et Gorgi
 

«La première pierre de la construction de l’ASBU Business Hotel sera posée le 10 décembre 2018 à Tunis par le ministre des Affaires étrangères, Khemaies Jhinaoui». L’information est rapportée par notre

 

Un cadeau de 32 MDT, de l’Etat aux patrons
 

Le budget du ministère des Affaires sociales pour l’exercice 2019 sera de presque 1,5 milliard DT (1.439,767 MDT) et sera en hausse de 6,23 % par rapport à celui de

 

Grève des examens : Taboubi lâche Yaacoubi pour la seconde fois
 

La Fédération générale de l’enseignement secondaire de Lassaad Yaacoubi, a annoncé ce dimanche 9 décembre 2018 avoir décidé d’organiser une journée nationale de colère mercredi 12 décembre. Une décision qui

 

L’avenue Habib Bourguiba à Tunis, désormais voie piétonne, récréative et ludique, tous les dimanches
 

L’avenue Habib Bourguiba à Tunis, a été interdite dimanche, dès 8h du matin, au public et ouverte aux jeux et aux compétitions sportives et culturelles destinés aux enfants, aux jeunes

 

Hi Tech
Ooredoo Tunisie rafle, av

Ooredoo Tunisie a remporté le Stevie Award d’Argent pour sa campagne digitale de l’humoriste Wassim Herissi (Migalo) relative au football club Paris Saint-Germain. Son clip « 1er match de Migalo au

Samsung et Verizon lancer

Verizon Communications et Samsung Electronics prévoient de lancer l’un des premiers téléphones à la norme de cinquième génération (5G) aux Etats-Unis au premier semestre 2019, rapporte Reuters. La 5G promet

«SMS Stop», la fin des

Lors d’une conférence de presse tenue ce jeudi 29 novembre 2018, l’Instance Nationale des Télécommunications (INT) a annoncé le lancement officiel de la solution nationale « SMS Stop », destinée à lutter

Finances
Bourse : Gel de la cotati

La cotation du titre CARTHAGE CEMENT est suspendue à partir du vendredi 7 décembre 2018 et ce, jusqu’à la déclaration du résultat de l’ouverture des plis des offres financières relatives

La STB lance un emprunt :

La direction générale de la Société Tunisienne de Banque (STB) a décidé d’émettre un emprunt obligataire de 50 millions de dinars, sans recours à l’Appel Public à l’Epargne, divisé en

Elbène touchée, mais pa

“Elbène Industrie connait certes des difficultés, mais elle n’a pas du tout arrêté la production“, annonce la société en réaction à la dernière déclaration (le 28 novembre 2018) du Président

Automobiles
Aures Auto dévoile son n

Aures Auto, distributeur officiel de DS Automobiles en Tunisie, a organisé mardi 4 décembre 2018 un point de presse pour annoncer le lancement de son nouveau SUV DS 7 CROSSBACK.

Toujours moins de voiture

Le nombre de véhicules légers (VP + VU) immatriculées en Tunisie, jusqu’à fin octobre 2018, a baissé de 17 % tous Brands confondus. Les concessionnaires tunisiens en avaient vendu 52.106

Nissan veut un nouveau pa

Nissan espère se doter d’un nouveau président du conseil d’administration d’ici un mois ou deux, idéalement avant sa prochaine réunion prévue aux alentours du 20 décembre, a dit à Reuters

 

 

Vous recevez ce message en tant que membre privilégié de www.africanmanager.com.
Si vous ne souhaitez plus recevoir les newsletters de “African Manager” suivez ce lien .Copyright [currentyear] African Manager

 

par -

Il n’y aura pas d’examens la semaine prochaine, encore moins pendant les vacances, a annoncé dimanche, le secrétaire général de la fédération de l’enseignement secondaire, Lassaad Yaacoubi.

Il a expliqué, dans une déclaration à Mosaïque fm, que les examens exigent de « bonnes conditions appropriées aussi bien pour les enseignants que pour les élèves », affirmant que ces conditions font défaut en raison de la poursuite de la crise.

Il a estimé que l’appel du ministère de l’Education pour des examens la semaine prochaine ou durant les vacances est « la dernière carte que joue le ministre pour embraser ce qui reste de l’école publique en ameutant les élèves et les parents », selon ses dires.

