Tags Posts tagged with "excédent commercial"

excédent commercial

par -

L’excédent commercial de la Chine a baissé de 43,1%, en mai 2018, pour atteindre 156,5 milliards de yuans. Les exportations ont progressé de 3,2% sur un an pour atteindre 1,340 milliard de yuans tandis que les importations ont augmenté de 15,6% pour atteindre 1,190 milliards de yuans, selon Xinhua. Le président américain, Donald Trump, qui reproche à la Chine sa politique commerciale trop agressive et le “dumping” qui fait des ravages aux USA et ailleurs, ne va pas bouder son plaisir…

Le commerce de marchandises de la Chine a augmenté de 8,8% sur un an pour atteindre 11,630 milliards de yuans (environ 1,820 milliards de dollars), au cours des cinq premiers mois de l’année, selon des données douanières publiées vendredi 08 juin 2018.

Les exportations ont affiché une croissance de 5,5% en glissement annuel pour s’établir à 6,140 milliards de yuans durant cette période, tandis que les importations ont augmenté de 12,6% à 5,490 milliards de yuans, entraînant un excédent commercial de 649,8 milliards de yuans, en baisse de 31%.

par -

Quand l’économie d’un pays se porte bien, cela se perçoit nettement dans sa balance commerciale. De ce point de vue les indicateurs, provisoires, du commerce extérieur de la Côte d’Ivoire, rapportés par l’Agence Ecofin, sont très parlants. On a appris que la balance commerciale du pays affiche un excédent de 1708,4 milliards FCFA (environ 3,2 milliards $) l’an dernier, une montée de 29,7% en comparaison avec 2016. En valeur, c’est une hausse de 391,4 milliards FCFA (à peu près 741,5 millions $) de l’excédent commercial en 2017.

Les exportations ivoiriennes ont progressé de 8,8% pour culminer à 7302,4 milliards FCFA (environ 13,8 milliards $) en 2017 ; une bonne nouvelle, les importations n’ont que peu évolué, à peine +3,3%, à 5594 milliards FCFA (environ 10,6 milliards $) l’an dernier.
Dans le détail, le gonflement en valeur des exportations ivoiriennes est du aux produits primaires qui ont gagné 15,1% ; les produits transformés quant à eux ont légèrement reflué, -6%. Les produits de l’agriculture industrielle (+17,7%), surtout le cacao fèves (+13,1%), la noix de cajou (+29,2%), le caoutchouc (+48,9%) et le coton en masse (+124,7%) portent la dynamique de l’export. Le cacao fèves à lui tout seul a vu son volume progresser de 43,1% à l’export, malgré la fonte des prix, -20,9%.

A noter que l’Union européenne – les Pays-Bas (12,6%), la France (5,3%), l’Allemagne (5,1%) et la Belgique (5,0%) – garde son statut de partenaire commercial numéro 1 et principal client de la Côte d’Ivoire, elle pèse 38,2% de la valeur des produits exportés l’an dernier. Vient ensuite la CEDEAO (18,8%), puis l’Asie (17,5%) et le continent américain (13,3%). Ces quatre entités captent 88,0% des exportations ivoiriennes.

Au niveau des importations, le principal fournisseur de la Côte d’Ivoire reste l’Union européenne (33,1%), suivie par l’Asie (33,0%) et la CEDEAO (15,2%). Ces trois zones pèsent 81,3% du volume global des importations en valeur.
En Europe et en Asie, la France et la Chine sont les leaders des pays fournisseurs avec, respectivement, 11,8% et 14,3% des importations. A signaler la montée en puissance des importations ivoiriennes de la Chine, elles sont passées de 4,5% en moyenne entre 2000 et 2010 à 12,8% en 2012-2017.

par -

La balance commerciale alimentaire a enregistré, durant les deux premiers mois de 2018, une amélioration remarquable, le taux de couverture des exportations par les importations ayant atteint 134,2% contre 63% durant la même période de 2017.

Cette croissance s’explique par un accroissement de la valeur des exportations alimentaires (+109,2%) et une régression des importations de 1,8%, ayant généré un excédent de la balance commerciale alimentaire de 268,3 millions de dinars (MD) contre un déficit de 295,2 MD, durant les deux premiers mois de 2017.

Il est à noter que l’excédent de la balance commerciale alimentaire a contribué à l’amélioration du taux de couverture de la balance commerciale globale de 3,1% à 74,9%.

