Tags Posts tagged with "Corée du Nord"

Corée du Nord

par -

Le sommet entre le président américain, Donald Trump et le leader nord coréen, Kim Jong-un, n’est pas historique que sur la forme, il l’est aussi pour le contenu de l’accord qui a été signé, impensable il y a à peine quelques mois. Les deux hommes ont paraphé ce mardi 12 juin 2018, à Singapour, un accord “complet” qui stipule “une dénucléarisation complète de la péninsule coréenne” ; en retour les Etats-Unis garantissent à la Corée du Nord la sécurité, rapporte Reuters. Les voisins du terrible Kim Jong-un, notamment le Japon et la Corée du Sud mais aussi le monde entier, pourront dormir plus tranquillement. Enfin si Pyongyang tient ses promesses…

Le président Trump et le président Kim Jong-un ont mené un échange de points de vue complet, approfondi et sincère sur les questions liées à l’établissement de nouvelles relations entre les Etats-Unis et la RPDC et l’établissement d’un régime pacifique durable et solide dans la péninsule coréenne“, lit-on dans la déclaration commune.
Le président Trump s’est engagé à fournir des garanties de sécurité à la RPDC et le président Kim Jong-un a réaffirmé son engagement ferme et indéfectible à une dénucléarisation complète de la péninsule coréenne“, indique le texte.
Sont prévus également des rounds de négociations, sous la houlette du secrétaire d’Etat Mike Pompeo et un dirigeant nord-coréen, pour s’accorder sur les détails de cette affaire aux gros enjeux.

Trump , qui entend battre le fer tans qu’il est chaud, a déclaré lors d’une conférence de presse que le processus de dénucléarisation sera entamée “très rapidement“, sous étroite surveillance, ce qui mobilisera  “beaucoup de monde en Corée du Nord“.
Il a ajouté que le président nord-coréen a pris l’engagement d’ensevelir un site d’essais de missiles mais qu’il n’est pas question pour le moment de lever les sanctions contre Pyongyang. Comme quoi la méfiance reste de rigueur. Par contre le président américain a lâché du lest sur les manoeuvres militaires avec la Corée du Sud, elles seront gelées, a-t-il dit, tant que les Nord-Coréens s’en tiendront au cadre de l’accord, a-t-il averti.

Kim Jong-un est lui un peu moins alarmiste, il parle carrément d’une nouvelle ère et de l’obligation”d’abandonner le passé“. “Le monde assistera à un changement majeur“, a-t-il dit.
Les observateurs eux attendent des actes. “Cela rappelle là où nous en étions il y a plus de dix ans et pas un grand pas en avant“, a dit Anthony Ruggiero, de la Fondation pour la défense des démocraties, un think tank de Washington.

par -

A n’en pas douter, ce sont les terrifiants essais nucléaires nord-coréens qui ont forcé les Américains à s’asseoir à la table des négociations, pour discuter avec un ennemi dont Donald Trump disait le plus grand mal. Le président de la Corée du Nord, Kim Jong-un, a finement joué son coup pour obtenir in fine l’impensable il y a seulement quelques semaines : Un sommet historique avec les Etats-Unis. Pourtant à en croire des scientifiques, Pyongyang aurait soigneusement caché un détail qui aurait certainement changé le cours des choses si Trump l’avait suffisamment étudié, d’après Le Figaro

Kim Jong-un avait marqué un bon point, sans doute décisif, en annonçant bruyamment, en avril dernier, qu’il allait fermer son site d’essais nucléaires, lequel avait «rempli sa mission», selon lui. Cet acte était censé donner l’illustration de la «transparence» dans laquelle les Nord-Coréens allaient désormais inscrire leurs actions. «Nous espérons que le bruit de la dynamite faisant exploser les tunnels de Punggye-ri sera un premier salut dans notre voyage vers une péninsule coréenne libérée du nucléaire», avait alors salué le porte-parole de la présidence sud-coréenne. «Merci, c’est un geste très intelligent et aimable», avait embrayé, sur Twitter, Trump. Sauf qu’à en croire les scientifiques, le site nord-coréen est de toute façon condamné à la fermeture, rendant toute cette exaltation vaine. En fait Kim Jong-un aurait dupé son petit monde en planquant sous le tapis le fait que les essais nucléaires sous le Mont Mantap – 6 tests au total, de 2006 à 2017 – ont fini par fragiliser la montagne, qui risquerait de s’écrouler.

