Tags Posts tagged with "Gabes, ,"

Gabes, ,

par -

L’Hôpital régional de Gabès vient d’être doté d’un bronchoscope d’une valeur de 234 mille dinars, offert par la société les Industries chimiques du fluor (ICF).
Le président directeur général de l’ICF, Lakhdar Tlili, a exprimé la disposition de la société d’aider davantage l’hôpital et le personnel médical dans leurs efforts pour en développer les prestations.
A cette occasion, une cérémonie s’est tenue, mardi, en présence du gouverneur de la région, du secrétaire général de l’Union régionale du travail et des cadres médicaux.
Les ICF avaient, auparavant, offert trois lits et des équipements médicaux, à l’intention du service de coronarographie de l’hôpital.

par -

Le ministre de la Défense nationale, Abdelkrim Zbidi, a inauguré, jeudi, à la caserne Bab Bhar à Gabès, la salle d’opération intégrant le système de surveillance électronique des frontières à la division d’infanterie mécanisée, en présence des ambassadeurs d’Allemagne et des Etats-Unis à Tunis.
Zbidi a indiqué que ce dispositif se présente comme un centre de collecte et d’analyse des données produites par le système de surveillance électronique mobile et fixe, mettant l’accent sur l’efficacité de ce système actif 24h sur 24h. En effet, a-t-il expliqué, il a permis de déjouer plus de 95% des opérations de contrebande et de franchissement illicite des frontières dans les deux sens.

Selon le ministre, le système de surveillance électronique mobile est composé de 5 stations de contrôle financées par l’Allemagne moyennant un don d’une valeur de 7 millions d’euros. Le système est opérationnel depuis 2018 et couvre actuellement la zone frontalière tuniso-libyenne jusqu’à Borj El-Khadhra, délégation de Remada dans le gouvernorat de Tataouine.
Quant au système de surveillance fixe, lancé depuis le début de l’année, Zbidi a indiqué que la première partie de ce dispositif a été installée par les Etats-Unis grâce à un don de 40 millions de dollars et couvre près de 190 km de la région frontalière Ras Jedir (délégation de Ben Guerdane dans le gouvernorat de Médenine) à Dhehiba (Tatatouine).

La deuxième partie du système de surveillance fixe s’étend sur 90 km de Dhehiba à Bir Ezzar dans la zone militaire tampon de Remada, a-t-il indiqué, précisant que c’est la partie américaine qui a mis en place ce dispositif avec un financement allemand, dans le cadre d’un don de 16 millions d’euros.

par -

Le cargo transportant 30 mille tonnes de coke importé, pour le compte d’une cimenterie, n’a toujours pas déchargé sa marchandise, depuis qu’il a accosté, le 19 mars 2019, au port commercial de la ville, apprend l’agence TAP auprès d’une source du port.

Les bureaux exécutifs de l’Union régionale du travail et de l’Union régionale de l’industrie, du commerce et de l’artisanat, les membres du conseil régional et des composantes de la société civile, s’étaient opposés au déchargement de coke au port commercial de Gabes, en prévision de l’arrivée du cargo.

En outre, ils avaient appelé les autorités de tutelle à mettre en œuvre la décision relative à la création d’une ligne maritime de transport de conteneurs et la préservation des activités du tourisme de croisière.
Ils avaient, également, revendiqué la mise à niveau du port et son intégration au réseau des ports internationaux.

Ils avaient, aussi, appelé à la tenue d’une réunion d’urgence, en présence des parties concernées pour résoudre les problèmes posés.

Le port de Gabes dont la profondeur du bassin atteint 12 mètres, soit la plus importante au niveau des ports tunisiens, est apte à accueillir des navires de toutes tailles. Il est aussi doté de 8 quais, sur une longueur de 2 km.

Le port est relié au réseau ferroviaire et autoroutier, ce qui l’habilite à assurer l’activité de transport de conteneurs.

par -

Le Conseil régional (CR) du gouvernorat de Gabès et la société civile rejettent, catégoriquement, tout déchargement de coke, au port commercial de la ville.

