Tags Posts tagged with "marins-pêcheurs"

marins-pêcheurs

par -

Quatre marins pêcheurs tunisiens ont été secourus par les unités de la marine italienne après le naufrage, samedi 27 mai 2017, de leur chalutier, annonce, dimanche, le ministère des Affaires étrangères.
Dans un communiqué, le département ajoute que les corps sans vie des deux marins pêcheurs ont été repêchés, cet après midi, au large des côtes italiennes assurant que les recherches se poursuivent pour retrouver le 7e marin pêcheur disparu dans les eaux internationales.
Le bateau de pêche qui transportait sept marins pêcheurs tunisiens avait percuté, de plein fouet, un gazier grec battant pavillon panaméen, au large des côtes italiennes, apprend -on de même source.
Aussitôt informé de l’incident, le ministère des Affaires étrangères a, en coordination avec le département de la Défense nationale, mené des contacts avec les autorités italiennes pour demander de l’aide.
Une commission composée de plusieurs représentants de ministères devra se rendre sur les lieux pour enquêter sur les circonstances de l’accident, assurer le suivi des recherches et défendre les droits des victimes tunisiennes.
L’ambassade de Tunisie à Rome et le Consulat de Tunisie à Palerme s’emploient activement à apporter l’assistance nécessaire aux marins pêcheurs rescapés et à rapatrier les deux corps sans vie, dans les plus brefs délais, lit-on dans le même communiqué.

par -

Le ministère des Affaires étrangères a annoncé, dans un communiqué rendu public, ce mercredi 22 mars 2017, que les autorités tunisiennes ont décidé de libérer l’embarcation de pêche libyenne “Jinen”. Une décision  qui vient dans le cadre de la fraternité et des relations de bon voisinage qui unissent les deux peuples, a expliqué le ministère.

L’embarcation qui a été arrêté au large de côtes de Zarzis (gouvernorat de Médenine), sera libérée aussitôt que les formalités administratives seront achevées et que les marins-pêcheurs se trouvant à bord signeront un engagement de ne plus s’introduire sur le territoire tunisien.

par -

Six marins-pêcheurs ont été secourus, lundi 6 février 2017, par les unités de la Garde maritime de Bizerte alors qu’ils se trouvaient sur une mer agitée à bord de leur chalutier, annonce le ministère de l’Intérieur.
Le Centre maritime de la garde nationale de Ghar el Melh a reçu, lundi, un appel de détresse d’un navire de pêche en train de couler au large de Kalâat el-Andalous, avec six marins-pêcheurs à bord, précise le département dans un communiqué.

Les marins-pêcheurs, retrouvés en bonne santé, ont été accompagnés vers le port de Ghar el Melh.

par -

Le ministère de l’Agriculture, des Ressources Hydrauliques et de la Pêche a conseillé aux marins-pêcheurs de ne pas sortir en mer à cause du vent fort, dont la vitesse pourrait dépasser 90km/h ce lundi, 6 février 2017.

Le département ministériel a aussi appelé, dans un communiqué, les propriétaires d’embarcations de pêche à rester aux ports, à être prudents et à ne pas s’aventurer en mer en ce moment jusqu’à l’amélioration des conditions climatiques.

Concernant les informations relayées à propos de la disparition de deux navires, “Mariem” et “Hamdi”, avec lesquels le contact a été perdu depuis dimanche après-midi, “la commission nationale de lutte contre les catastrophes naturelles et des commissions régionales ont suivi, tout au long de la journée d’hier, ce sujet à la demande du chef du gouvernement, Youssef Chahed, jusqu’à l’arrivée des deux navires précités au port de Ghar el Melh, au cours de la même journée”, a indiqué le ministère.