Des sismologues chinois avait révélé une étude angoissante. Le 3 septembre 2017, ils avaient noté un séisme quelques minutes après le dernier test réalisé par le régime. Cette secousse peut-être la résultante d’un affaissement partiel ou des glissements de terrain. Les scientifiques n’excluent pas par ailleurs des fuites radioactives suite à ces incidents.

Une étude conduite à Singapour avait également mis en évidence le fait que le Mont Mantap, qui culmine à 2200 mètres, avait été rogné de 50 centimètres et que ses flancs avait perdu plusieurs mètres, par endroits.

Un autre scientifique chinois, qui a pris part au programme d’armement de Pékin, avait confié au South China morning post peu de temps après l’essai que «si la montagne s’effondrait et que le cratère se retrouvait à l’air libre, cela pourrait relâcher dans l’air plein de mauvaises choses»…

Ce qu’il faut retenir de tout cela c’est que la fermeture du tristement célèbre site d’essais nucléaires nord-coréens était selon toute vraisemblance inéluctable et que donc ça ne veut nullement signifier que le monde n’entendra plus parler des tirs de missile de Pyongyang…

par -

Le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, a salué la tenue du « sommet historique » intercoréen qui a réuni vendredi les dirigeants de la République populaire démocratique de Corée (RPDC) et de la République de Corée.

Le dirigeant nord-coréen, Kim Jong-un et son homologue sud-coréen, Moon Jae-in, se sont rencontrés à Panmunjom, le village situé dans la zone de démilitarisation entre les deux pays et où a été signé le 27 juillet 1953 l’armistice qui a mis fin aux combats de la guerre de Corée.

A l’issue de cette rencontre, les dirigeants des deux Corées ont publié une déclaration commune dans laquelle ils s’engagent notamment à une dénucléarisation complète de la péninsule coréenne.

« Le Secrétaire général salue le courage et le leadership qui ont conduit aux engagements importants et aux actions convenus énoncés dans la Déclaration de Panmunjom pour la paix, la prospérité et l’unification de la péninsule coréenne », a dit son porte-parole dans une déclaration à la presse.

M. Guterres compte sur les parties pour tirer parti de leur première réunion et mettre rapidement en œuvre toutes les mesures convenues pour « renforcer la confiance et la réconciliation intercoréennes ; le dialogue sincère ; et les progrès vers une paix durable et une dénucléarisation vérifiable sur la péninsule coréenne ».

La dernière rencontre entre deux dirigeants des deux Corées remonte à 2007. A l’époque le dirigeant sud-coréen, Roh Moo-hyun, avait rencontré son homologue nord-coréen, Kim Jong-il, à Pyongyang, la capitale de la RPDC.

« Beaucoup de personnes dans le monde ont été touchés par l’imagerie puissante des deux dirigeants qui se sont rassemblés pour faire progresser l’harmonie et la paix dans la péninsule coréenne », a souligné le porte-parole du chef de l’ONU.

M. Guterres espère que les gains acquis lors de cette rencontre intercoréenne à Panmunjom seront consolidés et développés lors du sommet entre les dirigeants des États-Unis et de la RPDC qui devrait avoir lieu dans un proche avenir.

