Tags Posts tagged with "Gabes, ,"

Gabes, ,

par -

La saison de cueillette des olives à Gabès a démarré, lundi. Le coup d’envoi a été donné par le gouverneur Monji Thameur à la ferme du centre de formation professionnelle agricole Zarkine à Mareth.
A cette occasion, le gouverneur a pris connaissance des préparatifs de collecte des olives et d’extraction de l’huile d’olive.

Selon la direction de la production végétale au commissariat régional au développement agricole à Gabès, la récolte devra atteindre 40 mille tonnes dont 30 mille tonnes d’olives en irrigué, soit une baisse de 33,33% par rapport à 2017 où la récolte était de l’ordre de 60 mille tonnes.
Gabès compte plus de 2 millions 500 mille oliviers dont 900 mille en irrigué, s’étendant sur une superficie de 73590 hectares.

La région assure une production annuelle de 15 mille tonnes, soit 8,33% de la production nationale d’olives.
Le nombre des huileries dans la région est de 41 avec une capacité de transformation quotidienne de 555 tonnes et une capacité de stockage de mille tonne.

par -

Le niveau de développement actuel dans le gouvernorat de Gabes ne reflète pas ses richesses naturelles, ses compétences et ses incitations qui lui permettent de se hisser au rang de mégapole, a déclaré le ministre du Développement, de la l’Investissement et de la Coopération internationale, Zied Laadhari.

Intervenant au cours d’un conseil régional extraordinaire tenu, vendredi à Gabes, Laadhari a souligné que le gouvernement œuvrera à la concrétisation des mégaprojets programmés dans la région et qui ont été présentés aux investisseurs à l’occasion de la conférence internationale sur le Partenariat Public-Privé (PPP). Il s’agit de la station de thermalisme au site El Khebayat et la station de dessalement de l’eau de mer à Gabes.

Le ministre a fait savoir, dans ce cadre, que le gouvernement se penche sur l’identification de lignes de financement pour le projet du nouvel hôpital universitaire qui sera réalisé dans les plus brefs délais.

Les membres du conseil régional de Gabès ont appelé le gouvernement à accélérer la réalisation des mégaprojets programmés dans la région et l’augmentation du capital du pôle industriel et technologique de Gabès afin de favoriser la réalisation des projets et résoudre le problème du chômage.
Au cours de cette visite, le ministre a inauguré la 5ème tranche du projet de production de primeurs géothermiques. Il s’agit de la culture sous serres photovoltaïques sur une superficie de 5 hectares moyennant un cout de 18 Millions de Dinars (MD) et qui a permis 120 emplois.

La superficie totale de ce projet réalisé par une société tuniso-hollandaise, s’élève à 25 hectares et fournit 1200 emplois permanents et 700 emplois saisonniers.

Le milliardaire égyptien Naguib Sawiris, 7ème fortune du continent africain, après un séjour à Gabes, s’était lui aussi extasié devant le gros potentiel de la région. C’était en avril 2018, et il n’en a pas reparlé depuis. Ce qui serait bien c’est que le ministre du Développement relance l’homme d’affaires égyptien sur la question…

par -
Gabès : le CR rejette un projet ferroviaire et tire sur le ministre

Les membres de la délégation spéciale du conseil régional  (CR) de Gabès ont rejeté à l’unanimité lors de leur troisième session tenue samedi, sous la présidence du gouverneur Mongi Thameur, le tracé de la ligne ferroviaire Gabès-Médenine, réclamant de changer d’itinéraire et de délocaliser la gare du centre ville de Gabès pour alléger l’embouteillage.

Les membres du conseil ont estimé à l’unanimité que l’ancien itinéraire portera préjudice au littoral et aux projets de développement programmés.

Ils ont en revanche demandé d’accélérer l’édification de la route côtière Gabès-Zarat, adoptée lors du conseil ministériel tenu le 25 juin 2015, pour ses répercussions positives sur l’impulsion des investissements et le désenclavement de plusieurs zones situées sur le littoral.

