Tags Posts tagged with "coopération économique"

coopération économique

par -

Un mémorandum d’entente visant la mise en place d’une feuille de route, pour la promotion de la coopération économique, entre la Tunisie et la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao) en prévision de la création d’une zone de libre échanges entre les deux parties, a été conclu lundi, a annoncé le ministre des Affaires étrangères, Khemaies Jhinaoui.
La Tunisie avait déjà obtenu le statut d’observateur, au sein de cette organisation régionale et participera à ses réunions, prévues au Togo, en novembre 2018, a-t-il ajouté, lors d’une conférence de presse cotenue lundi, à Tunis, avec le Président de la Cedeao, Marcel de Sousa, en visite officielle dans le pays du 19 au 22 novembre.
Le mémorandum favorisera la mise en place d’un cadre général de coopération entre les deux parties dans les secteurs agricole, commercial et de développement, en prévision de la création d’une zone de libre échange, a précisé le ministre.

La Cedeao compte 15 Etats membres liés entre eux par des accords de libre-échange, facilitant la circulation des personnes et des marchandises, a indiqué de Sousa, ajoutant que la Cedeao compte également huit banques centrales et envisage l’adoption d’une monnaie unique, d’ici 2020. La communauté oeuvre à renforcer sa coopération économique avec la Tunisie et à mettre en place une relation gagnant-gagnant, a-t-il dit.
Pour sa part le ministre du Commerce, Omar El-Behi, a exprimé le souhait de voir les échanges commerciaux entre la Tunisie et la Cedeao se développer davantage pour atteindre 10% des échanges du pays au cours des prochaines années, contre 1%, actuellement.

par -

L’Afrique a un nouvel ami, ou plutôt un nouveau partenaire (car comme l’a dit le général De Gaulle, “les Etats n’ont pas d’amis, ils n’ont que des intérêts”) : La Corée du Sud. Le dragon asiatique, qui en quelques décennies a décollé économiquement au point de bousculer les premières puissances du monde, a des prétentions dans le continent africain et les a clairement signifiées lors de la Koafec (Korea-Africa economic cooperation), qui a commencé à Séoul hier lundi 24 octobre et s’achève le 27 de ce mois. Le Premier vice-ministre et ministre de la Stratégie et de la Finance sud-coréen, Sang-mok Choi, a déclaré à l’occasion que son pays veut monter en gamme dans les partenariats économiques. Et ça commence fort avec un pactole de 5 milliards de dollars sur la table, pour financer des projets en Afrique, de 2017 à 2018.

Choi a lâché la bonne nouvelle devant un parterre de représentants d’une quarantaine de nations africaines et quelques centaines de participants à la conférence ministérielle Koafec. Et même mieux, la Corée du Sud envisage de doubler cet investissement.

On passe vite l’action, après les annonces

Dans une sobriété bien asiatique, le ministre coréen a égrainé hier les projets qui vont être subventionnés dans l’immédiat, à hauteur de 160 millions de dollars : Les ressources forestières en Ouganda et halieutiques au Kenya, un réseau électrique en Tanzanie, un parc intégré en Éthiopie. Un programme de 110 millions de dollars, dans l’oncologie (cancérologie ou carcinologie), en Côte d’Ivoire, a aussi été cité.

A signaler que l’édition 2016 de la Koafec est co-organisée par la Corée du Sud et la Banque africaine de développement (BAD), et qu’à l’occasion le fonds Koafec a été alimenté à hauteur de 18 millions de dollars. “Ce fonds, le plus important fonds bilatéral à la BAD, financera des actions de coopération technique mais aussi des actions de formation en matière de ressources humaines”, a précisé Akinwumi Adesina, président de la BAD.

La Corée du Sud en modèle

L’Afreximbank, une structure qui finance le commerce en Afrique, a reçu un précieux coup de pouce de la part de la Korea Exim-Bank. En effet son président, Lee Duk-Hoon, a fait savoir que son établissement a conclu avec Afreximbank un accord de financement de 100 millions de dollars.

Par ailleurs ce qui était important dans cette rencontre, c’est sa tonalité, les symboles forts qui l’ont marquée. En effet la BAD et Séoul ont indiqué la nécessité d’inscrire cette coopération dans les efforts concrets pour le développement de l’Afrique, dans la droite ligne de ce qu’a fait la Corée du Sud pour passer du sort peu enviable de nation parmi les plus pauvres de la planète, il y a peu – au début des années 60 -, au statut glorieux de 11ème économie mondiale aujourd’hui. Il y a du boulot pour l’Afrique, mais l’objectif est réalisable au regard des immenses ressources dont regorge le continent et ses ressources humaines…

par -
Après la visite de la mission économique tunisienne au Cameroun du 24 au 28 février 2014 à l’effet de redynamiser les relations diplomatiques