Il a aussi conseillé aux marins pêcheurs tunisiens d’être vigilants et de ne pas sortir pour la pêche dans les eaux libyennes.

par -
Le ministre de l’Agriculture, des Ressources hydrauliques et de la Pêche, Samir Bettaieb, a déclaré, ce jeudi 12 janvier à l’ARP, que malgré tous les efforts déployés et la poursuite des enquêtes, des corps de marins-pêcheurs restent introuvables.
On rappelle que quatorze marins-pêcheurs à bord du bateau Al Baraka étaient portés disparus depuis vendredi 16 décembre 2016 .Toutes les dispositions ont été prises pour retrouver les dépouilles…

par -

Aucun soutien psychologique n’a été apporté aux marins pêcheurs rentrés le 22 décembre 2016 en Tunisie après un mois et demi de détention en Libye, a dénoncé, ce jeudi 29 décembre, Ikbal Ben Rejeb, président de l’”Association de sauvetage des Tunisiens bloqués à l’étranger “.
“La plupart des marins pêcheurs sont dans un état psychologique critique en raison des mauvais traitements qu’ils ont subis lors de leur détention”, a affirmé Ben Rejeb lors d’une conférence de presse à Tunis.
Ben Rejeb a également dénoncé l’indifférence du gouvernement tunisien à l’égard du dossier des citoyens tunisiens arrêtés en Lybie. Des enfants en bas âge (3 ans) figurent parmi ces prisonniers, à l’instar de l’enfant Tamim Jendoubi, ou encore le petit Baraa, dont une photo présentée par Ben Rejeb montre des traces de blessures et des pansements.
Venu témoigner sur les conditions de détention des marins tunisiens, Omar Dridi, frère de l’un d’entre eux, a indiqué que ce dernier souffre actuellement d’une dépression nerveuse profonde qui “l’a empêché de venir livrer son propre témoignage”.
“Les marins tunisiens ont subi des tortures psychologiques et physiques pour les obliger à faire des aveux et justifier leur arrestation”, a-t-il dit.
Ils ont été victimes, selon Dridi, d’une opération de piraterie maritime orchestrée par une milice libyenne dans les eaux territoriales tunisiennes dans le but de demander une rançon. “Le gouvernement tunisien n’a apporté aucune aide aux victimes libérées grâce à l’aide d’un homme d’affaire tunisien et à la mobilisation des familles des marins”, a-t-il déclaré.
Dridi a appelé les autorités tunisiennes à améliorer la situation des marins pêcheurs tunisiens qui, a-t-il dit, ne bénéficient ni de prime de pénibilité ni d’une bonne couverture sociale, ajoutant qu’une indemnité mensuelle de tout juste 100 dinars est versée à la famille du marin en cas de décès.
Intervenant au sujet de l’affaire de Sofiane Chourabi et Nadhir Guetari, disparus en Libye, Sonia Rejeb, mère de Nadhir Guetari, a tenu à dénoncer l’indifférence du gouvernement tunisien.
Elle a affirmé avoir collecté des informations et des témoignages sur cette affaire lors de son voyage en Libye, mais qu’aucun représentant du gouvernement n’a voulu l’écouter.
Rappelons que 54 marins pêcheurs ont été arrêtés en Libye le 15 novembre 2016 pour “violation des eaux territoriales libyennes”. Ils ont été placés en détention avant d’être libérés et de revenir en Tunisie le 22 décembre 2016.

par -

Les 54 marins pêcheurs retenus en Libye se préparent afin à quitter le port de Zaouia en Libye en direction de la Tunisie, nous apprend un communiqué rendu public, ce mercredi 21 décembre 2016, par l’Union Tunisienne de l’Agriculture et de la Pêche (UTAP).

Leur retour a été rendu possible par les efforts louables faits par les parties intervenantes officielles, tunisiennes et libyennes, a ajouté la même source.

On rappelle que le porte-parole du district de sécurité nationale de Zaouia, Nabil Abou Zaoui, avait déclaré que les armateurs ont exigé la libération des 54 marins pêcheurs avant le règlement des amendes, qui s’élèvent à 5000 dinars par marin pêcheur et à 15.000 dinars par capitaine de chalutier.