Certains membres du conseil ont critiqué le ministère des Transports pour “sa négligence des besoins de projets de développement dans la région, dont le projet de ligne maritime pour le transport de conteneurs, la promotion de l’aéroport de Gafsa-Matmata, l’aménagement de la zone de logistique et le mise en place d’une station de transport terrestre”. Ils ont estimé que l’absence du ministre lors des travaux de la réunion ministérielle, tenue le 17 aout dernier sur le gouvernorat de Gabes, ne peut pas être justifiée.

Au cours de ce conseil régional certaines questions financières et procédurales ont été adoptées, dont notamment la cession des biens du conseil régional au profit des municipalités qui ont été étendues ou nouvellement créées.

Les membres du conseil ont exprimé l’espoir de voir la présidence du gouvernement annoncer les décisions issues de la séance ministérielle sur le gouvernorat de Gabès et prendre des mesures “audacieuses” donnant une nouvelle impulsion au développement de la région “dont la situation a régressé au cours des années écoulées”.

par -

Une vingtaine de jeunes promoteurs et porteurs d’idées de projet à Gabès ont bénéficié de financements pour le lancement de leurs projets dans le cadre du Fonds d’amorçage, un mécanisme de financement qui intervient, en fonds propres, dans des entreprises innovantes en création et qui présentent un fort potentiel de concurrence avant la phase de démarrage effectif.
Une enveloppe de 200 mille dinars sera répartie sur ces jeunes promoteurs dont 13 diplômés du supérieur, 3 porteurs d’handicap et 3 porteurs de certificat de formation.
Les projets bénéficiaires de ces fonds sont liés notamment aux secteurs de la physiothérapie, la médecine générale, la médecine dentaire, l’imprimerie, la garderie scolaire, la coiffure, la pêche, la production de substances utiles et l’emballage du sucre.
Ces projets devront créer au moins une trentaine d’emplois.

par -

Le ministre du commerce, Omar El Behi a affirmé jeudi, “l’importance de mettre en place un système de pesage et de facturation électroniques dans les marchés de gros, afin d’optimiser le contrôle des circuits de distribution, garantir une meilleure maitrise des prix, renforcer la transparence des transactions commerciales et faciliter la tache des agents de contrôle économique“.
L’instauration de ce système constitue l’une des composantes du programme de réhabilitation des circuits de distribution des produits agricoles et de pêche selon les normes légales et procédurales“, a-t-il ajouté, lors d’une séance de travail tenue avec les présidents des municipalités de Kairouan, Sousse, Monastir, Béja, Gabès et Bizerte, et consacrée à l’examen de “l’avancement du plan de mise en place d’un système de pesage et de facturation électroniques dans les marchés du gros “.
Selon un communiqué du département publié jeudi, le ministre a considéré que “les municipalités seront les grands bénéficiaires de ce système qui est de nature à renforcer leurs ressources financières, à travers le règlement des frais effectifs“.
Et de poursuivre : “l’installation de ce système dans les marchés de Sousse, Hammam Sousse et Menzel Bourguiba a généré une évolution remarquable des flux de produits et des revenus. Les quantités globales de fruits et légumes transférées vers le marché de gros de Menzel Bourguiba ont enregistré une augmentation de 214% en 2017 à 11 mille tonnes, contre 3484 tonnes en 2016“.
Le ministre avait auparavant annoncé l’installation prochaine de ce système dans les marchés de Kairouan, Gabès et Sfax sous le pilotage technique de la Société tunisienne des marchés de gros (Sotumag) de Bir Kassaâ. Lequel système sera par la suite généralisé à tous les marchés de gros d’intérêt national.
Un comité technique national a été créé, en juin dernier, pour diagnostiquer la situation actuelle des marchés de gros d’intérêt national et identifier les axes de leur réhabilitation.

par -

 Le ministre de la formation professionnelle et de l’emploi, Faouzi Abderrahmane a inauguré, lundi au centre sectoriel de formation en maintenance de Gabès, la nouvelle année de formation 2018/2019.
“Le choix de ce centre pour l’inauguration de la nouvelle année de la formation dénote l’intérêt accordé à cette institution et les efforts consentis afin de l’aider à retrouver sa place et son lustre”, a souligné le ministre, indiquant que le système de la formation professionnelle sera renforcé dans toute la région de Gabès.