Ila souligné, cependant, que « les enseignants sont conscients de l’état d’ébullition dans lequel sont plongés les parents », et c’est pourquoi, a-t-il ajouté, la fédération de l’enseignement secondaire « s’emploie à mettre fin à la crise en accentuant la pression et l’escalade », estimant que la crise ne trouvera son épilogue qu’à travers une décision politique..

par -

Le jeune milieu de terrain brésilien de Flamengo, Lucas Paqueta, qui doit rejoindre l’AC Milan en janvier, est arrivé dimanche en Italie pour passer sa visite médicale dans les prochains jours.
“Je suis très heureux d’être ici, j’ai choisi l’AC Milan en raison de son histoire”, a déclaré le milieu offensif de 21 ans à son arrivée à l’aéroport de Milan.
Flamengo et l’AC Milan avaient conclu un accord en octobre pour le transfert de l’international brésilien, convoité par plusieurs grands clubs européens et dont la venue doit beaucoup à Leonardo, le directeur sportif brésilien du Milan. Selon la Gazzetta dello Sport, la durée du contrat serait de cinq ans et le montant du transfert s’élèverait à 35 millions d’euros.
Formé à Flamengo, où il est arrivé à l’âge de dix ans, Paqueta a inscrit 10 buts cette saison avec le club brésilien avec lequel il vient de terminer deuxième du championnat derrière Palmeiras. Appelé en sélection pour la première fois en août, il compte pour le moment deux sélections avec la Seleçao.
Le Brésilien assistera à la rencontre de Serie A contre le Torino ce dimanche soir à San Siro et passera sa visite médicale en début de semaine.

par -

Le CO Médenine a remporté une précieuse victoire face à l’US Siliana (2-1) qui lui a permis de conforter sa place en milieu du tableau de la poule A, tandis que l’EGS Gafsa s’est rapproché de la tête de la poule B à la faveur de son succès en déplacement à Kerkennah (3-1), dimanche, en clôture de la 10e journée de la Ligue 2 de football professionnel.
En poule A, le CO Médenine a ouvert la marque à la 39e grâce à Ghazi Challouf, avant que les visiteurs n’égalisent à la 43e par Helmi Thouabtia. Mais Ghazi Challouf a profité d’un penalty à la 77e pour redonner l’avantage et la victoire aux siens.
A la faveur de ce succès, les Médeninois confortent leur place en milieu du tableau (6e, 14 pts) tandis que l’US Siliana sont toujours 8e (11 pts).
En poule B, l’EGS Gafsa a enfoncé l’OC Kerkennah en bas du tableau en allant lui infliger une lourde défaite (3-1) grâce à trois buts de Ghaith Zammel (19 et 62) et Imed Mansri (93), contre une seule réalisation de Mohamed Salah Orfi (71) pour les locaux.
L’EGS Gafsa profite ainsi de ce succès pour se hisser à la 4e place (19 pts) à une seule longueur du SA Menzel Bourguiba et l’AS Kasserine qui se partagent la 2e place, tandis que l’OC Kerkennah continue de souffrir en bas du classement.
De son côté, l’EO Sidi Bouzid a disposé du CS Jebeniana (2-0) grâce à deux réalisations de Sedki Boulaghi (65) et Karim Zaafouri (95), portant leur total à 11 points (7e) à une longueur de leur adversaire du jour.

