Tags Posts tagged with "autonomisation économique"

autonomisation économique

par -

Plus de 150 femmes issues de milieux ruraux à Sejnane travaillant dans des spécialités agricoles et artisanales sont soutenues et accompagnées tout au long de l’année 2018 par un nouveau projet de développement communautaire intitulé “pour une meilleure autonomisation économique des femmes de Sejnane”.

Ce projet est mis en œuvre par l’association FACE Tunisie (Agir contre l’exclusion) en partenariat avec le Ministère de l’Agriculture, des Ressources hydrauliques et de la Pêche, à travers le bureau d’appui à la femme rurale, le Ministère des Affaires de la Femme et de la Famille, la Maison de Culture de Sejnane et les autorités locales de la région. Il est cofinancé par un don de la République de Finlande.

Après le démarrage des sessions de diagnostic, de vulgarisation et d’étude des besoins, en février 2018, plus de 150 femmes agricultrices et artisanes ont montré leur enthousiasme et leur volonté pour le changement de leur situation économique et pour la professionnalisation de leurs activités de production et de commercialisation d’articles divers.

D’après Mme Zahra Ben Nasr, Présidente de FACE Tunisie : « Le projet vise à encourager les femmes de Sejnane et à les accompagner dans la création d’activités génératrices de revenus, à renforcer leurs capacités techniques et entrepreneuriales, à structurer leurs activités en chaînes de valeur en valorisant les produits de terroir et à les appuyer dans la commercialisation et l’accès aux marchés ». Elle a ajoutée :    « Notre association vise à lutter contre toute forme d’exclusion ou de discrimination à l’égard des femmes et des couches sociales vulnérables, en leur apportant tout le   soutien pour une participation active au développement économique et pour une meilleure intégration dans la société”.

Trois spécialités ont été retenues par le projet. Il s’agit de la distillation des plantes aromatiques et médicinales (avec une trentaine de femmes bénéficiaires), le tissage du tapis et du Klim traditionnel (une vingtaine) et la poterie de Sejnane (une centaine).

Une série d’ateliers de formation et d’accompagnement continuera au deuxième semestre 2018 afin d’assurer un développement qualitatif et quantitatif des produits, le respect des normes de commercialisation, la collaboration et la structuration en entités économiques et la participation à des foires et expositions régionales et nationales. Une plateforme numérique de vente en ligne est aussi envisagée par le projet.

par -

Une enquête sur la mesure de l’autonomisation des femmes et des jeunes en Tunisie vient de révéler que le niveau d’autonomisation économique des femmes demeure faible tandis que leur autonomisation dans les domaines du leadership et de l’utilisation du temps est beaucoup plus élevée.

Les résultats de l’enquête présentés vendredi matin à Tunis lors d’un atelier de travail organisé à l’initiative du centre de la Femme Arabe pour la Formation et la Recherche (CAWTAR) ont montré que 95% des femmes qui vivent dans des ménages avec un autre décideur, principalement masculin, n’ont pas d’acquis adéquats dans au moins quatre des cinq domaines d’autonomisation (la production, les ressources, le revenu, le leadership et l’utilisation du temps).

Ce résultat est du, selon l’enquête, à de faibles niveaux d’autonomisation économique, ce qui signifie de faibles niveaux d’influence dans les décisions productives et un contrôle limité des ressources comme les actifs et le crédit, outre la faible influence sur la façon dont les revenus sont dépensés.
L’enquête a été réalisée sur un échantillon représentatif national de 1150 ménages dont 65% vivent en ville et 35% vivent dans les zones rurales. L’échantillon comprend 2513 personnes dont 30% sont des jeunes et 52% sont des femmes.

Intervenant à cette occasion, Micheline Goedbuys, de l’université des Nations Unies aux Pays Bas et membre de l’équipe qui a réalisé l’enquête, a indiqué que la parité entre les sexes au sein du ménage est également faible (35,1%) faisant remarquer qu’un pourcentage important d’hommes se démontre aussi faiblement autonomisé (74%).

Et d’ajouter que des niveaux plus élevés d’autonomisation des femmes sont généralement corrélés avec des niveaux plus élevés de bien être psychologique, mais les résultats sont moins clairs pour les attitudes envers la violence domestique.

L’intervenante a expliqué que l’autonomisation des femmes dans les domaines du leadership et de l’utilisation du temps est beaucoup plus élevée étant donné la hausse des taux de scolarisation et d’enseignement en Tunisie.

Elle a, en outre, signalé que d’autres projets de recherche dans d’autres domaines comme la santé, l’emploi, l’éducation et l’industrie seront réalisés vu leur rapport avec le développement durable.

De son côté, la directrice exécutive du centre CAWTAR, Soukeina Bouraoui, a indiqué que l’enquête, présentée pour la première fois en Tunisie, permet de mesurer l’autonomisation des femmes et son pouvoir décisionnel, notamment au sein de la famille.