« Le Secrétaire général promet son engagement et sa volonté d’aider davantage dans ces processus importants », a ajouté son porte-parole.

par -

C’est fait. Le président américain, Donald Trump, va prendre part à un sommet aux côtés de son homologue nord-coréen, Kim Jong Un, sans doute l’un des plus grands événements diplomatiques de ces dernières décennies. En effet la Corée du Nord s’est illustrée ces dernières années par ses dangereuses provocations, ses essais nucléaires intempestifs et ses violations répétées des résolutions du Conseil de sécurité de l’ONU. La régime était même allé jusqu’à annoncer, après un énième tir de missile balistique, qu’il était maintenant capable de frapper n’importe quel morceau du territoire américain. D’ailleurs Trump a classé la Corée du Nord parmi les plus grandes menaces pour la sécurité des Etats-Unis.

C’est Chung Eui-yong, le conseiller national sud-coréen à la Sécurité, qui a annoncé la nouvelle jeudi 08 mars 2018 dans la soirée, devant la West Wing de la Maison Blanche. Et il a indiqué que c’est Pyongyang qui a invité le président américain, ce qui en rajoute sur l’aspect surréaliste de cette affaire. On rappelle qu’il y a peu une délégation nord-coréenne a refusé de rencontrer le vice-président américain lors des Jeux Olympiques d’hiver de Pyeongchang, en Corée du Sud, pour cause, disait-elle, de déclarations incendiaires de Mike Pence dans le passé.

Kim Jong Un “a fait part de son désir de rencontrer le président Trump le plus vite possible“, a dit Eui-yong, rapporte l’AFP. “Le président Trump a apprécié le compte-rendu et a dit qu’il rencontrerait Kim Jong Un d’ici fin mai pour parvenir à la dénucléarisation permanente“, a-t-il ajouté, ce qui a été confirmé par la suite par la Maison Blanche. On est loin des tirades très inspirées de Trump, qui avait qualifié le leader nord coréen de “petit homme fusée” et de “petit gros“, ce à quoi ce dernier avait répliqué en traitant le président américain de “malade mental gâteux“.

Trump, très enthousiaste sur Twitter, a souligné de “grands progrès” sur le dossier nord-coréen, il a même écrit que Kim Jong est allé jusqu’à évoquer la “dénucléarisation“, et pas uniquement un “gel” des activités nucléaires. “Les sanctions doivent rester en place jusqu’à ce qu’un accord soit trouvé“, a indiqué le locataire de la Maison Blanche.
Le Premier ministre japonais, Shinzo Abe, a quant à lui salué ce vendredi ce dégel des relations, tout en précisant qu’il n’y avait “pas de changement de politique” de Tokyo et Washington. “Nous continuerons à exercer une pression maximale jusqu’à ce que la Corée du Nord prenne des mesures concrètes vers une dénucléarisation de manière parfaite, vérifiable et irréversible“, a-t-il conclu.

par -

Le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, s’est dit encouragé mardi par les progrès réalisés au cours des derniers pourparlers intercoréens.Guterres s’est notamment félicité de l’accord sur une prochaine réunion au sommet pour réduire davantage les tensions militaires et discuter de la dénucléarisation avec toutes les parties concernées.

« (Le Secrétaire général) insiste sur la nécessité de protéger la dynamique et de saisir les opportunités disponibles pour trouver une voie pacifique », a dit son porte-parole dans une déclaration à la presse.

« Les derniers développements constituent de nouveaux pas en avant pour jeter les bases de la reprise d’un dialogue sincère, conduisant à une paix et à une dénucléarisation durable dans la péninsule coréenne », a ajouté le porte-parole.

Le Secrétaire général a réitéré l’engagement de l’Organisation des Nations Unies à continuer d’apporter son assistance dans ce processus avec les gouvernements concernés.

Selon la presse, la Corée du Sud et la Corée du Nord se sont mises d’accord sur la tenue d’un sommet entre les deux pays à la fin du mois d’avril. Le sommet aura lieu dans le village de Panmunjom, au milieu de la zone démilitarisée (DMZ) qui sépare les deux pays.