Le ministre a tenu à cette occasion une séance de travail avec le cadre pédagogique, consacrée à la situation et aux perspectives du système de la formation professionnelle dans cette région.
Le ministre a également inspecté le bureau de l’emploi et du travail indépendant de Gabès, le centre de formation professionnelle agricole de Zarkine et le centre sectoriel de formation en bâtiment et forage de Gabès.

Les obstacles entravant la formation professionnelle dans cette région ont été exposés lors de cette tournée, en particulier le manque de financement des projets.

Des propositions ont été présentées au ministre pour la promotion de ce secteur, dont la nécessité d’accélérer la mise en place du centre de formation des jeunes filles rurales à Menzel Habib, outre l’équipement de l’espace d’hébergement au centre sectoriel de formation en bâtiment et forage de Gabès.

La nouvelle année de formation a été marquée par le redémarrage de la spécialité de maintenance, suspendue depuis huit ans.

par -

Les investissements agricoles poursuivent leur croissance, dans le gouvernorat de Gabès, où l’on enregistre 19,8 millions de dinars d’investissements, de janvier à juillet 2018, contre 13,9 MD, durant la même période de 2017, fait savoir à l’agence TAP le directeur régional de l’APIA (Agence de promotion des investissements agricoles), Karim Khalfelli.

Les opérations d’investissements ont évolué de 82 à 163 opérations et les emplois créés de 88 à 325 emplois fixes.

Durant la même période, 252 opérations d’investissement ont été déclarées, pour un coût global de 31 MD, contre 113 opérations (25 MD), en janvier-juillet 2017.

par -

Le bureau exécutif de l’union régionale de l’UGTT de Gabès a décidé une grève générale régionale dont il n’a pas précisé la date, a-t-il été annoncé samedi la page officielle de l’Organisation ouvrière.

Il s’agit de protester contre « la politique de marginalisation et des atermoiements du gouvernement envers la région », explique un communiqué syndical.

 

par -

Les régions du sud du pays ont enregistré le taux de chômage le plus élevé en Tunisie au cours du deuxième trimestre de 2018. Ces régions souffrent également de taux de pauvreté très élevés, de l’absence de vision stratégique et d’un modèle de développement clair et répondant au mieux aux besoins de ces gouvernorats.

Le Sud-est est doté de plusieurs atouts lui permettant de se classer dans les premiers rangs des régions développées, mais ils ne sont pas exploités

D’ailleurs des statistiques de l’Institut national des statistiques (INS) ont révélé en particulier que la région de Tataouine occupe la première place au niveau national avec un taux de chômage atteignant 32,4%. Les mêmes données indiquent que le taux de chômage au niveau national a atteint 15,3% et 626,1 mille chômeurs.

S’agissant de la répartition géographique, il ressort que le sud-est (Gabès, Médenine et Tataouine) est classé en seconde position avec un taux de chômage de 24,3% et plus de 80 mille chômeurs.
En revanche, le centre-est (Sfax, Mahdia, Sousse et Monastir) a enregistré le taux de chômage le plus faible avec 9,7% et 93,3 mille chômeurs. Dans le Grand Tunis (Tunis, Ben Arous, Ariana et Manouba) le taux de chômage enregistré est de 17% et le nombre des sans emploi est de 191,1 mille.

Création de plusieurs postes d’emploi

Selon des données officielles, un accord final a été conclu concernant le projet de Gaz de Tataouine dont les travaux seront lancés le 1er octobre prochain et prendront fin en 2020. Ce pipeline d’une longueur de 94 km permettra l’approvisionnement du gouvernorat de Tataouine et les régions limitrophes, en gaz naturel et gaz mis en bouteille d’une part, et le développement de l’industrie, la relance de l’économie et la réalisation des projets dans la région, d’autre part.

Ce projet, dont le coût est estimé à 400 millions de dinars, favorisera près de 250 postes d’emploi, et forme une partie du projet de développement du champ de gaz Naouara à Tataouine dont le coût est estimé à 3000 millions de dinars, a ajouté le responsable, signalant que la capacité de production de ce champ est estimée à 2.7 million m3 par jour.