par -

L’AS Gabès a pris une bonne bouffée d’oxygène en infligeant à l’Etoile du Sahel sa première défaite de la saison, dimanche pour le compte de la 11e journée de la Ligue 1 de football professionnel.
Les protégés de Kaies Zouaghi ont créé la surprise dimanche en mettant fin à l’invincibilité de l’Etoile du Sahel (3-1), grâce à trois réalisations de Marouène Saidi (43), Firas Ghouma (64) et Zouhaier Attia (66), intervenus après l’ouverture du score par les étoilés à la 10e par Yassine Chikhaoui sur penalty.
Grâce à ce succès, le 2e de la saison après six matches sans victoire (3 nuls et 3 défaites), la “Jeliza” passe de l’avant-dernière à la 10e place qu’elle partage désormais avec la JS Kairouan avec 9 points chacun.
Les étoilés, eux, conservent néanmoins leur 4e position (18 points) mais pourront voir l’écart les séparant du podium s’élargir en cas de victoire de l’Espérance, (3e, 23 points) face au C.Africain (13e, 8 points), dans le derby de la capitale qui se jouera ultérieurement, d’autant plus qu’ils seront sous la menace de l’US Tataouine et du Stade Tunisien qui suivent avec 2 points de retard.
L’US Tataouine a en effet, réussi ce dimanche une belle opération en s’imposant à domicile face au Stade Gabésien (2-1), ce qui lui permet de conforter sa 5e place partagée avec le S. Tunisien et de mettre la pression sur l’Etoile du Sahel.
Les deux buts de l’US Tataouine ont été l’oeuvre de Oussama Omrani (62) et Med Ali Abdessalam (75 sp), tandis que les visiteurs ont réduit la marque en fin de match par Saber Hammami (95).
Samedi, en ouverture de la 11e journée, Le CA Bizertin et le CS Sfaxien ont pris provisoirement la tête du classement en battant respectivement l’US Monastir (3-1) et la JS Kairouan (1-0), tandis que le Stade Tunisien (5e) a été l’auteur d’un déplacement réussi chez l’ES Metlaoui (2-1).
L’US Ben Guerdane, victorieux du CS Hammam-lif (1-0), a conforté sa place en milieu du tableau contrairement aux Verts qui déscendent à la 12e place ex aequo avec le C.Africain (8 points).
Le derby de la capitale entre l’Espérance ST et le Club Africain se jouera ultérieurement en raison de l’engagement de l’Espérance en coupe du monde des clubs (du 12 au 22 décembre aux Emirats).

par -

Des patrouilles mixtes relevant de la garde nationale de Ben Guerdene (gouvernorat de Médenine) ont arrêté, samedi, 10 africains alors qu’ils franchissaient clandestinement les frontières entre la Libye et la Tunisie.
Le ministère de l’intérieur a indiqué dans un communiqué publié dimanche, qu’aprés consultation du ministère public,un procés sera intenté contre ces individus accusés de “franchissement illégal du territoire tunisien”.
Des mesures légales seront prises contre ces clandestins qui seront hébergés provisoirement dans un centre du croissant rouge.

par -

L’appel d’offres pour la construction de l’usine de dessalement d’eau de mer de Zarat a été remporté par la multinationale indienne Va Tech Wabag, spécialisée dans le traitement de l’eau qui fournira les services d’ingénierie, de construction et d’équipement de la future station, rapporte Afrik 21. Sa construction a fait l’objet d’un appel d’offres de la SONEDE auquel une seule entreprise a répondu.

Ce projet de dessalement vise à remédier aux pénuries d’eau potable dans la région de Gabès, et notamment à limiter la surexploitation de la nappe phréatique. Va Tech Wabag commencera à installer cette usine avant le début de 2019.

Elle construira une usine de dessalement capable de produire 50 000 m3 d’eau potable par jour. L’usine sera accompagnée d’une station de pompage d’eau dessalée fournissant de l’eau à trois réservoirs d’une capacité de 15 000 m3 chacun. Toutefois, Sonede envisage d’augmenter la capacité de l’installation à 100 000 m3 d’ici 2027. Dans l’intervalle, la société estime que l’usine, dont la construction doit être achevée en 2021, devrait couvrir les besoins de plus d’un million de personnes dans les gouvernorats de Gabès, de Médenine et de Tataouine d’ici 2035 (avec l’extension de ses capacités en 2027).

Ce qui pourrait donc être considéré comme la première phase du projet de dessalement d’eau de mer de Zarat coûtera au total 231,6 millions de dinars, soit 96,5 millions d’euros. A cet égard, l’Etat tunisien peut compter sur le soutien de l’Allemagne via sa banque de développement. La Kreditanstalt für Wiederaufbau (KfW) a décidé d’investir 82 millions d’euros. L’accord de prêt est signé depuis le mois de 2016. L’Etat tunisien ne paiera finalement que 14,5 millions d’euros pour financer la construction de l’usine. Plusieurs autres petits projets de dessalement sont en cours de développement dans le pays, à Sidi Bouzid, Gafsa, Tozeur, Kebili et Medenine.

par -

Le Secrétaire général du Mouvement Machrou Tounes, Mohsen Marzouk, a mis en garde dimanche contre la gravité des manœuvres orchestrées par certaines parties pour entraîner la Tunisie dans une spirale de chaos et de violence.

