Tags Posts tagged with "Tunisie, , Caïed, Essebsi,"

Tunisie, , Caïed, Essebsi,

par -
L’ex- premier ministre Béji Caïed Essedsi a demandé verbalement le maintien de la protection policière dont il bénéficiait et qui lui a été retirée

L’ex- premier ministre Béji Caïed Essedsi a demandé verbalement le maintien de la protection policière dont il bénéficiait et qui lui a été retirée, a déclaré le porte-parole de la présidence de la République, Adnène Mnasser.
Il a ajouté sur Shems fm, que le directeur de la sécurité présidentielle a demandé à l’ex-premier ministre de présenter une requête écrite dans ce sens s’il sollicite le maintien de cette protection policière, ajoutant  que si Béji Caied Essebsi estime qu’il est l’objet de menaces, il doit écrire au président de la République.
Il est à rappeler que la protection policière à laquelle il a droit a été retirée, jeudi dernier, à Caïed Essebsi au motif que la durée légale de trois mois est tombée à terme échu.

par -
Plusieurs personnalités politiques nationales ont assisté

Plusieurs personnalités politiques nationales ont assisté, mercredi, à la cérémonie organisée, au palais de Carthage, à l’occasion de la célébration de la fête de la République.
Parmi les présents, il y avait Foued Mbazza, ancien président intérimaire de la République et Houcine Abassi, secrétaire général de l’UGTT. Mais l’absence la plus remarquée a été celle de l’ex- premier ministre Béji Caïed Essebsi.
Contacté à ce propos par Assabah News, le porte-parole officiel du parti « Appel de Tunisie », Ridha Belahaj, a expliqué que Béji Caied Essebsi  se trouve actuellement à l’étranger pour des affaires personnelles, ajoutant  qu’il ignore si  une invitation a été adressée à l’ex-premier ministre pour assister à la cérémonie.

par -
Invité de l’émission « Politica » sur Jawhara fm

Invité de l’émission « Politica » sur Jawhara fm, Béji Caïed Essebsi a exprimé des doutes sur la possibilité de tenir les prochaines élections en mars 2013, et ce, a-t-il expliqué, en l’absence  d’une validation de la date officielle de ce rendez- vous électoral.

Il a cité une deuxième raison sur la quelle il dit fonder ses doutes, à savoir le fait de na pas avoir tiré profit des compétences de l’Instance indépendantes des élections  qui a piloté le scrutin  du 23 octobre 2011,  et surtout le fait qu’aucune nouvelle structure ayant la même vocation n’a encore été créée, sachant qu’il  faut entre 8 mois et un an pour organiser une élection  répondant aux  normes internationales. 

par -
Le président de la commission supérieure de préparation du congrès d’Ennahda

Le président de la commission supérieure de préparation du congrès d’Ennahda, qui se tiendra jeudi 12 juillet, Riadh Chaïbi, a déclaré  à  Shems, ce lundi 8 juillet, qu’il n’avait pas adressé d’invitation au parti de Beji Caïd Essebssi (NidaaTounes), ” ni aux autres partis affiliés au RCD”.

Riadh Chaïbi, a ajouté que les partis opposés aux idéologies du mouvement d’Ennahda étaient conviés à assister à ce congrès.

 “Les partis qui ont été invité au congrès, ont participé à la lutte contre la tyrannie, et sont restés solidaires du processus démocratique” a-t-il ajouté.

par -
L’émission « Likaa Khass » de Wataniya 1 dont l’invité était Béji Caïed Essebsi

L’émission « Likaa Khass » de Wataniya 1 dont l’invité était Béji Caïed Essebsi , a btu  un record d’audience avec un taux de 64,7% des téléspectateurs tunisiens, soit plus de 2 millions de Tunisiens, rapporte le journal Al Maghreb.
Il s’agit d’un taux d’audience dépassant de loin celui enregistré généralement par la chaîne publique.
Le journal rappelé que Caïed Essebsi a fait beaucoup mieux que Rached Ghannouchi qui était l’invité de la même émission, il ya deux semaines, et qui n’avait réalisé alors que 5% de taux d’audience.