De même, les travaux de construction d’une usine de production de gypse ont démarré depuis le début de l’année en cours, à Ezzahra, dans la délégation de Tataouine-nord. L’entreprise devra entrer en exploitation à l’orée 2020. D’un coût de 30 millions de dinars, l’usine devra produire, dans une première étape, 300 tonnes de gypse, par jour, et embaucher 70 cadres et agents.

Quatre concessions d’exploitation de gypse accordées, auparavant, ont été retirées par le ministère de l’Industrie, à cause du retard dans l’exécution. La région de Tataouine est dotée du plus grand gisement de gypse, en Tunisie. Elle est classée au 4e rang mondial dans ce domaine.

par -

La mort des poissons au Golfe de Gabes est due à la présence en mer de quantités importantes d’algues vénéneuses de type “Karenia selliformis”, a affirmé jeudi le ministère de l’agriculture, des ressources hydrauliques et de la pêche. La faute également à la présence d’un taux important de phosphore, de sel d’ammonium en mer coïncidant avec la hausse des températures et la chute de pluies au cours de cette période, a précisé le département dans un communiqué, notant que les analyses de laboratoires ont révélé que les échantillons prélevés ne contiennent pas de métaux lourds, d’hydrocarbure et des virus du type Nodavirus.
Ces analyses ont été réalisées afin d’identifier les causes de la présence de poissons flottants morts, le 5 août, sur les plages de Gabes et Ghannouch. Une équipe relevant de l’Institut National des Sciences et Technologies de la Mer (INSTM) a prélevé des échantillons des eaux (analyses hydro-biologiques), et des échantillons des poissons morts (analyses microbiologiques), dans trois régions, à savoir Chatt El Arbi, El Corniche et Chatt Essalem, d’après le communiqué.
Ces échantillons ont été envoyés aux laboratoires de l’Institut de Sfax et de Salammbo (Tunis) pour effectuer les analyses nécessaires.

par -

Comme à l’accoutumée et après la réussite de sa première action, la fondation Hédi Bouchamaoui renouvelle l’expérience et célèbre, à sa façon, la journée du savoir. C’est lors d’une ambiance conviviale et chaleureuse tenue, vendredi 27 juillet 2018 au lycée “Abou Loubeba” du gouvernorat de Gabès que la fondation a remis leurs prix à 17 lauréats parmi ceux ayant excellé dans leurs études dans l’enseignement de base et de l’enseignement secondaire de tous les lycées et collèges relevant de ce gouvernorat. Ces derniers ont été honorés et des cadeaux dont des livrets d’épargne et des tablettes leur a été remis. Plusieurs personnalités ont pris part à cette cérémonie tels que le gouverneur dudit gouvernorat, le commissaire régional de l’éducation, khaled Bouchamaoui, le président de la Fondation et Ezzedine Ounis, coordinateur général de la Fondation. La bachelière qui a obtenu la meilleure moyenne, Roua Librini a obtenu un livret d’épargne de 1000 dinars, une tablette et un billet d’avion (Aller/Retour) en Allemagne.