La valeur des exportations alimentaires au cours des deux premiers mois de 2018 a atteint l’équivalent de 1052 MD, soit une augmentation de 109,2% par rapport à la même période de 2017.

Les stars à l’export

Cette croissance est due à la hausse des exportations de l’huile d’olive en quantité (54,5 mille tonnes conte 16,4 mille tonnes) et en valeur (544,8 MD contre 143,3 MD) et à l’amélioration du niveau des prix de 14% ; lesquelles recettes ont contribué à la croissance des exportations alimentaires globales de 68%.

L’amélioration des exportations est également expliquée par l’évolution des recettes des produits de la mer et des dattes, respectivement de 79% et de 32%, outre l’accroissement de la valeur des ventes des légumes frais de 64%, notamment les tomates géothermiques, et de la valeur des exportations des conserves de légumes et fruits de 12% et des conserves de poissons de 16%.

En revanche, les exportations des agrumes ont enregistré un repli de 12% en valeur et de 38% en quantité, en raison de la régression de la récolte destinée à l’exportation par rapport à la saison écoulée.
La valeur des exportations alimentaires durant les deux premiers mois de 2018 s’est établie à 15,9% du total des exportations des biens contre 10,8% durant la même période de 2017.

Les importations alimentaires ont coûté moins cher

La valeur des importations alimentaires, au cours des deux premiers mois de l’année en cours, s’est établie à 783,7 MD, enregistrant une baisse de 1,8% par rapport à la même période de 2017.

Cette baisse est due à la régression de la valeur des importations des céréales de 16%, notamment le blé tendre, l’orge et le maïs, et de celles du café et thé, respectivement de 41% et de 68%.

Par ailleurs, la majorité des produits alimentaires classés non-essentiels ont enregistré, par rapport à la même période de l’année écoulée, une stabilité dans la structure des importations à un taux avoisinant les 18%.

En revanche, la valeur des importations d’autres produits alimentaires a connu une évolution, à l’instar du lait et dérivés (65%), des huiles essentielles (44%) et du sucre (8%).

La valeur des importations alimentaires durant les deux premiers mois de l’année en cours a représenté 8,9% du total des importations du pays, contre 11,2 % durant la même période de 2017.

TAP

par -

Selon des statistiques publiées par l’institut national des statistiques et rapportées par l’agence Ecofin, au terme du premier semestre 2017, l’Angola a enregistré un excédent commercial de 1 686 milliards de kwanzas (10 milliards $),.

Les exportations angolaises ont atteint la barre des 2 710 milliards de kwanzas (16 milliards $) alors que les importations ont nécessité des dépenses évaluées à 1 024 milliards de kwanzas (6 milliards $).

Les exportations de produits de base se taillent la grande part avec une progression de 8,6% en glissement annuel à 1 339 milliards de kwanzas (8 milliards $). Cependant, a été observé un déclin de 2,3% par rapport au second semestre 2016.

Dans le même temps, les importations de biens reculent de 3,4% à 521 milliards de kwanzas (3 milliards $) en glissement annuel mais augmentent de 3,9% au cours des six premiers mois de l’année, par rapport au semestre précédent.

De façon plus précise, ce sont les exportations des produits pétroliers qui s’offrent plus de 94% du total, attirant plus de 1 263 milliards de kwanzas (7,6 milliards $), alors que le secteur « machines et matériel » constitue la grande part des importations avec 127 milliards de kwanzas (765 millions $).

D’un autre côté, le commerce angolais s’est renforcé au cours de la période de référence. En effet, le taux de couverture des importations par les  exportations a atteint 256,7% au terme du second trimestre 2017 contre 228,2% au cours de la même période en 2016. Ce taux était de 272,9% au premier trimestre 2017, précise encore la même source.

FOCUS 🔍

Comme chaque année et pour la 8ème fois consécutive, Orange Tunisie a organisé son Orange Summer Challenge (OSC), le rendez-vous incontournable des jeunes technophiles,...

Le meilleur des RS

Le chef d’entreprise et responsable syndical Rafaa Ennaifer est , à bon droit, vert de rage, à la vue d’articles vestimentaires tunisiens, vendus dans...

INTERVIEW

L'expert en économie et ancien ministre des Finances Houcine Dimasi a accordé à Africanmanager une interview exclusive où il a évoqué plusieurs points dont...

AFRIQUE

Le marché des assurances a réalisé un chiffre d'affaires de 73,3 milliards de dinars (mds DA) au 1er semestre 2018 contre 70,3 mds DA...

Reseaux Sociaux

SPORT