Réunis, mardi, dans sa première session ordinaire de l’année 2019, le Conseil régional de Gabès s’est accordé sur la nécessité de stopper, immédiatement, et de manière totale, le déchargement de ce produit, y compris la cargaison de 30 mille tonnes importée, par une cimenterie de la région qui devrait arriver, ce soir.
Par ailleurs, des activistes associatifs observent, mardi, un sit-in à l’entrée du port commercial, réitérant leur refus du déchargement de coke importé, par les cimenteries de la région. Ils considèrent que cette activité est néfaste pour l’environnement.

De son côté, l’Union régionale du travail avait publié, le 12 mars 2019, une motion dans laquelle elle exige l’arrêt immédiat de ces déchargements. Elle appelle à l’activation de la ligne maritime de transport des conteneurs, à l’examen de la prime de pollution et à la tenue d’une séance de travail ministérielle, avant fin mars, pour trouver des solutions aux problèmes posés.

par -

Le bureau exécutif de l’Union régionale du travail (URT), à Gabès, annonce, la suspension du déchargement du coke, au port commercial, en réaction aux ” infractions ” à l’accord y afférent et à leurs “ conséquences ” sur l’environnement.

Dans une motion issue de la réunion tenue, mardi, avec les syndicats de base du port, le bureau exécutif de l’URT appelle à l’activation de la ligne maritime de transport des conteneurs, à l’examen de la prime de pollution et à la tenue d’une séance de travail ministérielle, avant fin mars, pour trouver des solutions aux problèmes posés.

Les participants à la réunion ont souligné la dégradation de la situation du port due au non respect des engagements des autorités et des parties prenantes, lesquels engagements sont contenus dans les procès verbaux des réunions de négociations concernant le déchargement du coke et la création d’une ligne maritime de transport de conteneurs. La dernière réunion en date s’était tenue, le 9 octobre 2018, au Palais du gouvernement, rappelle-t-on.

par -

Le ministère de l’Intérieur a annoncé dans un communiqué publié ce lundi 4 mars 2019 que 9 opérations de contrebande ont avorté et une marchandise d’une valeur estimée à 508,549 mille dinars a été saisie.

Toujours selon le MI, 10 personnes recherchées et impliquées dans des affaires de droit public ont été interpelées par les agents de la garde nationale de Gabes.

par -

Une délégation d’investisseurs néerlandais ont effectué une visite de deux jours (mardi et mercredi), au gouvernorat de Gabès, pour prospecter les opportunités d’investissement dans les cultures géothermiques.
Les membres de la délégation ont fait une tournée dans plusieurs exploitations, à El Hamma, où les plus performantes techniques sont adoptées, dans cette filière. Ces projets ont réussi à gagner le pari de la compétitivité sur les marchés internationaux, en proposant des produits de haute qualité, notamment la tomate (primeur).
Une séance de travail tenue au siège du gouvernorat a permis de présenter, à la délégation, un exposé sur l’activité agricole dans la région et les avantages offerts par l’Etat aux investisseurs dans ce secteur.

par -

L’Université de Gabès a abrité, récemment, une table ronde sur le thème ” Phosphates : une industrie du futur ” et ce, dans le cadre des préparatifs pour le sommet de la Francophonie prévu, en 2020, en Tunisie.
La rencontre a été organisée en collaboration avec des revues françaises et le Groupe chimique tunisien, avec la participation notamment de Wided Bouchamaoui, ancienne présidente de l’organisation patronale (UTICA).
Le président directeur général de la Compagnie des phosphates de Gafsa (CPG), Abdellatif Hmam, indique dans une déclaration à l’agence TAP que d’ici 2050 les besoins alimentaires vont augmenter substantiellement en fonction de la croissance démographique mondiale (9 milliards de personnes en 2050), ce qui engendrera une forte demande en engrais chimiques nécessaires à l’agriculture. De ce fait, les pays producteurs de phosphates s’emploient à développer la filière et à attirer les investissements dans ce secteur.

La Tunisie, dit-il, a acquis une importante expérience dans ce domaine. Elle produit des engrais chimiques de qualité supérieure lui permettant de relever le défi de la compétitivité à l’international.
Hmam appelle à sauvegarder cette filière et à conserver ses marchés traditionnels et à conquérir de nouveaux clients, ce qui nécessite d’éviter le blocage de la production et d’améliorer la qualité de la production à travers la valorisation de la recherche.
La rencontre a permis d’évoquer, notamment, les solutions existantes pour éliminer les rejets de phosphogypse à Sfax et à Gabès, notamment celles apportées par la recherche menée par le centre de biotechnologie à Sfax.