Dans une déclaration faite aux médias en marge de cette cérémonie, khaled Bouchamaoui a souligné l’importance d’investir dans l’enseignement comme levier de croissance et de développement pour le pays. ” Nous avons choisi l’éducation parce que nous croyons fort dans le secteur”, a assuré Bouchamaoui, exprimant l’espoir de voir la fondation toucher d’autres secteurs vitaux comme celui de l’éducation.
Interrogé sur le choix de Gabès, le responsable nous indiqué que ce gouvernorat est classé comme marginalisé : ” Nous avons choisi Gabès parce que nous estimons que le nombre des fondations qui y sont installées et qui se chargent de la question de l’éducation est très minime pour ne pas dire inexistant”, a-t-il soutenu.
Il a en outre indiqué que le gouvernorat de Gabès a réellement besoin de subvention : ” On s’est dit qu’on doit réussir dans ce gouvernorat avant d’aller dans d’autres régions”, a expliqué le président de la Fondation sans pour autant cacher l’intérêt porté à toutes les régions du pays.
Un avis partagé par Ezzedine Ounais, lequel a affirmé dans une déclaration de presse que de telles actions sont élevées au rang de devoir : ” Le secteur privé est appelé aujourd’hui de plus en plus à appuyer les actions sociétales”, a-t-il indiqué avant de rappeler que, l’année dernière, la fondation s’est trouvée en face de quelques petits problèmes en rapport avec la nature de cette action et comment un entreprise privée appuie le secteur étatique, mais que ces difficultés ont toutes été surmontées lors de cette deuxième action, ce qui n’est pas le cas pour cette édition.
Il a dans le même contexte indiqué que la fondation apporte son soutien au secteur de l’éducation parce qu’elle considère que l’enseignement est la base de tout développement économique en Tunisie, sans écarter l’éventualité de toucher d’autres secteurs.
Quant à lui, le gouverneur a souligné l’importance de cette action menée par la fondation Hedi Bouchamaoui, appelant ainsi à accentuer, dès lors, les efforts pour faire réussir la prochaine saison scolaire.
Profitant de la cérémonie, le gouverneur n’a pas manqué de se féliciter des efforts fournis par les institutions sécuritaire et militaire tout en veillant à sécuriser les établissements scolaires et faire réussir les examens nationaux.
Le gouverneur a par ailleurs déploré les faibles et mauvais résultats obtenus lors des examens nationaux notamment de la 6ème et de la 9ème année, appelant ainsi à mettre en place une stratégie nationale permettant de développer des compétences et déboucher sur des résultats meilleurs, selon ses dires.
Il est à noter à ce propos que la Fondation Hedi Bouchamaoui a déjà entamé un programme d’amélioration des conditions d’apprentissage des enfants à Gabès, visant l’amélioration de la qualité de l’environnement scolaire et elle a aussi pris l’initiative de créer des clubs de langues dans un certain nombre de collèges .

Ainsi en collaboration avec des institutions de l’université de Gabès et des partenaires de la société civile, la Fondation a contribué à l’organisation du pré-forum citoyen de l’éducation portant sur le thème : ” La gouvernance de l’éducation…ici et maintenant” tenu le 12 mars dernier, au cours duquel de nouvelles approches autour de la modernisation du système éducatif ont été discutées.

par -

Jusqu’à juin 2018, les exportations des primeurs géothermiques dans le gouvernorat de Gabès ont atteint 14 mille tonnes contre 9700 tonnes par rapport à la même période de l’année dernière.
Parmi ces produits figurent essentiellement des tomates de très bonne qualité exportées vers les marchés européens et les pays de golfe, a indiqué Amel Ghiloufi, chef de service de la production végétale au commissariat régional au développement agricole de Gabès.
La culture des primeurs géothermiques est très répandue, notamment à El Hamma où les superficies ont atteint 128 hectares. Dans la région, 11 sociétés et 40 petits agriculteurs opèrent dans cette activité agricole.
Durant la saison écoulée, la production des primeurs géothermiques dans la région de Gabès était de 25 millions tonnes dont 12 mille tonnes ont été exportées vers l’étranger.

par -

L’Assemblée des Représentants du Peuple (ARP) a tenu, ce jeudi 24 mai 2018, au Bardo, une séance plénière pour examiner le rapport de la commission du développement régional sur les visites qu’elle a effectuées dans le Sud-Est du pays (Tataouine, Gabès et Médenine).

Cette plénière se déroule actuellement en la présence des ministres du Commerce, de l’Agriculture, des PME, de l’Environnement, de la Culture, du Tourisme, de la Santé et de l’Équipement.

Prennent également part à cette plénière le secrétaire d’État auprès du ministre du Transport, des représentants du ministère de l’Investissement et de la Coopération internationale ainsi que les gouverneurs de Gabès, Tataouine et Médenine et des responsables des administrations régionales.

par -

La production de 2017, chez la société Al Kimia, a enregistré une augmentation de plus de 23 % par rapport à 2016 et aurait pu être meilleure n’eut été le manque d’acide phosphorique enregistré au quatrième trimestre du fait des perturbations qu’a connues le Groupe Chimique Tunisien à Gabès. Le volume des ventes de STPP a aussi enregistré une augmentation de 28 % par rapport à 2016 passant de 67 248 à 86 092 tonnes. Malgré cette amélioration, la Société n’a pas pu atteindre le niveau habituel de ses ventes, compte tenu de la baisse de la demande mondiale du STPP et de l’agressivité des concurrents qui continuent de pratiquer des prix bas.