” Connues par tous “, ces parties appellent les Tunisiens à descendre dans la rue, a-t-il regretté lors d’un meeting au siège de la Bourse du Travail à Tunis.
Marzouk a également mis en garde contre la campagne des ” Gilets rouges ” qui, a-t-il souligné, ” cherche depuis presque deux mois à semer le chaos et la violence dans le pays pour s’emparer du pouvoir “.
” Si l’on ne stoppe pas ce courant, un climat de chaos et de violence risque de s’installer dans les rues “, a-t-il encore averti.

” Résolument attaché à ses constantes, le Mouvement Machrou Tounes ne tolère aucun dérapage vers la violence “, a-t-il lancé.

Lors de ce meeting auquel ont pris part notamment le porte-parole du gouvernement, Iyadh Dahmani, le président du bloc parlementaire de la Coalition nationale, Mustapha Ben Ahmed et l’activiste, Lazhar Akremi, Marzouk a jugé indispensable d’instaurer un pôle politique solide qui aura à expliquer aux citoyens les enjeux politiques qui se posent et à les impliquer dans la chose publique pour regagner leur confiance.
” Nous nous n’allions point avec l’Islam politique et nous allons rester attachés à nos positions vis-à-vis des grandes questions, particulièrement en ce qui concerne le dossier de l’Instance Vérité et Dignité “, a, de son côté, souligné le député et président du bloc ” Al-Horra ” du Mouvement Machrou Tounes, Hsouna Nasfi.
” Nous sommes des partenaires au pouvoir oui, mais nous ne sommes pas des alliés “, a-t-il tenu à souligner en allusion au Mouvement Ennahdha.

” Les militants de Machrou Tounes et en premier lieu ses femmes resteront un rempart inexpugnable contre les forces rétrogrades et obscurantistes qui cherchent à compromettre les droits et les acquis de la femme tunisienne “, a pour sa part promis la présidente du Comité central du parti, Watfa Belaïd.

par -

Des directeurs, directrices et censeurs exerçant dans des collèges et lycées du gouvernorat de Sidi Bouzid ont présenté une démission collective en signe de protestation contre “l’humiliation et le harcèlement pratiqué par le ministère de l’éducation et les commissariats régionaux de l’éducation”, selon un communiqué publié, dimanche, par la section de la fédération générale de l’enseignement secondaire à Sidi Bouzid.

Les directeurs et les censeurs qui ont démissionné ont décidé d’entamer, à partir de demain, lundi, un sit-in ouvert au siège du commissariat régional de l’éducation à Sidi Bouzid. Ils ont affirmé leur plein attachement aux décisions de la commission administrative de la fédération générale de l’enseignement secondaire et leur participation à tous les mouvements de protestation qui seront observés dans le secteur de l’éducation. Ils ont dénoncé “les pratiques répressives visant à les harceler et à les utiliser pour frapper le secteur”.
Ils ont souligné leur démission collective de la direction des établissements éducatifs, faisant porter au ministère toute la responsabilité des conséquences qui en découlent.

La lettre de démission publiée à l’issue d’une assemblée générale tenue au siège de l’Union régionale du travail à Sidi Bouzid comporte plus de 41 signatures.

par -

L’Afrique a la plus forte proportion de mortalité des piétons et des cyclistes dans le monde avec 44% des décès.

Selon le nouveau rapport de l’OMS, publié le 7 décembre, les décès sur les routes sont en augmentation dans le monde entier, avec 1 million 350.000 morts. Les taux les plus élevés, on les trouve en Afrique avec 26 décès par 100 000 habitants. Ce qui est trois fois plus élevé qu’en Europe.

“Ce qu’on constate, c’est que l’infrastructure routière est en train de se développer rapidement en Afrique, mais malheureusement, on oublie les besoins des piétons. On fait un développement pour les voitures. On oublie que les enfants avaient l’habitude de marcher le long des routes, et même de jouer sur la route. Les voitures peuvent aller plus vite sur les nouvelles routes, mais on oublie de faire des passages pour piétons, de faire des trottoirs, de faire des pistes cyclables qui permettraient aux piétons de circuler en toute sécurité”, constate le Dr Etienne Krug, en charge du département chargé notamment de la prévention de la violence et des traumatismes de l’OMS.