Cela faisait longtemps que l’ONU, après moult condamnations qui n’ont rien donné, cherchait un moyen de calmer la Corée du Nord, dont les avancées dans le nucléaire militaire et les tirs de missile intempestifs terrorisent les voisins, en premier la Corée du Sud et le Japon, et toute la communauté internationale. Sans parler de la dernière annonce sur le fait que Pyongyang avait désormais la possibilité de frapper n’importe où aux Etats-Unis. Ce sommet entre les deux Corée est donc incontestablement une chance de ramener Kim Jong-un dans le giron de la communauté internationale. Affaire à suivre…

par -

Le vice-américain, Mike Pence, se faisait une joie de converser avec de hauts dirigeants nord-coréens, en marge des Jeux Olympiques d’hiver à Pyeongchang, en Corée du Sud. Mais c’était sans compter sur les facéties de Pyongyang qui, “au dernier moment“, a annulé cette rencontre. Les Nord-Coréens se sont rappelés les flèches que Pence a décochées en direction du régime. Ne dit-on pas que la vengeance est un plat qui se mange froid ?

Le collaborateur de Donald Trump a voulu surfer sur les signaux positifs sans précédent entre Séoul et Pyongyang, qu’on a observés lors de la cérémonie d’ouverture des JO. En bon allié de la Corée du Sud, les USA espéraient faire un premier pas en direction de l’intraitable et terrifiant Kim Jong-un. “Le vice-président était prêt à saisir cette opportunité afin de souligner la nécessité pour la Corée du Nord d’abandonner ses programmes illicites de missiles balistiques et nucléaires“, a indiqué la porte-parole du département d’État américain. La Maison Blanche déplore que Pyongyang n’ait pas “saisi cette opportunité (…) Nous n’allons pas nous excuser pour les valeurs américaines, pour avoir attiré l’attention sur les atteintes aux droits de l’homme, ou parce que nous portons le deuil de la mort injuste d’un Américain“, a-t-elle ajouté.

D’après Mintaro Oba, ancien diplomate du département d’État, un expert des affaires coréennes, “il est tout à fait possible que la Corée du Nord ait programmé la réunion secrète avec le vice-président Pence avec l’intention de l’annuler“, dans le but de dire ensuite que ce sont les Etats-Unis qui ont saboté ce rapprochement. “Les annulations ou retraits soudains font partie intégrantes du jeu nord-coréen“, a précisé le spécialiste.

par -

A en croire un rapport des Nations unies, l’embargo international n’a en rien stoppé les petites affaires de la Corée du Nord. Le pays s’est même payé le luxe d’exporter, entre janvier et septembre 2017, des produits prohibés par les sanctions de l’ONU et en a tiré un bon paquet : 200 millions de dollars, rapporte l‘AFP.

Le document, élaboré par un groupe d’experts de l’ONU et qui a été remis aux 15 membres du Conseil de sécurité, indique que Pyongyang continue, comme si de rien n’était, d’exporter son charbon, un pied de nez aux sanctions internationales. Pour leurrer les forces navales censées la bloquer, la Corée du Nord n’hésite pas à utiliser des faux pavillons de navires étrangers, à transférer en pleine mer des produits interdits, à établir des documents frauduleux pour dissimuler l’origine du charbon, etc.

Mais ce n’est pas tout, la Corée du Nord continue allègrement de vendre des armes en Afrique, de nouer des partenariats militaires dans la région Asie-Pacifique, en Syrie et en Birmanie, notamment pour écouler des missiles balistiques. Le rapport signale aussi des vols de secrets militaires, une participation à des programmes d’armement nord-coréens interdits, un soutien logistique à des transferts d’armes, la participation à des opérations de renseignement à l’étranger, des comptes en banque à l’extérieur où transitent des sommes pour des opérations douteuses…

par -

Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, n’a pas raté les Etats-Unis ce lundi 15 janvier 2018, face à la presse, lors de la rétrospective de l’année 2017. “Malheureusement, nos collègues américains et leurs alliés continuent de vouloir imposer leurs vues en se basant exclusivement sur le diktat et l’ultimatum. Ils ne veulent pas écouter les points de vue d’autres centres de la politique mondiale“, a déclaré le patron de la diplomatie russe, ajoutant “qu’ils ne veulent même pas reconnaître la réalité d’un monde multipolaire“.

