Tags Posts tagged with "actionnaires"

actionnaires

par -

L’Assemblée Générale ordinaire (AGO) de l’UIB, réunie ce jeudi 1er juin 2017 à Tunis, a annoncé qu’il a été décidé de distribuer des dividendes aux actionnaires de la Banque. Ainsi, la rémunération du capital est fixée à 0,600 dinar par action ou certificat d’investissement, soit 12% du nominal des actions et des certificats d’investissement. Ces dividendes seront mis en paiement à partir du 1er juillet 2017.

par -

Contrairement à certaines banques, la BIAT se veut très généreuse et a décidé de distribuer des dividendes à ses actionnaires. Il a en effet été décidé, lors des Assemblées générales ordinaire et extraordinaire de la banque qui se tiennent actuellement à Tunis, de distribuer aux actionnaires, en franchise de retenue à la source, un montant de 68 millions de dinars à prélever sur le compte “Prime d’émission” qui figure parmi les capitaux propres de la banque antérieurs à 2013.

En conséquence, le dividende par action est fixé à 4 dinars par action, soit 40% du nominal des actions. Ces dividendes seront mis en paiement à partir du 12 juin 2017.

par -

Les actionnaires de la Banque nationale agricole (BNA) ont demandé des comptes à la direction de l’établissement suite à la non distribution de dividendes au titre de l’année 2016, une décision qui a été prise et approuvée par le conseil d’administration de la Banque, alors que l’exercice a été excellent. Ce lundi 22 mai 2017 lors de l’Assemblée Générale ordinaire (AGO) de la BNA, l’un des petits actionnaires a dit ceci : “Ce n’est pas normal que la banque n’accorde pas de dividendes à ses actionnaires comme le font les autres (…). C’est la quatrième année sans dividendes (…) Vous devez réviser votre politique“. Sur cette question, le directeur général de la Banque, Habib Belhaj Kouider, a indiqué que l’établissement ne pourra pas distribuer de dividendes avant de retrouver de la valeur, et c’est le cas déjà de plusieurs banques, selon ses dires. “On espère toutefois distribuer des dividendes dans les années à venir. 2017 est la première année de notre plan de développement et de transformation qui s’étale sur 5 ans“, a-t-il indiqué, avant d’ajouter : “Nous voulons faire une banque qui peut distribuer annuellement des dividendes d’une manière pérenne“, a-t-il assuré.

Dans le même ordre d’idée, le PDG de la banque a dit dans son interview accordée à Africanmanager : “Il y a anachronisme entre vendre du patrimoine dans le but de respecter la réglementation et distribuer un dividende. Cela ne se fait pas. Les actionnaires ont raison. Ils savent cependant que les deux exemples de réussite en matière de plan d’assainissement de banque n’ont rien distribué pendant 6 ou 7 ans. La BNA est dans la même logique, mais ne sera pas dans la même périodicité“.

Un autre actionnaire a critiqué la faiblesse de la capitalisation boursière de la banque malgré les bons résultats de l’exercice : “La capitalisation boursière de la BNA est équivalente à celle de la société Eurocycles qui vient d’entrer en bourse. Le cours est très faible et le titre n’est pas attractif…“, a indiqué l’un des actionnaires de la banque. Un constat partagé par le DG de la banque lui-même, qui a avoué que la capitalisation boursière de la BNA est très faible, soulignant toutefois que la Banque est dans la même situation que plusieurs banques : “Le comportement de l’action est étroitement lié à la structure saine et équilibrée à laquelle doit aboutir la banque“, a-t-il dit.
En effet, l’action de la BNA s’est échangée durant l’année 2016 pendant 245 séances de bourse avec un volume moyen de transactions journalières de près de 8.746 titres. Ainsi, les échanges globaux de l’action BNA ont porté sur 2.141.992 actions pour un volume global de 20.993 mD. Le cours de fin de séance a, pour sa part, fluctué entre un minimum de 8,120 dinars enregistré le 4 juillet 2016 et un maximum de 13,160 dinars le 13 janvier 2016.

Par ailleurs, à fin 2016, la capitalisation boursière s’est établie à 290.880 mD contre 358.400 mD en 2015. La banque a expliqué qu’en termes de performances, la baisse du rendement du cours du titre BNA a suivi la tendance de l’indice Tunindex au cours de l’année 2016 et ce, compte tenu de la morosité du marché.

