Tags Posts tagged with "tabagisme"

tabagisme

par -
Le cigarettier américain RJ Reynolds Tobacco Company a été condamné à verser 23

La Tunisie se positionne au premier rang des pays arabes en matière de prévalence de tabagisme chez les hommes, a indiqué mardi la coordinatrice régionale du projet de lutte contre le tabagisme à l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), Fatma Alaoua.
La responsable qui s’appuyait sur le dernier rapport de l’OMS sur le tabagisme dans le monde, s’exprimait lors d’un atelier de travail tenu au siège du ministère de la Santé et consacré à la mise en place d’une stratégie de lutte contre le tabagisme.
Elle a ajouté que le taux des fumeurs hommes en Tunisie est estimé à 50%, un taux qu’elle a qualifié de “très élevé” au niveau de la région MENA.
Elle a mis en garde contre ce taux qui est susceptible d’augmenter au cours des dix prochaines années, appelant à cet égard, à la nécessité de mettre en œuvre les politiques de lutte contre le tabagisme pour atteindre les objectifs escomptés.
Selon Habib Ghedira, professeur agrégé en allergologie chargé de la mise en place de cette stratégie conjointe entre le ministère et l’OMS, le nombre de fumeurs n’a pas baissé malgré les efforts du ministère.
“Le taux de tabagisme chez les hommes est estimé en effet à 40% tandis qu’il s’élève à 5% chez les femmes”, a-t-il ajouté.
“La prévalence du tabagisme reste très élevée chez les élèves (20%). C’est pour cette raison qu’une stratégie nationale participative de lutte contre le tabac a été mise en place”, a-t-il encore souligné.
Ghedira a indiqué que cette stratégie prévoit essentiellement de désintoxiquer les espaces publics dont les ministères, les hôpitaux et les écoles. L’objectif, a-t-il dit, est de garantir au non fumeur le droit à un espace protégé de la fumée du tabac.
De son côté, la ministre de la Santé, Samira Merai a annoncé qu’un nouveau projet de loi sur la lutte contre le tabagisme sera proposé lors d’un conseil ministériel qui se tiendra dans les prochains jours.
Ce projet de loi, a-t-elle dit, sera en phase avec les nouvelles orientations internationale, ajoutant qu’il prévoit notamment d’interdire de fumer dans les espaces publics et de limiter la publicité sur le tabac.

par -

Le tabagisme cause entre 30 et 40 décès par jour en Tunisie, a affirmé mardi à l’agence TAP le responsable du programme national de lutte antitabac, Fayçal Smaali.

“La cigarette contient 4000 substances toxiques, dont 200 sont cancérigènes”, a-t-il lancé, précisant que le dernier recensement (2016) révèle que 23.5% des Tunisiens sont fumeurs : 45% d’hommes, 3% de femmes et 20% d’adolescents à partir de l’âge de 11 ans.

Selon le même recensement relatif à la santé des Tunisiens, les quatre premières causes de décès dans le pays sont des maladies non transmissibles dues principalement au tabagisme : maladies cardiovasculaires (29.1%), cancer (16.8%), maladies endocriniennes (9.9%) et maladies respiratoires (9.7%).

A l’occasion de la Journée mondiale sans tabac 2017, célébrée par l’OMS le 31 mai 2017 et qui a pour thème cette année “Le tabac – une menace pour le développement”, une campagne a été lancée en Tunisie pour sensibiliser la population aux dangers du tabagisme et à ses répercussions économiques sur les ménages.

Le programme national de lutte antitabac a démarré en 2007 et se base sur quatre axes majeurs: La sensibilisation et l’information, la législation, l’aide au sevrage tabagique et le suivi de la situation dans le pays.

S’agissant du volet législatif, Smaali a indiqué que la loi n° 98-17 du 23 février 1998 relative à la prévention des méfaits du tabagisme a été révisée pour être en phase avec la Convention-cadre de l’OMS pour la lutte antitabac (2003) ratifiée par la Tunisie en 2010, et sera soumise à l’ARP pour adoption.

Aussi, le protocole de l’OMS pour éliminer le commerce illicite des produits du tabac (2013) sera-t-il également présenté à l’ARP avant d’être ratifié par la Tunisie, a-t-il précisé.

Concernant l’aide au sevrage tabagique, Smaali a expliqué qu’il se fait à travers les 66 cliniques spécialisées réparties sur tout le territoire.

La commission nationale de lutte antitabac relevant du ministère de la Santé organise également plusieurs campagnes médiatiques et actions de sensibilisation, notamment à l’hôpital Abderrahmen Mami de pneumo-phtisiologie et à l’institut Salah Azaïez de cancérologie.

Elle propose en outre de créer des clubs de santé dans les collèges et les lycées, qui soient consacrés principalement à la lutte antitabac.

Le tabac tue plus de 7 millions de personnes par an dans le monde, s’alarme l’OMS.

La consommation de tabac coûte 1.4 milliard de dollars en dépenses de santé et en perte de productivité suite à une maladie et à un décès prématuré, relève encore l’Organisation mondiale.