Il a expliqué à Franceinfo Afrique que l‘insécurité routière est devenue la cause de décès numéro 1 dans le monde pour les enfants de 5 à 14 ans et pour les jeunes adultes de 15 à 29 ans.

par -

L’acte 4 de la mobilisation des Gilets jaunes a donné lieu à un total de près de 2 000 interpellations dont plus de 1 700 gardes à vue à travers toute la France selon les derniers chiffres du ministère de l’Intérieur ce dimanche.

Quelque 136 000 personnes ont participé à cette nouvelle journée de mobilisation, soit le même nombre que le 1er décembre, a précisé la place Beauvau.

Selon un bilan national provisoire de la direction générale de la santé, « 179 personnes blessées ont été prises en charge sur tout le territoire par les équipes médicales des hôpitaux ».

par -

Durant le reste de la journée du dimanche 9 décembre 2018 et la journée de demain lundi 10 décembre 2018, une dépression qui s’est formée sur la mer Adriatique, continue à diriger des vents Nord-ouest forts à très forts vers la Tunisie, fait savoir l’Institut national de la météorologie dans une bulletin de suivi.

La vitesse maximale sera comprise entre 60 et 80 km/h sur les gouvernorats du nord et les hauteurs, atteignant temporairement, 90 km/h en rafales, entre 30 et 50 km/h ailleurs.

par -

Le seul content des 33èmes JES (Journées de l’Entreprise de Sousse), aura certainement été le propriétaire des hôtels, lieux de ce qui ressemble de plus en plus à un pèlerinage cinq étoiles entre hommes d’affaires et gens de bonne compagnie, Néji Mhiri chez qui sont retournés les centaines de participants aux séminaires , après la mauvaise expérience de 2017 chez un autre hôtelier de la route touristique de Sousse, dans l’établissement duquel le chef du gouvernement avait déjeuné cette année.

Mettant à profit une question d’Africanmanager, le chef du gouvernement, hôte des JES pour la 3ème fois de son mandat, Youssef Chahed annonce, officiellement ès qualité , que le port en eau profonde se fera à Enfidha et que la société qui aura la charge d’en lancer l’appel d’offres sera prochainement constituée. En pays «Etoiliste», Youssef Chahed annonce aussi une participation de l’Etat aux frais de construction de ce qui reste du stade olympique de Sousse.

Sinon, et au moins durant les deux plus importants panels sur les réformes fiscales et du droit du travail de ces JES, tous étaient sortis mécontents, ou du moins restés sur leur faim. Hommes d’affaires et élite économique n’appréciaient pas les réformes fiscales entamées par le gouvernement de Youssef Chahed, ou n’en comprenaient pas l’utilité pour un gouvernement qui ne veut rien entendre aux dictons qui professent que «trop de fiscalité, tue la fiscalité» et que les «taux tuent les totaux».

  • «Donnez-moi de bons politiciens, je vous donnerai de bonnes finances»

Des réactions, comme celle de Walid Belhaj qui trouvait que le gouvernement mettait à très rude épreuve le nationalisme, financier et fiscal, des hommes d’affaires, n’étaient pas une rareté, même si certains le disaient, plus par des expressions faciales et par applaudissements que par le verbe. Et c’est le Conseiller du chef du gouvernement en politique fiscale, Fayçal Derbel, qui se retrouve à essuyer tout seul toute l’ire du parterre, jusqu’à paraphraser «Baron Louis», ministre des finances, dit exemplaire, sous l’Empire, qui disait «Faites-moi de bonnes politiques, je vous ferai de bonnes finances». Pour être politiquement correct, Derbel dira plutôt : «donnez-moi de bons politiciens, je vous donnerai de bonnes finances».

D’autres intervenants, investisseurs de vocation, demandaient, pour les plus fatalistes, un minimum de stabilité fiscale et une sanctuarisation de la législation fiscale tunisienne dans un environnement où même la stabilité gouvernementale n’est plus chose acquise. L’un des intervenants demandait même la mise en place d’un Pacte fiscal entre les partenaires économiques et sociaux du pays.

Le panel était tellement remonté contre la fiscalité, domaine où ils essuieront un peu plus tard les attaques du patron des syndicalistes qu’ils se demandaient à quoi servirait une fiscalité, mal dépensée, et dont le chef d’entreprise créateur de richesse ne voit toujours aucun impact sur la facilitation de ses affaires et en améliorations de son environnement d’investissement. Une remise en cause de l’utilité de la fiscalité qui ferait presque écho à des tentatives de désobéissance fiscale.