par -
L'ancien Premier ministre tunisien

L’ancien Premier ministre tunisien, Béji Caïed Essebsi, vient ce samedi 16 juin 2012, d’annoncer publiquement, la naissance de son parti politique, sous l’appellation de “Appel de la Tunisie”; on ne sait pas encore, si son parti, a pu avoir l’autorisation.
L’annonce a été faite, dans un palais des congrès, au centre de la ville de Tunis, où le nombre des invités avait largement dépassé la capacité de la salle.

par -
L’ex-premier ministre

L’ex-premier ministre, Béji Caied Essebsi portera plainte contre l’hebdomadaire Al Massaa, qui l’avait qualifié, dan sa livraison n° 50 de « symbole de la corruption » et de « enfant illégitime », a déclaré son avocat Me Abdessattar Messaoudi, à Assabah News.
L’avocat a précisé qu’il déposera une plainte pour calomnie, diffamation et propagation de fausses nouvelles, délit passible d’une amende entre 1000 et 2000 dinars, avec publication sur les colonnes de la publication poursuivie, d’extraits du jugement rendu dans l’affaire.
Le défenseur a ajouté que ce qui a été publié au sujet de son client constitue une attaque contre une figure nationale, soulignant que Caïed Essebsi y voit une campagne calomnieuse et que des parties politiques incitent à porter atteinte à sa réputation.

par -
Après le témoignage de Ali Ben Salem

Après le témoignage de Ali Ben Salem, doyen des militants, disculpant Béji Caïed Essebsi de l’accusation de tortures infligées aux  youssefistes, un autre, Kaddour Ben Yachret, un des dirigeants du mouvement youssefiste et « cerveau » du complot contre Habib Bourguiba, en 1962,  incarcéré lui aussi, dans les cellules des caves du pénitencier Ennadhour,  vient de faire une déposition dans le même sens, rapporte le journal Al Maghreb.
Il a surpris tout le monde en affirmant que Béji Caïed Essebsi est étranger à toutes les pratiques humiliantes dont les détenus youssefistes étaient les victimes et que, au contraire, il s’y était opposé fermement.

par -
Citant des sources qui lui sont propres

Citant des sources qui lui sont propres, le journal Assarih, rapporte que l’ancien Premier ministre Béji Caïed  Essebsi s’apprête à annoncer une nouvelle surprise dont la nature n’est pas précisée, soit sous la forme d’une nouvelle déclaration, soit sous celle d’une rencontre.

Les mêmes sources ajoutent  que les partisans de  Caïed Essebsi multiplient les contacts au niveau des régions, notamment Sfax, Gabès et Gafsa, à l’effet d’attirer un surcroît de compétences politiques, notamment des intellectuels et des syndicalistes.  

par -
Moins d'un moins après son

Moins d’un moins après son “Appel de la patrie” à Monastir, l’ex-Premier ministre Beji Caïd Essebsi a confirmé, ce vendredi 20 avril sur les ondes de Shems FM que son initiative sera concrétisée par la constitution d’un comité dont les membres seront connus demain.

Selon les informations citées par la station,  Lazhar Akremi, Taieb Baccouche, Boujemaa Rmili, Lazhar Karoui Chebbi et Selma Rekik, soit une majorité de personnalités indépendantes, pourraient faire partie de ce comité, qui ne sera pas présidé par Beji Caïd Essebsi.

Ce dernier a indiqué qu’il défend l’idée de l’alternance au pouvoir comme principale expression de la pratique démocratique en Tunisie, les élections étant selon lui insuffisantes pour donner vie à un régime démocratique. L’ex-Premier ministre a également pris position en faveur d’un regroupement des partis centristes. Ces derniers devraient même accélérer le processus d’après BCE.