Très inspiré, Lavrov a affirmé : “Ils utilisent de nombreuses méthodes, du déploiement d’un système global de défense antimissile aux sanctions unilatérales, à l’extra-territorialité de leur propre législation et aux menaces de résoudre tout problème international uniquement selon leur propre scénario“. Selon lui, “les menaces de Washington ont sérieusement aggravé la situation” dans un monde déjà très agité.
Il est vrai que les relations entre la Russie et les USA ont rarement été aussi mauvaises ces dernières années. Pourtant Trump était considéré au départ comme un “ami” de Moscou, et les premiers signes de son administration en direction du Kremlin laissaient entrevoir un avenir commun radieux. Mais ça c’était avant qu’on découvre les liens troubles entre l’entourage du républicain et l’exécutif russe lors des élections américaines.

Les actions de l’administration actuelle sont malheureusement dans la lignée de l’administration Obama, en dépit de la ligne du président Trump durant la campagne électorale. Dans certains domaines, elle exerce même plus de pression“, a affirmé Lavrov, en concluant que les Etats-Unis voyaient d’un mauvais oeil le fait qu’une autre puissance leur dispute le morceau du secteur de l’énergie et de la distribution de gaz en Europe…

par -

Dans une déclaration qui a à la fois engendré une vague de colère, de moqueries et d’inquiétudes, le président des Etats-Unis Donald Trump a répondu aux propos du leader nord coréen à propos des capacités nucléaires de son pays.

Jong-Un avait déclaré qu’il possède un bouton nucléaire à son bureau qui lui permettrait de bombarder les Etats-Unis à tout moment.

Trump, un mordu de Twitter, n’a pas tardé à répondre en publiant : “Le leader nord coréen Kim Jong-Un vient de déclarer que le bouton nucléaire est à son bureau. Quelqu’un de son pays épuisé et frappé par la famine pourrait-il l’informer que j’ai moi aussi un bouton nucléaire, mais un bouton beaucoup plus grand que le sien, et un bouton qui fonctionne surtout!”

Cet échange de déclarations vient à un moment où le leader nord coréen a décidé d’ouvrir une ligne de communication avec sa sœur ennemie, la Corée du Sud, qui lui avait invité à reprendre les négociations de paix. Cette ligne servirait entre autre à discuter la participation de la Corée du Nord aux jeux olympiques d’hiver 2018 qui auront lieu à Pyeongchang du 9 au 25 février prochains.

Les utilisateurs de la plateforme de microblogging n’ont pas manqué de critiquer les propos du président américain, plusieurs d’entre eux n’ont pas hésiter à signaler ses propos à Twitter, et à aller jusqu’à demander la suspension de son compte pour non respect des règles d’utilisation.

par -

La Corée du Nord a fabriqué un nouveau satellite, a affirmé mardi le quotidien sud-coréen Joong-ang Ilbo, se référant à ses sources au sein du renseignement, relate le site sputniknews .

Néanmoins, aucune information supplémentaire ou détails sur les caractéristiques techniques n’ont été publiés.

En février 2016, Pyongyang a annoncé avoir procédé au lancement d’une fusée de longue portée. Le tir, ordonné par le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un, a permis de «placer avec succès le satellite d’observation de la Terre Kwangmyongsong 4 (Étoile éblouissante) en orbite».

Selon les déclarations officielles de Pyongyang, il s’agissait ainsi du quatrième lancement réussi d’un satellite nord-coréen.

par -

C’est un Donald Trump complètement déboussolé et un Conseil de sécurité  de l’ONU totalement désemparé qu’on a vus après le dernier tir de missile de la Corée du Nord, fêté en grande pompe du côté de Pyongyang. Et bien ce ne sont pas les propos des experts, d’habitude très sceptiques sur les prouesses nucléaires nord-coréennes, qui vont faire dégonfler l’inquiétude grandissante de la communauté internationale.