  • Pas d’amélioration de la productivité, avec de si bas salaires, affirme d’emblée Taboubi

L’autre panel qui a apporté désillusion, par ailleurs attendue, aux hommes d’affaires, était celui consacré au droit du travail et dont l’invité principal était le patron des ouvriers, Noureddine Taboubi, SG de l’UGTT. L’homme était certes, moins hautain et arrogant que son prédécesseur Houcine Abassi dont l’unique prestation aux JES, qui avait débuté par «un ping-pong tendu avec Wided Bouchammaoui» s’était terminée par un esclandre avec un membre du BE de l’IACE. On notera cette intervention de Tahar Bayahi lorsqu’il criait calmement le «ras le bol des guerres politiciennes que nous ne pouvons plus supporter», avant d’appeler le SG de l’UGTT à «laisser ses positions en dehors de cette guerre», allusion non dite à la guerre de l’UGTT contre le chef du gouvernement où on n’a pas peine à placer toutes les grèves soutenues ou décidées par l’UGTT. Ce à quoi Taboubi répondra que l’UGTT n’est pas partie prenante dans cette guerre, oubliant à l’occasion, ses différentes déclarations revendiquant un changement de gouvernement !

Mais, tout comme son prédécesseur, Taboubi a été intraitable et totalement fermé à la notion de flexibilité de l’emploi et a fixé sa stratégie de contrattaque sur la question de l’iniquité et l’évasion fiscales. Cela, même s’il semble y avoir un début d’entente sur la nécessité d’un nouveau Pacte social et la mise au point d’une sorte d’assurance contre la perte d’emploi. Le fonds existe déjà chez la CNSS et il n’y aura besoin que de l’en sortir et d’en augmenter les cotisations.

Sur le sujet de la flexibilité et après un laïus sur l’employé qui paie plus d’impôts que l’employeur et un «est-ce que tous les patrons paient leurs impôts et est-ce que tous les bilans des entreprises sont justes» et sa lourde accusation d’évasion fiscale devant des patrons muets, Taboubi y va directement. «Il n’est pas question d’augmentation de la productivité avec de si bas salaires», se permettant même de recadrer un expert étranger qui prônait la discussion et la négociation par un «il y a des actions qui ne vont pas dans le bon sens, mais nous remettons en place tous ceux qui sortent du cadre syndical. Autrement, nous n’avons de leçon à recevoir de personne, car le problème en Tunisie est que la négociation est juste un slogan».

  • «J’ai écouté vos doléances et j’attends ce vous allez nous donner», dixit N. Taboubi

Plusieurs intervenants essaieront, par la suite, de lui faire comprendre les avantages d’un surcroît de flexibilité pour la pérennité, par exemple, des entreprises en difficultés économiques comme le lui explique Nafaa Ennaifer. Et Taboubi de lui répondre que «le problème est la confiance». Plus manque de confiance que lui pourtant, tu meurs. «Ce que vous dites n’est pas ce à quoi vous pensez réellement», lançait ainsi Noureddine Taboubi. Et la discussion se poursuivra ainsi pour de longues et multiples minutes, entre le SG d’une UGTT autiste et sourde aux attentes des patrons et un auditoire qui n’arrive que difficilement à sortir de son mutisme, certainement par peur de représailles syndicale. Taboubi livre ensuite en quelques mots de clôture, une synthèse de la vraie stratégie syndicale sur le sujet de l’augmentation de la production et de l’amélioration de la productivité : «J’ai écouté vos doléances et nous attendons ce que vous allez nous donner».

Khaled Boumiza

par -

Les cours seront suspendus, demain lundi, dans tous les établissements primaires publics pendant deux heures à cause de la grève des instituteurs ordonnée par la fédération générale de l’enseignement de base en signe de solidarité avec les enseignants du secondaire.

Le secrétaire général de la fédération générale de l’enseignement de base, Nabil Hawachi a déclaré à la TAP que les enseignants du primaire seront en grève, demain de 10H00 à midi afin de “soutenir leurs collègues du secondaire et leurs revendications légitimes face à la poursuite de la politique intransigeante suivie par le ministère de l’éducation et du gouvernement”.

La réaction du ministère de tutelle à l’égard des formes de protestation décidées par le syndicat du secondaire dont, notamment, le boycott des examens du premier trimestre, ne dénote pas d’une volonté de trouver une solution et de contenir les problèmes, a-t-il dit.