Le chiffre d’affaires aussi a enregistré une augmentation de 23% par rapport à la même période de 2016 passant ainsi de 124 MDT à 150,6 MDT. L’amélioration du chiffre d’affaires est due notamment à l’augmentation du volume des ventes et à la dépréciation du dinar par rapport aux devises étrangères en dépit d’une baisse générale du niveau des prix pratiqués dans le monde. Le résultat net de l’entreprise avait pourtant terminé avec une perte de 13,636 MDT et qui était en hausse par rapport au déficit de 9 MDT de l’exercice 2016.

par -

Un accord de prêt de 82 millions d’euros a été signé, ce mardi 22 mai 2018, entre la Banque Allemande de Développement (KFW) et le ministère du Développement, de l’Investissement et de la Coopération internationale. L’argent financera une station de dessalement d’eau de mer d’une capacité de 50.000m³ / jour (extensible à 100.000 m³ / jour) à Zarat, près de la ville de Gabes.

Le coût total du projet est estimé à 96.5 millions d’euros, soit 231.6 millions de dinars tunisiens. La contribution de la Tunisie est donc de l’ordre de 14.5 millions d’euros. Ce prêt est remboursable sur 15 ans avec 5 ans de grâce et un taux d’intérêt de 1,86%.

Ce projet sera réalisé par la Société Nationale d’Exploitation et de Distribution des Eaux (SONEDE) dans l’objectif de couvrir les besoins en eau potable de 1,145 million d’habitants des gouvernorats de Gabès, à l’horizon 2035.

Il permettra également de faire face à la pénurie d’eau à travers le dessalement des eaux de mer et d’atténuer la surexploitation des eaux souterraines.

A signaler que la Tunisie souffre pour la troisième année consécutive d’un déficit hydrique estimé à 163 millions m3.

Les barrages maintiennent les mêmes taux de remplissage que l’année dernière, à l’exception du barrage de Nebhana qui ne renferme aujourd’hui que 3 millions m3 contre 11 millions m3 en 2017.

On rappelle également que la Banque Allemande de Développement agit pour le compte du Gouvernement Fédéral Allemand. Elle soutient les réformes, les infrastructures et les systèmes financiers pour une croissance économique socialement équitable et respectueuse de l’environnement dans les pays en voie de développement.

Ses objectifs comprennent la réduction de la pauvreté, le maintien de la sécurité et de la paix, la protection de l’environnement et du climat ainsi que la promotion de la mondialisation dans des conditions équitables.

par -

Les résultats préliminaires des élections municipales 2018 dans le gouvernorat de Gabès se présentent comme suit :
– Municipalité de Gabes
Listes en lice
Nombre de sièges
Courant démocrate 5
Mouvement Ennahdha 12
Coalition civile 3
Nidaa Tounes 3
Tounes Al Irada 1
Front Populaire 2
Le défi 2
– Municipalité de Matmata
Listes en lice
Nombre de sièges
Mouvement Ennahdha 5
Liste de l’Excellence 4
Je t’aime Ma Patri 2
Nidaa Tounes 1
– Municipalité de Dkhilet Toujen
Listes en lice
Nombre de sièges
Mouvement Ennahdha 11
Nidaa Tounes 5
Afek Tounes 1
– Municipalité de Bouchamma
Listes en lice
Nombre de sièges
Mouvement Ennahdha 6
Bouchamma, Yed Wahda 2
Nidaa Tounes 2
Harak Tounes Al Irada 4
Le défi 2
Al Wifak 2
– Municipalité de Métouia
Listes en lice
Nombre de sièges
Mouvement Ennahdha 6
Machrou Tounes 2
Nidaa Tounes 1
Lam Echaml 9
– Municipalité de Ketana
Listes en lice
Nombre de sièges
Mouvement ENnahdha 9
L’avenir 2
Nidaa Tounes 5
Pour le developpement 2
– Municipalité de la Nouvelle Matmata
Listes en lice
Nombre de sièges
Nidaa Tounes 3
Al Moubadra wal Esleh 1
Mouvement Ennahdha 6
Assouud 8
– Municipalité de Ouedhref
Listes en lice
Nombre de sièges
Mouvement Ennahdha 6
Al Eklaa (le décollage) 2
Nidaa Tounes 2
Réforme du processus 7
– Municipalité de Chenini Nahhal
Listes en lice
Nombre de sièges
Partenariat, union, et environnement 5
Mouvement Ennahdha 8
Courant démocrate 5
– Municipalité de Teboulbou
Listes en lice
Nombre de sièges
Mouvement Ennahdha 5
Demain est meilleur 2
Al Bina 2
Notre ambition 2
Nidaa Tounes 2
Courant démocrate 1
Achiraa 2
La justice 2
– Municipalité de Ghannouch
Listes en lice
Nombre de sièges
Mouvement Ennahdha 17
Nidaa Tounes 3
Ghannouch, ma ville 2
Harak Tounes Al Irada 2
– Municipalité de Mareth
Listes en lice
Nombre de sièges
Nidaa Tounes 3
Muovement Ennahdha 11
Mareth, d’abord 3
Mouvement du peuple 6
Harak Tounes Al Irada 1
Municipalité d’El Hamma
Listes en lice
Nombre de sièges
Mouvement Ennahdha 14
Al Eklaa (le décollage) 3
Harak Tounes Al Irada 4
El Hamma d’abord 6
Nidaa Tounes 3

