AccueilLa UNELes banques tunisiennes sur un terrain bancal!

Les banques tunisiennes sur un terrain bancal!

Alors que la Tunisie a besoin d’ aide extérieure pour faire face à ses multiples défis économiques, les négociations avec le Fonds monétaire international (FMI) ont été suspendues en juillet suite à la proclamation de l’état d’exception pour reprendre début novembre, sans toutefois  aboutir à de résultats,  les réformes envisagées qui verraient l’introduction de nouvelles taxes et l’augmentation du prix des produits de base étant vivement contestées par une grande partie de la population.

- Publicité-

Les réformes envisagées par le FMI auront presque certainement un impact sur le secteur bancaire du pays, qui est aux prises avec des ratios de prêts non productifs (PNP) en hausse et une forte exposition aux entreprises publiques , avec de minces  tampons de capital mettant les prêteurs en danger de nouveaux chocs du système économique, estime le site bancaire de référence «The Banker»..

Le secteur bancaire tunisien, dominé par les institutions publiques, est confronté à un certain nombre de risques alors que l’économie continue de stagner, notamment en raison de leur forte exposition à la dette publique. Bien que la rentabilité reste élevée, les niveaux croissants de NPL du secteur et la faiblesse de ses réserves de capitaux pourraient être source de problèmes dans un avenir proche, à mesure que les perspectives économiques se détériorent.

La Banque centrale de Tunisie (BCT)  a fait état d’une croissance solide du secteur bancaire pour 2020, avec des actifs en hausse de 6,1% en glissement annuel, contre 4,6% en 2019, tandis que les prêts ont augmenté de 6,8% pour atteindre 98,6 Mds TD, contre 3,7% en 2019. Les prêts aux entreprises ont augmenté de 7,1% l’année dernière, tandis que les prêts aux particuliers ont augmenté de 5,8% sur la même période.

La rentabilité a été un autre point positif, le bénéfice net agrégé des 10 plus grandes banques du pays ayant augmenté de 37% en glissement annuel au premier semestre 2021, selon les données compilées par Fitch. Le rendement moyen des fonds propres, qui a baissé de 16,8 % en 2019 à 10,1 % en 2020, s’est légèrement amélioré pour atteindre 11 % à la fin du mois de juin 20201. La marge nette d’intérêt moyenne des banques s’est également maintenue à 3,8% en raison de la baisse des coûts de financement induite par les fortes baisses de taux de la BCT.

« Avant Covid, les banques tunisiennes avaient tendance à faire état de marges saines », explique Jamal El Mellali, directeur associé pour le secteur bancaire chez Fitch Ratings. « D’une part, elles évoluaient dans un environnement de taux d’intérêt élevés avant les baisses de taux, ce qui est positif pour le rendement des actifs car les banques prêtent à des taux variables. Elles sont financées par des dépôts de clients bon marché ou non rémunérés. Voilà pour la ligne supérieure ; et si l’on regarde la ligne inférieure, les charges de dépréciation des prêts représentaient un tiers du bénéfice avant dépréciation, ce qui n’est pas élevé, surtout compte tenu de l’état de l’économie tunisienne. »

Parmi les autres évolutions positives récentes, il convient de citer une légère amélioration de la couverture des prêts douteux par les provisions, qui s’est établie à 72 % au premier semestre 2021, contre 68 % en 2020, selon Fitch. Les créances douteuses non provisionnées  en tant que partie  des fonds propres ont diminué à 23% sur la même période, contre 30% en 2020, selon Fitch.

Des défis croissants

Un retour aux niveaux de rentabilité d’avant la pandémie est peu probable dans un avenir proche, selon une note d’octobre de Fitch, l’agence de notation prévoyant que la faiblesse des conditions de crédit poussera à la constitution de provisions. De plus, l’exposition des principaux prêteurs à des niveaux élevés de dette publique pourrait causer des problèmes au secteur dans les années à venir.

Les NPL sont élevés dans l’ensemble du secteur depuis un certain temps, oscillant autour de 13 % au cours des trois années précédant 2020, et juste au-dessus de 10 % pour les grandes banques. Le ratio global des NPL du secteur est passé à 13,8 % en juin 2021, mais ce chiffre ne dit pas tout.

« Lorsque vous l’examinez banque par banque, certaines font état de NPL beaucoup plus élevés, notamment les banques publiques ; certaines font état de plus de 20 % », explique  El Mellali. « Une chose intéressante et importante à noter est qu’une grande partie du stock de NPL date de 2013-2016, dans la foulée du printemps arabe. »

Les prêteurs locaux sont également très exposés au secteur public, avec jusqu’à 15 % des actifs totaux du secteur actuellement sous forme de bons du Trésor et de dépôts à la BCT, selon Fitch. L’État a emprunté auprès des banques nationales à cinq reprises depuis 2016, dont un prêt syndiqué de 400 millions de dollars contracté au cours du premier trimestre de 2021, avec la participation de 10 banques nationales. « Nous considérons que prêter à l’État est risqué compte tenu de sa faible flexibilité financière », explique  El Mellali.

« Un autre élément qui nous préoccupe est l’exposition importante des banques aux entreprises publiques : certaines banques que nous notons sont fortement exposées à ces entreprises publiques, l’exposition totale peut dépasser 300% des fonds propres, ce qui est extrêmement élevé compte tenu des faiblesses que nous avons constatées avec ces entités. »

Les analystes s’accordent à dire que les ratios de fonds propres des principaux prêteurs sont faibles, compte tenu des risques liés à la qualité des actifs des banques et des vulnérabilités économiques de la Tunisie, notamment au niveau des PME et des entreprises publiques.

Le ratio d’adéquation des fonds propres exigé par la BCT pour les banques tunisiennes est fixé à 10%, et certains affirment que ce n’est pas suffisant. Les nouvelles normes comptables IFRS 9 entreront également en vigueur à la fin de 2021, et les paramètres de qualité des actifs risquent de s’éroder davantage, ce qui nécessitera de nouvelles provisions, selon Fitch.

« Les banques sont exposées à des risques événementiels élevés étant donné la minceur des tampons par rapport aux exigences minimales en matière de capital réglementaire. Il s’agit notamment des risques opérationnels, des protestations sociales et des attentats, mais aussi des défaillances d’entreprises. Les portefeuilles de prêts des banques tunisiennes sont également très concentrés, ce qui les rend sensibles à un défaut, le risque étant qu’il efface une grande partie de leurs fonds propres », explique  El Mellali.

Face à ces défis, et à l’expiration des mesures d’allègement de la dette prises à la suite de la pandémie, Fitch a abaissé sa perspective sur les banques tunisiennes de stable à négative en octobre.

Des réformes au point mort

La Tunisie a signé un accord de quatre ans avec le FMI en mai 2016, qui comprenait des engagements visant à accroître l’indépendance de la BCT et à renforcer la politique monétaire pour améliorer la flexibilité du taux de change. Le dinar tunisien est actuellement rattaché à un panier pondéré de devises dominé par l’euro. Parmi les autres réformes décrites dans le programme du FMI figurent des mesures visant à renforcer les réserves, à faciliter l’ajustement externe, à améliorer les cadres de résolution et de supervision bancaires et à assouplir les plafonds des taux de prêt afin d’améliorer l’accès au crédit. Peut-être plus important encore, le FMI a également stipulé que la Tunisie devait restructurer ses banques publiques.

Les perspectives d’un tel programme de réforme restent au mieux incertaines, étant donné l’état rocailleux des négociations entre le gouvernement et le FMI.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

108,654FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
4,918SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -

Derniers Articles