Plusieurs enseignants du secondaire ont entamé, vendredi dernier, des sit-in ouverts aux sièges de commissariats régionaux de l’éducation en guise de protestation contre la décision du ministère de prélever les journées de grève des salaires des enseignants qui ont boycotté les examens de la semaine bloquée dont le déroulement était fixé du 3 au 8 décembre 2018.

Le ministre de l’Education avait répliqué que le département ne fait qu’appliquer la loi qui prévoit la retenue sur salaire en cas de travail non accompli.

Une enquête réalisée par le CJD auprès des PME (oct-nov 2018) et portant sur les performances de l’administration publique, a donné des résultats alarmants. Les PME et l’entrepreneurial ne peuvent se développer que dans un environnement sain et motivant. Et au vu de ces résultats, on en est très loin. C’est ce que rapporte l’homme d’affaires Khaled Fourati dans un récent Post sur les réseaux sociaux.

L’enquête a démontré que:
– 43% des PME ont constaté une régression de leurs chiffres d’affaires
– Les administrations ciblées ont un mauvais score de performance 59% (en dessous de la moyenne reconnue)
– 20% des PME ont été incitées à la corruption par l’administration
– 77% des PME considèrent que l’administration est un obstacle au développement

Parmi les solutions proposées par l’enquête, vient en premier lieu la digitalisation de l’administration. Cela peut être une avancée significative, mais pas suffisante, car il faut un « assainissement » et une revue des compétences.

Des actions urgentes devraient être entreprises, à savoir :
– éliminer l’impunité et établir de VRAIES sanctions pénales contre la corruption et les infractions majeures.
– éliminer les incompétents et les brebis galeuses par des départs précipités, en redéfinissant les missions du service publique : au service du citoyen (et non le contraire tel que le perçoivent les fonctionnaires)
– éliminer toutes les autorisations inutiles et les procédures administratives lourdes, ainsi que les contrôles a priori, sources de pots-de-vin et de corruption.
– libérer le marché et l’initiative individuelle
– Faciliter l’accès à l’information au citoyen, et diffuser les informations liées aux appels d’offres et marchés publics.C’est déjà un pas. Mais qui osera ?

par -

«La première pierre de la construction de l’ASBU Business Hotel sera posée le 10 décembre 2018 à Tunis par le ministre des Affaires étrangères, Khemaies Jhinaoui». L’information est rapportée par notre confrère «Destinationtunisie», qui publiait plusieurs photos de ce projet.

Selon la même source, «Il s’agit d’un hôtel de 260 chambres de catégorie 5 étoiles qui sera situé au Centre urbain nord, juxtaposé au siège de l’ASBU » qui est l’association arabes

par -

Le budget du ministère des Affaires sociales pour l’exercice 2019 sera de presque 1,5 milliard DT (1.439,767 MDT) et sera en hausse de 6,23 % par rapport à celui de 2018. On y découvre que 12,62 % ou 111,851 MDT iront aux salaires des 6.082 employés, 82,79 % du budget, ou 995,18 MDT iront aux subventions pour les handicapés, aux indigents et à la CNSS au titre de la participation de l’Etat à la diversification des ressources de la Caisse. Mais surtout 32 MDT qui iront aux patrons, à titre de la prise en charge par l’Etat de la participation des patrons au régime de sécurité sociale. La CNSS recevra aussi 7 autres MDT.

par -

La Fédération générale de l’enseignement secondaire de Lassaad Yaacoubi, a annoncé ce dimanche 9 décembre 2018 avoir décidé d’organiser une journée nationale de colère mercredi 12 décembre. Une décision qui risque de prolonger la crise de l’enseignement secondaire, déclenchée par la décision de la même Fédération de boycotter et de faire boycotter les examens des élèves tunisiens. Le SG de l’UGTT, Noureddine Taboubi ne semble pourtant pas content de l’évolution de la crise et semble même prendre position contre Lassaad Yaacoubi.