par -

L’Agence de réhabilitation et de rénovation urbaine (ARRU) a entamé la maintenance du réseau de distribution d’eau potable, à El Hamma, Ghannouch et Oudhref, annonce le directeur régional de l’ARRU, Lotfi Hamrouni, dans une déclaration à l’agence TAP.

A El Hamma, les travaux s’inscrivent dans le cadre d’un projet d’un coût global de 716 mille dinars, au profit de 1600 habitants. A Ghannouch, les travaux d’un coût de 375 mille dinars, bénéficieront à 700 habitants et à Oudhref ; 200 habitants sont concernés (coût de 183 mille dinars).

Par ailleurs, l’agence a lancé un appel d’offres pour la réalisation d’un projet de réhabilitation du centre ville de Bouchema. L’attribution du projet est prévue, au cours de ce mois de mai 2018. Les travaux concernent l’aménagement de routes, l’éclairage public et l’évacuation des eaux de pluie.

par -

Les Tunisiens se plaignent de la Tunisie, de son climat politique et social délétère, ses mauvais indicateurs économiques, ses prix qui s’envolent… Mais le richissime businessman égyptien Naguib Sawiris lui ne voit rien de tout ça, au contraire, il met en relief les atouts du pays. C’est surtout Gabès qui lui a tapé dans l’oeil. Il s’est confié dans un entretien avec Huffpost Tunisie, lors de sa venue au Festival du film de Gabès.

C’est la première fois que la septième fortune du continent africain fait une descente dans la région, un voyage court mais très instructif. “La pauvreté est manifeste dans certains endroits, la pollution aussi”, dit-il, “mais la ville a de beaux potentiels”, ajoute-t-il.
En fait ce qui trotte dans la tête de Sawiris, c’est une réédition de son exploit à El Gouna, une localité désertique en Égypte dont il a fait une petite merveille. D’après lui, Gabès a tout ce qu’il faut pour avoir le même destin, et se muer en une ville dont raffolent les touristes et les investisseurs. “Gabès jouit d’une nature exceptionnelle grâce à la mer et l’oasis”, affirme avec passion le milliardaire. Et il entrevoit déjà ce nouveau paradis, une oasis sur mer.

L’économie c’est très important mais la culture l’est autant pour dynamiser une ville”, déclare-t-il. Sawiris a monté avec son frère le Festival du film d’El Gouna, dont la première édition a fait grand bruit. Ce qui a été fait à Gabès – le complexe culturel l’Agora et le festival du film – donne des idées à l’Egyptien. Et l’homme qui a fait fortune grâce à ses activités dans les mines, les télécoms, les médias, etc., a les moyens de ses ambitions !