Au milieu des travaux de la table ronde, deux militants associatifs du mouvement “Stop pollution” ont brandi des slogans pour dire qu’on ne peut pas parler de l’avenir du phosphate sans analyser le présent, ni évoquer les problèmes de pollution générés par les rejets de phosphogypse et leurs impacts sur la santé, outre les problèmes de l’emploi dans la région.

L’industrie de transformation du phosphate tourne au ralenti, depuis plusieurs mois, dans la région de Gabès, à cause notamment de la baisse du stock de phosphate de provenance de Gafsa où les mouvements sporadiques de protestation pour l’emploi bloquent la production.
Durant les huit dernières années, la production de phosphate par la CPG n’a pas dépassé 40 % de celle réalisée en 2010, soit 5 millions de tonnes par an, contre 8 millions, en 2010.

par -

Dans un communiqué publié ce matin, la société nationale des chemins de fer tunisiens a annoncé qu’un train de voyageurs en provenance de Gabes a déraillé au niveau de l’entrée de la Gare de Kerker.

Le déraillement a eu lieu vers 8 heures 20 minutes et aucune victime n’est à déplorer, a ajouté la même source.

par -

Le gouvernement s’attache à lutter contre tous les phénomènes à l’origine de la hausse des prix et du déséquilibre du marché, a affirmé le ministre auprès du chef du gouvernement chargé des grandes réformes, Taoufik Rajhi, mettant l’accent sur la nécessité de soutenir les efforts déployés en vue de lutter contre le monopole, la contrebande et le commerce parallèle.
Présidant, mardi à Gabès, la réunion de la commission régionale chargée du suivi de l’évolution des prix, de la garantie de l’approvisionnement régulier, de la lutte contre la contrebande, du commerce illicite et de la gestion du contrôle, Rajhi a souligné que l’exécutif est déterminé à assurer la transparence des transactions et la préservation du pouvoir d’achat du consommateur.
Il a, dans ce cadre, appelé à la nécessité de mettre fin au commerce parallèle et de l’intégrer dans les circuits organisés afin de garantir la régularité de l’approvisionnement du marché et de maîtriser les prix.

Lors de cette réunion, la direction régionale du commerce a présenté un aperçu sur les résultats enregistrés cette année et qui concernent principalement la baisse des prix des fruits et des légumes, par rapport à l’année dernière.
La même direction a mené, en collaboration avec les services sécuritaires, six campagnes de contrôle qui ont ciblé les zones où s’exercent des pratiques de monopôle et de contrebande des produits sensibles.
Du 23 novembre jusqu’au 15 décembre 2018, 13 campagnes régionales ont été menées et au cours desquelles 160 tonnes de fruits et de légumes ont été envoyés au marché de gros et plus de 46 tonnes de couscous et de pâtes alimentaires ont été saisies.

Cette réunion a permis de souligner la nécessité d’améliorer la situation du marché de gros de Gabès.
Les participants ont également appelé à la création d’un marché central à l’intérieur de l’ancien marché de gros et de soutenir les efforts visant à lutter le phénomène des étals anarchiques et du commerce parallèle.
Rajhi a saisi l’occasion pour effectuer une visite au marché de gros, à l’abattoir municipal, outre le marché de gros de poissons, le marché de Chkarna et le marché de vente des viandes au détail dans cette région.
Au cours de la visite, les habitants ont évoqué plusieurs problèmes liés à ’augmentation des prix, le commerce parallèle et les étals anarchique.

par -

La commission régionale chargée de suivi et de contrôle des établissements pour enfants à Gabès a décidé, lors d’une réunion tenue mardi au siège du gouvernorat, la fermeture de 11 espaces anarchiques pour non-conformité au cahier des charges, a indiqué Lassad Boukhris, commissaire régional chargé des affaires de la femme et de la famille.

Depuis le début de l’année, 45 décisions de fermeture d’espaces anarchiques ont été exécutées, a-t-il souligné.

La même source a ajouté que des avis de fermeture de 20 établissements ont été ajournés après que ces espaces ont entrepris les démarches nécessaires et suivi les procédures de conformité au cahier des charges.