En effet, interrogé par Africanmanager, en marge de sa participation aux journées de l’entreprise de Sousse, sur sa position par rapport à ce qui se passe dans le secteur de l’enseignement et notamment le boycott des examens par les enseignants, Noureddine Taboubi a déclaré que,«nous soutenons les revendications sociales des enseignants. Mais des revendications raisonnables, soutenables et applicables. Notre position, vous l’avez remarquée lors de la grève générale qui s’était déroulée dans le calme et sans casse, contrairement à ce que pariaient d’autres. Nous sommes à la tête d’une organisation responsable. Pour l’enseignement, lundi 10 décembre, j’aurai une rencontre avec les ministres concernés et le soir avec le chef du gouvernement. Deux ministres, que je ne nommerai pas, ont fait des propositions en dehors des négociations officielles. Lors d’un entretien avec le chef du gouvernement et avec le ministre de l’Éducation, j’apprends qu’ils n’étaient pas au courant de ces propositions. Il y a donc crise au sein du gouvernement due au  manque de coordinations entre ses membres ».

Questionné ensuite, de manière plus directe, s’il soutient les revendications de Lassaad Yaacoubi, Taboubi a été tout aussi direct : «Non. Nous soutenons les quelques revendications, raisonnables. Mais nous estimons que les examens doivent se passer dans de bonnes conditions, en dehors des luttes sociales qui ont leur propre cadre où on peut leur trouver les solutions, sans pour autant arrêter les examens ».

Taboubi avait une première fois lâché son ancien rival lors du dernier congrès électif de l’UGTT, sur la question de l’année blanche. Une position qui avait alors fait le bonheur du gouvernement de Youssef Chahed et celui des parents d’élèves.

par -

Donald Trump a annoncé samedi le départ de son plus proche conseiller, le secrétaire général de la Maison Blanche John Kelly, ajoutant une nouvelle touche à la remise à plat de son équipe dans un contexte troublé par l’enquête russe et avant l’élection de 2020.

“John Kelly partira à la fin de l’année”, a déclaré Donald Trump devant les journalistes à la Maison Blanche, indiquant que le nom de son successeur serait annoncé “dans un jour ou deux”. Et Donald Trump de préciser qu’il pourrait nommer dans un premier temps un remplaçant par intérim.

Les interrogations sur un départ imminent de John Kelly se faisaient de plus en plus pressantes ces derniers jours, les médias américains insistant sur la dégradation des relations entre les deux hommes. Certains affirmaient même qu’ils en étaient venus à ne plus se parler.

par -

L’Opep et ses alliés menés par la Russie vont abaisser leur production d’1,2 million de barils par jour pour les six prochains mois, selon les termes d’un accord scellé vendredi qui a redonné des couleurs au cours du pétrole, au risque d’irriter le président américain Donald Trump.

Cet objectif, attendu fébrilement par les marchés, sera réparti à hauteur de 800.000 barils quotidiens pour les quatorze pays de l’Opep et de 400.000 pour ses dix partenaires dont la Russie, a précisé l’organisation lors d’une conférence de presse qui s’est tenue à son siège de Vienne.

La réduction, correspondant à un peu plus de 1% de la production mondiale, est destinée à rééquilibrer le marché et à enrayer la chute des cours, qui ont dévissé de 30% en deux mois dans un contexte de surproduction chronique.

Après une semaine difficile, au rythme des négociations délicates entre les producteurs, le prix du baril de Brent pour livraison en février s’est redressé, prenant 1,61 dollar, ou 2,68%, pour clôturer à 61,67 dollars. Le WTI américain pour livraison en janvier s’est apprécié pour sa part de 1,12 dollar, ou 2,18%, pour finir à 52,61 dollars.

FOCUS 🔍

La Banque de l’Habitat porte à la connaissance du public qu’un poste d’administrateur indépendant (Risques) est vacant. Afin de choisir un candidat à ce poste,...

Le meilleur des RS

Une enquête réalisée par le CJD auprès des PME (oct-nov 2018) et portant sur les performances de l’administration publique, a donné des résultats alarmants....

PRESSE LOCALE

INTERVIEW

Africanmanager était, samedi 8 décembre 2018, le 1er arrivé sur le site des JES et il n’y avait nul autre journaliste sur place et...

AFRIQUE

L’Afrique a la plus forte proportion de mortalité des piétons et des cyclistes dans le monde avec 44% des décès. Selon le nouveau rapport de...

Reseaux Sociaux

SPORT

Le jeune milieu de terrain brésilien de Flamengo, Lucas Paqueta, qui doit rejoindre l'AC Milan en janvier, est arrivé dimanche en Italie pour passer...