D’après les spécialistes, le nouveau missile intercontinental (ICBM) balancé mardi 28 novembre 2017 par le régime nord-coréen témoigne d’une avancée notable dans la maîtrise des techniques de lancement. Et que donc quand ils disent qu’ils peuvent toucher n’importe quel bout du territoire américain, ce n’est pas du bluff ! «C’est un très gros missile, a commenté sur Twitter Michael Duitsman, chercheur associé au Centre d’études pour la non-prolifération, en Californie. Et je ne dis pas “gros pour la Corée du Nord”. Seule une poignée de pays peut produire des missiles de cette taille, et la Corée du Nord vient juste de rejoindre le club», a rapporté Libération vendredi 1er décembre 2017. D’ailleurs jeudi dernier, le ministre japonais de la Défense, Itsunori Onodera, ne s’y était pas trompé en évoquant un missile «d’un nouveau genre avec des capacités considérables».

Michael Elleman, de l’Institut international pour les études stratégiques, a dit sur le site d’expertise 38 North que cet engin «n’est pas une version modifiée du Hwasong-14», essayé les 4 et 28 juillet dernier, celui-là est plus volumineux et pourrait faire exploser une «arme nucléaire de taille moyenne dans n’importe quelle ville du territoire américain». Manifestement, les Nord-Coréens ont fait des progrès fulgurants dans la propulsion et la motorisation…

par -

La menace nucléaire que représente la Corée du Nord, une épine dans le pied du président américain, Donald Trump, grossit. Le président Kim Jong-Un a asséné ce mercredi 29 novembre 2017 que le dispositif nucléaire de son pays est maintenant fin prêt, y compris pour atteindre tous les morceaux du territoire américain, rapporte l’AFP. Il a tenu ces propos après le énième tir à succès d’un nouveau type de missile qui empêche les Américains et les pays voisins de dormir.

Cela faisait plus de deux mois que Pyongyang n’avait pas ainsi terrorisé le monde. Deux mois que manifestement les Nord-Coréens ont mis à profit pour fignoler ce redoutable missile balistique intercontinental (ICBM). Trump avait assuré que son pire ennemi n’y arriverait jamais, apparemment il a eu tort…
Le système d’armes de type ICBM Hwasong-15 est un missile intercontinental équipé d’une ogive lourde extra-large capable de frapper la totalité du territoire continental américain“, indique l’agence KCNA.

C’est un président américain dépité qui a lâché à l’annonce de ce saut nord-coréen inattendu, en tout cas pas si tôt : “On va s’en occuper“. Des propos qui ne masquent pas l’inquiétude de la communauté internationale, puisque le Conseil de sécurité de l’ONU a décidé de se réunir en urgence… pour sans doute les mêmes sempiternelles condamnations, récriminations et sanctions qui ont montré leur inefficacité.

Du côte de la Corée du Nord, c’est la fête dans les rues, bien entendu soigneusement orchestrée par le pouvoir, devant un écran géant pour ne pas rater une miette de cette prouesse. “Je veux juste demander à Trump: allez-vous encore oser être hostile à notre pays? Allez-vous continuez à l’être quand le Hwasong-15 sera tiré contre le territoire continental américain?“, a déclaré un spectateur.
La version officielle, rapportée par les médias non moins officiels, dit ceci : Nos armes “ne poseront aucune menace à aucun pays ou région tant que les intérêts de la Corée du Nord ne seront pas remis en cause. C’est notre déclaration solennelle“…

par -

Donald Trump, veut bien se fâcher avec l’Iran, la Russie, Cuba ou encore les 7 pays dont il ne veut pas des ressortissants sur le sol américain, mais il ne veut certainement pas se brouiller avec la Chine, la locomotive de l’économie mondiale. On est à peine au début du séjour du président américain en Chine, et les contrats pleuvent déjà. Hier mercredi 08 novembre 2017, une vingtaine d’accords commerciaux ont été conclus à Pékin entre des entreprises chinoises et américaines, pour un montant de 9 milliards de dollars.