Le gouvernorat de Gabès compte 391 espaces pour enfants (crèches, garderies, jardins d’enfants,..).

par -

Une grève générale est observée, lundi, à El Hamma et Menzel El Habib, suite à la désignation de la ville de Menzel El Habib pour abriter la cité industrielle intégrée devant accueillir les nouvelles unités du Groupe chimique tunisien.
Des marches ont été organisées dans les deux villes, auxquelles ont participé des représentants des organisations nationales, ainsi que plusieurs partis et associations. Des slogans rejetant l’installation de décharge de phosphogypse à Menzel El Habib ont été scandés.
Les manifestants considèrent que ce projet est néfaste pour leur région, appelant les autorités de tutelle à chercher une autre solution, pour que la “douloureuse expérience” que vit le gouvernorat de Gabès ne se reproduise pas, selon eux.

par -

Les participants à la réunion de la commission régionale de suivi des terres domaniales à Gabès, tenue jeudi et présidée par le gouverneur Mongi Thameur, ont convenu de mettre en œuvre 34 décisions de restitution à l’Etat de terres domaniales dans la région.

Exploitées illégalement, ces terres se trouvent notamment dans les localités de Laouinet 1 et 2 (délégation de Metouia) ainsi que Zorkine (délégation de Mareth).

par -

Les appels d’offres pour la réalisation des projets de valorisation des déchets domestiques dans les gouvernorats de Gabès, Bizerte et Sousse seront lancés d’ici la fin de l’année, a indiqué, jeudi, Walim Mardassi, conseiller auprès du ministre de l’Environnement et des Affaires Locales, en marge d’une conférence sur le traitement et la valorisation des déchets domestiques et similaires organisée à Tunis.
Nous allons commencer par le projet de valorisation des déchets domestiques dans la décharge de Gabès, dont l’appel d’offre sera lancé, la semaine prochaine. Cette décharge accueille moins de déchets que les autres, soit 85 mille tonnes par an contre 150 mille tonnes pour la décharge de Bizerte et 230 mille tonnes pour celle de Sousse.
La valorisation des déchets sera effectuée à travers un traitement mécano-biologique (TMB) par criblage ou broyage et un traitement biologique à travers le compostage ou la méthanisation (processus naturel biologique de dégradation de la matière organique en absence d’oxygène)“, a expliqué le responsable à la journaliste de TAP.

Les trois projets, d’un coût global de 53 millions d’euros (175,4 millions de dinars), financés conjointement par le gouvernement tunisien et la Banque Allemande pour le développement et la reconstruction (KFW), devront être prêts dans deux ans.
Même si les marchés sont remportés par des entreprises étrangères, ces dernières seront assistées par des entreprises tunisiennes pour bénéficier de leur expérience dans ce domaine“, a encore lancé le conseiller.
Les entreprises sélectionnées auront la mission de trier les déchets domestiques déposés dans les décharges (déchets recyclables – plastique, métal…- et déchets organiques) et après les transformer en biogaz qui sert à la production de l’énergie propre.
En Tunisie, 2,8 millions de tonnes de déchets domestiques et similaires sont produits chaque année, dont 87% sont enfouis dans les décharges contrôlées.

Intervenant à cette rencontre, le directeur général de l’ANGED, Badreddine Lasmar, a déclaré que l’expérience sera généralisée dans le reste des régions du pays, à commencer par Mahdia et Djerba.
La Tunisie prévoit de réaliser 7 décharges contrôlées et 3 décharges de valorisation des déchets, moyennant un financement de 250 millions de dinars. Le pays compte, jusqu’à ce jour 11 décharges contrôlées.
Les sites de ces décharges ont été identifiés conformément aux exigences environnementales et en concertation avec les citoyens riverains, a affirmé le conseiller auprès du ministre de l’Environnement et des Affaires Locales.

par -

Quelque 15 mille visiteurs des régions du sud du pays ainsi que de Libye et d’Algérie sont attendus, au 6e Salon de l’agriculture et de l’agroalimentaire qui a démarré, mercredi 21 novembre 2018, et se poursuivra jusqu’au 25 novembre 2018, à la Foire international de Gabès.

