Tags Posts tagged with "Mohamed Ghariani,"

Mohamed Ghariani,

par -
L’ancien secrétaire général du RCD dissous et conseiller du président de

Manifestement la lune de miel entre Mohamed Ghariani, ancien secrétaire général du RCD dissous et le mouvement Ennahdha n’est pas terminée. Après avoir été reçu par le président d’Ennahdha, Rached Ghannouchi, Ghariani a mis un point d’honneur à renvoyer la politesse à Ennahdha en déclarant hier mercredi 04 mai sur Shems Fm que le parti avait opéré de vrais changements ; il est même allé jusqu’à dire qu’Ennahdha est en train de se transformer en profondeur.

L’ancien leader du RCD a ajouté qu’il y a des signes probants de cette métamorphose en cours et que le mouvement Ennahdha qu’on a maintenant est très loin du parti qu’on a connu dans les années 90. Comme illustration, il donne l’attitude républicaine du mouvement lors de la course présidentielle de 2014 et après l’annonce des résultats, dans le respect des principes du jeu démocratique.

Ghariani est d’avis que cette remise en cause est le lot de toutes les formations politiques qui ont un support idéologique fort ; c’est ce qui explique, selon lui, les réformes annoncées par les leaders d’Ennahdha.

Pour rappel, Ghannouchi avait tenu des propos très aimables à l’endroit de Ghariani lors de leur rencontre. Sayed Ferjani, un proche du dirigeant d’Ennahdha, s’était même laissé aller à un commentaire élogieux sur Ghariani en le qualifiant de dirigeant RCDiste très fréquentable. L’ancien secrétaire général du RCD, qui n’en demandait pas tant, vient de renvoyer l’ascenseur. La boucle est bouclée…

par -

Le président du parti Almoubadara, Kamel Morjani a annoncé que l’ex secrétaire général du RCD dissous, Mohamed Ghariani a rejoint sa formation politique, de même que Abdeljalil Zaddem.

Au cours d’un meeting populaire à Tunis, il a ajouté qu’une trentaine de cadres destouriens en ont fait autant ou sont en train de le faire.

par -
Dans sa première sortie médiatique

Dans sa première sortie médiatique, Mohamed Ghariani, ex-secrétaire général du RCD dissous, a présenté ses excuses auprès des Tunisiens pour les erreurs commises pendant le régime déchu entraînant plusieurs dépassements et actes de corruption. « La démocratie était certes présente sur le plan formel, mais plusieurs failles et violations ont été enregistrées. Donc, il faut présenter des excuses », a affirmé Ghariani.

Dans une interview accordée à la chaîne tv Russia Today ( RT) , Mohamed Ghariani qui été arrêté en avril 2011 pour des accusations d’abus de pouvoir et de malversations dans la gestion du RCD, a tenu à préciser que les politiciens et les responsables de l’Etat sous Ben Ali étaient appelés à respecter l’orientation générale, sans pourtant s’inscrire dans la moindre opposition au système de « la dictature », mis en place depuis des années. Car, « il était difficile de donner nos avis sauf dans le cadre des cercles restreints traitant des dossiers des droits de l’homme et d’autres à caractère social et politique », a-t-il dit.

Au delà de cette vérité, Mohamed Ghariani a exhorté ceux qui sont impliqués dans des affaires de corruption, de malversation ou ceux responsables de la torture de s’excuser à leur tour.

Pas d’intention de se présenter aux prochaines élections

Sur un autre plan, Mohamed Ghariani a affirmé qu’il n’a pas l’intention de se présenter aux prochaines échéances électorales, expliquant que la situation ne s’est pas encore complètement rétablie.

Il a saisi cette occasion pour conseiller à tous les acteurs ayant assumé une responsabilité sous le régime de Ben Ali de ne pas prendre part aux prochaines élections, en attendant l’achèvement de la réconciliation. « Mais cela ne signifie pas l’approbation de l’exclusion dans ces conditions politiques où le pays a besoin d’unité nationale », a-t-il martelé.

Mohamed Ghariani s’est dit optimiste malgré les conditions difficiles que connaît le pays. « La réconciliation nationale demeure nécessaire ». D’après lui, l’important est d’entamer une nouvelle étape fondée sur la loi et la justice entre tous les Tunisiens.

Revenant à la période de son incarcération de plus d’une année, Mohamed Ghariani a fait remarquer qu’il s’agit d’une expérience difficile et dure. Il a reconnu qu’il a fait l’objet d’une torture psychologique ayant été victime de diffamation. « La situation est difficile, mais j’ai essayé de me convaincre que les circonstances sont de nature révolutionnaire ».

Une nouvelle union des destouriens est difficile

Interrogé sur le pluralisme politique, Ghariani a affirmé ne pas croire à une nouvelle union entre les Destouriens. Ceci, selon ses dires, s’inscrit dans la politique de révision du mouvement destourien. « Les Destouriens sont aujourd’hui libres de vivre leurs expériences politiques que ce soit à l’intérieur des partis politiques ou à titre d’indépendants», a-t-il déclaré avant de mettre l’accent sur « l’importance de la révision de ce mouvement afin de reconstruire la pensée destourienne, qui a réalisé des acquis et des réalisations pour le pays ».

Mohamed Ghariani a considéré le Mouvement Destourien comme un parti élargi regroupant plusieurs générations où les personnes nommées sont des compétences relevant du leadership et du monde académique. Le choix est justifiable puisque Ben Ali a toujours préféré les technocrates.

Wiem Thebti

par -
Selon des sources dignes de foi au sein de Nida Tounès citées par Babnet

Selon des sources dignes de foi au sein de Nida Tounès citées par Babnet, Mohamed Ghariani, ex-secrétaire général du RCD dissous, a été chargé de préparer Hafedh Caïd Essebsi à la succession de son père, Béji Caid Essebsi à la tête de Nida Tounès.

Les mêmes sources ajoutent que des parties au sein du mouvement ont exprimé leur étonnement et se posent moult questions au sujet du rôle de Mohamed Ghariani qui a dèjà servi de « précepteur » politique pour Sakhr el Materi.

par -
Des sources dignes de foi citées par le journal Achourouk

Des sources dignes de foi citées par le journal Achourouk, confirment que Mohamed Ghariani, ex- secrétaire général du RCD dissous, a été nommé conseiller politique auprès de Béji Caïd Essebsi, président de Nidaa Tounnès, précisant cependant, qu’il n’exercera aucune responsabilité au sein des instances exécutives ni dans les structures relevant du parti.

Son rôle se limitera à « déployer des efforts nécessaires pour consolider le parti de l’intérieur et renforcer le dialogue avec toutes ses composantes », ajoutent les mêmes sources qui précisent que Mohamed Ghariani s’emploiera à contribuer à la vie politique sans envisager de se porter candidat au prochaines échéances électorales.

INTERVIEW

«La politique africaine ne peut se développer uniquement avec les visites, sporadiques et de courte durée ou seulement à travers le seul ministre des...

AFRIQUE

Reseaux Sociaux