Elle a jouté que l’enquête pourrait aider les décideurs en Tunisie à promouvoir davantage les conditions de la femme, notamment au niveau de l’accès au financement et aux services.

Pour sa part, la ministre de la femme, de la famille, de l’enfance et des personnes âgées, Néziha Laabidi, a souligné l’importance de l’autonomisation des femmes en Tunisie comme outil indispensable pour réaliser la parité effective et réelle entre les deux sexes.

Elle a, également, signalé que le gouvernement a mis en place une série de programmes essentiellement dans le domaine de l’autonomisation économique des femmes comme le programme d’autonomisation de 5 mille femmes d’ici 2020.

La ministre a, à cette occasion, passé en revue l’arsenal juridique tunisien visant à renforcer les acquis de la femme notamment la loi organique relatif à la lutte contre la violence contre la femme.

TAP

par -

L’UTICA, en collaboration avec le BIT, organise le 6 décembre 2017 une conférence sur “L’autonomisation économique de la femme artisane en milieu rural“.

Il s’agit de présenter la situation actuelle de la femme rurale en Tunisie et de débattre des moyens à mettre en œuvre afin d’améliorer cette situation et de mettre en place des programmes concrets à même de permettre aux femmes d’acquérir une certaine aisance économique.

par -

La ministre de la Femme, de la famille et de l’enfance Samira Merai a souligné, vendredi, que l’autonomisation économique de la Femme est la principale priorité de son département et l’un des premiers objectifs d’un programme national élaboré à cet effet.
“L’objectif est de renforcer l’esprit d’initiative de la femme, de développer ses compétences et de réduire le taux de chômage de la population féminine”, a déclaré la ministre à l’ouverture de la conférence nationale sur “la promotion de l’initiative économique de la femme”, tenue à Gammarth.
Cette rencontre, a-t-elle dit, est l’occasion de réitérer l’attachement de la Tunisie aux valeurs de la modernité et aux acquis de la femme et sa détermination à renforcer la présence de cette dernière dans les postes de décision et de responsabilité, et ce, dans l’objectif ultime d’accroitre de 28 à 35% son taux de participation à la vie économique, d’ici 2020.
Anis Zahraz membre du comité de pilotage du programme national sur l’autonomisation économique de la femme, a indiqué à la TAP que cette conférence s’inscrit dans le cadre de la promotion dudit programme, dont la mise en œuvre a démarré en Janvier dernier pour se poursuivre jusqu’à 2020.
Ce programme, a-t-il dit, vise à booster l’employabilité des jeunes diplômées du supérieur et à contribuer à la réalisation de l’objectif de développement 2016/2020 qui consiste à accroître le taux de participation de la femme à la vie économique de 25.5% en 2015 à 35% à l’horizon 2020, et à créer 50 entreprises féminines dans chaque gouvernorat.
Il a, par ailleurs, souligné que ce programme ne manquera pas d’accompagner les jeunes entrepreneuses dans leurs projets, pendant les trois premières années, faisant savoir que pour la première fois en Tunisie, une ligne de crédit financée par l’Etat et la banque tunisienne de solidarité (BTS) a été créée au profit de la femme entrepreneuse.
Prenant la parole, l’ambassadeur de l’Union européenne en Tunisie, Laura Baeza, a souligné son engagement à soutenir la Tunisie dans ce programme et dans tous ses efforts d’insertion économique de la femme.
Mme Baeza a, par ailleurs, souligné que la hausse du taux de chômage chez les femmes nécessite une mobilisation afin de leur permettre d’exploiter au mieux les opportunités qui s’offrent à elles et par là-même de renforcer leur autonomisation économique.
Organisée à l’initiative du ministère de la Femme, de la famille et de l’enfance, cette conférence s’inscrit dans le cadre de la célébration de la fête nationale de la femme et du soixantième anniversaire du Code du Statut Personnel.

FOCUS 🔍

Comme chaque année et pour la 8ème fois consécutive, Orange Tunisie a organisé son Orange Summer Challenge (OSC), le rendez-vous incontournable des jeunes technophiles,...

Le meilleur des RS

La loi antiraciste vient d'être votée par le Parlement, avec son lot de sanctions qui en refroidit plus d'un (fortes amendes et même peine...

INTERVIEW

Slim Feriani, le ministre de l'Industrie et des PME et de l'Energie par intérim, a récemment accordé à Africanmanager une interview exclusive où il...

AFRIQUE

Cinquante-cinq personnes ont été tuées cette semaine dans des violences intercommunautaires entre jeunes chrétiens et musulmans dans le nord du Nigeria, a déclaré le...

Reseaux Sociaux

SPORT

Résultats et classement à l'issue de 4e journée de la Ligue 2 professionnelle de football, disputée samedi et dimanche: POULE A Dimanche A Oued Ellil : AS Oued...