Tags Posts tagged with "Tunisie, Tahar Hmila,"

Tunisie, Tahar Hmila,

par -
Le doyen des Constituants

Le doyen des Constituants, Tahar Hmila a comparé les membres d’Ennahdha et les salafistes aux « gens de la Caverne », ajoutant qu’ils vivent hors l’Histoire et sont incapables d’avoir une vision claire des choses.

Dans une interview à l’hebdomadaire Al Youm, il a affirmé que les temps sont venus pour une « révolution religieuse et culturelle » pour changer la réalité religieuse et culturelle du pays, et corriger de nombreux concepts entachés de beaucoup d’ambigüités.

D’autre part, il a souligné que tous les partis, y compris ceux au pouvoir ne portent pas les principes et les idées de la Révolution et qu’ils refusent d’entrer dans la 2ème République, étant habités par le pouvoir et l’envie de s’y maintenir.

par -
Le député Tahar Hmila lancera son propre parti politique sous l’appellation :

Le député Tahar Hmila lancera son propre parti politique sous l’appellation : « le décollage vers l’avenir », a annoncé ce dernier à Africanmanager.

Tahar Hmila a fait savoir que son parti ne comprendra aucune figure politique connue, affirmant que cherchera à attirer dans ses rangs les jeunes de la Révolution.

par -
Dans une interview diffusée par Radio Cap fm

Dans une interview diffusée par Radio Cap fm, Tahar Hmila, membre de l’assemblée nationale constituante(ANC), représentant le CPR, «  rend grâce à Dieu que Moncef Marzouki ne dispose pas de pouvoirs, autrement, il  laisserait le pays en ruine », a-t-il dit, ajoutant que le comportement et les actes de Marzouki ne sont pas dignes d’un chef de l’Etat, affirmant qu’il va demander à l’ANC de faire subir à Marzouki un examen médical.

Il a expliqué cette requête par le fait que la façon dont Marzouki se comporte, ce qu’il mange et les propos qu’il tient ne sont pas ceux d’un homme sain d’esprit, ajoutant que Moncef Marzouki ne connaît rien à la politique , car il est juriste et militant des droits de l’homme.

Un personne sensée ne peut pas travailler avec Moncef Marzouki , car il n’en fait qu’à sa tête et n’écoute personne , outre le fait qu’il est assez arrogant pour causer la destruction de la Tunisie. La haine qu’il conçoit à l’endroit de l’histoire de la Tunis , de Bourguiba et de Ben Ali est inimaginable, a affirmé Tahar Hmila. 

par -
Tahar Hmila

Tahar Hmila , membre de l’assemblée nationale constituante , représentant le parti CPR, a démenti ,dans une déclaration à l’hebdomadaire Assabah Ousbouii, les information selon lesquelles il aurait démissionné du parti fondé par Moncef Marzouki.

Il a cependant indiqué qu’il envisage de se retirer du parti, mais après le congrès de ce dernier, des assises qui lui permettront de mesurer la volonté politique qui anime le CPR dans l’œuvre de réforme faisant de ce parti un parti « organisé, discipliné, structuré, et ayant des objectifs clairs », a-t-il dit.

Tahar Hmila n’a pas exclu l’éventualité de fonder son propre parti, « constitué suivant le modèle tunisien vasé sur des idées politiques et dont la vision repose sur le passage à l’avenir ».

par -
Dans une déclaration à l’hebdomadaire Al Haçad

Dans une déclaration à l’hebdomadaire Al Haçad, Tahar Hmila  a affirmé que sa démission du parti CPR est à l’ordre du jour et qu’elle sera annoncée en temps opportun.

Parmi les raisons qu’il a invoquées pour expliquer sa démission , il a cité le fait que la direction du parti souffre de  graves dysfonctionnements , outre  la division dans les rangs des membres du parti , malgré les efforts de réconciliation  qu’il a menés et  qui se sont soldés par l’échec.

Tahar Hmila a fait remarquer que le CPR continue de fonctionner comme une association et n’est pas encore acquis à l’action organisée et structurée qui est celle des partis politiques.

par -
L’élu du CPR à l’assemblée constituante

L’élu du CPR à l’assemblée constituante, Tahar Hmila, cité par le journal Assabah,  a proposé une motion demandant que la confiance soit retirée du président de la Constituante, Mustapha Ben Jâafar, au cas où il ne ferait pas preuve de sagesse dans la conduite des travaux de l’assemblée.

Il a estimé que Ben Jaafar ne fait que « réprimer » les élus, pour ce qui est notamment de leur temps de parole, ajoutant que « les questions discutées sont importantes, et doivent avoir la part qui leur est due, et leur discussion doit se poursuivre, même pendant une semaine, si c’est nécessaire ».

« Ben Jâafar n’est pas le dieu de la Constituante, et il a fauté lorsqu’il a expulsé deux élus d’Al Aridha ; la Constituante est une assemblée de la révolution et non une assemblée parlementaire, comme du temps de Bourguiba et de Ben Ali », a dit Tahar Hmila.

INTERVIEW

«La politique africaine ne peut se développer uniquement avec les visites, sporadiques et de courte durée ou seulement à travers le seul ministre des...

AFRIQUE

Les exportations de l'Algérie ont nettement augmenté à 18,141 milliards de dollars (mds usd) sur la première moitié de l'année 2017 contre 13,323 mds...

SPORT

Reseaux Sociaux