Sur les prévisions, il est à signaler que l’évolution de l’activité de la BNA au cours de l’exercice 2017 sera caractérisée par un accroissement de 5,8% du total bilan, une progression de 5% de l’encours global des engagements bruts, une augmentation de 4,9% de l’encours des ressources mobilisées auprès de la clientèle et une augmentation de 29,4% de l’encours des emprunts et des ressources spéciales. Il est toutefois attendu que l’encours brut du portefeuille-titres d’investissement baissera en 2017 de 2%.

L’évolution de l’activité de la banque ainsi projetée se solderait par un accroissement des produits d’exploitation bancaire au taux de 6,8% et une hausse des charges d’exploitation bancaire de 7,8%, entraînant ainsi une progression du PNB de 6% au cours de l’exercice 2017.

par -

Nous apprenons, de source concernée par le sujet, qu’un premier administrateur judiciaire avait pu être nommé pour résoudre le conflit entre actionnaires au niveau de la gouvernance, qui avait conduit à la suspension de la cotation de la Société immobilière tuniso-saoudienne (SITS). Cette nomination, par procédure judiciaire, n’avait cependant pas abouti à la réunion de l’assemblée générale qui devait conduire à résoudre le conflit entre actionnaires, l’administrateur judiciaire désigné par la justice ayant refusé l’affaire.

Une seconde procédure judiciaire a ainsi été introduite pour la désignation d’un autre administrateur judiciaire pour une journée.

par -
«Dans le cadre de l'application de la loi n°99-65 du 15 juillet 1999 (article 3)

L’Assemblée générale ordinaire (AGO) de la Banque Nationale Agricole (BNA), tenue ce mercredi 29 juin 2016 à Tunis, a été marquée par la révolte des petits actionnaires, qui n’ont pas manqué de poser des questions sur le sort des dividendes non distribuées par la banque depuis près de 4 ans. Des tensions qui auraient pu être plus fortes si le directeur général de la banque, Habib Belhaj Guider, récemment nommé, n’avait pas su intervenir à l’aide d’arguments convaincants.

“C’est depuis plusieurs années que les petits actionnaires de la BNA ne bénéficient pas de dividendes alors que la participation privée au capital de cette banque représente 39%. Ou allons-nous? On a droit au partage de bénéfices”, a déclaré le président de l’Association de la défense des petits porteurs à la bourse. Il a proposé ainsi la création d’un club pour les petits actionnaires qui devrait être conçu comme un lieu d’échange entre la banque et les actionnaires.

Un autre membre de l’Association ADAM, chargée aussi de défendre le petit actionnaire, s’est exprimé sur les mêmes lacunes et insuffisances mentionnées encore une fois dans le rapport des commissaires aux comptes :”C’est pour la 5ème fois qu’on se trouve devant les mêmes carences. Ce sont les mêmes insuffisances qui se répètent chaque année sans trouver une solution”, a-t-il dit, appelant ainsi à mettre en place un business plan visant au moins à éviter les lacunes mentionnées dans le rapport des commissaires aux comptes.
Il s’est interrogé à propos les garanties présentées par les membres du conseil d’administration de la banque pour pouvoir bénéficier des crédits, appelant ainsi les responsables de cette institution financière à mettre à la retraite les cadres qui ont atteint la limite d’âge mais exercent encore des fonctions au sein de la BNA.

Un autre actionnaire a appelé à la révision du business plan de la Banque et le changement de la méthode de gestion et l’internationalisation, dans l’objectif de garantir la distribution de dividendes au moins pour les années prochaines. Il a également appelé à publier le PV de cette AGO pour que tout le monde sache ce qui a été convenu. La révélation des dossiers de corruption et la nomination d’un nouveau président du conseil d’administration de la banque ont été aussi parmi les revendications des actionnaires minoritaires.

Un autre petit porteur a mis en garde contre l’augmentation de la masse salariale de la banque, accusant ainsi l’État de faire de la politique au détriment de la banque : “Personne ne réagit! Où sont les compétences? Pourquoi ne pas faire mème le 1/5 de ce que fait la BIAT”, s’est-il exclamé.
Il a dans le même contexte évoqué la participation de la BNA à hauteur de 25% à la société des assurances AMI, alors que ses chiffres ne sont pas bons, selon ses dires.
Il a appelé en outre à prendre en considération le rapport des commissaires aux comptes et les risques mentionnés ou soumettre le dit rapport à l’instance de lutte contre la corruption.

Évoquant l’affaire de la vente de la SFBT, le directeur général de la banque a fait savoir que ce processus n’est pas une priorité pour la banque et qu’un certain nombre de conditions devront être réunies, sinon d’autres alternatives existent.
S’agissant de la nomination d’un nouveau président du conseil d’administration de la BNA, il a indiqué qu’un appel à candidature relatif à ce poste sera prochainement lancé, et ce selon la loi et la réglementation en vigueur.