Le gouvernement de transition qu’il a dirigé  pendant 8 mois fait l’objet de vives critiques pour le legs laissé à l’actuel gouvernement provisoire. Le ministre de l’Emploi, Abdelwahab Maater, parlant même d’un passif à traîner. Beji Caïd Essebsi a répliqué en invitant le gouvernement de Hamadi Jebali à “faire mieux” et assuré qu’il n’avait nommé aucun membre de son entourage ou de sa famille sous son mandat.

Refusant de parler négativement du gouvernement, BCE a rappelé que la conjoncture économique internationale et la situation tunisienne, ajoutées au manque d’expérience des ministres, ne leur facilitent  pas la tâche. Toutefois, il a fait des vœux pour  leur réussite, et ce pour l’intérêt de la Tunisie.

par -

Dans une interview accordée au quotidien Assahafa, l’ex-Premier ministre Béji Caied Essebsi, a reproché à la diplomatie tunisienne son « inexpérience dans les instances internationales ».

Ila ajouté cependant que ceux qui ont la charge de conduire l’action diplomatique de la Tunisie, sont sincères, mais, a-t-il affirmé, la sincérité et la bonne volonté ne suffisent pas, car il est nécessaire d’y ajouter la sagesse et la maîtrise des dossiers diplomatiques, notant que ceci reflète la réalité du peuple tunisien, de sa révolution et  des intérêts économiques de la Tunisie. 

par -
L’ex-Premier ministre

L’ex-Premier ministre, Béji Caied Essebsi, compte déposer, ce mercredi, une plainte contre le prêcheur Habib Bousarsar, pour appel au meurtre le visant, rapporte le journal Assarih , citant l’avocat Abdessattar Messaoudi, président du comité de soutien et de défense de Béji Caied Essebsi, créé à la suite de la constitution du comité de défense des yousséfistes.Selon l’avocat qui a rencontré, mardi, l’ex-Premier ministre, Béji Caied Essebsi est offusqué par le silence des autorités vis-à-vis de cet appel au meurtre, alors qu’il n’a été contacté ni par son successeur à la Kasbah, Hamadi Jebali, ni par le ministre de l’Intérieur, ni encore celui de la Justice.« Béji Caied Essebsi ne veut être ni congratulé, ni récompensé, mais, en tant que citoyen ordinaire dont les droits ont été violés et qui a été l’objet d’outrage, il veut que la loi suive son cours », a déclaré l’avocat Abdessattar Messaoudi. 

par -
Un groupe d’avocats vient d’annoncer la création d’un comité de soutien et de défense de Béji Caïd Essebsi

Un groupe d’avocats vient d’annoncer la création d’un comité de soutien et de défense de Béji Caïd Essebsi, objet de deux plaintes pour « crimes et tortures » durant les années 60, déposées par l’avocat Mabrouk Khourchid.

Les avocats, à l’origine de cette initiative, estiment que ces affaires ne reposent sur aucun fondement et ont été montées pour porter atteinte à l’image de l’ex-Premier ministre. Dans Midi Show de ce jeudi sur Radio Mosaïque, l’un des avocats membre de ce comité, Abdessatar Messoudi, en dira davantage sur ce comité de soutien et reviendra sur son objectif premier.

par -
Béji Caied Essbsi a publié

Béji Caied Essbsi a publié, la nuit dernière, une importante déclaration en son nom personnel, en prévision de ce qui semble être la création d’un parti national. L’ex-Premier ministre y affirme l’importance d’un rassemblement des forces démocratiques qui récusent la violence,  les appelant à s’unir autour d’un projet civilisationnel civil reflétant la diversité culturelle et la Tunisie démocratique.Il s’agit d’une initiative globale conçue pour contrecarrer les dangers qui menacent le pays.

INTERVIEW

«La politique africaine ne peut se développer uniquement avec les visites, sporadiques et de courte durée ou seulement à travers le seul ministre des...

AFRIQUE

Le Secrétaire général condamne la mort le 23 juillet d’un casque bleu de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la Stabilisation en...

Reseaux Sociaux