27 C
Tunisie
samedi 8 août 2020
Accueil Monde Sénégal: Après la "fatwa", la police saisit le livre de Hela Ouardi...

Sénégal: Après la « fatwa », la police saisit le livre de Hela Ouardi sur le prophète Muhammad

Les autorités sénégalaises ont franchi un nouveau palier dans la censure d’oeuvres jugées blasphématoires en envoyant des agents de la Sûreté urbaine saisir dans des librairies de la capitale les derniers exemplaire du livre de l’universitaire tunisienne Hela Ouardi. Dakaractu.com rapporte ce mercredi 30 mars 2016 que les policiers se sont rendus dans les rares endroits qui bravaient la « fatwa » contre cet ouvrage, comme la librairie 4 vents de Mermoz où 13 exemplaires ont été enlevés des rayons.

Depuis sa mise en vente au Sénégal, le livre de la Tunisienne intitulé « Les derniers jours de Muhammad. Enquête sur la mort mystérieuse du Prophète » déchaine les passions dans une société que les questions de ce type enflamment très facilement. Il faut dire aussi que les mouvements « Jamra » et « Mbañ Gacce », qui ont une grande audience auprès de la population, se sont lancés dans une attaque en règle contre ce livre et ameuté les citoyens sur sa dangerosité. Et comme à chaque fois qu’il s’agit d’ouvrages de ce genre, avant même d’en connaitre le contenu, la fièvre se propage dans les esprits, gagnant toutes les couches de la société, jusqu’aux puissantes familles religieuses dont le mot pèse lourd. A partir de ce moment-là le sort du livre de Hela Ouardi est scellé.

On ne touche pas au Prophète

Le Sénégal est réputé pour sa démocratie, ses alternances politiques pacifiques, le respect des libertés individuelles et sa Constitution où trône le principe de la laïcité de la République et de la neutralité de l’Etat à l’égard de toutes les religions, malgré le fait que plus de 95% de la population soit musulmane. Les autorités du pays, et à juste titre, se targuent d’oeuvrer pour la préservation des acquis démocratiques et de l’Etat de droit dans un continent tristement célèbre pour ses pratiques d’un autre temps. Mais dès qu’on touche le prophète de l’Islam, les citoyens, travaillés par les mouvements religieux, peuvent basculer dans une hystérie collective qui peut déboucher sur des débordements comme celui que nous connaissons en ce moment. La schizophrénie à la sénégalaise quoi, laquelle très souvent n’est pas dangereuse en soi, mais dans un contexte de propagation de l’extrémisme religieux et du terrorisme dans la région (au Mali, au Burkina Faso, et récemment en Côte d’Ivoire) cet état d’esprit peut faire le lit d’événements infiniment plus graves. Alors attention, d’autant plus qu’au Sénégal le feu prend très aisément.

Après la tuerie de Charlie Hebdo, à Paris, le 07 janvier 2015, alors que le monde entier était gagné par une forte émotion, on a entendu des prédicateurs déclarer qu’il était licite, et c’est même le devoir d’un vrai musulman, de tuer ceux qui ont offensé le prophète. Ces propos n’ont pas troublé outre mesure ce pays si généreux, si moderne et si tolérant à bien des égards.

Plus récemment encore, en janvier 2016, et dans une proportion moindre, la caricature du Cheikh Ahmadou Bamba, le marabout le plus vénéré au Sénégal, par Jeune Afrique avait déclenché l’ire de la communauté des mourides. Même le chef de l’Etat sénégalais, Macky Sall, était monté au créneau pour dénoncer « cette pratique de caricaturer la religion ou la foi des autres ». Les autorités avaient même brandi la menace d’interdire la vente du magazine. L’affaire avait pris de telles proportions que le journal a dû présenter officiellement des excuses à l’exécutif sénégalais.

2 Commentaires

  1. Il est vrai que nous avons assez d’érudits qui peuvent répondre sans violence à ce genre de provocation ,lequel plait bien en France,pays loin d’être un eldorado pour les musulmans ,contrairement à ce que vous semblez affirmer et où la censure anti-musulmane bat son plein tous azimuths
    C’est devenu un pays généreux pour d’autres que des musulmans,présentés maintenant comme la source de tous les maux et à qui on dit ,tout en continuant à piller et saigner les pays,à cause du rapport de forces, de rentrer chez eux,même à ceux qui ne connaissent pas d’autre pays que la France.Le projet de déchéance de nationalité cible plus les colorés que les terroristes.
    Est-il nécessaire que chacun achète le livre pour le lire et s’en faire une idée personnelle?Non,car,il y a des gens qui ne savent pas lire,d’autres qui n’ont pas d’argent ou le temps,d’autres qui ne sont pas prêts à investir dans un livre dont ils ne connaissent pas la valeur.Donc,il faut compter sur les experts musulmans pour éclairer les autres.
    Tout compte fait,la plupart des musulmans sont victimes du terrorisme et de l’anti-terrorisme

  2. C’est la paille et la poutre.Vous ne tenez pas compte des fatwas françaises anti-musulmanes,iniques, outrancières et contredisant les propres lois françaises.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

104,258FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
4,288SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -

Derniers Articles