Le DG de la banque a sous un autre angle annoncé le lancement au sein de la banque d’un espace de communication et d’échanges entre les responsables de la banque et les petits actionnaires, soulignant dans le même cadre que la banque retournera aux bonnes pratiques de la communication financière. “Nous optons pour le développement de notre communication malgré les contraintes”, a-t-il dit.

Concernant les chiffres, il est à indiquer que le résultat net de la BNA a enregistré une régression de 50,1% (-25,4MD) pour s’établir à 25,4MD à fin 2015 contre 50,8MD fin de l’exercice 2014. Le total du bilan s’est inscrit en hausse moyenne de 3,7% au cours des cinq dernières années pour s’établir à 8.312 MD à fin décembre 2015.
Les crédits nets à a clientèle se sont établis à 8.222 MD au 31 décembre 2015, en accroissement moyen de 5,7% au cours de la même période de 2014.
Le produit net bancaire a enregistré une augmentation annuelle moyenne de 6,9% au cours des cinq dernières années pour s’établir à 355 MD à fin 2015.

par -
L’Union Bancaire pour le Commerce et l’Industrie (UBCI) a décidé de porter son capital social de 80 493 965 Dinars à 100 007 645 Dinars

L’UBCI BNP Paribas a tenu du vendredi 3 juin 2016, son  Assemblée générale pour présenter son rapport annuel provisoire de 2015. Il en ressort que  la banque a poursuivi son développement en 2015 en dépit d’une croissance économique en très fort retrait.

Les concours à l’économie ont augmenté de 3,83% illustrant une volonté d’accompagner les projets des clients, particuliers, professionnels, PME et grandes entreprises.

La part de marché de l’UBCI en matière de crédits à long terme reste sensiblement supérieure à celle du part du marché globale, illustrant l’engagement durable et la confiance de la banque dans les perspectives de reprise de l’économie nationale.

Cette croissance qu’a connue la banque durant cette période a pu préserver la qualité du portefeuille avec un taux de créances non performantes limité à 6,56% et un taux de couverture confortable de 80,05% des performances qui placent L’UBCI parmi les meilleures banques de la place.

Les ressources collectées auprès de la clientèle ont, quant à elles, légèrement régressé avec néanmoins une évolution positive des dépôts à vue et des dépôts d’épargne au détriment des dépôts à terme et ce hors surenchère tarifaire.

La maîtrise du coût moyen des ressources, conjuguée de la banque à une préservation des marges sur remploi, ont permis en renforçant la marge d’intermédiation et des commissions de générer un Produit Net Bancaire de 160,393 millions de dinars en croissance de 5,46%. Le résultat net après impôt était de 31,963 millions de dinars en hausse de 9,34% étant en légère avance par rapport au plan stratégique 2014/ 2016.

Au niveau de l’activité retail, l’arrivée à maturité du Multicanal à également permis de multiplier les opportunités de contacts et d’augmenter sensiblement le nombre d’entrées en relation tout en renforçant le niveau d’équipement de la clientèle existante.

Au niveau de l’activité Corporate, il est à souligner le renforcement de la démarche One Bank for Corportes avec l’appui de BNP Paribas permettant d’être un interlocuteur privilégié des entreprises locales souhaitant se développer à l’international et des entreprises étrangères intéressées par le marché tunisien.

Face notamment à des exigences réglementaires plus contraignantes aux plans national et international, une priorité a par ailleurs été donnée en 2015 au sujet de la conformité  en étroite collaboration avec BNP Paribas.

L’UBCI a par ailleurs confirmé cette année sa vocation de banque citoyenne et responsable liée à sa politique en matière de responsabilité sociale et environnementale (RSE) avec la poursuite en 2015 d’actions.

Au final, l’UBCI se déclare aujourd’hui dans une position particulièrement favorable pour tirer le meilleur parti des opportunités inhérentes au rebondissement attendu de la croissance économique du pays, compte tenu, explique-t-elle, de « son réel potentiel commercial, de la qualité reconnue de son capital humain et de l’apport multidimensionnel du groupe BNP Paribas ».

INTERVIEW

Le Directeur général de l’Agence de promotion de l’industrie et de l’innovation (APII), Samir Bechoual, a appelé à l’institutionnalisation de la campagne d’interpellations et...

AFRIQUE

Le Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme Zeid Ra’ad Al Hussein a déclaré ce vendredi que l’ouverture d’une enquête internationale sur les...

Reseaux Sociaux