Dans les pays à faible revenu, les ménages consacrent parfois plus de 10% de leurs revenus aux produits du tabac au détriment de l’alimentation, l’éducation et les soins de santé.

par -

19 pc des Tunisiens de plus de 15 ans sont diabétiques, 36.4 pc sont porteurs d’une hypertension artérielle et 5.1 pc souffrent d’une dépression, selon les résultats préliminaires de l’enquête “Tunisian Health Examination Survey- 2016”, présentés jeudi lors d’un séminaire national organisé à Gammarth.
Selon cette étude, 64,5 pc des Tunisiens sont en surpoids (dont 72,4 pc sont des femmes) et 30 pc sont obèses, a souligné la ministre de la Santé, Samira Merai, à l’ouverture du séminaire, ajoutant que 44,6 pc des citoyens souffrent d’une dyslipidémie.

La prévalence du tabagisme est de 23.5 pc (45.5 pc chez les hommes et de 2.7 pc chez les femmes) et un tiers de la population est anémique (29.2 pc) du fait d’une alimentation non équilibrée, a précisé la ministre soulignant que cette enquête est la 1ère en son genre dans la région arabe et dans la région de l’Est de la méditerranée.
Par ailleurs, cette enquête dont l’objectif principal est d’analyser l’état de la population tunisienne (la population de 15 ans et plus), ses différents déterminants, le recours aux prestations de soins et la qualité de ces prestations, révèle un enregistrement de l’état civil encore non performant avec une sous déclaration des décès aux autorités locales qui est de 0.8pc et dans 3.6 pc des cas l’inhumation est réalisée sans certificat de décès.
Un autre indicateur reflétant l’équité aux soins révèle que 16.3 pc des tunisiens renoncent aux soins du fait d’un problème de ressources financières, a précisé la ministre.

Merai a souligné que ces résultats incitent à accélérer la mise en place du plan stratégique multisectoriel de lutte et de prévention des maladies non transmissibles afin de réduire la vitesse d’augmentation des prévalences des différents facteurs de risque, œuvrer à réduire les inquiétés et disparités géographiques et socioéconomiques en santé et effectuer un plaidoyer pour les déterminants de la santé.
L’enquête incite aussi, d’après la ministre, à renforcer le partenariat avec les ministères de tutelle pour une meilleure déclaration des décès et de leurs causes (qualité des certificats de décès) et opter pour la réalisation quinquennale de cette étude dans le cadre du suivi et d’évaluation de la stratégie nationale de lutte contre les maladies non transmissibles.

par -

Le tabac a tué 6,4 millions de personnes dans le monde en 2015. Un chiffre qui pourrait augmenter encore car les industriels du tabac visent désormais les pays en développement, rapporte le site Topsanté.

Selon une étude publiée dans The Lancet, les décès liés au tabagisme ont augmenté de 4,7% dans le monde depuis la fin des années 90. Ces nouvelles estimations sont basées sur les habitudes tabagiques dans 195 pays et territoires entre 1990 et 2015, et montrent que le tabagisme demeure un facteur de risque de décès et d’invalidité, nous apprend la même source.

par -
La justice allemande a ordonné jeudi 26 juin

Une étude de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a révélé que le tabagisme coûte à l’économie mondiale plus de 1000 milliards de dollars chaque année et d’ici 2030 le nombre de décès liés à la cigarette pourrait augmenter d’un tiers, rapporte « OuestFrance ».

Le coût des conséquences sur la santé du tabagisme dépasse largement les revenus tirés des taxes sur le tabac, estimés par l’OMS à 269 milliards de dollars en 2013-2014.

Près de 80% des fumeurs vivent dans ces pays et le nombre global de fumeurs continue d’augmenter, estime l’étude, qui rappelle que les experts médicaux voient dans le tabac la cause de mortalité la plus facilement évitable, a indiqué la même source.

par -
Le cigarettier américain RJ Reynolds Tobacco Company a été condamné à verser 23

Selon la député socialiste de Gironde Michèle Delaunay, très engagée dans la lutte contre le tabagisme,  le tabac c’est 78 000 morts par an dans l’hexagone, 15 ans d’espérance de vie en moins, et 25,9 milliards de dépenses publiques, soit “trois fois le déficit de la sécurité sociale, un désastre financier”.

selon un article publié sur « France 3 », la députée se bat contre ce fléau depuis des années. Elle vient de lancer l’appel des 100 000 via Alliance contre le tabac dont elle est présidente, un regroupement d’associations engagées dans la lutte anti-tabac.

L’ancienne ministre déléguée aux personnes âgées et à l’autonomie réclame des mesures concrètes de la part des pouvoirs publics :

– Des paquets à 10 euros, prix hautement dissuasif
– rompre avec les lobbies du tabac
– utiliser une partie des taxes issues des ventes de cigarettes (14 milliards d’euros) pour une vraie politique de prévention
– réduire le nombre de fumeurs à 10% en France d’ici 10 ans
– rendre possible les actions de groupe contre les cigarettiers

par -
La justice allemande a ordonné jeudi 26 juin

Une étude récemment menée par des chercheurs finlandais et publiée dans la revue Neurology, relève que le tabagisme est responsable de 12 % des accidents vasculaires cérébraux (AVC).

Les chercheurs finlandais ont expliqué que l’accident vasculaire cérébral est le plus souvent un arrêt brutal de la circulation sanguine dans une zone du cerveau, certaines cellules sont alors privées d’oxygène ainsi que d’éléments nutritifs dont elles ont besoin.

INTERVIEW

«La politique africaine ne peut se développer uniquement avec les visites, sporadiques et de courte durée ou seulement à travers le seul ministre des...

AFRIQUE

Reseaux Sociaux