Tags Posts tagged with "Hammadi Jebali, , , ,"

Hammadi Jebali, , , ,

par -

Habib Essid n’était pas très loquace et flamboyant quand il avait en charge les affaires du pays, alors que dire maintenant qu’il savoure sa retraite. L’ex-chef du gouvernement, qui avait bien encaissé sa disgrâce le 30 juillet 2016 et même remercié ses bourreaux, en plein Parlement, a accepté d’évoquer, avec Akher Khabar Online, quelques morceaux de sa vie d’homme d’Etat.

Pour commencer, il est revenu sur sa désignation au poste de ministre de l’Intérieur, dans le gouvernement de Béji Caid Essebsi, en mars 2011 ; puis conseiller chargé des affaires sécuritaires de Hamadi Jebali, en octobre 2011. Il a dit que cette nomination n’était pas du tout du goût de l’ancien président de la République, ce dernier est même allé jusqu’à mettre son propre départ sur la table, ne supportant pas l’idée de côtoyer un symbole de l’ancien régime, d’après Essid.
Au sujet des raisons de sa démission de l’équipe de Jebali, l’ex-chef du gouvernement l’explique par une mésentente sur la méthode de travail. Il a également révélé que des mesures prises par le Conseil supérieur de la sécurité nationale étaient bloquées et que plusieurs d’entre elles ne sont toujours pas appliquées.

Par ailleurs Essid a parlé de ses liens avec Chokri Belaïd, leader du Front Populaire, abattu le 6 février 2013. Il a dit que ce meurtre l’a choqué, car il ne pensait pas que des assassinats politiques puissent se produire en Tunisie. Il a indiqué qu’il a vu Belaïd quelques jours avant sa rencontre fatale avec les terroristes
Il a ajouté que son équipe a été prise dans la tempête, avec des attentats successifs. À chaque fois que son gouvernement s’apprêtait à entreprendre des réformes, une attaque terroriste se produisait. “Le combat contre le terrorisme était notre priorité absolue” a-t-il indiqué.

Enfin, preuve qu’il nourrit encore, tout de même, quelques rancœurs suite à son limogeage 18 mois après son installation, Essid a déclaré que le chef du gouvernement ne doit pas à lui seul endosser la responsabilité de l’échec de son équipe, et que toutes les parties doivent assumer. “Il faut éviter la politique du bouc émissaire” a-t-il lâché….

par -
Hammadi Jébali

Hammadi Jébali, secrétaire général d’Ennahdha a déclaré, samedi 28 juin 2014 à Jawhara FM , que si jamais il décide de se présenter aux présidentielles, il le fera en tant que candidat totalement indépendant.

Il a rappelé que cette décision tiendra compte de nombreuses variables, dont l’intérêt du pays et celui de la révolution et le succès de la transition démocratique. Evoquant ses liens avec Ennahdha, il affirme que la position du parti est importante, mais il prendra seul et librement cette décision et il le fera en tant qu’indépendant.

Rejetant au passage la proposition d’Ennahdha de choisir un candidat consensuel aux présidentielles, il souligne que cette initiative ne fera que vider les élections de leur sens et ôter au peuple le pouvoir d’exercer son devoir instauré par la révolution.

par -
Dans un statut posté sur sa page face book

Dans un statut posté sur sa page face book, samedi 15 mars 2014, Hammadi Jebali a dénoncé la répression et la torture qui sont pratiquées en Egypte à une très grande échelle selon son expression .

Commentant les développements en Egypte , où les Frères Musulmans commettent des actes terroristes et organisent à travers le pays des affrontements avec l’armée et les forces de sécurité , après la Grande Prière chaque vendredi , le secrétaire général du parti Ennahdha a appelé les autorités égyptiennes à respecter les droits de l’homme et à cesser de réprimer les prisonniers politiques , exigeant la punition des responsables de tels agissements . Il a également exhorté les ONG agissant dans le domaine des droits de l’homme à soutenir les détenus politiques égyptiens .

par -
L'ex-chef du gouvernement et actuel secrétaire général d'Ennahdha

L’ex-chef du gouvernement et actuel secrétaire général d’Ennahdha, Hamadi Jebali, a souhaité, dans une Interview accordée au journal « La presse », que Ben Ali, le président déchu, sorte de son silence et révèle les réalités des explosions de Monastir (1987) et les événements de Bab Souika (1991), dont il n’est pas responsable.