par -

Les marins pêcheurs libérés par les autorités libyennes depuis plus d’une semaine rentreront en Tunisie ce dimanche 18 décembre 2016, a déclaré l’activiste spécialisé dans les affaires libyennes Mustapha Abdelkabir.
Lors de son passage sur Mosaïque fm, il a ajouté que les pêcheurs se trouvent actuellement dans la ville de Zaouia.
Pour rappel, trois bateaux de pêche tunisiens avaient été arraisonnés, le 15 novembre 2016, par les garde-côtes libyens et escortés vers le port de Zaouia, avait indiqué le ministère tunisien des Affaires étrangères.
54 marins pêcheurs dont 26 issus de la ville de Melloulech (gouvernorat de Mahdia) étaient à bord de ces chalutiers. Ils ont été libérés le 6 décembre 2016 après le paiement d’une amende.

par -

Les marins pêcheurs retenus en Libye ont été libérés, mardi matin, a appris le correspondant de la TAP auprès du frère de l’un des pêcheurs qui était en contact avec l’avocat des détenus et le chef du district de la sûreté de Zaouia.
Trois bateaux de pêche tunisiens ont été arraisonnés, le 15 novembre 2016, par les gardes-côtes libyens et escortés vers le Port de Zaouia, avait annoncé le ministère tunisien des affaires étrangères.
54 marins pêcheurs dont 26 issus de la ville Melloulech (gouvernorat de Mahdia) étaient à bord de ces chalutiers.

par -

Dans une interview accordée à Africanmanager, le chargé de mission auprès du ministre de l’Agriculture, Houssem Hamza a déclaré que la prime des carburants destinée aux marins pêcheurs sera prochainement révisée à la hausse.  Il s’agit, selon lui, de la deuxième augmentation après celle effectuée en mars dernier. Le taux de majoration passera ainsi à 10% contre 5% actuellement.

Houssem Hamza a par ailleurs noté que cette augmentation qui coutera à l’État environ 10 millions de dinars, entrera en vigueur en juin prochain, une fois le système de surveillance par satellite ( VMS) ait installé.
Sur un autre, notre interviewé a signalé qu’une autre prime sera accordée aux petits pêcheurs afin de les encourager . D’ailleurs, un décret-loi sera prochainement publié au JORT afin de garantir l’application de cette mesure.

par -

Des marins-pêcheurs de Gabès poursuivent leur sit-in ouvert organisé depuis près d’une semaine au port de la région. Selon le président du syndicat de la pêche à Gabès, Salah Ghouma, ce sit-in s’inscrit dans le cadre des mouvements organisés dans les différents ports du pays pour exposer la situation dangereuse du secteur de la pêche. Il a souligné l’impératif de répondre aux différentes revendications des marins-pêcheurs notamment la couverture sociale et la baisse des prix du carburant.
Ghouma a appelé les ministères de l’agriculture, et de l’environnement et du développement durable à assumer leur responsabilité face aux infractions répétitives à la loi dans le secteur de l’environnement au golfe de Gabès où sont débarrassées quotidiennement, a-t-il dit, “des quantités importantes de phosogypse par le Groupe Chimique tunisien”.

TAP

par -

Les forces de l’ordre sont intervenues, mardi après-midi, pour évacuer le port de Sfax des marins-pêcheurs en sit-in depuis le 25 février dernier, a indiqué le président de l’Union régionale de l’agriculture et de la pêche Abderrazek korchane à l’Agence TAP.
Des sit-inneurs ont été arrêtés, a signalé la même source qui dénonce l’intervention musclée des forces de l’ordre. Des quantités d’alcool et d’armes blanches ont été trouvées sous les tentes des grévistes, a confié une source sécuritaire à la correspondante de l’Agence TAP, ajoutant que 10 personnes ont été interpellées.
Le sit-in a été organisé à l’appel de l’Union régionale de l’agriculture et de la pêche, pour réclamer la généralisation de la prime des hydrocarbures, la couverture sociale et l’actualisation de la liste des équipements de pêche exonérés de la TVA.