C’est pas gagné…

Toutefois l’homme d’affaires pose le préalable de mesures d’encouragement fortes pour doper l’investissement. “Cette ville a besoin d’un plan de développement la ciblant et ça passe par une campagne d’investissement marketing pour encourager les investisseurs à venir lancer des projets ici. Il faut que l’État donne de la visibilité au cadre juridique sur les incitations à l’investissement”, indique-t-il. Mais le businessman égyptien n’est pas le seul à s’en plaindre, les patrons tunisiens les plus en vue également, et pas en prenant des gants. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle la Tunisie va être épaulée par la Banque Mondiale pour faire bonne figure dans les classements internationaux, notamment “Doing Business”, des études que les investisseurs de la trempe de Sawiris regardent à la loupe avant de miser le moindre billet. Ce dossier fait d’ailleurs partie des sujets sur la table lors de la visite du chef du gouvernement, Youssef Chahed, à Bruxelles ce mardi 24 avril 2018. C’est aussi, entre autres, ce qu’exige le FMI de la Tunisie, et c’est cela qui explique la tiédeur, le caractère timoré et attentiste du communiqué sorti de la rencontre entre le ministre tunisien de l’Investissement et des responsables de l’institution financière dernièrement à Washington.

Le pays est stable, la sécurité est là”, les ressources humaines sont “qualifiées” et “instruites”, “la force de caractère des femmes à l’image des Égyptiennes” et “l’ouverture d’esprit et la tolérance des Tunisiens” sont autant d’atouts qu’il faut exploiter de manière optimale, a déclaré le milliardaire égyptien. Son message est on ne peut plus clair, et lui comme ses pairs n’ont pas pour habitude de faire dans la flagornerie sans fondement, autrement ils n’auraient pas cette réussite exceptionnelle. La balle est dans le camp des autorités tunisiennes. A elles de faire ce qu’il faut pour cueillir les sous chez Sawris…

S.L.

par -

La ville d’El Hamma constitue l’une des principales villes de la région de Gabès. Créée le 20 août 1920, sa municipalité couvre une superficie de 553 ha, pour une population de quelque 54 mille habitants.
Cette ville thermale, au fort potentiel, accueille chaque année des dizaines de milliers de curistes, dont beaucoup d’étrangers. Les trois hammams municipaux y ont été modernisés. Ils côtoient cinq autres hammams dans le secteur privé. Le projet de station thermale d’El Khbayet, attendu depuis plusieurs années, devrait renforcer le caractère touristique de la ville et contribuer à réduire le chômage. Lequel constitue le principal problème de la délégation qui ne dispose toujours pas de zone industrielle.

Entretemps, les habitants de la ville sont particulièrement préoccupés par l’expansion urbaine qui grignote chaque jour un peu plus d’espace oasien. Car El Hamma est aussi une oasis, un autre atout à son actif.

Pour Ezzedine Rtimi, militant associatif, la ville doit développer son réseau routier et permettre au citoyen de vivre dans un environnement sain, débarrassé de toutes sources de pollution, et développer les services de santé dispensés par l’hôpital local.

Rached Adouani, journaliste local, résume les attentes des habitants en la modernisation des routes, du marché des fruits et légumes et de l’abattoir, ainsi que la lutte contre la prolifération des étalages anarchiques et les constructions abusives dans le périmètre de l’oasis.

La commune d’El Hamma compte 23036 électeurs qui seront appelés, le 6 mai prochain, à choisir 30 conseillers municipaux parmi les cinq listes électorales en lice : 3 listes de partis (Nidaa, Ennahdha, Harak Tounes Al Irada) et 2 indépendantes.

FOCUS 🔍

Comme chaque année et pour la 8ème fois consécutive, Orange Tunisie a organisé son Orange Summer Challenge (OSC), le rendez-vous incontournable des jeunes technophiles,...

Le meilleur des RS

La loi antiraciste vient d'être votée par le Parlement, avec son lot de sanctions qui en refroidit plus d'un (fortes amendes et même peine...

INTERVIEW

Slim Feriani, le ministre de l'Industrie et des PME et de l'Energie par intérim, a récemment accordé à Africanmanager une interview exclusive où il...

AFRIQUE

Un train a déraillé mardi près de Rabat, la capitale marocaine, faisant au moins sept morts et 80 blessés, apprend Reuters de source médicale. L'accident...

Reseaux Sociaux

SPORT