Il a affirmé, en outre, qu’il a été informé de ces explosions à travers la radio. Et de souligner que si Ben Ali avait trouvé ses traces dans ces explosions il ne l’aurait pas lâché.

Hamadi Jebali a souhaité également que Ben Ali révèle tous les détails sur ceux qui ont travaillé dans la sécurité du pays et que les archives du ministère de l’Intérieur soient ouvertes pour que tout le monde sache qu’il est innocent de ces accusations.

par -
Une information avait circulé depuis une semaine

Une information avait circulé depuis une semaine , selon laquelle , Hammadi Jebali n’aurait rien dépensé de ses émoluments et qu’il allait en faire don aux blessés de la révolution dans une cérémonie. L’information se termine par une conclusion : ” c’est pour cela que je voterai de nouveau Ennahdha”.

La même information a été vite démentie par l’entourage de Hammadi Jebali .

par -
Dans une interview accordée à la chaîne satellitaire Al-Arabia

Dans une interview accordée à la chaîne satellitaire Al-Arabia, Hammadi Jebali a affirmé qu’il s’attendait au départ du congrès pour la république (CPR) du fait qu’il s’opposait au Gouvernement de compétences .

Jebali a souligné que son initiative visait à sortir le pays de la crise et constituait un message fort à tous ceux qui prennent à cœur la situation de crise en Tunisie.

Le Gouvernement de compétences qui répond ,de l’avis de Jebali , à la nouvelle situation créée par l’assassinat de Chokri Belaid , aura pour mission de travailler sur les dossiers urgents tels que l’emploi , l’infrastructure ,la hausse des prix ,et laissera aux partis politiques le soin de fixer un agenda pour les échéances électorales .

Il s’est dit convaincu que l’armée nationale est une armée républicaine, qu’elle défend l’Etat, la société et la révolution et qu’elle n’interfère jamais dans les affaires politiques .

Au sujet de ses rapports avec Ennahdha , il affirmé qu’il n’a pas l’intention de démissionner de son parti qui « lui a tout appris , les principes, le militantisme, mais si on le révoque il en sera peiné » , ajoutant que dans ce cas- là , il continuera à servir son peuple , sans donner plus de détails .

Concernant les modalités de désignation de son nouveau cabinet, Jebali a dit ne pas être tenu de passer devant la constituante (ANC), tout en soulignant qu’au cas où la majorité de l’ANC ne serait pas favorable à son initiative , il s’adressera au peuple pour lui dire la vérité , et présentera sa démission au Président de la République .

par -
Le chef du gouvernement Hammadi Jebali a reçu

Le chef du gouvernement Hammadi Jebali a reçu, vendredi 28 décembre 2012, au palais du gouvernement, l’épouse de Sami Fehri. La teneur de cette rencontre n’a pas été dévoilée.

Les deux parties se sont abstenues de faire des déclarations à la presse à l’issue de cette rencontre à laquelle avait assisté Houiem Laajimi, une journaliste d’Ettounssia TV, rapporte Mosaïque fm.

Jeudi Sami Fehri a été transféré de la prison de Mornaguia à un hôpital de la capitale après la détérioration de son état de santé à la suite d’une grève de la faim sauvage.

FOCUS 🔍

La BIAT, qui apporte depuis s plusieurs années, un soutien à la culture et aux industries créatives allant au-delà du mécénat, a lancé une...

Le meilleur des RS

Notre rubrique «Le meilleurs des réseaux Sociaux », début de la saison estivale oblige, choisit de mettre en lumière une initiative citoyenne, soutenue par un...

INTERVIEW

Walid Ben Salah, expert comptable, a accordé à Africanmanager une interview exclusive où il a évoqué plusieurs points dont l'augmentation et à plusieurs reprises...

AFRIQUE

Cela faisait trois ans que Barack Obama n'avait pas foulé la terre de ses ancêtres. Depuis dimanche, l'ancien président américain est au Kenya, pays...

Reseaux Sociaux

SPORT