AccueilLa UNEFitch: La Tunisie créditée de CCC+ et n'est plus pays non solvable

Fitch: La Tunisie créditée de CCC+ et n’est plus pays non solvable

Fitch Ratings a annoncé , ce jeudi 1er décembre, avoir relevé la note de défaut émetteur (IDR) à long terme en devises de la Tunisie de ‘CCC’ à ‘CCC+’, étant noté que cette agence de notation n’attribue généralement pas de perspectives aux souverains dont la note est égale ou inférieure à ‘CCC+’.  Surtout Fitch a retiré les IDR à long terme de la catégorie « Under Criteria Observation » (UCO) (Placement  sous observation de critères)*.

Le relèvement de la note à « CCC+ » reflète l’opinion de Fitch selon laquelle l’accord SLA conclu avec le FMI l pour un nouveau mécanisme élargi de crédit  de 48 mois d’un montant de 1,9 milliard USD permettra de débloquer d’importants financements des créanciers institutionnels  et de soutenir la consolidation budgétaire, malgré l’incertitude quant à l’adhésion continue au programme. Le programme du FMI vise à remédier aux principales faiblesses structurelles du pays mais ne nécessitera pas de restructuration de la dette. L’approbation du programme par le conseil d’administration du FMI et les indications d’une forte conformité pourraient soutenir davantage le profil de crédit de la Tunisie.

Fitch prévoit que les besoins de financement du gouvernement atteindront 16,4 % du PIB et 16,8 % du PIB en 2022 et 2023, respectivement, poussés à la hausse par les importantes dépenses supplémentaires pour absorber le choc de la guerre en Ukraine et les échéances de la dette extérieure de 1,4 milliard USD et 2,0 milliards USD, respectivement. Selon les autorités, un financement d’environ 1,3 milliard USD de la part de l’Arabie saoudite, d’Abu Dhabi et d’Afreximbank est au stade des négociations finales, ce qui, avec la première tranche du FMI, comblerait le déficit de financement pour 2022. La Tunisie est en train de négocier un autre financement de 1,8 milliard USD, principalement auprès du CCG, qui, ajouté aux décaissements prévus du FMI, des créanciers multilatéraux et bilatéraux occidentaux (environ 2,4 milliards USD) – débloqués avec l’accord du FMI – et au financement du marché intérieur, couvrirait les besoins de financement budgétaire et extérieur en 2023.

L’agence de rating prévient, cependant, que  si le plan de financement offre une certaine visibilité sur la capacité de la Tunisie à faire face aux obligations du service de la dette extérieure à venir, les pressions financières pourraient réapparaître si la Tunisie s’écarte des objectifs du programme du FMI, mettant en péril de nouveaux décaissements, ou si les prix des matières premières restent supérieurs aux  prévisions, d’autant que la Tunisie devra faire face à un pic d’échéances de la dette extérieure en 2024 (environ 2,6 milliards USD, dont 850 millions EUR d’euro-obligations).

Autre prévision de Fitch : le déficit public diminuera à 5,6 % du PIB en 2023 et à 3,8 % du PIB en 2024, contre 7,3 % en 2022, avec la baisse des prix des matières premières et la mise en œuvre des réformes. Elle pense que les mesures fiscales prévues permettront de maintenir les recettes fiscales dans une fourchette de 25 à 26 % du PIB, contre une moyenne de 22,5 % au cours des cinq dernières années. L’accord salarial signé avec l’UGTT, en septembre, limite la croissance de la masse salariale à 5,5 % par an sur les trois prochaines années, ce qui implique une baisse en termes réels. Toutefois, les économies ainsi réalisées seront largement compensées par l’augmentation des charges d’intérêt. Des réformes des subventions et des entreprises d’État seront nécessaires pour améliorer le déficit structurel de la Tunisie. La suppression progressive des subventions aux carburants, prévue en 2023, sera la clé de l’assainissement budgétaire de la Tunisie.

La transition politique présente des risques

Fitch n’écarte pas que les  élections législatives  qui  se tiendront le 17 décembre « puissent  apporter plus de stabilité dans un nouveau régime présidentiel avec un processus législatif simplifié ». Toutefois, ajoute l’agence, plusieurs partis d’opposition ont annoncé qu’ils boycotteraient les élections, en réponse à la nouvelle loi électorale adoptée par décret. Cela pourrait entraîner des troubles sociaux alimentés par l’inflation et le chômage élevé.