On notera au passage le petit mot du vice-Premier ministre chinois, Wang Yang, qui a qualifié ces contrats  “d’échauffement“, en attendant l’avalanche de partenariats à l’occasion du sommet sino-américain programmé ce jeudi. On a appris que Trump et son homologue Xi Jinping vont présider des signatures de contrats dans des secteurs tels que le gaz ou le soja. Est loin le temps où le locataire de la Maison Blanche provoquait l’ire de Pékin en accusant les Chinois d’avoir “volé” des millions d’emplois aux Américains. Mais ça c’était le temps de la campagne électorale, de l’eau a coulé sous les ponts depuis…

Néanmoins les deux hommes ne pourront pas faire l’économie d’une question qui fâche : Le programme nucléaire de la Corée du Nord, qui a provoqué dernièrement des échanges musclés entre Pyongyang et Washington. L’énorme excédent commercial chinois avec les Etats-Unis, 223 milliards de dollars rien que sur les 10 premiers mois de cette année, en hausse de 8% en comparaison avec 2016, devrait également être mis sur la table par un Trump qui avait promis durant sa campagne des mesures pour verrouiller le marché américain face aux importations…

par -

Un tunnel s’est effondré sur le site où la Corée du Nord a procédé en septembre à son sixième essai nucléaire, faisant peut-être plus de 200 morts, rapporte Sud Info.

Un premier éboulement a piégé une centaine d’ouvriers qui se trouvaient dans ce tunnel sur le site de Punggye-ri. Un second effondrement s’est produit en pleine opération de secours.

La Corée du Nord a procédé le 3 septembre à son sixième essai nucléaire. Il a provoqué une série de secousses sismiques et de glissements de terrain, ce qui a pu fragiliser le site, ajoute la même source.

par -

Ceux qui s’attendaient à un premier discours fort de la part du président américain, Donald Trump, devant l’Assemblée générale de l’ONU, ont été servis. Trump s’en est vertement pris ce mardi aux “Etats voyous” qui troublent la sécurité de la planète, en premier la Corée du Nord. Il a tout bonnement menacé de la “détruire totalement“. D’après le président américain, le dirigeant nord-coréen Kim Jong-Un s’est lancé dans “une mission-suicide” en balançant tous azimuts des missiles sous le nez de ses voisins, terrorisant toute la région, et le monde entier…

L’Iran n’a pas été épargné non plus. Trump s’en est pris, de nouveau, à l’accord paraphé par les grandes puissances avec Téhéran pour lester le programme nucléaire iranien et faire en sorte que l’arme atomique n’en sorte pas. Cet accord, signé en 2015 est “un des pires auxquels les Etats-Unis aient jamais participé“, a-t-il balancé en présence des représentants des 193 Etats membres de l’ONU.

Nous ne pouvons pas laisser un régime meurtrier continuer ses activités déstabilisatrices (…) et nous ne pouvons pas respecter un accord s’il sert à couvrir l’éventuelle mise en place d’un programme nucléaire“, a ajouté Trump, traitant l’Iran de “dictature corrompue“.

par -

La Corée du Nord a lancé, vendredi 15 septembre au matin, un missile qui a survolé le Japon, a annoncé le gouvernement nippon.

Selon les données rapportées par l’AFP, l’engin nord-coréen a survolé l’île septentrionale japonaise de Hokkaido à 07h06 (jeudi à 22h06 GMT) ont précisé les autorités, soulignant que le système d’avertissement J-Alert a été déclenché dans plusieurs régions du nord de l’archipel.

par -

Le Conseil de sécurité de l’ONU a adopté lundi, à l’unanimité et à l’initiative des États-Unis, une nouvelle batterie de sanctions contre la Corée du Nord. Celles-ci interdisent ses exportations de textile et réduisent ses approvisionnements en pétrole et en gaz, relate Le Figaro.fr.