Organisé en collaboration avec l’Union régionale de l’agriculture et de la pêche, la direction régionale de l’Agence de promotion des investissements agricoles et le Commissariat régional au développement agricole, le Salon enregistre la participation de 51 exposants de toutes les régions. Y prennent part, également, les structures d’appui et les centres spécialisés tels que l’institut des régions arides, le centre technique des cultures géothermiques et sous serre de Gabès et le centre de formation professionnelle à la pêche.

Plusieurs filières y sont représentées dont la machinerie agricole, les engrais, les semences, les pépinières, les primeurs géothermiques, l’huile d’olive, les dattes et dérivées, les produits laitiers, l’agroalimentaire et la volaille.

par -

Près de 120 personnes seront employées dans l’unité de traitement final du projet Nawara situé dans la zone industrielle de Ghannouch, à Gabès.
Le ministère de l’Industrie et des PME, l’Union Générale Tunisienne du Travail (UGTT), la Société autrichienne d’exploration et de production (OMV) et l’Entreprise tunisienne d’activités pétrolières (ETAP) ont, également, convenu d’employer 180 personnes dans le cadre de la responsabilité sociétale.
OMV et l’ETAP devront fournir dans ce cadre les financements nécessaires au conseil régional de Gabès pour concrétiser cette décision.
Cet accord a été pris lors d’une séance de travail, tenue jeudi, au ministère de l’industrie et PME sur la situation sociale à l’unité de traitement final “Nawara”, en présence de représentants des ministères des affaires sociales, de l’emploi et de la formation professionnelle, selon le ministère de l’Industrie et le gouverneur de Gabès.
A rappeler que les travaux de chantier à l’unité de traitement final de la zone industrielle de Ghannouch, l’une des composantes principales du champ de “Nawara”, ont enregistré un retard de deux ans (l’entrée en exploitation était prévue en 2016) en raison des revendications des habitants de Gabès liées à l’emploi.
Le ministre de l’industrie et des PME, Slim Feriani, a souligné que l’accord vise l’achèvement dudit projet afin de favoriser le développement aux niveaux national et régional, outre l’impulsion de l’économie et du développement dans les gouvernorats de Gabès et Tataouine.

par -

Le juge de la famille relevant du Tribunal de première instance de Gabes a émis une décision ordonnant l’interdiction des Smartphones dans les différents établissements scolaires, crèches, écoles primaires et collèges, rapporte Mosaïque fm.

Il s’agit d’une mesure qui a pour but de protéger les enfants des différentes menaces de ces gadgets électroniques et des jeux dangereux.

par -

La saison de cueillette des olives à Gabès a démarré, lundi. Le coup d’envoi a été donné par le gouverneur Monji Thameur à la ferme du centre de formation professionnelle agricole Zarkine à Mareth.
A cette occasion, le gouverneur a pris connaissance des préparatifs de collecte des olives et d’extraction de l’huile d’olive.

Selon la direction de la production végétale au commissariat régional au développement agricole à Gabès, la récolte devra atteindre 40 mille tonnes dont 30 mille tonnes d’olives en irrigué, soit une baisse de 33,33% par rapport à 2017 où la récolte était de l’ordre de 60 mille tonnes.
Gabès compte plus de 2 millions 500 mille oliviers dont 900 mille en irrigué, s’étendant sur une superficie de 73590 hectares.

La région assure une production annuelle de 15 mille tonnes, soit 8,33% de la production nationale d’olives.
Le nombre des huileries dans la région est de 41 avec une capacité de transformation quotidienne de 555 tonnes et une capacité de stockage de mille tonne.

FOCUS 🔍

Carrefour Tunisie, leader de la grande distribution en Tunisie, a remporté le prix du « Meilleur Service Client » de l’année 2019 dans la...

Le meilleur des RS

Culturama, le groupe culturel estudiantin, initie le mouvement à Tunis, appuyé par l'université Mahmoud El Materi, ainsi que des associations écologiques tunisiennes: ACT'UP Tunisie...

PRESSE LOCALE

INTERVIEW

L’Agence Allemande de la Coopération Internationale en Tunisie (GIZ) envisage d'étendre son assistance technique aux collectivités locales en Tunisie dans le cadre du partenariat...

AFRIQUE

Le gouvernement de la République du Liberia et Niron Metals Plc («Niron», ou la «Société») (www.NironMetals.com) ont le plaisir d’annoncer conjointement la signature d’un...

Reseaux Sociaux

SPORT