TAP

par -
Les marins du port de la ville de Sousse ont porté

Les marins pêcheurs, originaires de Zarzis (Gouvernorat de Médenine), retenus la semaine dernière, au port de Tripoli (Libye), ont été officiellement libérés, en attendant le parachèvement des procédures administratives pour les embarcations saisies au port d’Ezzouia, au cours des prochaines heures, a annoncé le vice-président de l’UTAP, chargé de la pêche, Noureddine Ben Ayed.
Le responsable de l’organisation agricole a déclaré à l’Agence TAP que l’UTAP a reçu la nouvelle de la libération à 16h40mn, affirmant que “des assurances ont été données par les parties libyennes, à propos des marins pêcheurs retenus au port d’Ezzaouia”. L’UTAP a précisé que «les frères libyens ont dans un mouvement de solidarité, commencé à préparer les embarcations saisies au port de Tripoli et à les approvisionner en carburant et provisions, en prévision de leur retour en Tunisie”.
Cette libération intervient à la suite d’intenses tractations avec les parties libyennes concernées, d’après l’UTAP, qui espère que “toutes les embarcations tunisiennes puissent quitter les ports d’Ezzouia et de Tripoli au même temps pour pouvoir parvenir demain, mardi, au port de Zarzis”.
A noter que, les gardes-côtes libyens avaient saisi 6 chalutiers avec à leur bord, 69 marins-pêcheurs de Zarzis, ce qui a provoqué une tension dans la région et chez les marins pêcheurs et leur famille.3 embarcations sont retenues au port de Tripoli et 3 autres à celui d’Ezzouia.
L’UTAP a tenu “à remercier les autorités administratives, sécuritaires et professionnelles libyennes, pour leur esprit de coopération ainsi que pour la compréhension dont elles ont fait preuve à l’égard des marins-pêcheurs tunisiens”.
L’organisation agricole tient aussi à rappeler que les marins-pêcheurs tunisiens ont été remis en liberté grâce à la coordination et aux “relations étroites” avec les structures professionnelles de la pêche en Libye.

TAP

par -

Le militant des droits de l’homme et expert en affaires libyennes, Mustapha Abdelkébir, a déclaré que les marins pêcheurs, originaires de Zarzis (Gouvernorat de Médenine), dont les chalutiers ont été saisies la semaine dernière en Libye, sont sains et saufs, ajoutant que des négociations sont en cours avec la partie Libyenne pour assurer leur retour, bientôt en Tunisie, sans avoir recours aux procédures d’usage. Il a indiqué à la correspondante de la TAP dans la région que ces marins-pêcheurs ne sont pas en état d’arrestation et se trouvent actuellement avec leurs chalutiers à Zaouia à Tripoli.
A noter que, les gardes côtes libyens avaient saisi 5 chalutiers de pêche, sur deux étapes, avec 74 marins-pêcheurs de Zarzis, ce qui a provoqué une tension dans la région et chez les marins pêcheurs et leur famille.

TAP

par -

La ville de Kalaat Landlous s’est réveillée, vendredi, dans une atmosphère de tension suite à l’attaque à l’arme blanche, au port de Kélibia, d’un marin-pêcheur originaire de Kalaat. En solidarité avec leur collègue, des marins pêcheurs ainsi que des habitants de Kalaat Landlous ont bloqué l’accès à la ville au niveau des routes de Raoued, d’Utique et du pont de Bizerte. Ils réclament, aussi, la mise en route immédiate des travaux d’aménagement du port de pêche de Kalaat Landlous pour que les marins pêcheurs ne soient pas contraints d’aller travailler dans d’autres ports comme ceux de Bizerte, Kélibia ou La Goulette. La ville a été complètement paralysée par ce mouvement de protestation, a indiqué à l’agence TAP le délégué de Kalaat Landlous, Montassar Mahjoub, ajoutant que les autorités régionales et locales poursuivent les tractations avec les manifestants pour la réouverture des routes à la circulation.
Mahjoub a signalé que les protestataires ont refusé la proposition du gouverneur de dialoguer avec leurs représentants. Quelque 350 marins-pêcheurs à Kalaat Landlous souffrent depuis des années de l’ensablement du port local, notamment, après le retrait de la drague installée, provisoirement, pour créer une ouverture sur la mer permettant le passage des barques. Cette ouverture s’est ensablée de nouveau, dès le retrait de la drague.

TAP

INTERVIEW

«La politique africaine ne peut se développer uniquement avec les visites, sporadiques et de courte durée ou seulement à travers le seul ministre des...

AFRIQUE

SPORT

Reseaux Sociaux