Bien que  Fitch s’attende  à ce que l’accord salarial tienne jusqu’en 2023 et vraisemblablement au-delà,  elle souligne  que les pressions sociales et l’opposition de l’UGTT pourraient également faire dérailler les subventions aux produits essentiels et les réformes des entreprises publiques  prévues, qui sont des éléments clés du programme du FMI. Historiquement, l’adhésion aux programmes du FMI a été faible et il n’est pas encore clair si cela a changé alors que la nécessité des réformes est plus largement acceptée et que l’environnement politique change, note l’agence.

Poursuite des  pressions sur les liquidités extérieures

Fitch Ratings prévoit que le déficit des comptes courants se creusera sensiblement pour atteindre 9,3% du PIB en 2022, contre 6,0% du PIB en 2021, en raison de la position d’importateur net important de la Tunisie pour les produits de base exposés à la guerre en Ukraine. L’agence prévoit aussi que le déficit des comptes courants restera élevé à 7,5 % du PIB en 2023, car la faible croissance en Europe, principale destination des exportations, et la vigueur du dollar compenseront la baisse modérée des prix des matières premières, avant de se redresser à 6,9 % du PIB en 2024.

L’amortissement de la dette extérieure de 4,4 % du PIB en 2023 et de 5,2 % du PIB en 2024 ajoutera aux pressions du financement extérieur. Selon Fitch,  l’incapacité à obtenir le financement extérieur prévu aggraverait considérablement les pressions sur la balance des paiements et ferait peser un risque sur le stock de réserves de change (à 98 jours d’importations en novembre) et, en définitive, sur la monnaie. La dette de la Tunisie est fortement exposée aux chocs de taux de change. Une dépréciation de 10 % de la monnaie augmenterait la dette d’environ 5 % du PIB, estime l’agence de notation.

Une inflation de 10,2% en 2023

L’inflation a augmenté tout au long de 2022 pour atteindre 9,2% en octobre. Fitch s’attend  à ce que  l’inflation moyenne atteingne 10,2 % en 2023, poussée à la hausse par les augmentations des prix du carburant dans le cadre du programme du FMI. Le resserrement de la politique monétaire a été modéré, avec une augmentation cumulative des taux prévue de 100 pb en 2022. L’agence pense  que les importants déséquilibres macroéconomiques et le fort effet de levier des entreprises privées limitent la marge de manœuvre de la politique monétaire. Toutefois, de nouvelles hausses de taux à petite échelle sont probables en 2023.

Recul de la croissance à 1,6% en 2023

Fitch prévoit  que la croissance du PIB restera limitée à 2,4 % en 2022 et qu’elle ralentira sensiblement à 1,6 % en 2023 en raison d’une inflation élevée, d’un dosage défavorable des politiques à court terme pour résoudre les importants déséquilibres macroéconomiques et de l’impact des chocs de croissance en Europe. Elle s’attend également à ce que la croissance reste faible, entre 2,0 et 2,5 %, à moyen terme, car les obstacles à la concurrence restent élevés et constituent un obstacle majeur à la croissance du secteur privé. Un ensemble de mesures a été identifié par les autorités pour réduire la rigidité administrative, mais la mise en œuvre et l’impact sur les résultats macroéconomiques restent incertains, avertit l’agence de notation.

Pour ce qui est enfin de la gouvernance , la Tunisie a un score de pertinence ESG (RS) de  » 5  » pour la stabilité et les droits politiques, ainsi que pour l’État de droit, la qualité institutionnelle et réglementaire et le contrôle de la corruption. Ces scores, précise Fitch,  reflètent le poids élevé des indicateurs de gouvernance de la Banque mondiale (WBGI) dans son modèle de notation souveraine. La Tunisie a un classement WBGI moyen, au 44ème percentile, reflétant une faible stabilité politique, un état de droit établi mais affaibli et des droits de participation au processus politique, une capacité institutionnelle modérée et un niveau de corruption perçu, explique-t-elle.

*Une action de notation de type Criteria Observation Removed (Observation de critère supprimée) supprimera le statut UCO et sera prise lorsqu’un examen plus approfondi a déterminé que la notation ne changerait pas suite à l’application des critères nouveaux ou révisés et qu’aucune autre action de notation n’a eu lieu pour résoudre précédemment le UCO. Il est nécessaire de supprimer le statut de créancier non solvable par le biais d’actions de notation de crédit – telles que l’affirmation, l’amélioration ou l’abaissement – qui sont prises dans la période de six mois à partir de la date de placement de la notation sur le statut de créancier non solvable. Dans ces situations, l’Observation de critère supprimée est appropriée. Cette action n’affecte pas le niveau de notation ou le statut Outlook ou Watch existant. La suppression de l’observation des critères ne satisfait pas à l’exigence minimale annuelle de Fitch en matière de revue de crédit.

- Publicité-

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

108,654FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
5,018SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -