Tags Posts tagged with "Tunisie, USA"

Tunisie, USA

par -
Une cinquantaine d’éléments des forces spéciales américaines

Une cinquantaine d’éléments des forces spéciales américaines, bivouaquent, depuis le mois dernier, dans une base à l’Ouest de la Tunisie, selon le journal « New York Times », dans son édition de ce lundi.

Cette opération s’inscrit dans le cadre de dizaines d’autres de déploiements opérés par les forces américaines dans de petites positions en Afrique du Nord. Il s’agit de renforcer la lutte contre les terroristes et d’apporter l’expérience et le savoir-faire militaire US, au milieu d’une grande discrétion de l’appareil militaire tunisien de crainte de réactions imprévisibles de la part de l’opinion publique.

par -
L'ambassade des États-Unis affichait

L’ambassade des États-Unis affichait, aujourd’hui sur son site des consignes de sécurité émises le 24 octobre au lendemain de la mort de six gardes nationaux tués lors d’échanges de tirs avec des jihadistes à Sidi Ali Ben Aoun, dans la région centre-ouest de Sidi Bouzid.

L’ambassade américaine y appelle à un “haut degré de vigilance” notamment après les “attaques terroristes contre les forces de sécurité” tunisiennes.

par -
Le Département d'Etat américain a mis en garde les citoyens américains contre sur les risques des voyages en Tunisie. Cet avertissement

Le Département d’Etat américain a mis en garde les citoyens américains contre sur les risques des voyages en Tunisie. Cet avertissement remplace celui daté du 13 Mars 2013 et vise à mettre à jour les informations concernant les manifestations et les troubles en Tunisie, à rappeler les informations sur les incidents de sécurité, et à fournir des recommandations sur la sécurité.

L’état d’urgence, déclaré par le gouvernement tunisien reste en vigueur, et l’ambassade américaine continue de fonctionner avec des effectifs limités en raison de problèmes de sécurité, rappelle l’avertissement qui ajoute que « compte tenu de l’imprévisibilité de la situation sécuritaire en Tunisie, les citoyens américains doivent être vigilants et conscients de leur environnement en tout temps. La capacité du personnel du gouvernement américain pour joindre les voyageurs ou des services d’urgence peut être sévèrement limitée, car l’ambassade américaine continue de fonctionner avec des effectifs limités. Les citoyens américains doivent aussi éviter les grandes foules et les manifestations même celles à caractère pacifique qui peuvent dégénérer en manifestations violentes et imprévisibles, avertit le Département d’Etat. Les citoyens américains doivent faire preuve de prudence lors de leur présence dans les lieux publics qui sont connus pour être visités par un grand nombre d’expatriés, ajoute-t-il.

par -
Les troubles  et la possibilité de violences en Tunisie font que la  situation sécuritaire est imprévisible

Les troubles et la possibilité de violences en Tunisie font que la situation sécuritaire est imprévisible, a averti le Département d’Etat américain.

Plus de deux ans après la révolution tunisienne, le Département d’Etat a déclaré qu’il alerte ses ressortissants sur le risque de voyager en Tunisie.

“La situation sécuritaire en Tunisie demeure imprévisible”, affirme le Département d’Etat. « Des troubles sporadiques ont eu lieu à travers tout le pays. Les citoyens américains devraient éviter les grandes foules et les manifestations même celles à caractère pacifique qui peuvent devenir violentes et imprévisibles.”, previent-il

par -
Une nouvelle alerte au voyage élise par l’ambassade de Etats-Unis à Tunis

Une nouvelle alerte au voyage élise par l’ambassade de Etats-Unis à Tunis, met à jour celui du 15 septembre 2012, mettant l’accent sur « le risque continu de manifestations violentes », et reconduisant les des informations sur les incidents de sécurité.

Le 14 Septembre 2012, le Département d’Etat a ordonné le départ de Tunisie de tout le personnel non nécessaire du gouvernement des États-Unis suite à l’attaque contre l’ambassade des États-Unis et l’école américaine de coopération à Tunis. Alors que la section consulaire est ouverte pour les services publics, la capacité de l’ambassade à répondre aux situations d’urgence impliquant des citoyens américains tout au long de la Tunisie est limitée.

La situation sécuritaire en Tunisie reste imprévisible. Des épisodes sporadiques de troubles civils ont eu lieu dans tout le pays. Les citoyens américains doivent éviter les grandes foules et les manifestations mêmes celles programmées pour être pacifiques qui peuvent dégénérer pour devenir violentes et imprévisibles. Les citoyens américains doivent être vigilants et conscients de leur environnement et être constamment attentifs à tout ce qui a trait à la sécurité. Ils doivent régulièrement à l’écoute des médias locaux pour avoir des nouvelles et de l’information actualisée. Les citoyens américains désireux de rester en Tunisie doivent faire leurs propres plans d’urgence , inscrire leur présence en Tunisie à travers le Programme d’inscription Smart Traveler (STEP), et de fournir leurs coordonnées actualisées aux proches parents.

par -

Dans une lettre publiée, dimanche, par le journal La Presse, l’ambassadeur des Etats-Unis à Tunis a affirmé que «  que nous ne laisserons pas les actes insensés des terroristes et des criminels nuire à notre engagement à continuer et à approfondir les relations entre nos deux pays»

Le diplomate a ajouté que  la coopération durable et l’investissement en Tunisie nécessitent un environnement sûr et sécurisé, rappelant  au gouvernement tunisien  l’obligation d’assurer la sécurité de ses citoyens et de ses invités et l’appelant  à mener son enquête et à traduire les auteurs et les commanditaires de cet attentat en justice. De même, il demande au peuple tunisien de dénoncer la violence et la terreur et de jouer un rôle actif dans la construction de l’avenir que vous méritez pleinement.

« Notre relation est construite autour des principes communs de toutes les démocraties — un engagement à la non-violence, la tolérance et l’inclusion de toutes les personnes, et à faire respecter la primauté du droit », écrit l’ambassade américain dans sa lettre qu’il conclut en ces termes : « Le peuple tunisien a courageusement choisi la voie de la démocratie.  La révolution tunisienne était la première des révolutions arabes et le peuple tunisien a travaillé si dur et consenti des sacrifices si grands qu’il est inadmissible que les progrès qu’il a réalisés soient pris en otage ou dévoyés par des extrémistes qui ont leur seul agenda ».

par -
L'ambassadeur américain en Tunisie Jacob Walles a rencontré

L’ambassadeur américain en Tunisie Jacob Walles a rencontré, ce lundi, le ministre des Affaires étrangères, Rafik Abdessalem pour lui rappeler le devoir des pays hôtes en vertu de la Convention de Vienne sur les relations diplomatiques de prendre toutes les mesures appropriées pour assurer la sécurité des missions diplomatiques.

 L’ambassadeur a souligné, selon un communiqué de l’ambassade US,   que les mesures prises par les autorités tunisiennes, le 14 Septembre, étaient insuffisantes pour protéger l’ambassade américaine. L’ambassadeur a demandé aux autorités tunisiennes de prendre toutes les mesures nécessaires pour protéger l’ambassade et d’autres établissements  américains en Tunisie, y compris l’école américaine de coopération de Tunis.

par -
Le président PROVISOIRE  de la République Moncef Marzouki a reçu

Le président PROVISOIRE de la République Moncef Marzouki a reçu, lundi ,à Carthage le secrétaire américain à la défense, Leon Panetta.

Selon un communiqué de la présidence de la République le responsable américain a réaffirmé “le soutien inconditionnel de Washington à la Tunisie compte tenu des difficultés économiques et sociales” que traverse le pays évoquant “le succès de l’expérience de transition en Tunisie”.

La rencontre a aussi permis d’examiner la coopération sécuritaire et les moyens pour faire face aux défis sécuritaires dans la région citant la situation d’instabilité que vit actuellement le Mali.

par -
Une enveloppe de 750 mille dinars a été allouée par le programme du gouvernement américain d’aide humanitaire pour financer

Une enveloppe de 750 mille dinars a été allouée par le programme du gouvernement américain d’aide humanitaire pour financer l’extension du Centre de l’éducation spéciale et de formation professionnelle de l’Ariana.

Signalons que les travaux d’extension qui consistent en la construction de salles de classes supplémentaires et de plusieurs ateliers, débuteront cet été.

par -
La Tunisie prévoit d'émettre  entre 300 millions de dollars à 350 millions de dollars de dettes garanties par le gouvernement 

La Tunisie prévoit d’émettre entre 300 millions de dollars à 350 millions de dollars de dettes garanties par le gouvernement des États-Unis, en juillet, a annoncé une source au ministère des Finances mercredi, alors que la Tunisie fait sa première sortie sur le marché international de la dette depuis cinq ans.

«La maturité sera très probablement de sept ans. Nous n’avons pas encore décidé quelles banques seront mandatées , mais ce seront des banques internationales,” a précisé Chaker Soltani, directeur général au ministère des Finances, en marge d’une conférence du Fonds monétaire arabe , tenue dans la capitale des Émirats arabes unis.

Les garanties des États-Unis permettront à la Tunisie d’emprunter à des taux beaucoup plus faibles que son profil de risque le permettrait normalement. Le responsable tunisien a déclaré qu’il s’attendait à des taux entre de 50 et 75 de points base du Trésor américain.

La Tunisie, premier pays à chasser son président, inaugurant ainsi le «printemps arabe», prévoit que son déficit en 2012, se situera à 6,6 pour cent du PIB et à moins de 6 pour cent, l’année prochaine, a-t-il ajouté.

Les prévisions 2012 du déficit sont légèrement au-dessus du 6,5 pour cent prévus, en mars, en raison de l’augmentation des dépenses allouées au développement et à la création d’emplois.

Pour aider à couvrir l’augmentation des dépenses, la Tunisie envisage d’emprunter 1,4 milliard de dinars le marché intérieur cette année, et autant, en 2013.

Le gouvernement pourrait solliciter un autre emprunt, garanti cette fois-ci par la Banque mondiale , au début de l’année prochaine, mais la date et le montant n’ont pas encore été fixés, a-t-il ajouté.

L’économie tunisienne s’est contractée de 1,8 pour cent, en 2011, et devrait réaliser une croissance de 3,5 pour cent cette année.

par -
Le refinancement devenant  un énorme  casse-tête géant pour les débiteurs souverains à travers le monde

Le refinancement devenant un énorme casse-tête géant pour les débiteurs souverains à travers le monde, certaines économies émergentes s’échinent à obtenir les garanties des nations les plus riches ou des banques multilatérales de développement afin de renforcer leurs chances d’émettre des obligations en direction des investisseurs méfiants, écrit l’agence Reuters , dans un article consacré au projet de la Tunisie d’émettre une obligation souveraine en dollars garantie par les Etats-Unis.

La garantie fournit aux pays émergents emprunteurs un accès aux marchés internationaux de capitaux autrement fermés, tandis que le garant apporte un soutien financier à un partenaire commercial convivial à un coût relativement faible.

La Tunisie a déjà recours à cette garantie, et les analystes prévoient que ceci pourrait s’étendre à d’autres pays de la région, comme l’Egypte.

La Tunisie, qui a connu plusieurs révisions à la baisse de sa notation, l’année dernière, à la suite de la Révolution, a déclaré la semaine dernière, qu’elle envisage d’émettre un emprunt obligataire en dollars garanti par les Etats-Unis, au cours des prochains mois.

Les garanties sont particulièrement utiles dans les pays du Moyen-Orient qui ont été en proie à l’agitation politique et financière, au cours de l’année écoulée.

Créant un précédent pour ce type de garantie, les Etats-Unis ont souscrit à un programme d’emprunt pour Israël il y a 10 ans pour aider ce pays à surmonter sa crise économique.

“Sur le moyen terme, nous allons voir une série de déficits de financement dans la région du Moyen-Orient, et la garantie de la dette souveraine va être un moyen de résoudre ce problème”, a déclaré Florence Eid, directeur général de la firme de recherche et de conseil « Arabia Monitor ».

«C’est une très bonne idée pour les pays de la région d’obtenir des garanties sur leur dette auprès des économies internationales comme les États-Unis, qui peuvent se le permettre.”

Colmater les brèches

Le ministère tunisien des Finances avait annoncé, la semaine dernière, que le pays pourrait émettre une obligation garantie par les États-Unis d’une valeur de 400-500 millions de dollars, sa première émission obligataire internationale depuis 2007.

Les projets pour une euro-obligation conventionnelle, l’année dernière, ont été mis en veilleuse à la suite du renversement du régime de Ben Ali.

La Tunisie bénéfice encore d’une notation de qualité « investment grade », aidée en cela par un déficit budgétaire relativement maîtrisé.

Mais avec la note la plus basse possible d’ «Investissement grade » avec perspective négative donnée par les trois grandes agences de notation, le pays risque de basculer dans la zone indésirable.

La garantie, accordée par les Etats-Unis qui bénéficient de la note ‘AAA / AA +, est susceptible de stimuler la cote de l’obligation, estiment les investisseurs.

“De toute évidence, avoir une dette émise avec le risque souverain des États-Unis est meilleur que son émission avec le risque souverain d’un pays qui vient d’être le théâtre d’une révolution», a déclaré Daniel Broby, directeur des investissements chez le gestionnaire de fonds Silk Invest.

Un précédent a été créé en 2002 quand Israël a reçu un paquet de garanties de prêts des États-Unis afin d’aider son économie à sortir d’une récession causée par un ralentissement économique mondial et la vague d’attentats à la bombe.

Le Département d’Etat américain a annoncé, le mois dernier, qu’il mettait à la disposition de la Tunisie 30 millions de dollars sous forme de prêts et d’obligations garanties.

Un tel montant peut aller beaucoup plus loin, disent les analystes, alors que la garantie n’a besoin de représenter que la probabilité de défaut.

Donc, si les investisseurs accordent une probabilité de 5 pour cent que la Tunisie va en défaut de paiement, le pays peut facilement emprunter 600 millions de dollars avec seulement une garantie de 30 millions de dollars.

Source : Reuters

par -
La chambre américano-tunisienne du Commerce

La chambre américano-tunisienne du Commerce, a organisé, mercredi à Tunis, pour la deuxième fois en Tunisie le Roadshow « Doing Business with the USA ». Le premier qui a eu lieu en 2010 a consisté en une série de séminaires à Tunis, Sousse, Bizerte et Sfax pour informer le public sur des opportunités de partenariats possibles, entre les hommes d’affaires des deux pays.

Il s’agit d’instruire les entrepreneurs et essentiellement le secteur privé tunisien des différents aspects du commerce avec les Etats-Unis, y compris la façon de pénétrer le marché américain

Selon Gordon Gray, ambassadeur des Etats Unis à Tunis, il est primordial d’ouvrir de nouveaux marchés pour les exportateurs tunisiens. La priorité est de relever les défis économiques, même si nombre de facteurs, issus de la crise internationale, ne sont pas sous leur contrôle direct. IL a également affirmé la détermination de son pays à soutenir la relance économique en Tunisie et à l’accompagner dans la réalisation de ses ambitions dans ce domaine.

«Les États-Unis soutiennent fermement la transition de la Tunisie vers la démocratie ainsi que vers un système économique ouvert et régi par l’État de droit. Nous pensons que le renforcement de l’intégration commerciale et économique entre les États-Unis et la Tunisie afin de promouvoir la croissance économique et l’emploi constitue une composante importante de notre soutien à ce processus ».

Il est essentiel de faciliter les échanges, promouvoir le commerce et les investissements en particulier pour les petites et moyennes entreprises, réduire les obstacles à l’investissement dans les secteurs clés des services, notamment dans les services de technologie de l’information et des communications, les services financiers et les services liés à l’énergie propre; renforcer la protection des droits de propriété intellectuelle et promouvoir l’État de droit par le biais d’une transparence accrue, y compris par la participation du public à l’élaboration de la réglementation, et lutter contre la corruption ».

Le diplomate s’est exprimé sur la vision des Etats-Unis de la scène politique tunisienne affirmant que son pays est prêt à travailler avec le nouveau gouvernement qui a été élu démocratiquement. La révolution tunisienne est l’œuvre du peuple qui, en la déclenchant, a inspiré le monde entier et le peuple américain, dit-il.

Aujourd’hui, nous voyons tous comment cette révolution s’est propagée dans d’autres pays, l’Egypte, la Libye, la Syrie et ailleurs. Le Président Barack Obama s’y implique personnellement, et y apporte l’appui requis, notamment pour le développement économique et la promotion du secteur privé », a-t-il souligné.

Pour sa part, le représentant du FAMEX a parlé de la position de la Tunisie par rapport au marché américain. « La Tunisie est le 89ème client des USA, soit, bien loin de la position que nous pourrions atteindre », a-t-il indiqué

Aux USA, il existe 1 million de restaurants, autant dire un marché très vaste pour la Tunisie, sans oublier que nous sommes pourvoyeurs de compétences capables de travailler avec les USA, dans différents domaines », a-t- il encore dit.

Khaled Souayah, représentant de la société Oil Exporter, a évoqué le sujet de l’huile d’olive, un des principaux produits tunisiens exportés vers les USA. « La Tunisie est le troisième fournisseur d’huile d’olive pour les USA. Durant la saison 2010/2011, nous avons exporté quelques 4200 tonnes d’huile d’olive conditionnée pour une valeur de 17 millions de dinars », relève-t-il.

Force est de constater que pour l’année 2010, les États-Unis étaient le cinquième partenaire commercial de la Tunisie. Entre 2009 et 2010, le volume du commerce bilatéral (exportations et importations) a progressé de 18%, comme il avait d’ailleurs évolué à la hausse tout au long de la décennie précédente.

Le commerce bilatéral entre les États-Unis et la Tunisie était estimé à 976 millions de dollars en 2010, soit seulement la 96ème relation commerciale des États-Unis.

Les exportations des États-Unis en Tunisie se sont élevées à 571 millions de dollars en 2010, tandis que leurs importations se chiffraient à 406 millions de dollars.

Les principaux produits exportés par les États-Unis en Tunisie concernent les graines de céréales et les fruits, les céréales, l’équipement, les matières grasses et les huiles.

La Tunisie exporte principalement aux États-Unis du combustible minéral, des matières grasses et des huiles, des vêtements tissés, de l’équipement électrique et des pierres précieuses.

Les investissements directs des États-Unis en Tunisie ont atteint 220 millions en 2009, la dernière année pour laquelle on dispose de données.

Nadia Ben Tamansourt

par -
La Tunisie a exhorté les Etats-Unis à lui fournir  une aide  militaire supplémentaire en assistance et équipements

La Tunisie a exhorté les Etats-Unis à lui fournir  une aide  militaire supplémentaire en assistance et équipements, révèle le « Middle East Newsline » spécialisé en affaires de défense.

Citant des sources officielles, la publication précise que le nouveau gouvernement tunisien a discuté de la perspective d’une aide américaine militaire supplémentaire pour les prochaines années. A cet effet, le gouvernement  a rencontré des diplomates américains ainsi que des membres influents du Congrès.

INTERVIEW

«La politique africaine ne peut se développer uniquement avec les visites, sporadiques et de courte durée ou seulement à travers le seul ministre des...

AFRIQUE

SPORT

Reseaux Sociaux