Pour les États-Unis, le Royaume-Uni, la France ou l’Italie, la résolution adoptée lundi est «très solide», «équilibrée» et permet à l’ONU d’affirmer «unité» et «détermination». Elle a également été soutenue par la Chine et la Russie, les plus proches soutiens de la Corée du Nord.

On rappelle que le dernier train de sanctions internationales, le 5 août, faisait suite à deux tirs de missiles intercontinentaux nord-coréens. Il interdit les importations de charbon, de fer et de la pêche venant de Corée du Nord, et vise à priver ce pays d’un milliard de dollars de recettes par an.

par -

La Corée du Nord a dit s’attendre “à ce que la Corée du Nord tire un missile balistique intercontinental”, rapporte le site Europe1.fr.

La Corée du Nord semble avoir entamé des préparatifs en vue de nouveaux tirs de missiles balistiques, a déclaré un responsable du ministère sud-coréen de la Défense, lundi.

“Nous voyons des signes qu’il pourrait y avoir de nouveaux tirs de missiles balistiques. Nous nous attendons aussi à ce que la Corée du Nord tire un missile balistique intercontinental”, a précisé Chang Kyung-soo devant le Parlement.

Le responsable du ministère de la Défense était invité à répondre aux questions des députés sur le sixième – et plus important à ce jour – essai nucléaire effectué dimanche par le régime de Pyongyang.

La Corée du Nord a annoncé fin juillet avoir mené avec succès un deuxième tir de missile balistique intercontinental (ICBM) qui placerait le territoire américain à sa portée.

par -

La Corée du Nord a lancé ce mardi 29 août 2017  un autre missile balistique qui a survolé le nord du Japon, rapporte le site yonhapnews.

Vers 5h57,  un missile a été lancé depuis les environs de Sunan à Pyongyang en direction de la mer de l’Est. Il a traversé l’espace aérien japonais et est retombé dans l’océan Pacifique Nord. Il a parcouru une distance supérieure à 2.700 km et a atteint l’altitude d’environ 550 km.

D’après la même source, cette provocation nord-coréenne est un coup dur de plus pour les présidents sud-coréen et américain, Moon Jae-in et Donald Trump, qui cherchent à renouer le dialogue avec Pyongyang, et fera monter davantage la tension sur la péninsule.

par -

La Chine, principal soutien économique de Pyongyang, a annoncé lundi 14 août 2017 la suspension de toutes ses importations de fer, de plomb, de minerais de ces deux métaux et de produits de la mer en provenance de Corée du Nord, en application des sanctions décidées à l’ONU.

A partir de mardi, “toutes les importations de charbon, fer, minerai de fer, plomb, minerai de plomb, et d’animaux aquatiques et produits de la mer seront interdites”, rapporte l’AFP.

FOCUS 🔍

Comme à l’accoutumée, la BIAT- Banque Internationale Arabe de Tunisie – lance sa campagne estivale à destination des Tunisiens Résidents à l’Etranger « TRE...

Le meilleur des RS

Notre rubrique «Le meilleurs des réseaux Sociaux », début de la saison estivale oblige, choisit de mettre en lumière une initiative citoyenne, soutenue par un...

INTERVIEW

Walid Ben Salah, expert comptable, a accordé à Africanmanager une interview exclusive où il a évoqué plusieurs points dont l'augmentation et à plusieurs reprises...

AFRIQUE

Une attaque terroriste menée par le groupe Boko Haram sur le lac Tchad a fait au moins 18 victimes jeudi soir. "Les éléments de Boko...

Reseaux Sociaux

SPORT

L'Italien Fabio Fognini a remporté le 7ème titre ATP de sa carrière en s'imposant dimanche en finale contre le Français Richard Gasquet, 29ème mondial,...