Africa Business Council, la CONECT International et l’UPMI, organisent avec le soutien de l’ambassade de Tunisie à Yaoundé, une mission de prospection multisectorielle au Cameroun du 04 au 07 Avril 2016, indique un communiqué.
Après la mission de prospection multisectorielle organisée fin janvier dernier, au Mali, une trentaine d’hommes d’affaires tunisiens se rendent à Yaoundé, dans le cadre de cette mission, en espérant conquérir ce marché camerounais et trouver de nouveaux débouchés pour les produits et services tunisiens dans cet immense pays en chantier.
Au programme de cette mission qui débute officiellement demain lundi 4 avril, des rencontres de très haut niveau avec les ministres et les cadres supérieurs de l’administration camerounaise ainsi qu’avec les hommes d’affaires locaux.
En marge de cette mission, deux forums économiques seront organisés, un forum le lundi 4 avril à Yaoundé qui sera co-présidé par le ministre du Commerce du Cameroun Luc Magloire MBARGA ATANGANA, et un forum le mercredi 6 avril à Douala, co-présidé par le Président du Groupement Inter Patronal du Cameroun (GICAM) André FOTSO avec le Président de la Chambre de Commerce, d’Industrie des Mines et de l’Artisanat au Cameroun (CCIMA) Christophe EKEN.
La délégation tunisienne est composée d’une trentaine d’hommes d’affaires répartis entre plusieurs secteurs à savoir : les industries plastiques, l’industrie électrique, l’agro-alimentaire, l’industrie mécanique et métallurgique, l’enseignement supérieur, la santé, la télécommunication, les services financiers, le conseil et la formation ainsi que les matériaux de construction.
Elle est présidée par Bassem LOUKIL, Président du TABC.
Cette mission d’hommes d’affaires, qui vient s’ajouter à celles déjà effectuées dans d’autres pays du continent, permettra de renforcer davantage la coopération économique entre la Tunisie et le continent africain et promouvoir des relations fructueuses entre les investisseurs tunisiens et africains.

par -
Les Pays-Bas viennent de mettre en place un nouveau programme visant à faciliter et à développer le partenariat et l’investissement

Le ministre hollandais des Affaires étrangères, Bert Koenders, actuellement en visite officielle en Tunisie, a déclaré hier mercredi 02 mars que son pays s’engage à injecter plus d’argent dans le programme de réforme économique de la Tunisie. Il  a tenu ces propos lors d’une réunion avec le chef du gouvernement tunisien, Habib Essid,

M. Koenders a rappelé que 90 entreprises hollandaises opèrent actuellement en Tunisie et que cette dernière  « est un partenaire des Pays-Bas et de l’Union Européenne». A noter que les Pays-Bas occupent présentement la présidence du conseil de l’Union européenne.

Le ministre a souligné que les secteurs où les deux pays nouent des partenariats sont l’économie, le tourisme, la migration et la lutte contre l’extrémisme. Le climat sécuritaire en Libye et les liens entre la Tunisie et l’Union européenne ont également été abordés lors de la rencontre.

De son côté Habib Essid a fait savoir que son équipe planche actuellement sur le plan de développement 2016-2020 et que d’ici un mois il sera présenté aux élus à l’Assemblée des représentants du peuple. Il a ajouté : «Nous demandons vivement aux Pays-Bas de participer à la future conférence internationale qui aura lieu en Tunisie sur le financement des projets de ce plan de développement».

Par ailleurs il a rappelé que les plus grands travaux entrepris par la Tunisie depuis son indépendance –  l’aménagement du lac de Tunis – ont été confiés à des entreprises hollandaises. Le chef du gouvernement tunisien n’a pas manqué de souligner l’importance de renforcer la coopération tuniso-hollandaise en matière de culture et de tourisme.

Il a déclaré que l’aspect sécuritaire, « qui devient une priorité », était un des points évoqués lors de la rencontre avec le ministre hollandais. S’agissant de la situation libyenne, qui impacte directement la Tunisie, Essid a affirmé que « Cela requiert le soutien de la communauté internationale et l’appui des Pays-Bas en tant que membre de l’UE ».

Enfin sachez que le ministre des Affaires locales, Youssef Chahed, la ministre de la Culture, Sonia M’barek et la ministre du Tourisme et de l’Artisanat, Selma Elloumi Rekik, ont assisté à la réunion.

Le meilleur des RS

Dans un récent statut sur sa page officielle, l’économiste Ezzeddine Saidane dit «Non, ce n’est pas vrai, il n’y a pas de reprise économique»....

INTERVIEW

Le président de la Conect (Confédération des Entreprises Citoyennes de Tunisie), Tarek Cherif, a accordé à Africanmanager une interview exclusive dans laquelle il a...

AFRIQUE

Le président français, Emmanuel Macron, était parti d'une bonne intention en faisant une virée dans le 10e arrondissement de Paris pour voir de ses...

Reseaux Sociaux

SPORT

Résultats et buteurs à l'issue des matches de la 11ème journée du championnat de la Ligue 1 du football professionne, joués mardi et mercredi: Mercredi: A...